aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

26/11/09   -   Médecins du Monde
1er décembre 2009, journée mondiale contre le sida

SIDA :
L’épidémie évolue l’offre de dépistage doit évoluer aussi
Tests de dépistage rapide du VIH : il est urgent de ne plus attendre !

1er décembre 2009, journée mondiale de lutte contre le sida
L’offre actuelle de dépistage du VIH en France s’adresse de manière indistincte à l’ensemble de la population et repose sur des objectifs et un dispositif de santé publique conçus dans les premières années de l’épidémie. Il faut réévaluer les stratégies de dépistage : aujourd’hui en France 36 000 personnes ignorent qu’elles sont infectées et un trop grand nombre sont prises en charge tardivement. De nouvelles approches de dépistage doivent donc être envisagées, s'appuyant notamment sur les tests de dépistage rapide en articulation avec les dispositifs de dépistage existants.

En France, les tests de dépistage rapide (TDR) du VIH sont autorisés et utilisés depuis des années par les laboratoires français, comme l’un des deux tests de dépistage s’il est associé à un test classique. Ce test, réalisé à partir d'une simple goutte de sang prélevée à la pointe du doigt, permet d’obtenir un résultat dans un délai très court (environ 30 minutes).

Mais l'utilisation des TDR telle que réglementée actuellement doit entrer dans le cadre d’une recherche biomédicale, limitant de ce fait les populations pouvant y avoir accès. Les lieux d’accueil des associations, travaillant au plus près des populations vulnérables qui ne se rendent pas dans les structures classiques de dépistage, pourraient pourtant être des lieux adaptés pour proposer un TDR.

Le lundi 30 novembre, les équipes de Médecins du Monde organiseront des séances de démonstrations des TDR dans les centres de soins MdM de l’Ile de Cayenne, en Guyane, et de Seine Saint-Denis.

Le TDR est un outil adapté aux populations les plus exposées ayant peu accès aux dispositifs classiques et pour faire face aux situations d’urgence, comme celle que connaît aujourd’hui la Guyane.

La Guyane connaît le taux de prévalence du VIH le plus élevé de France et se trouve en situation d’épidémie généralisée selon l’OMS. En octobre 2009, la Haute Autorité de Santé (HAS) a recommandé pour la Guyane l’utilisation des TDR, à court terme et hors du cadre de la recherche biomédicale. Les autorités de santé s’étaient également engagées, à l’occasion de la venue de la ministre de la santé en mai 2008, à autoriser dès le printemps 2009 l’utilisation des TDR comme test de dépistage en Guyane mais cet engagement n’a toujours pas été respecté.

Sans attendre la traduction de ces recommandations dans la législation, Médecins du Monde proposera début 2010 des tests sanguins de dépistage rapide aux patients reçus dans le centre de soins de MdM à Cayenne. A terme, l’association projette d’étendre, courant 2010 et après évaluation de cette première expérience, le recours à ces tests en métropole, pour les populations les plus exposées et qui ont peu accès aux dispositifs de dépistage classiques.

Ce type d’offre de dépistage complémentaire, il faut l’élargir à d’autres populations à forte prévalence comme les gays[1].

AIDES, en partenariat avec l’ANRS (Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales) a lancé en décembre 2008 dans 4 villes[2] l’étude COM’TEST pour évaluer la faisabilité d’une offre de dépistage démédicalisée, dans les locaux de AIDES, en direction des homosexuels masculins.

Le données préliminaires montrent que : la praticabilité des tests de dépistage est excellente et le taux de satisfaction des personnes dépistées et des volontaires engagés sur l’action est élevé.

En janvier 2010 sera lancé le projet Drag’test. Les intervenants de AIDES pratiqueront des dépistages rapides communautaires dans certaines Centres de Dépistage Anonymes et Gratuit (CDAG) à Marseille, Nice, Paris et Toulouse.

AIDES et Médecins du Monde demandent une évolution du cadre législatif et réglementaire pour favoriser la mise en place de projets de dépistage les mieux adaptés aux besoins et aux pratiques des personnes.

Retour aux actualités