aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Saint-Laurent
Centre culturel trans-amazonien

Présentation

" Entre héritages culturels & créations contemporaines " 

La création du Centre Culturel TransAmazonien dans le Camp de la Transportation, ancien bagne de St Laurent du Maroni en Guyane Française, concrétise la volonté de " réappropriation de l’Histoire ", capitale dans l’évolution culturelle de la commune et de la région.

Le CCT a pour thématique l’exploration des passerelles entre héritages culturels et création contemporaine et la préservation de la diversité culturelle guyanaise. Il s’agit de développer des espaces de rencontre autour des pratiques transversales que sont les arts.

La mise en valeur de ce patrimoine architectural constitue un pôle fédérateur pour la Guyane qui peut ainsi rassembler tous les atouts dont elle dispose, autour d’un équipement adapté à la dynamique locale (pratiques artistiques spontanées), pour offrir aux visiteurs et aux usagers, un ensemble culturel diversifié et harmonieux.

Les murs du bagne, longtemps perçus comme le témoignage d’un passé honteux, permettent aujourd’hui la mise en valeur des qualités et compétences artistiques, pour devenir une véritable vitrine de la richesse culturelle guyanaise, source de fierté et de reconnaissance.


Le Centre Culturel TransAmazonnien de Saint Laurent du Maroni, 
conforme à la charte nationale des Centres Culturels de Rencontre : (C.C.R.)


L’implantation du Projet 

Association loi 1901, le C.C.T. préfigure un Etablissement Public de Coopération Culturelle (EPCC). Dans un premier temps, l’association est régie par un Conseil d’Administration. Toutes ses propositions sont rapportées à un Comité de Suivi qui se compose des membres de droit que sont : l’Etat, la Région, la Commune, la Communauté des Communes de l’Ouest de la Guyane, le Département
.
Plusieurs éléments ont permis l’affectation du site à la préfiguration du Centre culturel de Rencontre intitulé " Centre Culturel TransAmazonien de St Laurent du Maroni " : l’ancrage du projet par rapport à l’histoire du Camp de la Transportation, pour la partie musée & archivage l’ouverture aux problématiques contemporaines (intégration, héritages culturels & créations contemporaines, transmission des savoirs et savoir faire & formation …) la conformité des objectifs avec la Charte Nationale des Centres culturels de rencontre. et enfin, un engagement politique communal fort, dès 1997.

Un vecteur universel : La Musique. 

Afin de devenir un pôle d’excellence et une référence, un CCR doit se distinguer par son originalité, se spécialiser et développer un programme autour d’une thématique précise, en résonance avec une dynamique locale existante. En Guyane, la création et la pratique musicales constituent un catalyseur prépondérant qui représente 60 à 70% du volume global des pratiques artistiques locales. La musique rassemble, elle porte des messages et des textes, elle sert de support pour diverses chorégraphies et œuvres cinématographiques, elle nécessite la confection d’instruments, elle crée des ambiances dans certains contes… c’est un " média universel & intemporel " L’exploration des musiques actuelles et traditionnelles, " entre héritages culturels & création contemporaine " est donc l’un des thèmes forts du Centre Culturel TransAmazonien afin de mener à bien ses missions, tant dans les domaines de la recherche et de l’exploration, que ceux de la création et de l’expression, de la formation et de la valorisation. Cette thématique s’harmonisera avec la poursuite et l’accompagnement des travaux déjà engagés depuis plusieurs années autour du théâtre, de la danse, du conte et des arts plastiques.

Un outil du développement culturel guyanais 

Si les traditions et les savoir faire sont riches, il reste primordial de les valoriser sur les scènes nationale et internationale afin d’offrir des débouchés concrets, opérationnels et viables à l’action culturelle guyanaise.

Sans pour autant se substituer aux différents opérateurs locaux, le Centre Culturel TransAmazonien doit accompagner la structuration du milieu artistique local au travers de sa programmation.


Les missions du Centre Culturel Transamazonien

Explorer et valoriser l’ensemble des pratiques artistiques, accompagner le maintien et la promotion de cette diversité, faire profiter du savoir-faire et de l’expérience guyanaise en matière de multiculturalisme, développer et favoriser la rencontre et l’échange.

S
es actions et ses compétences
Plus concrètement, les prestations et outils du Centre Culturel TransAmazonien, se déclineront comme suit : Studio de répétitions et créations Studio d’enregistrement et de mastering Studio vidéo (documentaires, émissions…) Atelier d’expression artistique Accueil d’artistes résidents & master-class Accueil de chercheurs, de professionnels et spécialistes Mise en réseau et promotion internationale Centre de formations techniques & administratives Réalisations d’événements (spectacles, expositions…) Ingénierie technique et administrative, assistance et accompagnement Centre de ressources : collectes, archivage et restitution.

Sa stratégie

L’action du CCT s’ancre dans une dynamique vivante. La compagnie théâtrale KS and Co, la compagnie de danse Norma Claire, et d’autres structures professionnelles qui travaillent autour des arts plastiques, de la pharmacopée, et de la musique sont autant de partenaires expérimentés qui souscrivent à une convention d’objectifs communs avec le C.C.T.. Le rôle du C.C.T. consiste à susciter des créations artistiques et des travaux autour de sa thématique et à en organiser la diffusion et l’exploitation.

Un Rayonnement, Une ouverture 

En élaborant de nombreuses manifestations avec le Surinam, le Brésil, la Caraïbe et plusieurs pays européens, en établissant un partenariat solide avec les principales institutions artistiques de ces régions et pays, c’est une coopération transfrontalière et européenne importante, qui a été engagée et qu’il faut développer. Les liens déjà noués avec plusieurs partenaires tant parmi les collectivités locales qu’avec d’autres pays limitrophes et/ou européens, permettront de constituer un véritable centre de ressources. Ainsi, le Camp de la Transportation favorisera le rayonnement de l’héritage culturel des Guyanes et de la zone Caraïbe en provoquant les rencontres, les échanges et les propositions qui faciliteront l’approche de nouveaux publics.

Un festival : Une vitrine

Le Festival des TransAmazoniennes, créé en 1997, est devenu, après sa troisième édition en novembre 2002, un événement artistique d’ampleur internationale. Il représente une véritable vitrine des activités du Centre Culturel TransAmazonien. Ce festival qui brille par la richesse de sa programmation et la présence de médias français et étrangers, spécialistes des musiques " world ", se veut être avant tout un tremplin pour les jeunes groupes locaux qui ont ainsi l’occasion de se faire connaître.

www.transamazoniennes.com