aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Gestion municipale - Cayenne

155 messages - Inverser l'ordre

Nouveau courrier   
01/08/14
La Girafe  (Montjoly)

En réponse au message de Pierre33 du 31/07/14

Allez... Je vais vous aider un peu... Mais, je vous préviens, vous avez du pain sur la planche. Voici quelques idées, pour débaptiser rues et avenues de Cayenne:
- Avenue du Mal de Lattre de Tassigny: a commandé l'armée française lors de la Guerre d'Indochine contre les Indochinois qui voulaient se libérer du joug colonial.
- Avenue Voltaire: avait des actions dans des sociétés commerciales basées sur l'esclavage; raciste et antisémite (même si le nom n'existait pas encore).
- Avenue du Général de Gaulle: sous sa présidence, les harkis ont été lâchement abandonnés en Algérie et massacrés.
- Avenue d'Estrées: a participé à de nombreuses guerres coloniales, a bombardé Tripoli et Alger (un islamophobe déjà !)
- Rue Christophe Colomb: infâme colonisateur responsable de la mort de millions d'Amérindiens, s'il n'avait pas découvert l'Amérique, on en serait pas là !
- Rue des Fourmis Manioc: une saloperie de bestiole qui fait des dégâts dans les cultures !!!
- Rues Saint-Antoine, Saint-Denis, Saint-Eustache, Saint-Martin, Saint-Michel etc. : toutes les rues qui portent des noms de saints, un prétexte suffira: la laïcité !
- Promenade du Cardinal Flavert: bon… c'est le nom d'un oiseau, mais on peut débaptiser au nom de la laïcité quand même.
- Rue Guisan: encore un colonisateur ! Heureusement, Guisanbourg a disparu, pas besoin de débaptiser !
- Rues des divers lieutenants et capitaines: pas eu le temps de bien chercher, mais ce sont des militaires, donc complices de la colonisation… À débaptiser !
Bon, je m'arrête là... Je pense que vous trouverez bien quelqu'un pour continuer cette chasse aux sorcières, qui a au moins un avantage: éviter d'avoir à parler, pendant ce temps, des vrais problèmes de la Guyane.

rue.............alcoolique et obsédé sexuel notoire au nom du respect des femmes.

Répondre

01/08/14
Jl97310  (Kourou)

En réponse au message de 3wap du 01/08/14

Je suis entièrement d'accord, et pour ma part j'aurais aisément foutu la paix à Jubelin en allant honorer Mandela du côté de la ZAC hibiscus, par exemple...Il n'empêche que toute société a sans doute aussi besoin, parfois, d'oublier certains aspects troublants de son identité afin d'aller de l'avant. Pour preuve, le sort qui fut fait à une autre échelle au maréchal Pétain... Et encore une fois, pourquoi condamner ceux qui éprouvent et expriment ce genre de besoin, aussi ridicule puisse-t-il paraître pour certains, lorsque les conséquences sont aussi peu préjudiciables pour tous les autres? Les malheureux commerçants exceptés, s'entend...

Et de fait visiblement, vous ne pouvez pas sérieusement empêcher (aucune contestation officielle il me semble) que la Maire de Cayenne et les administrés qui partagent son sentiment, rebaptisent ainsi une rue en supprimant le nom d'un personnage historique, qui leur semble gênant... Et si en prime on a M'sieur le préfet et ATL, le pourfendeur de l'état scélérat, qui se fendent toux deux la poire de concert, pour l'occasion... Croyez-moi, la messe est dites! RIP JUBELIN

Le préfet sera peut-être moins hilare avec les embouteillages et les râleurs dans sa préfecture pour faire refaire les cartes grises en plein mois d'août et période de vacances !

Répondre

01/08/14
Philippe2  (Matoury)

En réponse au message de Pierre33 du 31/07/14

Allez... Je vais vous aider un peu... Mais, je vous préviens, vous avez du pain sur la planche. Voici quelques idées, pour débaptiser rues et avenues de Cayenne:
- Avenue du Mal de Lattre de Tassigny: a commandé l'armée française lors de la Guerre d'Indochine contre les Indochinois qui voulaient se libérer du joug colonial.
- Avenue Voltaire: avait des actions dans des sociétés commerciales basées sur l'esclavage; raciste et antisémite (même si le nom n'existait pas encore).
- Avenue du Général de Gaulle: sous sa présidence, les harkis ont été lâchement abandonnés en Algérie et massacrés.
- Avenue d'Estrées: a participé à de nombreuses guerres coloniales, a bombardé Tripoli et Alger (un islamophobe déjà !)
- Rue Christophe Colomb: infâme colonisateur responsable de la mort de millions d'Amérindiens, s'il n'avait pas découvert l'Amérique, on en serait pas là !
- Rue des Fourmis Manioc: une saloperie de bestiole qui fait des dégâts dans les cultures !!!
- Rues Saint-Antoine, Saint-Denis, Saint-Eustache, Saint-Martin, Saint-Michel etc. : toutes les rues qui portent des noms de saints, un prétexte suffira: la laïcité !
- Promenade du Cardinal Flavert: bon… c'est le nom d'un oiseau, mais on peut débaptiser au nom de la laïcité quand même.
- Rue Guisan: encore un colonisateur ! Heureusement, Guisanbourg a disparu, pas besoin de débaptiser !
- Rues des divers lieutenants et capitaines: pas eu le temps de bien chercher, mais ce sont des militaires, donc complices de la colonisation… À débaptiser !
Bon, je m'arrête là... Je pense que vous trouverez bien quelqu'un pour continuer cette chasse aux sorcières, qui a au moins un avantage: éviter d'avoir à parler, pendant ce temps, des vrais problèmes de la Guyane.

merci de me faire sourire, j'ai adoré votre message, plein de verve et finalement assez triste. ceci dit qui s'occupe vraiment des problèmes de la Guyane? immigration débridée, actions "sociales" ruineuses, frein à l'implantation d'entreprises et chômage record, sans parler du pillage de nos ressources (or, poissons) et chut sur la violence, la corruption, les abus de biens sociaux ... j'ai l'impression que la Guyane devient vraiment française!

Répondre

01/08/14
Gilles Slm  (St laurent)

En réponse au message de Chokapix du 31/07/14

Je crains qu’ils aient sombré dans le politiquement correct. Encore un peu, et on aurait tout le kitch des villes communistes des années 70, avec la salle ou la place Nelson Mandela, le boulevard Lénine, la bibliothèque Pablo Neruda - ou Picasso -... le tout revu à la sauce Black Power plutôt qu'au Tout-Monde communiste...
Ce qui faisait le charme de ce kitch-coco, c'était la hiérarchie quasi intangible d'une ville à l'autre qui s'exprimait dans l'ordonnancement de la symbolique proprement urbaine : le boulevard, la place, le centre culturel, la rue.
Ici, impasse Jubelin,
Il faudra un jour songer à nommer les déviations et les sens interdit.

Tout comme on a la kitch UTG (Union des Travailleurs Guyanais), la version loKale de la CGT des années 50...

Répondre

01/08/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Pierre33 du 31/07/14

Nul doute que vos informations vont réjouir les entreprises concernées et les consoler de leurs futurs déboires... Vous devriez leur envoyer un message... À la nouvelle adresse !!!

Vous avez parfaitement raison d'insister. Qui sait, à force de persévérance dans cent ans on le rebaptisera peut-être à nouveau..." Le boulevard des commerçants martyrs" Ça a plutôt de la gueule je trouve!

Répondre

01/08/14
3wap  (Montjo)

Pour l'anecdote, et par simple souci du détail historique...il semble que je me sois quelque peu mépris, car à l'échelon national il y a bien eu au moins une contestation officielle dénonçant ce sort peu enviable fait au gouverneur Jubelin..
http://lesalonbeige.blogs.com/quand-madiba-remplace-jean-guillaume-jubelin.html
Je m'empresse évidement de préciser que je n'associe absolument pas les objections légitimes des uns et des autres (nos commerçants en tête) à ce genre de soutien litigieux.

Répondre

01/08/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Jl97310 du 30/07/14

A force de nier le passé, on finit par annihiler le futur !
Toute société comme tout individu a besoin de connaitre son histoire pour se construire un avenir !

Je suis entièrement d'accord, et pour ma part j'aurais aisément foutu la paix à Jubelin en allant honorer Mandela du côté de la ZAC hibiscus, par exemple...Il n'empêche que toute société a sans doute aussi besoin, parfois, d'oublier certains aspects troublants de son identité afin d'aller de l'avant. Pour preuve, le sort qui fut fait à une autre échelle au maréchal Pétain...

Lire la suite

01/08/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Pierre33 du 31/07/14

Nul doute que vos informations vont réjouir les entreprises concernées et les consoler de leurs futurs déboires... Vous devriez leur envoyer un message... À la nouvelle adresse !!!

Qui sait, peut-être il y en a-t-il parmi eux qui sont fans de Mandela...Comment savoir?

Répondre

01/08/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Pierre33 du 31/07/14

Allez... Je vais vous aider un peu... Mais, je vous préviens, vous avez du pain sur la planche. Voici quelques idées, pour débaptiser rues et avenues de Cayenne:
- Avenue du Mal de Lattre de Tassigny: a commandé l'armée française lors de la Guerre d'Indochine contre les Indochinois qui voulaient se libérer du joug colonial.
- Avenue Voltaire: avait des actions dans des sociétés commerciales basées sur l'esclavage; raciste et antisémite (même si le nom n'existait pas encore).
- Avenue du Général de Gaulle: sous sa présidence, les harkis ont été lâchement abandonnés en Algérie et massacrés.
- Avenue d'Estrées: a participé à de nombreuses guerres coloniales, a bombardé Tripoli et Alger (un islamophobe déjà !)
- Rue Christophe Colomb: infâme colonisateur responsable de la mort de millions d'Amérindiens, s'il n'avait pas découvert l'Amérique, on en serait pas là !
- Rue des Fourmis Manioc: une saloperie de bestiole qui fait des dégâts dans les cultures !!!
- Rues Saint-Antoine, Saint-Denis, Saint-Eustache, Saint-Martin, Saint-Michel etc. : toutes les rues qui portent des noms de saints, un prétexte suffira: la laïcité !
- Promenade du Cardinal Flavert: bon… c'est le nom d'un oiseau, mais on peut débaptiser au nom de la laïcité quand même.
- Rue Guisan: encore un colonisateur ! Heureusement, Guisanbourg a disparu, pas besoin de débaptiser !
- Rues des divers lieutenants et capitaines: pas eu le temps de bien chercher, mais ce sont des militaires, donc complices de la colonisation… À débaptiser !
Bon, je m'arrête là... Je pense que vous trouverez bien quelqu'un pour continuer cette chasse aux sorcières, qui a au moins un avantage: éviter d'avoir à parler, pendant ce temps, des vrais problèmes de la Guyane.

Ben dites-donc, le facteur n'en a pas fini de se faire voler dans les plumes par les commerçants mécontents. Que de vrais problèmes en perspectives...

Répondre

01/08/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Chokapix du 31/07/14

Je crains qu’ils aient sombré dans le politiquement correct. Encore un peu, et on aurait tout le kitch des villes communistes des années 70, avec la salle ou la place Nelson Mandela, le boulevard Lénine, la bibliothèque Pablo Neruda - ou Picasso -... le tout revu à la sauce Black Power plutôt qu'au Tout-Monde communiste...
Ce qui faisait le charme de ce kitch-coco, c'était la hiérarchie quasi intangible d'une ville à l'autre qui s'exprimait dans l'ordonnancement de la symbolique proprement urbaine : le boulevard, la place, le centre culturel, la rue.
Ici, impasse Jubelin,
Il faudra un jour songer à nommer les déviations et les sens interdit.

Pourvu que nous ne vivions pas assez vieux pour connaître l'avènement de cette place, qui sera probablement rebaptisée du nom de cette ministre de la justice qui marqua son époque. Enfin je dis surtout cela pour toi...

Répondre

31/07/14
Chokapix  (Sin city)

En réponse au message de 3wap du 30/07/14

Rappelons en effet que le tout premier politicien assurément coupable de tout ce désagrément, c'est en grande partie lui:

http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Victor_Schœlcher

Cet homme politique de l'époque coloniale, contemporain de Jubelin, avait-il bien mesuré toutes les conséquences de son activisme abolitionniste? Sans un tel zèle, Jeannot qui lui, sans surprise en ces temps de coloniaux, aurait bien voulu, manière, prolonger l'esclavage de quelques piges...ne serait probablement jamais passé pour un demi-salaud de nos jours. Son blase trônerait donc encore dans nos coins de rues, et surtout les commerçants n'auraient pas été à ce point emmerdés avec leur courrier. L'inconséquence politique, ma petite dame! Un vrai problème qui vient de loin...Ah ça oui!

Et la Wikiscience de nous dire ce que nous savions déjà : son discours a évolué... Mais qui fût donc l'auteur révolutionnaire de a première abolition ?
« Décret no 2262 de la Convention nationale du 16 jour pluviôse, an second de la République Française, une & indivisible, qui abolit l'esclavage des nègres dans les colonies. La

Lire la suite

31/07/14
Chokapix  (Sin city)

En réponse au message de 3wap du 30/07/14

Et t'as vu, cette fois ils sont même allés chercher une idole Sud-africaine, juste pour échapper à l'accusation de créolocentrisme. Quelle fourberie quand même, hein?

Je crains qu’ils aient sombré dans le politiquement correct. Encore un peu, et on aurait tout le kitch des villes communistes des années 70, avec la salle ou la place Nelson Mandela, le boulevard Lénine, la bibliothèque Pablo Neruda - ou Picasso -... le tout revu à la sauce Black Power plutôt qu'au Tout-Monde communiste... Ce qui faisait le charme de ce

Lire la suite

31/07/14
Pierre33  (Bordeaux)

En réponse au message de 3wap du 30/07/14

Rappelons en effet que le tout premier politicien assurément coupable de tout ce désagrément, c'est en grande partie lui:

http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Victor_Schœlcher

Cet homme politique de l'époque coloniale, contemporain de Jubelin, avait-il bien mesuré toutes les conséquences de son activisme abolitionniste? Sans un tel zèle, Jeannot qui lui, sans surprise en ces temps de coloniaux, aurait bien voulu, manière, prolonger l'esclavage de quelques piges...ne serait probablement jamais passé pour un demi-salaud de nos jours. Son blase trônerait donc encore dans nos coins de rues, et surtout les commerçants n'auraient pas été à ce point emmerdés avec leur courrier. L'inconséquence politique, ma petite dame! Un vrai problème qui vient de loin...Ah ça oui!

Allez... Je vais vous aider un peu... Mais, je vous préviens, vous avez du pain sur la planche. Voici quelques idées, pour débaptiser rues et avenues de Cayenne:
- Avenue du Mal de Lattre de Tassigny: a commandé l'armée française lors de la Guerre d'Indochine contre les Indochinois qui voulaient se libérer du joug colonial. - Avenue Voltaire

Lire la suite

31/07/14
Philippe2  (Matoury)

En réponse au message de Kolibri du 29/07/14

C'est super important de savoir de qui c'est la faute, plus certainement que de savoir quelles implications économiques et sociales vont être liées... On voit bien à l’œuvre un esprit au moins aussi "tatillon" et déconnecté de la réalité...

vous voulez traiter les conséquences sans agir sur la cause!

Répondre

31/07/14
Pierre33  (Bordeaux)

En réponse au message de 3wap du 30/07/14

Rappelons en effet que le tout premier politicien assurément coupable de tout ce désagrément, c'est en grande partie lui:

http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Victor_Schœlcher

Cet homme politique de l'époque coloniale, contemporain de Jubelin, avait-il bien mesuré toutes les conséquences de son activisme abolitionniste? Sans un tel zèle, Jeannot qui lui, sans surprise en ces temps de coloniaux, aurait bien voulu, manière, prolonger l'esclavage de quelques piges...ne serait probablement jamais passé pour un demi-salaud de nos jours. Son blase trônerait donc encore dans nos coins de rues, et surtout les commerçants n'auraient pas été à ce point emmerdés avec leur courrier. L'inconséquence politique, ma petite dame! Un vrai problème qui vient de loin...Ah ça oui!

Nul doute que vos informations vont réjouir les entreprises concernées et les consoler de leurs futurs déboires... Vous devriez leur envoyer un message... À la nouvelle adresse !!!

Répondre

30/07/14
Jl97310  (Kourou)

En réponse au message de 3wap du 30/07/14

Vous semblez cependant ignorer le fait que la volonté politique, clairement affichée par la Maire, était bien aussi de faire purement et simplement disparaître le nom de Jean JUBELIN...

"En effet, Jean JUBELIN qui du 1er juin 1829 au 11 avril 1836 a occupé les fonctions de Gouverneur de la Guyane française porte avec lui les souvenirs d’une époque coloniale esclavagiste avec laquelle le premier magistrat de la Ville a voulu rompre. Un pan ségrégationniste de l’histoire cayennaise, emprunt de souffrance, qui ne correspond aucunement « à la vision de société multiculturelle » que le maire de Cayenne se fait de sa ville et plus largement de la Guyane. Une vision que le premier magistrat a souhaité exprimé à travers cet acte, affirmant lors de son discours qu’il y avait, « de la place pour tous ici, sans distinction de race ou d’origine ».
De ce fait, quel nom pouvait mieux exprimer ces valeurs universelles de respect et d’égalité entre les peuples que celui de Nelson Madiba MANDELA ?"

http://www.ville-cayenne.fr/evenement/denomination-du-boulevard-jubelin/

D'ailleurs, sur la photo ATL est même en totale communion hilare avec le plus haut représentant local de l'Etat. Vous voyez donc bien que ces quelques contingences "commerçantes" de second plan, sont bien en dessous de l'ampleur politique de l'évènement.

A force de nier le passé, on finit par annihiler le futur !
Toute société comme tout individu a besoin de connaitre son histoire pour se construire un avenir !

Répondre

30/07/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Pierre33 du 30/07/14

C'est bien là le problème... Les élus prennent des décisions sans toujours en mesurer les conséquences...

Rappelons en effet que le tout premier politicien assurément coupable de tout ce désagrément, c'est en grande partie lui: http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Victor_Schœlcher
Cet homme politique de l'époque coloniale, contemporain de Jubelin, avait-il bien mesuré toutes les conséquences de son activisme abolitionniste? Sans un tel zèle, Jeannot qui lui, sans

Lire la suite

30/07/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Chokapix du 30/07/14

L'ampleur politique de l'événement ? Effectivement, de quoi être "hilare"... (Personnellement, je vais le regretter ce nom de boulevard.)

Et t'as vu, cette fois ils sont même allés chercher une idole Sud-africaine, juste pour échapper à l'accusation de créolocentrisme. Quelle fourberie quand même, hein?

Répondre

30/07/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Chokapix du 30/07/14

Qu'un gouverneur ait eu un rôle prépondérant dans les actes coloniaux, mais quelle surprise ! Mais qu'un créole ait voulu défendre les intérêts de ses frères de couleur, voilà qui est problématique : c'était un communautariste.

Ah mon avis c'est surtout son idée pour les 15 ans de rab qui le fout dedans... À quoi ça tient une place sur le boulevard...

Répondre

30/07/14
Pierre33  (Bordeaux)

En réponse au message de Philippe2 du 30/07/14

tout comme vous: rien !

C'est bien là le problème... Les élus prennent des décisions sans toujours en mesurer les conséquences...

Répondre

30/07/14
Chokapix  (Sin city)

En réponse au message de 3wap du 29/07/14

Tout dépend de ce que l'on entend par "casseroles"... Et l'opinion publique étant parfois un brin tatillonne, un symbole de la lutte contre l'apartheid sera en général toujours mieux perçu qu'un ancien gouverneur colonial, ayant plutôt démontré une certaine frilosité à rompre avec un système esclavagiste...

http://www.franceguyane.fr/actualite/politique/jubelin-vs-mandela-le-face-a-face-204578.php

"Les documents d'archives attestent de son rôle prépondérant dans les actes coloniaux de cette période, comme par exemple le classement au rang « d'épave » de certains esclaves et les châtiments corporels infligés. L'ancien gouverneur de la Guyane puis de Guadeloupe, né en Martinique en 1787, a même tenté de repousser de quinze ans l'application de la loi interdisant l'esclavage dans les colonies françaises. Il espérait ainsi permettre aux colons esclavagistes d'asseoir leur supériorité en vue de l'abolition."

Ennuyeux tout de même...

Qu'un gouverneur ait eu un rôle prépondérant dans les actes coloniaux, mais quelle surprise ! Mais qu'un créole ait voulu défendre les intérêts de ses frères de couleur, voilà qui est problématique : c'était un communautariste.

Répondre

30/07/14
Chokapix  (Sin city)

En réponse au message de 3wap du 30/07/14

Vous semblez cependant ignorer le fait que la volonté politique, clairement affichée par la Maire, était bien aussi de faire purement et simplement disparaître le nom de Jean JUBELIN...

"En effet, Jean JUBELIN qui du 1er juin 1829 au 11 avril 1836 a occupé les fonctions de Gouverneur de la Guyane française porte avec lui les souvenirs d’une époque coloniale esclavagiste avec laquelle le premier magistrat de la Ville a voulu rompre. Un pan ségrégationniste de l’histoire cayennaise, emprunt de souffrance, qui ne correspond aucunement « à la vision de société multiculturelle » que le maire de Cayenne se fait de sa ville et plus largement de la Guyane. Une vision que le premier magistrat a souhaité exprimé à travers cet acte, affirmant lors de son discours qu’il y avait, « de la place pour tous ici, sans distinction de race ou d’origine ».
De ce fait, quel nom pouvait mieux exprimer ces valeurs universelles de respect et d’égalité entre les peuples que celui de Nelson Madiba MANDELA ?"

http://www.ville-cayenne.fr/evenement/denomination-du-boulevard-jubelin/

D'ailleurs, sur la photo ATL est même en totale communion hilare avec le plus haut représentant local de l'Etat. Vous voyez donc bien que ces quelques contingences "commerçantes" de second plan, sont bien en dessous de l'ampleur politique de l'évènement.

L'ampleur politique de l'événement ? Effectivement, de quoi être "hilare"... (Personnellement, je vais le regretter ce nom de boulevard.)

Répondre

30/07/14
Philippe2  (Matoury)

En réponse au message de Pierre33 du 29/07/14

Pour les entreprises, le problème n'est pas de savoir à qui revient la faute... C'est une réalité, c'est tout ! Et elles doivent faire avec... Dans 10, 20, 30 ou 50 ans, on aura peut-être réglé le problème, mais en attendant, pour ces entreprises, que suggérez-vous?

tout comme vous: rien !

Répondre

30/07/14
Ricky  (Macouria)

En réponse au message de Jl97310 du 29/07/14

Je ne suis pas "mécontent" qu'il y ait une artère Nelson Mandela à Cayenne, bien au contraire, mais il aurait sans doute été plus judicieux de choisir une artère beaucoup moins commerçante que le Boulevard Jubelin, voir un axe routier qui n'a pas jamais été baptisé, comme par exemple la portion de la Nationale 1 entre le rond point au début de la rue René Barthélémi et le rond point de la Digue Leblond, voir jusqu'au rond point Maringouin !
Cela aurait eu de la gueule en plus, non, que l'axe principal qui permet de rentrer dans Cayenne se dénomme Avenue Nelson Mandela, et cerise sur le gâteau sans avoir à redomicilier personne !

Oui aussi, mais pour cela il faut un tout petit peu de réflexion…

Répondre

30/07/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Jl97310 du 29/07/14

Je ne suis pas "mécontent" qu'il y ait une artère Nelson Mandela à Cayenne, bien au contraire, mais il aurait sans doute été plus judicieux de choisir une artère beaucoup moins commerçante que le Boulevard Jubelin, voir un axe routier qui n'a pas jamais été baptisé, comme par exemple la portion de la Nationale 1 entre le rond point au début de la rue René Barthélémi et le rond point de la Digue Leblond, voir jusqu'au rond point Maringouin !
Cela aurait eu de la gueule en plus, non, que l'axe principal qui permet de rentrer dans Cayenne se dénomme Avenue Nelson Mandela, et cerise sur le gâteau sans avoir à redomicilier personne !

Vous semblez cependant ignorer le fait que la volonté politique, clairement affichée par la Maire, était bien aussi de faire purement et simplement disparaître le nom de Jean JUBELIN... "En effet, Jean JUBELIN qui du 1er juin 1829 au 11 avril 1836 a occupé les fonctions de Gouverneur de la Guyane française porte avec lui les souvenirs d’une époque coloniale

Lire la suite

29/07/14
Pierre33  (Bordeaux)

En réponse au message de Jl97310 du 29/07/14

Je ne suis pas "mécontent" qu'il y ait une artère Nelson Mandela à Cayenne, bien au contraire, mais il aurait sans doute été plus judicieux de choisir une artère beaucoup moins commerçante que le Boulevard Jubelin, voir un axe routier qui n'a pas jamais été baptisé, comme par exemple la portion de la Nationale 1 entre le rond point au début de la rue René Barthélémi et le rond point de la Digue Leblond, voir jusqu'au rond point Maringouin !
Cela aurait eu de la gueule en plus, non, que l'axe principal qui permet de rentrer dans Cayenne se dénomme Avenue Nelson Mandela, et cerise sur le gâteau sans avoir à redomicilier personne !

Vous avez tout à fait raison... On pouvait très bien donner le nom de Mandela à une grande artère sans avoir à en débaptiser une... C'est ce que je dis depuis le début, et je crois que certains ont avant tout la volonté de gommer une partie de l'histoire de la Guyane. Dans cette affaire, le nom de Mandela semble surtout être un prétexte. Il fallait tuer Jubelin, et Mandela était un bon alibi.

Répondre

29/07/14
Cush  (Cay)

En réponse au message de Jl97310 du 29/07/14

Je ne suis pas "mécontent" qu'il y ait une artère Nelson Mandela à Cayenne, bien au contraire, mais il aurait sans doute été plus judicieux de choisir une artère beaucoup moins commerçante que le Boulevard Jubelin, voir un axe routier qui n'a pas jamais été baptisé, comme par exemple la portion de la Nationale 1 entre le rond point au début de la rue René Barthélémi et le rond point de la Digue Leblond, voir jusqu'au rond point Maringouin !
Cela aurait eu de la gueule en plus, non, que l'axe principal qui permet de rentrer dans Cayenne se dénomme Avenue Nelson Mandela, et cerise sur le gâteau sans avoir à redomicilier personne !

Entièrement d'accord avec toi. L'emplacement choisi, le boulevard Jubelin, est trop petit pour un personnage de l'ampleur de Mandela...

Répondre

29/07/14
Jl97310  (Kourou)

En réponse au message de Philippe2 du 28/07/14

je me garderai bien de donner une place dans la liste des dictateurs génocidaires.
je dis seulement que sous le régime de Pétain des milliers de juifs ont été envoyés dans des camps d'extermination, que la milice qui a été créée pour la chasse aux résistants a été plutôt efficace. le goulag russe ou le laogai chinois n'ont rien à lui envier. je militerai effectivement pour faire débaptiser toute rue portant ce nom, ou celui d'Amin Dada, du Che ou de Pinochet ! et je suis particulièrement content qu'il y ait une rue Mandela à Cayenne.

Je ne suis pas "mécontent" qu'il y ait une artère Nelson Mandela à Cayenne, bien au contraire, mais il aurait sans doute été plus judicieux de choisir une artère beaucoup moins commerçante que le Boulevard Jubelin, voir un axe routier qui n'a pas jamais été baptisé, comme par exemple la portion de la Nationale 1 entre le rond point au début de la rue

Lire la suite

29/07/14
Kolibri  (Cayenne)

En réponse au message de Philippe2 du 29/07/14

ce que vous décrivez n'est en rien la "faute" de la mairie mais celle d'une administration tatillonne, engluée dans une routine ahurissante; à l’ère de l'informatique, un clic suffirait, non? dans les années 1970 le premier ministre Barre avait décidé d’arrêter la marée blanche; quarante ans après,, elle a empiré et les gouvernants se demandent pourquoi ça ne marche pas !

C'est super important de savoir de qui c'est la faute, plus certainement que de savoir quelles implications économiques et sociales vont être liées... On voit bien à l’œuvre un esprit au moins aussi "tatillon" et déconnecté de la réalité...

Répondre

29/07/14
Kolibri  (Cayenne)

En réponse au message de Pierre33 du 28/07/14

Vous rêvez ! Je ne sais pas comment se fait le tri postal en Guyane, mais en Métropole, surtout en ville, avec le tri automatique, la moindre erreur et c'est le retour à l'expéditeur... Et il faut compter en moyenne un bon mois pour cela... J'en ai fait récemment la triste expérience avec une lettre contenant un chèque (qu'il a fallu déclarer "perdu", avec tous les désagréments que cela entraîne... Tout cela à cause de la modification d'une adresse postale de la banque, qui n'avait pourtant pas déménagé... Conséquence: chèque non crédité, découvert bancaire, etc. La banque et La Poste se sont renvoyé la responsabilité, mais c'est moi qui ai payé les frais !
"Envoyer un simple mèl"... Vous y croyez réellement ? En Guyane ? Si c'est vrai, tant mieux, mais c'est que les choses ont bien changé depuis l'époque où j'y habitait !!!

La poste ? Acheminer les courriers ? Certainement pas ! Elle ne les achemine déjà pas correctement avec une adresse inchangée (tout le monde -sauf Philippe2 apparemment- se plaint que les courriers sont mal, voire pas distribués...), et quand on rebaptise ou renumérote une rue, là, c'est la super cata ! Je vous parle d'expérience, et croyez-moi, des exemples de dysfonctionnement de La Poste, j'en ai à la pelle !

Répondre

29/07/14
Jl97310  (Kourou)

En réponse au message de Philippe2 du 29/07/14

ce que vous décrivez n'est en rien la "faute" de la mairie mais celle d'une administration tatillonne, engluée dans une routine ahurissante; à l’ère de l'informatique, un clic suffirait, non? dans les années 1970 le premier ministre Barre avait décidé d’arrêter la marée blanche; quarante ans après,, elle a empiré et les gouvernants se demandent pourquoi ça ne marche pas !

Vous êtes totalement hors sujet et encore une fois totalement déconnecté de la réalité économique du monde de l'entreprise ! Dites moi, si c'est d'un clic et gratuitement que pour une société, elle va faire réimprimer ses documents légaux, sa documentation et ses cartes de visite par son imprimeur, refaire les affichages sur ses véhicules, les enseignes et les

Lire la suite

29/07/14
Pierre33  (Bordeaux)

En réponse au message de Philippe2 du 29/07/14

ce que vous décrivez n'est en rien la "faute" de la mairie mais celle d'une administration tatillonne, engluée dans une routine ahurissante; à l’ère de l'informatique, un clic suffirait, non? dans les années 1970 le premier ministre Barre avait décidé d’arrêter la marée blanche; quarante ans après,, elle a empiré et les gouvernants se demandent pourquoi ça ne marche pas !

Pour les entreprises, le problème n'est pas de savoir à qui revient la faute... C'est une réalité, c'est tout ! Et elles doivent faire avec... Dans 10, 20, 30 ou 50 ans, on aura peut-être réglé le problème, mais en attendant, pour ces entreprises, que suggérez-vous?

Répondre

29/07/14
Philippe2  (Matoury)

En réponse au message de Jl97310 du 28/07/14

Refaire toutes les entêtes des documents obligatoires, changer son Kbis auprès du tribunal de commerce, changer une enseigne si l'adresse est dessus, les publicités sur les véhicules, si on en a, les emballages divers, cartes de visites, etc, etc, etc, vous pensez que c'est gratuit tout cela ! Voilà bien une position de quelqu'un qui ne connait rien au monde l'entreprise et ne peut pas comprendre que actuellement une petite société qui a déjà du mal à s'en sortir, va se retrouver à devoir débourser des sommes importantes pour ne faire que respecter au minimum des obligations légales !

ce que vous décrivez n'est en rien la "faute" de la mairie mais celle d'une administration tatillonne, engluée dans une routine ahurissante; à l’ère de l'informatique, un clic suffirait, non? dans les années 1970 le premier ministre Barre avait décidé d’arrêter la marée blanche; quarante ans après,, elle a empiré et les gouvernants se demandent pourquoi ça ne marche pas !

Répondre

29/07/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Lairdun du 27/07/14

Jubelin Jean était martiniquais de naissance, gouverneur du Sénégal comme F.Éboué, aussi gouverneur de la Guadeloupe toujours comme F.Éboué, et de la Guyane, mais pas F.Éboué .
Je ne vois pas le problème avec Jubelin, car il a été fonctionnaire de l’État français dit "Colonial" comme F.Éboué, homme politique français comme comme F.Éboué, sans plus ni moins, et il n'a pas de "casseroles" du type massacre ou répression vis à vis des populations qu'il a administré comme F.Éboué.
Donc, j'en déduis que dans cette affaire que l'on vire l'un, pour mettre un autre sous le prétexte qu'il est le "local de l'étape".
Peut être parce que le nouveau récipiendaire lui était "breveté de l'école coloniale" (promo 1908) mais pas Jubelin, car lui avait commencé comme commis dans l'administration française.
Une note de prestige peut être ? "colonial diplômé vs colonial issu de la base".

Tout dépend de ce que l'on entend par "casseroles"... Et l'opinion publique étant parfois un brin tatillonne, un symbole de la lutte contre l'apartheid sera en général toujours mieux perçu qu'un ancien gouverneur colonial, ayant plutôt démontré une certaine frilosité à rompre avec un système esclavagiste... http://www.franceguyane.fr/actualite/politique/jubelin
"Les documents d'archives attestent de son rôle prépondérant dans les actes coloniaux

Lire la suite

29/07/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Gilles Slm du 26/07/14

Vous oubliez quand même un détail : les entreprises installées dans ces rues rebaptisées devront entièrement reprendre leur adressage, et tous les frais qui vont avec.

Comme vous l'indiquez très bien vous-même, c'est effectivement un détail...

Répondre

28/07/14
Philippe2  (Matoury)

En réponse au message de Jl97310 du 28/07/14

Et alors, Pétain est-il pire que Staline ou Lénine, ou certains révolutionnaires français ? Et pourtant, il en existe aussi des rues ou autres lieux portant les noms de ces personnages controversés de l'histoire mondiale ! Cela vous gêne t-il aussi et vous allez militer pour faire débaptiser tous ces lieux ? Une rue Marat est elle plus acceptable qu'une rue Pétain ?
De plus, je ne parlais pas de Pétain dans le cas présent mais de Jubelin à Cayenne rebaptisée Nelson Mandela !

je me garderai bien de donner une place dans la liste des dictateurs génocidaires.
je dis seulement que sous le régime de Pétain des milliers de juifs ont été envoyés dans des camps d'extermination, que la milice qui a été créée pour la chasse aux résistants a été plutôt efficace. le goulag russe ou le laogai chinois n'ont rien à lui envier. je militerai effectivement

Lire la suite

28/07/14
Jl97310  (Kourou)

En réponse au message de Philippe2 du 28/07/14

ne peut on pas envoyer un mèl (gratuit) à chacun pour signaler le changement d'adresse? de plus, je suis sûr que dans dix ans une lettre adressée bd Jubelin sera quand même distribuée bd Mandela; pourquoi tant de catastrophisme?

Refaire toutes les entêtes des documents obligatoires, changer son Kbis auprès du tribunal de commerce, changer une enseigne si l'adresse est dessus, les publicités sur les véhicules, si on en a, les emballages divers, cartes de visites, etc, etc, etc, vous pensez que c'est gratuit tout cela ! Voilà bien une position de quelqu'un qui ne connait rien au monde

Lire la suite

28/07/14
Jl97310  (Kourou)

En réponse au message de Philippe2 du 27/07/14

avec un argument, la France compterait des rues maréchal Pétain dans chaque ville....

Et alors, Pétain est-il pire que Staline ou Lénine, ou certains révolutionnaires français ? Et pourtant, il en existe aussi des rues ou autres lieux portant les noms de ces personnages controversés de l'histoire mondiale ! Cela vous gêne t-il aussi et vous allez militer pour faire débaptiser tous ces lieux ? Une rue Marat est elle plus acceptable qu'une rue Pétain ?
De plus, je ne parlais pas de Pétain dans le cas présent mais de Jubelin à Cayenne rebaptisée Nelson Mandela !

Répondre

28/07/14
Pierre33  (Bordeaux)

En réponse au message de Philippe2 du 28/07/14

ne peut on pas envoyer un mèl (gratuit) à chacun pour signaler le changement d'adresse? de plus, je suis sûr que dans dix ans une lettre adressée bd Jubelin sera quand même distribuée bd Mandela; pourquoi tant de catastrophisme?

Vous rêvez ! Je ne sais pas comment se fait le tri postal en Guyane, mais en Métropole, surtout en ville, avec le tri automatique, la moindre erreur et c'est le retour à l'expéditeur... Et il faut compter en moyenne un bon mois pour cela... J'en ai fait récemment la triste expérience avec une lettre contenant un chèque (qu'il a fallu déclarer "perdu", avec tous les

Lire la suite

28/07/14
Philippe2  (Matoury)

En réponse au message de Lairdun du 27/07/14

Jubelin Jean était martiniquais de naissance, gouverneur du Sénégal comme F.Éboué, aussi gouverneur de la Guadeloupe toujours comme F.Éboué, et de la Guyane, mais pas F.Éboué .
Je ne vois pas le problème avec Jubelin, car il a été fonctionnaire de l’État français dit "Colonial" comme F.Éboué, homme politique français comme comme F.Éboué, sans plus ni moins, et il n'a pas de "casseroles" du type massacre ou répression vis à vis des populations qu'il a administré comme F.Éboué.
Donc, j'en déduis que dans cette affaire que l'on vire l'un, pour mettre un autre sous le prétexte qu'il est le "local de l'étape".
Peut être parce que le nouveau récipiendaire lui était "breveté de l'école coloniale" (promo 1908) mais pas Jubelin, car lui avait commencé comme commis dans l'administration française.
Une note de prestige peut être ? "colonial diplômé vs colonial issu de la base".

je ne vous suis pas très bien. Jubelin n'a pas été "viré" comme vous dites pour être remplacé par F.Eboué. l'ancien aéroport s'appelait Rochambeau. on a voulu honorer un homme éminent du siècle: Mandela, exit Jubelin; ainsi va la vie, non? a disparu F.Roosevelt, est apparu Ch. de Gaulle, et ça va continuer je suppose.

Répondre

28/07/14
Philippe2  (Matoury)

En réponse au message de Lairdun du 27/07/14

Jubelin Jean était martiniquais de naissance, gouverneur du Sénégal comme F.Éboué, aussi gouverneur de la Guadeloupe toujours comme F.Éboué, et de la Guyane, mais pas F.Éboué .
Je ne vois pas le problème avec Jubelin, car il a été fonctionnaire de l’État français dit "Colonial" comme F.Éboué, homme politique français comme comme F.Éboué, sans plus ni moins, et il n'a pas de "casseroles" du type massacre ou répression vis à vis des populations qu'il a administré comme F.Éboué.
Donc, j'en déduis que dans cette affaire que l'on vire l'un, pour mettre un autre sous le prétexte qu'il est le "local de l'étape".
Peut être parce que le nouveau récipiendaire lui était "breveté de l'école coloniale" (promo 1908) mais pas Jubelin, car lui avait commencé comme commis dans l'administration française.
Une note de prestige peut être ? "colonial diplômé vs colonial issu de la base".

y aurait il une rue ou avenue Jubelin quelque part en Martinique?

Répondre

28/07/14
Philippe2  (Matoury)

En réponse au message de Jl97310 du 26/07/14

Pour les simples particuliers aussi un changement de nom de rue engendre perte de temps et d'argent pour se refaire domicilier auprès de tous les organismes divers et connaissances qui leurs adressent des courriers ! Mais, vous avez raison pour une entreprise selon la publicité faite autour de son adresse postale et les supports utilisés, cela peut se chiffrer en milliers d'euros, voir plus encore ! La mairie va rembourser tous ces frais à ces entreprises ?

ne peut on pas envoyer un mèl (gratuit) à chacun pour signaler le changement d'adresse? de plus, je suis sûr que dans dix ans une lettre adressée bd Jubelin sera quand même distribuée bd Mandela; pourquoi tant de catastrophisme?

Répondre

27/07/14
Fredolino  (Rémire montjoly)

En réponse au message de Philippe2 du 27/07/14

F.Eboué était Guyanais, si vous ne voyez pas une certaine logique...

J'ai bien peur que la logique soit d'inaugurer de l'existant parce que du neuf, il n'y en aura pas !!!
Donc, Baduel devient Chaumet, Jubelin devient Mandela....nos élus auront un bilan !
Opérations de com tout ça....

Répondre

27/07/14
Koro  (Roura)

En réponse au message de Philippe2 du 27/07/14

F.Eboué était Guyanais, si vous ne voyez pas une certaine logique...

Oui, et alors ! Jubelin était gouverneur en Guyane et Eboué administrateur colonialiste Guyanais. Où est la logique de remplacement, si ce n'est remplacer un colonialiste par un autre ? Mais, nous n'allons pas refaire le débat stérile de Sienne pendant des semaines.

Répondre

27/07/14
Lairdun  (Remire)

En réponse au message de Philippe2 du 27/07/14

F.Eboué était Guyanais, si vous ne voyez pas une certaine logique...

Jubelin Jean était martiniquais de naissance, gouverneur du Sénégal comme F.Éboué, aussi gouverneur de la Guadeloupe toujours comme F.Éboué, et de la Guyane, mais pas F.Éboué . Je ne vois pas le problème avec Jubelin, car il a été fonctionnaire de l’État français dit "Colonial" comme F.Éboué, homme politique français comme comme F.Éboué, sans plus ni

Lire la suite

27/07/14
Pierre33  (Bordeaux)

En réponse au message de Jl97310 du 26/07/14

Pour les simples particuliers aussi un changement de nom de rue engendre perte de temps et d'argent pour se refaire domicilier auprès de tous les organismes divers et connaissances qui leurs adressent des courriers ! Mais, vous avez raison pour une entreprise selon la publicité faite autour de son adresse postale et les supports utilisés, cela peut se chiffrer en milliers d'euros, voir plus encore ! La mairie va rembourser tous ces frais à ces entreprises ?

Oui... Ne pas oublier notamment le changement de la carte grise si vous avez un véhicule... Délai maximum: 1 mois. Faute de quoi vous êtes passible d'une amende de 4e classe. http://www.carte-grise.org/mode_emploi_changement_domicile.htm
Le changement d'adresse sur une carte d'identité n'est pas obligatoire, mais si l'adresse

Lire la suite

27/07/14
Philippe2  (Matoury)

En réponse au message de Jl97310 du 26/07/14

Pour les simples particuliers aussi un changement de nom de rue engendre perte de temps et d'argent pour se refaire domicilier auprès de tous les organismes divers et connaissances qui leurs adressent des courriers ! Mais, vous avez raison pour une entreprise selon la publicité faite autour de son adresse postale et les supports utilisés, cela peut se chiffrer en milliers d'euros, voir plus encore ! La mairie va rembourser tous ces frais à ces entreprises ?

avec un argument, la France compterait des rues maréchal Pétain dans chaque ville....

Répondre

27/07/14
Philippe2  (Matoury)

En réponse au message de Koro du 26/07/14

Ne pas oublier tout ce qu'a coûté aussi la transformation de l'aéroport Rochambeau. Alors, pourquoi supprimer Jubelin, gouverneur colonial, et renommer l'aéroport du nom d'un administrateur colonial ? Où est la logique ?

F.Eboué était Guyanais, si vous ne voyez pas une certaine logique...

Répondre

26/07/14
Koro  (Roura)

En réponse au message de Gilles Slm du 26/07/14

Vous oubliez quand même un détail : les entreprises installées dans ces rues rebaptisées devront entièrement reprendre leur adressage, et tous les frais qui vont avec.

Ne pas oublier tout ce qu'a coûté aussi la transformation de l'aéroport Rochambeau. Alors, pourquoi supprimer Jubelin, gouverneur colonial, et renommer l'aéroport du nom d'un administrateur colonial ? Où est la logique ?

Répondre

26/07/14
Jl97310  (Kourou)

En réponse au message de Gilles Slm du 26/07/14

Vous oubliez quand même un détail : les entreprises installées dans ces rues rebaptisées devront entièrement reprendre leur adressage, et tous les frais qui vont avec.

Pour les simples particuliers aussi un changement de nom de rue engendre perte de temps et d'argent pour se refaire domicilier auprès de tous les organismes divers et connaissances qui leurs adressent des courriers ! Mais, vous avez raison pour une entreprise selon la publicité faite autour de son adresse postale et les supports utilisés, cela peut se chiffrer en milliers d'euros, voir plus encore ! La mairie va rembourser tous ces frais à ces entreprises ?

Répondre