aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

24/11/10   -   Jaguar
A propos du Prix René Maran et de l'association Jaguar

C’est non sans une certaine émotion que l’association JAGUAR vous fait part de sa démission dans l’organisation du prix littéraire RENE MARAN. En effet, 4 éditions de ce prix (2004, 2006, 2008 et 2010) et 8 années de préparation nous ont démontré que ce prix pour survivre nécessite une assise plus solide pour sa pérennisation ; ce que ne peut plus entreprendre l’association...

Le prix RENE MARAN est désormais bien ancré dans le paysage littéraire guyanais. De par son organisation originale où la participation de chacun est permise et son édition bisannuelle, il représente un exercice d’écriture démocratique et unique dans le bassin Amazonie caraïbes. La demande du public, désireux de se faire évaluer est bien réelle et il appartiendra à la future structure organisatrice de répondre à cette attente. Néanmoins, de nombreux points resteront à être améliorés, notamment sur :

  • l’amélioration de la communication au sein des établissements scolaires par le biais des enseignants de Lettres et des proviseurs de lycées et de collèges.
  • l’intégration de l’œuvre de René MARAN dans les programmes scolaires
  • la tenue d’une résidence d’écriture avec un écrivain reconnu et des ateliers d’écriture
  • l’organisation de cycles de conférences sur la biographie et l’œuvre de René MARAN

L’association JAGUAR, en ayant participé à cette grande aventure culturelle et humaine, nourrit ce sentiment profond d’avoir apporté sa pierre à l’éducation culturelle en Guyane. Elle remercie tous les acteurs bénévoles et institutionnels qui ont concouru au succès de ce prix littéraire ces dernières années. Tout particulièrement, elle tient à vous remercier pour votre précieux concours en terme de communication sans lequel la notoriété de ce prix ne serait.

L’association JAGUAR se consacrera dorénavant à la consolidation d’une autre manifestation d’ordre patrimonial à venir et militera (paradoxalement) pour la réhabilitation de l’écrivain RENE MARAN dans son pays d’origine. Et elle reste disponible pour apporter son expérience aux prochaines institutions ou associations qui prendront la relève.

En vous remerciant encore,

cordialement,

Didier BEREAU

Retour aux actualités