aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Tourisme - personne ne vous croira

166 messages - Inverser l'ordre

Nouveau courrier   
27/12/13
Koro  (Roura)

En réponse au message de Azhan du 27/12/13

c'est vraiment à se demander ce qui vous fait rester en Guyane .... consternant

Etre clairvoyant sur les habitants, n'empêche pas d'aimer la Guyane ... et ses habitants depuis cinquante ans !

Répondre

28/12/13
Ricky  (Macouria)

En réponse au message de Azhan du 27/12/13

c'est vraiment à se demander ce qui vous fait rester en Guyane .... consternant

C'est pourtant la triste réalité, ça n'empêche en rien d'aimer ce département…

Répondre

28/12/13
Jak54  (Cayenne)

En réponse au message de Azhan du 27/12/13

c'est vraiment à se demander ce qui vous fait rester en Guyane .... consternant

pourquoi ? il n 'a pas raison ? Je pense que beaucoup de personnes voudraient sortir de ce bourbier qu'est la Guyane, mais encore faut il en avoir les moyens . Moi, je l'ai fait mais c'est quand même compliqué de vendre sa maison d'en trouver une autre en Métropole , de trouver un travail etc etc .Mais maintenant, je peux quelquefois aller dormir sans

Lire la suite

28/12/13
Azhan  (Javouhey)

En réponse au message de Gilles Slm du 27/12/13

Consternant ? Qu'est ce qui est consternant ? Tiens, aujourd'hui, tu cours après du gasoil. Hier, tu as passé 3 heures à la poste... Demain, tu vas faire les 5 quincailleries de St Laurent pour trouver une rondelle. La Guyane, si t'as besoin de rien, t'es servi (encore que...) Mais faut avoir besoin de rien, mais alors, de rien !
OK, je vais les aider dans leur recherche : Un mercredi, tu visites le centre spatial, le jeudi tu visites le zoo de Montsinéry.
Puis tu prends ton visa et tu vas rejoindre la civilisation (Si, si, c'est civilisé le Suriname : un mec bourré qui se promène avec un flingue prend une balle, ou plusieurs, personne ne le plaint. Des gamins, à vélo ou pas, qui agressent un passant se prennent une volée de coups de 'tonfa' en public, et tout le monde remercie la police, qui fait son travail. De police, pas d'assistante sociale. Chacun à sa place.

Je crois que nous n'avons pas la même vision de ce qu'on appelle la civilisation, quant à vos problèmes de rondelles ....
Mon dernier mot sera : fuyez, partez!

Répondre

28/12/13
Azhan  (Javouhey)

En réponse au message de Jak54 du 28/12/13

pourquoi ? il n 'a pas raison ? Je pense que beaucoup de personnes voudraient sortir de ce bourbier qu'est la Guyane, mais encore faut il en avoir les moyens . Moi, je l'ai fait mais c'est quand même compliqué de vendre sa maison d'en trouver une autre en Métropole , de trouver un travail etc etc .Mais maintenant, je peux quelquefois aller dormir sans avoir fermé ma porte à clef, je peux être à la terrasse d'un bistrot sans en laissant mes cigarettes et mes clefs de voiture sur la table , je peux également dormir quand je veux sans avoir à subir le bruit des voisins non éduqués , bref , un petit bonheur !

il est alors surprenant que votre localité indiquée reste cayenne et que vous trainiez encore sur ce forum si vous avez vécu l'enfer ici

Répondre

28/12/13
Koro  (Roura)

En réponse au message de Azhan du 27/12/13

c'est vraiment à se demander ce qui vous fait rester en Guyane .... consternant

Blada est un outil merveilleux de communication ! Il n'est pas besoin de répondre à certains contradicteurs qui ne connaissent pas la Guyane. D'autres le font pour moi. Merci Jak, Gilles, Ricky et les autres.

Répondre

28/12/13
Koro  (Roura)

En réponse au message de Jak54 du 28/12/13

pourquoi ? il n 'a pas raison ? Je pense que beaucoup de personnes voudraient sortir de ce bourbier qu'est la Guyane, mais encore faut il en avoir les moyens . Moi, je l'ai fait mais c'est quand même compliqué de vendre sa maison d'en trouver une autre en Métropole , de trouver un travail etc etc .Mais maintenant, je peux quelquefois aller dormir sans avoir fermé ma porte à clef, je peux être à la terrasse d'un bistrot sans en laissant mes cigarettes et mes clefs de voiture sur la table , je peux également dormir quand je veux sans avoir à subir le bruit des voisins non éduqués , bref , un petit bonheur !

A la différence de vous, je ne désire pas sortir de ce "bourbier" que serait la Guyane !
J'ai fait l'inverse en connaissance de cause, vendu ma maison en Martinique et en Métropole afin de venir en Guyane, département qui serait formidable si tous les gens comme Azlan la connaissait et la comprenait !

Répondre

28/12/13
Gilles Slm  (St laurent)

En réponse au message de Azhan du 28/12/13

Je crois que nous n'avons pas la même vision de ce qu'on appelle la civilisation, quant à vos problèmes de rondelles ....
Mon dernier mot sera : fuyez, partez!

Non, nous n'avons pas la même notion du mot 'civilisation'...
Sûr, quand on a besoin seulement d'un stylo et d'une feuille de papier dans son activité professionnelle et que les 40 % de vie chère aident à trouver le nirvana même à Javouhey, la Guyane, c'est Byzance ! (C'est tranquille, Javouhey...). Bon, la Guyane, tu sais ce

Lire la suite

29/12/13
Jak54  (Cayenne)

En réponse au message de Koro du 28/12/13

A la différence de vous, je ne désire pas sortir de ce "bourbier" que serait la Guyane !
J'ai fait l'inverse en connaissance de cause, vendu ma maison en Martinique et en Métropole afin de venir en Guyane, département qui serait formidable si tous les gens comme Azlan la connaissait et la comprenait !

je suis d'accord avec vous , ce serait formidable , mais voila , est ce le cas ? je ne le pense pas ! avec des " si " que la vie serait belle ! mais ne pensez vous pas qu'il y a trop de " si " , la coupe est pleine en Guyane !

Répondre

29/12/13
Jak54  (Cayenne)

En réponse au message de Azhan du 28/12/13

il est alors surprenant que votre localité indiquée reste cayenne et que vous trainiez encore sur ce forum si vous avez vécu l'enfer ici

ce n'est pas surprenant , nostalgie d'il y a une quinzaine d'années ! et si je peux , je vais changer la ville , merci de le souligner !

Répondre

29/12/13
Azhan  (Javouhey)

En réponse au message de Gilles Slm du 28/12/13

Non, nous n'avons pas la même notion du mot 'civilisation'...
Sûr, quand on a besoin seulement d'un stylo et d'une feuille de papier dans son activité professionnelle et que les 40 % de vie chère aident à trouver le nirvana même à Javouhey, la Guyane, c'est Byzance ! (C'est tranquille, Javouhey...).
Bon, la Guyane, tu sais ce que j'en aime ? L'odeur de la terre sèche, juste avant la pluie... Pouvoir vivre toute l'année avec seulement une paire de tongs, 2 jeans et 3 T-shirts.
Pour le reste, c'est le Suriname : Les rondelles, le gasoil (surtout en ce moment...), mais surtout les grands et petits plaisirs de la vie : restaurants accueillants, pléthore de concerts, ouverture d'esprit, reconnaissance du travail, pas de gémisseurs à 3000 Euros nets par mois...

En l'occurrence c'est vous qui êtes venu vous plaindre et pleurnicher sur vos rondelles...

Répondre

29/12/13
Koro  (Roura)

En réponse au message de Azhan du 29/12/13

En l'occurrence c'est vous qui êtes venu vous plaindre et pleurnicher sur vos rondelles...

L'art et la manière de botter en touche quant on est dans une impasse !

Répondre

29/12/13
Gilles Slm  (St laurent)

En réponse au message de Azhan du 29/12/13

En l'occurrence c'est vous qui êtes venu vous plaindre et pleurnicher sur vos rondelles...

Non, en l’occurrence, je dis et je répète : la Guyane, c'est pas fait pour les gens qui TRAVAILLENT. C'est bien pour les fonctionnaires. T'as besoin de rien, c'est bon. Le moindre matériel , c'est Cayenne, et encore... Tu te demandes même parfois pourquoi les magasins ouvrent. Puis tu dois surveiller la pendule, tout est fermé de 12h30 à 15h30,

Lire la suite

29/12/13
Maurice62  (Montjoly)

En réponse au message de Cyril2013 du 26/12/13

Bonjour! Un cousin de mon père et sa femme (qui vivent en métropole,) m'ont récemment fait part de leur projet de périple touristique en Amérique du sud, incluant la Guyane. J'ai donc commencé à chercher des sites internet dont je pourrais leur envoyer les liens pour qu'ils commencent à découvrir notre belle région. En toute logique, le premier site que j'ai exploré est celui du Comité de Tourisme de la Guyane. Me croirez-vous si je vous dis que ce site propose actuellement le programme du carnaval 2013 ? Oui, j'ai bien dit 2013 !!! Celui qui est fini depuis bientôt un an!.. Qu'est-ce qu'on fait, au comité de tourisme? On roupille? Ou on attend que le carnaval 2014 soit passé pour en publier le programme?.. Non, vraiment, c'est du n'importe quoi!!!

Cela me fait penser à l'époque ( 2010) où je tentais de finaliser un projet de thèse ayant pour sujet l'écotourisme en Guyane. J'explorais les dimensions du thème en recensant toutes les "ressources" locales, ... en vain . Le Comité du Tourisme de la Guyane en était encore au stade du "marketing" et sortait de la campagne d'affichage ( On ne

Lire la suite

29/12/13
Cemoi  (Kourou)

En réponse au message de Maurice62 du 29/12/13

Cela me fait penser à l'époque ( 2010) où je tentais de finaliser un projet de thèse ayant pour sujet l'écotourisme en Guyane. J'explorais les dimensions du thème en recensant toutes les "ressources" locales, ... en vain . Le Comité du Tourisme de la Guyane en était encore au stade du "marketing" et sortait de la campagne d'affichage ( On ne vous croira pas !... ). S'agissant d'un "satellite" de la Région, il y avait beaucoup de baratins mais aucun axe pertinent de développement, aucun projet structurant pour étayer le sempiternel discours sur les "potentialités touristiques de la Guyane". A ce jour,la filière demeure une chimère, tandis que l'on ne peut citer, tant au Parc Naturel Régional qu'au Parc Amazonien , aucune expérience d'écotourisme qui ait abouti. ... Circuler, il n'y a rien à voir !

Effectivement, à l'époque il était question de développer la retenue de petit saut. D'ailleurs un cabinet spécialisé parisien (excusez du peu) fut missionné par le CTG pour réaliser une étude chiffrée (de quelques millions de francs....) Trois scénarios furent pondus, dont le plus cher comprenait: altiport à saut-lucifer, télésiège au dessus de la canopée, hôtels de luxe aux abords de la mise à l'eau... pour viser une "cible" de jeune cadres dynamiques

Lire la suite

29/12/13
Azhan  (Javouhey)

En réponse au message de Gilles Slm du 29/12/13

Non, en l’occurrence, je dis et je répète : la Guyane, c'est pas fait pour les gens qui TRAVAILLENT. C'est bien pour les fonctionnaires. T'as besoin de rien, c'est bon. Le moindre matériel , c'est Cayenne, et encore... Tu te demandes même parfois pourquoi les magasins ouvrent. Puis tu dois surveiller la pendule, tout est fermé de 12h30 à 15h30, le mercredi après midi, le samedi, le dimanche, les jours fériés, les à peu près fériés, les pas forcément fériés... Puis les horaires : l'affiche dit 08h00, mais les employés arrivent seulement à 08h10, le rideau se lève, mais il faut encore démarrer les ordinateurs... Bon, opérationnels à 08 h et demie, quoi. Pour te répondre "yapa yapu", caractéristique fondamentale du magasin st laurentais.
Revenons à la genèse de ces posts.
Une famille souhaite faire découvrir la Guyane à ses invités. A part le programme du carnaval 2013 (un peu fini quand même...), ils cherchent encore. Il y aurait bien la visite de Kourou (en chaussettes, si tu veux tout garder...), mais on peut aussi avoir son lot d'adrénaline juste en se promenant place des palmistes... Bon, la forêt. Avec 3 ou 4 brésiliens au m², c'est pas forcément de tout repos non plus. Groupes électrogènes, pompes aspirantes, coup de fusils, dancings... C'est presque plus bruyant que le centre ville de St Laurent un samedi midi. (La faune ? Dans les assiettes...)

Ce qui est clair c'est que je ne vie pas dans la même Guyane que vous ...

Répondre

30/12/13
Gilles Slm  (St laurent)

En réponse au message de Azhan du 29/12/13

Ce qui est clair c'est que je ne vie pas dans la même Guyane que vous ...

Parlez-nous donc de la Guyane dans laquelle vous vivez.
Ne serait-ce que pour aider Cyril2013...

Répondre

30/12/13
Carbet  (Kourou)

En réponse au message de Cemoi du 29/12/13

Effectivement, à l'époque il était question de développer la retenue de petit saut. D'ailleurs un cabinet spécialisé parisien (excusez du peu) fut missionné par le CTG pour réaliser une étude chiffrée (de quelques millions de francs....) Trois scénarios furent pondus, dont le plus cher comprenait: altiport à saut-lucifer, télésiège au dessus de la canopée, hôtels de luxe aux abords de la mise à l'eau... pour viser une "cible" de jeune cadres dynamiques en mal de verdure équatoriale. Et je vous le donne en mille.... Quel scénario fut choisi ? Hein ? Gagné ! c'est bien le plus cher qui devait être réalisé....Entre temps il a fallu ré équiper les nombreux postes de travail du CTG en climatiseurs, photocopieurs, ordinateurs et sièges ergonomiques... Et pourtant, il y avait une belle participation financière du fond Européen... C'est sûr, personne ne vous croira...
 

Bonjour !
Tiens , en lisant vos post sur le tourisme et Petit Saut , je repense au musée du barrage :
Il y a un moment un ami me rendant visite j'ai voulu lui montrer le barrage et son musée , pour le barrage pas de PB ayant un ami ingénieur y travaillant on a visité de la cave au grenier ( au sens propre ) . Arrivés devant le musée : fermé avec un écriteau et son musée

Lire la suite

30/12/13
Carbet  (Kourou)

En réponse au message de Azhan du 29/12/13

Ce qui est clair c'est que je ne vie pas dans la même Guyane que vous ...

Bonjour Azhan
En effet vous ne vivez pas dans le même monde !

Si ce que j'apprécie en Guyane c'est sa nature et sa tranquillité relative hors des villes , par contre dès qu'il s'agit d'acheter autre chose que des fournitures de bureau pour réaliser un travail ( ce qui est révélateur sur ce pays ) il manque toujours " une rondelle " quand

Lire la suite

03/01/14
Cyril2013  (Cayenne)

En réponse au message de Maurice62 du 29/12/13

Cela me fait penser à l'époque ( 2010) où je tentais de finaliser un projet de thèse ayant pour sujet l'écotourisme en Guyane. J'explorais les dimensions du thème en recensant toutes les "ressources" locales, ... en vain . Le Comité du Tourisme de la Guyane en était encore au stade du "marketing" et sortait de la campagne d'affichage ( On ne vous croira pas !... ). S'agissant d'un "satellite" de la Région, il y avait beaucoup de baratins mais aucun axe pertinent de développement, aucun projet structurant pour étayer le sempiternel discours sur les "potentialités touristiques de la Guyane". A ce jour,la filière demeure une chimère, tandis que l'on ne peut citer, tant au Parc Naturel Régional qu'au Parc Amazonien , aucune expérience d'écotourisme qui ait abouti. ... Circuler, il n'y a rien à voir !

Je ne suis même pas étonné, car il y a trois ans je suis allé avec ma compagne à Awala Yalimapo. Là, nous sommes allés au Parc régional. C'était ouvert, nous sommes entrés dans les locaux. Personne. Le désert. Après quelques minutes à errer dans les couloirs, nous avons entendu des voix... Nous avons frappé à la porte et nous sommes entrés. Il y avait

Lire la suite

06/01/14
Francois97351

En réponse au message de Azhan du 27/12/13

c'est vraiment à se demander ce qui vous fait rester en Guyane .... consternant

Il faut quand même constater que les choses ne vont pas en s'améliorant. J'ai pu le constater depuis 15 ans... Et puis les habitants de Javouhey ne le ressentiront pas de la même manière que ceux de Kourou... Il y a des communes qui sont immuables, et d'autres qui grandissent très mal...

Répondre

14/01/14
Kikiwi persifleur  (Kourou)

Ouverture prochaine d’une nouvelle ligne de bus à Kourou.
De sources proches des Services Techniques Municipaux, on apprend l’ouverture imminente d’une ligne à vocation touristique et culturelle reliant le Marché aux Poissons à la déchetterie de Pariacabo. Ambition de la Municipalité : offrir à ses administrés mais également aux visiteurs contraints de séjourner quelques heures ou quelques jours à Kourou la possibilité de découvrir les trésors architecturaux et urbanistiques de la Cité Spatiale.
- Départ à proximité du pittoresque port de pêche des Balourous.
Les épaves de voiliers engluées dans la vase se mêlant aux tapouilles et aux

Lire la suite

14/01/14
Cire El Trev  (Kourou)

En réponse au message de Kikiwi persifleur du 14/01/14

Ouverture prochaine d’une nouvelle ligne de bus à Kourou.

De sources proches des Services Techniques Municipaux, on apprend l’ouverture imminente d’une ligne à vocation touristique et culturelle reliant le Marché aux Poissons à la déchetterie de Pariacabo.

Ambition de la Municipalité : offrir à ses administrés mais également aux visiteurs contraints de séjourner quelques heures ou quelques jours à Kourou la possibilité de découvrir les trésors architecturaux et urbanistiques de la Cité Spatiale.

- Départ à proximité du pittoresque port de pêche des Balourous.

Les épaves de voiliers engluées dans la vase se mêlant aux tapouilles et aux carcasses de réfrigérateurs échouées dans les palétuviers constituent un tableau délicieux propre à ravir les esthètes les plus exigeants…

Tout proche, le Palais du Squash, formidable arène sportive dont la construction entreprise au siècle dernier n’a jamais été achevée, dresse sa silhouette imposante.

- Dans la traversée du Bourg vous pourrez découvrir, se mêlant harmonieusement aux fragiles construction traditionnelles en bois tôles et carton, des bâtiments résolument contemporains aux lignes audacieuses (mentions spéciales aux n°  65 et  71 de l’avenue du Général de Gaulle).

Durant cette première partie du trajet on portera également une attention particulière à un étonnant dépôt de véhicules hors d’usage situé rue Duchesne face à l’ancien lycée technique. Des dizaines d’épaves entassées sur plusieurs couches superposées permettent de contempler en un seul regard trente ans d’histoire de l’automobile.

- Une rapide incursion dans le village Saramaca. Quel dépaysement, on pourrait se croire à Bangui ou dans un faubourg de Lagos.

N’hésitez pas à vous arrêter quelques instants. Ici un petit peuple amical et industrieux vous proposera indifféremment  des objets en bois sculpté, des I pads et autres smart phones dernière génération tombés du camion, des produits stupéfiants voire des services sexuels de qualité, le tout à des prix ridiculement bas.

- La traversée de la Plaine de Jeux constitue assurément un des points forts du périple !

A gauche, les ruines des thermes dans lesquelles quelques Kourouciens d’âge respectable assurent s’être baignés un jour,

A droite, les vestiges de plusieurs « jeux de paume »,

Plus loin, enfouies dans une végétation luxuriante, les traces à peine visibles du parcours pédestre du Lac Bois Chaudat et son réseau d’irrigation intégré sur la destination duquel les archéologues les plus éminents n’ont pas fini de s’interroger.

- Continuons notre voyage ! Déjà nous entrons dans la Zone d’Activités de Pariacabo.

Le parcours devient un peu plus sportif, mais n’est ce pas normal ? En effet nous roulons maintenant sur une voie antique dont on devine par endroit les traces du revêtement bitumineux d’origine… Mon Dieu quelle émotion !!!

- Déjà nous approchons du terme de notre Odyssée.

La dernière étape, lors de laquelle nous allons emprunter un court tronçon de route de montagne serpentant entre deux murs d’immondices avant de déboucher sur le site de la Déchetterie de Pariacabo, constitue bien évidemment le clou de la croisière.

Kikiwi persifleur

L’envol des urubus au coucher du soleil lorsque de lourdes fumées saturées en hydrazine  s’élèvent au dessus de la décharge municipale, croyez moi c’est comme la Baie de Naples : un truc qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie !

Alors chers amis à bientôt sur nos lignes ?

Un bel éclat de rire dès le matin ! Merci à vous :)

Répondre

14/01/14
Morpho  (Matoury)

En réponse au message de Kikiwi persifleur du 14/01/14

Ouverture prochaine d’une nouvelle ligne de bus à Kourou.

De sources proches des Services Techniques Municipaux, on apprend l’ouverture imminente d’une ligne à vocation touristique et culturelle reliant le Marché aux Poissons à la déchetterie de Pariacabo.

Ambition de la Municipalité : offrir à ses administrés mais également aux visiteurs contraints de séjourner quelques heures ou quelques jours à Kourou la possibilité de découvrir les trésors architecturaux et urbanistiques de la Cité Spatiale.

- Départ à proximité du pittoresque port de pêche des Balourous.

Les épaves de voiliers engluées dans la vase se mêlant aux tapouilles et aux carcasses de réfrigérateurs échouées dans les palétuviers constituent un tableau délicieux propre à ravir les esthètes les plus exigeants…

Tout proche, le Palais du Squash, formidable arène sportive dont la construction entreprise au siècle dernier n’a jamais été achevée, dresse sa silhouette imposante.

- Dans la traversée du Bourg vous pourrez découvrir, se mêlant harmonieusement aux fragiles construction traditionnelles en bois tôles et carton, des bâtiments résolument contemporains aux lignes audacieuses (mentions spéciales aux n°  65 et  71 de l’avenue du Général de Gaulle).

Durant cette première partie du trajet on portera également une attention particulière à un étonnant dépôt de véhicules hors d’usage situé rue Duchesne face à l’ancien lycée technique. Des dizaines d’épaves entassées sur plusieurs couches superposées permettent de contempler en un seul regard trente ans d’histoire de l’automobile.

- Une rapide incursion dans le village Saramaca. Quel dépaysement, on pourrait se croire à Bangui ou dans un faubourg de Lagos.

N’hésitez pas à vous arrêter quelques instants. Ici un petit peuple amical et industrieux vous proposera indifféremment  des objets en bois sculpté, des I pads et autres smart phones dernière génération tombés du camion, des produits stupéfiants voire des services sexuels de qualité, le tout à des prix ridiculement bas.

- La traversée de la Plaine de Jeux constitue assurément un des points forts du périple !

A gauche, les ruines des thermes dans lesquelles quelques Kourouciens d’âge respectable assurent s’être baignés un jour,

A droite, les vestiges de plusieurs « jeux de paume »,

Plus loin, enfouies dans une végétation luxuriante, les traces à peine visibles du parcours pédestre du Lac Bois Chaudat et son réseau d’irrigation intégré sur la destination duquel les archéologues les plus éminents n’ont pas fini de s’interroger.

- Continuons notre voyage ! Déjà nous entrons dans la Zone d’Activités de Pariacabo.

Le parcours devient un peu plus sportif, mais n’est ce pas normal ? En effet nous roulons maintenant sur une voie antique dont on devine par endroit les traces du revêtement bitumineux d’origine… Mon Dieu quelle émotion !!!

- Déjà nous approchons du terme de notre Odyssée.

La dernière étape, lors de laquelle nous allons emprunter un court tronçon de route de montagne serpentant entre deux murs d’immondices avant de déboucher sur le site de la Déchetterie de Pariacabo, constitue bien évidemment le clou de la croisière.

Kikiwi persifleur

L’envol des urubus au coucher du soleil lorsque de lourdes fumées saturées en hydrazine  s’élèvent au dessus de la décharge municipale, croyez moi c’est comme la Baie de Naples : un truc qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie !

Alors chers amis à bientôt sur nos lignes ?

Pourquoi ne pas filmer tout ça et balancer sur Youtube avec les bons tags! A une époque j'ai fait ça pour la route de Cacao! Vous liez avec Twitter et vous avez une vraie bombe entre les mains à faire péter au milieu des zélus!

Répondre

14/01/14
Weenana  (On the road )

En réponse au message de Kikiwi persifleur du 14/01/14

Ouverture prochaine d’une nouvelle ligne de bus à Kourou.

De sources proches des Services Techniques Municipaux, on apprend l’ouverture imminente d’une ligne à vocation touristique et culturelle reliant le Marché aux Poissons à la déchetterie de Pariacabo.

Ambition de la Municipalité : offrir à ses administrés mais également aux visiteurs contraints de séjourner quelques heures ou quelques jours à Kourou la possibilité de découvrir les trésors architecturaux et urbanistiques de la Cité Spatiale.

- Départ à proximité du pittoresque port de pêche des Balourous.

Les épaves de voiliers engluées dans la vase se mêlant aux tapouilles et aux carcasses de réfrigérateurs échouées dans les palétuviers constituent un tableau délicieux propre à ravir les esthètes les plus exigeants…

Tout proche, le Palais du Squash, formidable arène sportive dont la construction entreprise au siècle dernier n’a jamais été achevée, dresse sa silhouette imposante.

- Dans la traversée du Bourg vous pourrez découvrir, se mêlant harmonieusement aux fragiles construction traditionnelles en bois tôles et carton, des bâtiments résolument contemporains aux lignes audacieuses (mentions spéciales aux n°  65 et  71 de l’avenue du Général de Gaulle).

Durant cette première partie du trajet on portera également une attention particulière à un étonnant dépôt de véhicules hors d’usage situé rue Duchesne face à l’ancien lycée technique. Des dizaines d’épaves entassées sur plusieurs couches superposées permettent de contempler en un seul regard trente ans d’histoire de l’automobile.

- Une rapide incursion dans le village Saramaca. Quel dépaysement, on pourrait se croire à Bangui ou dans un faubourg de Lagos.

N’hésitez pas à vous arrêter quelques instants. Ici un petit peuple amical et industrieux vous proposera indifféremment  des objets en bois sculpté, des I pads et autres smart phones dernière génération tombés du camion, des produits stupéfiants voire des services sexuels de qualité, le tout à des prix ridiculement bas.

- La traversée de la Plaine de Jeux constitue assurément un des points forts du périple !

A gauche, les ruines des thermes dans lesquelles quelques Kourouciens d’âge respectable assurent s’être baignés un jour,

A droite, les vestiges de plusieurs « jeux de paume »,

Plus loin, enfouies dans une végétation luxuriante, les traces à peine visibles du parcours pédestre du Lac Bois Chaudat et son réseau d’irrigation intégré sur la destination duquel les archéologues les plus éminents n’ont pas fini de s’interroger.

- Continuons notre voyage ! Déjà nous entrons dans la Zone d’Activités de Pariacabo.

Le parcours devient un peu plus sportif, mais n’est ce pas normal ? En effet nous roulons maintenant sur une voie antique dont on devine par endroit les traces du revêtement bitumineux d’origine… Mon Dieu quelle émotion !!!

- Déjà nous approchons du terme de notre Odyssée.

La dernière étape, lors de laquelle nous allons emprunter un court tronçon de route de montagne serpentant entre deux murs d’immondices avant de déboucher sur le site de la Déchetterie de Pariacabo, constitue bien évidemment le clou de la croisière.

Kikiwi persifleur

L’envol des urubus au coucher du soleil lorsque de lourdes fumées saturées en hydrazine  s’élèvent au dessus de la décharge municipale, croyez moi c’est comme la Baie de Naples : un truc qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie !

Alors chers amis à bientôt sur nos lignes ?

Peut-on réserver les places sur iveco.com en faisant 123 ?

Répondre

14/01/14
Francois97351

En réponse au message de Kikiwi persifleur du 14/01/14

Ouverture prochaine d’une nouvelle ligne de bus à Kourou.

De sources proches des Services Techniques Municipaux, on apprend l’ouverture imminente d’une ligne à vocation touristique et culturelle reliant le Marché aux Poissons à la déchetterie de Pariacabo.

Ambition de la Municipalité : offrir à ses administrés mais également aux visiteurs contraints de séjourner quelques heures ou quelques jours à Kourou la possibilité de découvrir les trésors architecturaux et urbanistiques de la Cité Spatiale.

- Départ à proximité du pittoresque port de pêche des Balourous.

Les épaves de voiliers engluées dans la vase se mêlant aux tapouilles et aux carcasses de réfrigérateurs échouées dans les palétuviers constituent un tableau délicieux propre à ravir les esthètes les plus exigeants…

Tout proche, le Palais du Squash, formidable arène sportive dont la construction entreprise au siècle dernier n’a jamais été achevée, dresse sa silhouette imposante.

- Dans la traversée du Bourg vous pourrez découvrir, se mêlant harmonieusement aux fragiles construction traditionnelles en bois tôles et carton, des bâtiments résolument contemporains aux lignes audacieuses (mentions spéciales aux n°  65 et  71 de l’avenue du Général de Gaulle).

Durant cette première partie du trajet on portera également une attention particulière à un étonnant dépôt de véhicules hors d’usage situé rue Duchesne face à l’ancien lycée technique. Des dizaines d’épaves entassées sur plusieurs couches superposées permettent de contempler en un seul regard trente ans d’histoire de l’automobile.

- Une rapide incursion dans le village Saramaca. Quel dépaysement, on pourrait se croire à Bangui ou dans un faubourg de Lagos.

N’hésitez pas à vous arrêter quelques instants. Ici un petit peuple amical et industrieux vous proposera indifféremment  des objets en bois sculpté, des I pads et autres smart phones dernière génération tombés du camion, des produits stupéfiants voire des services sexuels de qualité, le tout à des prix ridiculement bas.

- La traversée de la Plaine de Jeux constitue assurément un des points forts du périple !

A gauche, les ruines des thermes dans lesquelles quelques Kourouciens d’âge respectable assurent s’être baignés un jour,

A droite, les vestiges de plusieurs « jeux de paume »,

Plus loin, enfouies dans une végétation luxuriante, les traces à peine visibles du parcours pédestre du Lac Bois Chaudat et son réseau d’irrigation intégré sur la destination duquel les archéologues les plus éminents n’ont pas fini de s’interroger.

- Continuons notre voyage ! Déjà nous entrons dans la Zone d’Activités de Pariacabo.

Le parcours devient un peu plus sportif, mais n’est ce pas normal ? En effet nous roulons maintenant sur une voie antique dont on devine par endroit les traces du revêtement bitumineux d’origine… Mon Dieu quelle émotion !!!

- Déjà nous approchons du terme de notre Odyssée.

La dernière étape, lors de laquelle nous allons emprunter un court tronçon de route de montagne serpentant entre deux murs d’immondices avant de déboucher sur le site de la Déchetterie de Pariacabo, constitue bien évidemment le clou de la croisière.

Kikiwi persifleur

L’envol des urubus au coucher du soleil lorsque de lourdes fumées saturées en hydrazine  s’élèvent au dessus de la décharge municipale, croyez moi c’est comme la Baie de Naples : un truc qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie !

Alors chers amis à bientôt sur nos lignes ?

Tu as oublié, au départ du vieux port, de te ravitailler en carburant à la pompe détaxée destinée aux pêcheurs. Celle ci a été terminée et livrée en 2004 mais jamais approvisionnée...

Répondre

14/01/14
Patrice C  (Cayenne)

En réponse au message de Morpho du 14/01/14

Pourquoi ne pas filmer tout ça et balancer sur Youtube avec les bons tags! A une époque j'ai fait ça pour la route de Cacao! Vous liez avec Twitter et vous avez une vraie bombe entre les mains à faire péter au milieu des zélus!

bonjour,
excellente idée que de réaliser le tournage de ce film !

plutôt que de demander au politique de savoir tout faire, il faut faire à sa place.
obliger le politique à réaliser ce pourquoi il a été élu.
sous peine de se voir remplacé. moi je veux bien faire le touriste, je connais pas

Lire la suite

15/01/14
Boiskaka  (Kourou)

En réponse au message de Kikiwi persifleur du 14/01/14

Ouverture prochaine d’une nouvelle ligne de bus à Kourou.

De sources proches des Services Techniques Municipaux, on apprend l’ouverture imminente d’une ligne à vocation touristique et culturelle reliant le Marché aux Poissons à la déchetterie de Pariacabo.

Ambition de la Municipalité : offrir à ses administrés mais également aux visiteurs contraints de séjourner quelques heures ou quelques jours à Kourou la possibilité de découvrir les trésors architecturaux et urbanistiques de la Cité Spatiale.

- Départ à proximité du pittoresque port de pêche des Balourous.

Les épaves de voiliers engluées dans la vase se mêlant aux tapouilles et aux carcasses de réfrigérateurs échouées dans les palétuviers constituent un tableau délicieux propre à ravir les esthètes les plus exigeants…

Tout proche, le Palais du Squash, formidable arène sportive dont la construction entreprise au siècle dernier n’a jamais été achevée, dresse sa silhouette imposante.

- Dans la traversée du Bourg vous pourrez découvrir, se mêlant harmonieusement aux fragiles construction traditionnelles en bois tôles et carton, des bâtiments résolument contemporains aux lignes audacieuses (mentions spéciales aux n°  65 et  71 de l’avenue du Général de Gaulle).

Durant cette première partie du trajet on portera également une attention particulière à un étonnant dépôt de véhicules hors d’usage situé rue Duchesne face à l’ancien lycée technique. Des dizaines d’épaves entassées sur plusieurs couches superposées permettent de contempler en un seul regard trente ans d’histoire de l’automobile.

- Une rapide incursion dans le village Saramaca. Quel dépaysement, on pourrait se croire à Bangui ou dans un faubourg de Lagos.

N’hésitez pas à vous arrêter quelques instants. Ici un petit peuple amical et industrieux vous proposera indifféremment  des objets en bois sculpté, des I pads et autres smart phones dernière génération tombés du camion, des produits stupéfiants voire des services sexuels de qualité, le tout à des prix ridiculement bas.

- La traversée de la Plaine de Jeux constitue assurément un des points forts du périple !

A gauche, les ruines des thermes dans lesquelles quelques Kourouciens d’âge respectable assurent s’être baignés un jour,

A droite, les vestiges de plusieurs « jeux de paume »,

Plus loin, enfouies dans une végétation luxuriante, les traces à peine visibles du parcours pédestre du Lac Bois Chaudat et son réseau d’irrigation intégré sur la destination duquel les archéologues les plus éminents n’ont pas fini de s’interroger.

- Continuons notre voyage ! Déjà nous entrons dans la Zone d’Activités de Pariacabo.

Le parcours devient un peu plus sportif, mais n’est ce pas normal ? En effet nous roulons maintenant sur une voie antique dont on devine par endroit les traces du revêtement bitumineux d’origine… Mon Dieu quelle émotion !!!

- Déjà nous approchons du terme de notre Odyssée.

La dernière étape, lors de laquelle nous allons emprunter un court tronçon de route de montagne serpentant entre deux murs d’immondices avant de déboucher sur le site de la Déchetterie de Pariacabo, constitue bien évidemment le clou de la croisière.

Kikiwi persifleur

L’envol des urubus au coucher du soleil lorsque de lourdes fumées saturées en hydrazine  s’élèvent au dessus de la décharge municipale, croyez moi c’est comme la Baie de Naples : un truc qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie !

Alors chers amis à bientôt sur nos lignes ?

Description très imagée de notre ville SPATIALE de KOUROU et qui est tristement la réalité de notre ville!!!!!Et n'oubliez pas qu'à KOUROU ça n'existe pas les poubelles publiques, on préfère vivre en bonne féodalité monarchique avec Mon SEIGNEUR JM ANTOINETTE et sa bande de greniard!!!!! Les déchets sont jetés à même la rue; pour donner du travail aux

Lire la suite

15/01/14
Rapanui  (Kourou)

En réponse au message de Kikiwi persifleur du 14/01/14

Ouverture prochaine d’une nouvelle ligne de bus à Kourou.

De sources proches des Services Techniques Municipaux, on apprend l’ouverture imminente d’une ligne à vocation touristique et culturelle reliant le Marché aux Poissons à la déchetterie de Pariacabo.

Ambition de la Municipalité : offrir à ses administrés mais également aux visiteurs contraints de séjourner quelques heures ou quelques jours à Kourou la possibilité de découvrir les trésors architecturaux et urbanistiques de la Cité Spatiale.

- Départ à proximité du pittoresque port de pêche des Balourous.

Les épaves de voiliers engluées dans la vase se mêlant aux tapouilles et aux carcasses de réfrigérateurs échouées dans les palétuviers constituent un tableau délicieux propre à ravir les esthètes les plus exigeants…

Tout proche, le Palais du Squash, formidable arène sportive dont la construction entreprise au siècle dernier n’a jamais été achevée, dresse sa silhouette imposante.

- Dans la traversée du Bourg vous pourrez découvrir, se mêlant harmonieusement aux fragiles construction traditionnelles en bois tôles et carton, des bâtiments résolument contemporains aux lignes audacieuses (mentions spéciales aux n°  65 et  71 de l’avenue du Général de Gaulle).

Durant cette première partie du trajet on portera également une attention particulière à un étonnant dépôt de véhicules hors d’usage situé rue Duchesne face à l’ancien lycée technique. Des dizaines d’épaves entassées sur plusieurs couches superposées permettent de contempler en un seul regard trente ans d’histoire de l’automobile.

- Une rapide incursion dans le village Saramaca. Quel dépaysement, on pourrait se croire à Bangui ou dans un faubourg de Lagos.

N’hésitez pas à vous arrêter quelques instants. Ici un petit peuple amical et industrieux vous proposera indifféremment  des objets en bois sculpté, des I pads et autres smart phones dernière génération tombés du camion, des produits stupéfiants voire des services sexuels de qualité, le tout à des prix ridiculement bas.

- La traversée de la Plaine de Jeux constitue assurément un des points forts du périple !

A gauche, les ruines des thermes dans lesquelles quelques Kourouciens d’âge respectable assurent s’être baignés un jour,

A droite, les vestiges de plusieurs « jeux de paume »,

Plus loin, enfouies dans une végétation luxuriante, les traces à peine visibles du parcours pédestre du Lac Bois Chaudat et son réseau d’irrigation intégré sur la destination duquel les archéologues les plus éminents n’ont pas fini de s’interroger.

- Continuons notre voyage ! Déjà nous entrons dans la Zone d’Activités de Pariacabo.

Le parcours devient un peu plus sportif, mais n’est ce pas normal ? En effet nous roulons maintenant sur une voie antique dont on devine par endroit les traces du revêtement bitumineux d’origine… Mon Dieu quelle émotion !!!

- Déjà nous approchons du terme de notre Odyssée.

La dernière étape, lors de laquelle nous allons emprunter un court tronçon de route de montagne serpentant entre deux murs d’immondices avant de déboucher sur le site de la Déchetterie de Pariacabo, constitue bien évidemment le clou de la croisière.

Kikiwi persifleur

L’envol des urubus au coucher du soleil lorsque de lourdes fumées saturées en hydrazine  s’élèvent au dessus de la décharge municipale, croyez moi c’est comme la Baie de Naples : un truc qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie !

Alors chers amis à bientôt sur nos lignes ?

Bravo, continuez à persifler ainsi.
En espérant que les choses s'améliorent ...
Un" kou(t)roucien" solidaire de votre prose.

Répondre

15/01/14
Laurent  (Kourou)

En réponse au message de Kikiwi persifleur du 14/01/14

Ouverture prochaine d’une nouvelle ligne de bus à Kourou.

De sources proches des Services Techniques Municipaux, on apprend l’ouverture imminente d’une ligne à vocation touristique et culturelle reliant le Marché aux Poissons à la déchetterie de Pariacabo.

Ambition de la Municipalité : offrir à ses administrés mais également aux visiteurs contraints de séjourner quelques heures ou quelques jours à Kourou la possibilité de découvrir les trésors architecturaux et urbanistiques de la Cité Spatiale.

- Départ à proximité du pittoresque port de pêche des Balourous.

Les épaves de voiliers engluées dans la vase se mêlant aux tapouilles et aux carcasses de réfrigérateurs échouées dans les palétuviers constituent un tableau délicieux propre à ravir les esthètes les plus exigeants…

Tout proche, le Palais du Squash, formidable arène sportive dont la construction entreprise au siècle dernier n’a jamais été achevée, dresse sa silhouette imposante.

- Dans la traversée du Bourg vous pourrez découvrir, se mêlant harmonieusement aux fragiles construction traditionnelles en bois tôles et carton, des bâtiments résolument contemporains aux lignes audacieuses (mentions spéciales aux n°  65 et  71 de l’avenue du Général de Gaulle).

Durant cette première partie du trajet on portera également une attention particulière à un étonnant dépôt de véhicules hors d’usage situé rue Duchesne face à l’ancien lycée technique. Des dizaines d’épaves entassées sur plusieurs couches superposées permettent de contempler en un seul regard trente ans d’histoire de l’automobile.

- Une rapide incursion dans le village Saramaca. Quel dépaysement, on pourrait se croire à Bangui ou dans un faubourg de Lagos.

N’hésitez pas à vous arrêter quelques instants. Ici un petit peuple amical et industrieux vous proposera indifféremment  des objets en bois sculpté, des I pads et autres smart phones dernière génération tombés du camion, des produits stupéfiants voire des services sexuels de qualité, le tout à des prix ridiculement bas.

- La traversée de la Plaine de Jeux constitue assurément un des points forts du périple !

A gauche, les ruines des thermes dans lesquelles quelques Kourouciens d’âge respectable assurent s’être baignés un jour,

A droite, les vestiges de plusieurs « jeux de paume »,

Plus loin, enfouies dans une végétation luxuriante, les traces à peine visibles du parcours pédestre du Lac Bois Chaudat et son réseau d’irrigation intégré sur la destination duquel les archéologues les plus éminents n’ont pas fini de s’interroger.

- Continuons notre voyage ! Déjà nous entrons dans la Zone d’Activités de Pariacabo.

Le parcours devient un peu plus sportif, mais n’est ce pas normal ? En effet nous roulons maintenant sur une voie antique dont on devine par endroit les traces du revêtement bitumineux d’origine… Mon Dieu quelle émotion !!!

- Déjà nous approchons du terme de notre Odyssée.

La dernière étape, lors de laquelle nous allons emprunter un court tronçon de route de montagne serpentant entre deux murs d’immondices avant de déboucher sur le site de la Déchetterie de Pariacabo, constitue bien évidemment le clou de la croisière.

Kikiwi persifleur

L’envol des urubus au coucher du soleil lorsque de lourdes fumées saturées en hydrazine  s’élèvent au dessus de la décharge municipale, croyez moi c’est comme la Baie de Naples : un truc qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie !

Alors chers amis à bientôt sur nos lignes ?

Bien dit, bien écrit! J'ajoute qu'en parlant d'ordures, les "arrêts de bus", ça craint! A l'endroit où le bus s'arrête à proximité de chez moi, c'était déjà crado, mais là, c'est encore pire: avant de monter dans le bus ou en descendant, les gens balancent leurs ordures... Alors Mr le maire, en installant vos abribus (un jour), n'oubliez pas de les équiper de poubelles!

Répondre

20/01/14
Sista  (Kourou)

Le Comité du Tourisme de la Guyane investit un million d'euros dans une nouvelle campagne de communication :
http://www.tourmag.com/La-Guyane-veut-deux-fois-plus-de-touristes_a64265.html

Répondre

20/01/14
Didou973  (Saint sylvain (corréze))

En réponse au message de Sista du 20/01/14

Le Comité du Tourisme de la Guyane investit un million d'euros dans une nouvelle campagne de communication :
http://www.tourmag.com/La-Guyane-veut-deux-fois-plus-de-touristes_a64265.html

Faut demander à Cilaos à la Réunion comment ils font, il y a plus de 400 000 touristes par an...

Répondre

20/01/14
Cire El Trev  (Kourou)

En réponse au message de Didou973 du 20/01/14

Faut demander à Cilaos à la Réunion comment ils font, il y a plus de 400 000 touristes par an...

J'ai vécu 11 années à La Réunion. Ils sont juste un plus ... dynamiques !! Et n'hésitent pas à faire bouger et évoluer leur pays. Ici, c'est "Mo la Mo la, tranquille" ... Forcément , tout s'explique.

Répondre

20/01/14
Chokapix  (Sin city)

En réponse au message de Cire El Trev du 20/01/14

J'ai vécu 11 années à La Réunion. Ils sont juste un plus ... dynamiques !! Et n'hésitent pas à faire bouger et évoluer leur pays. Ici, c'est "Mo la Mo la, tranquille" ... Forcément , tout s'explique.

Il faut convenir aussi qu'ils ont d'autres atouts en matière touristique...

Répondre

20/01/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Cire El Trev du 20/01/14

J'ai vécu 11 années à La Réunion. Ils sont juste un plus ... dynamiques !! Et n'hésitent pas à faire bouger et évoluer leur pays. Ici, c'est "Mo la Mo la, tranquille" ... Forcément , tout s'explique.

Et donc? L'indolence légendaire des seuls individus locaux s'exprimant en créole?
À moins évidement qu'il ne s'agisse-là d'une critique collective dont la conextualisation linguistique ne serait que fortuite. N'est-ce pas justement quelque peu paresseux comme genre de cliché? Car quel intérrêt que de désigner ainsi une catégorie d'individus plutôt

Lire la suite

21/01/14
Francois97351

En réponse au message de Chokapix du 20/01/14

Il faut convenir aussi qu'ils ont d'autres atouts en matière touristique...

Faux !!! Il suffit de se balader à l'intérieur de la Guyane pour s'apercevoir que c'est un pays magnifique. Certains pays le font très bien (en indonésie, au Suriname, au Guyana - ah les Keiteur falls !!!, dans certains pays d'afrique et j'en passe..) la Guyane n'a rien à envier à toutes ces régions. Pourquoi le projet datant de 10 ans d'hydravions reliant touts

Lire la suite

21/01/14
Cire El Trev  (Kourou)

En réponse au message de 3wap du 20/01/14

Et donc? L'indolence légendaire des seuls individus locaux s'exprimant en créole?

À moins évidement qu'il ne s'agisse-là d'une critique collective dont la conextualisation linguistique ne serait que fortuite. N'est-ce pas justement quelque peu paresseux comme genre de cliché? Car quel intérrêt que de désigner ainsi une catégorie d'individus plutôt qu'une autre, en lui abandonnant ce faisant sans raisons, les rênes et la responsabilité du développement local, alors même que l'effort à fournir est censé être collectif et indépendant de toute assignation ethnique ou pseudo-ethnique?

Tata ti , tata ta. Beaucoup de beaux discours, peu d'actes.
Ma maxime :
Avant de vous diagnostiquer une dépression, ou de vous sous-estimer, assurez vous que vous n'êtes pas tout simplement entourés de connards.

Répondre

22/01/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Cire El Trev du 21/01/14

Tata ti , tata ta. Beaucoup de beaux discours, peu d'actes.
Ma maxime :
Avant de vous diagnostiquer une dépression, ou de vous sous-estimer, assurez vous que vous n'êtes pas tout simplement entourés de connards.

Ben voilà..."Connards" ça me semble déjà être un qualificatif nettement plus appropriés, qui permet au moins de s'affranchir de tout biais ethno-culturel un peu trop caricatural...

Répondre

22/01/14
Ricky  (Macouria)

En réponse au message de Sista du 20/01/14

Le Comité du Tourisme de la Guyane investit un million d'euros dans une nouvelle campagne de communication :
http://www.tourmag.com/La-Guyane-veut-deux-fois-plus-de-touristes_a64265.html

Encore une fois une grosse somme d'argent jetée par les fenêtres…

Répondre

04/03/14
Cyril2013  (Cayenne)

Voilà, c'est fini: le Carnaval 2014 est terminé!.. Si vous êtes nostalgiques des carnavals passés, je vous conseille vivement le site du Comité de Tourisme de la Guyane qui vous propose toujours actuellement le programme du Carnaval... 2013 ! Au fait, ce ne sont pas quelques 105 millions d'euro qui viennent d'être alloués au développement du tourisme en Guyane? Je ne sais pas quelle somme va aller au Comité de Tourisme mais ce sera toujours ça de trop, vu le travail fourni pour ne serait-ce que mettre son site à jour !!!

Répondre

05/03/14
Etudiant  (Cayenne)

En réponse au message de Cyril2013 du 04/03/14

Voilà, c'est fini: le Carnaval 2014 est terminé!.. Si vous êtes nostalgiques des carnavals passés, je vous conseille vivement le site du Comité de Tourisme de la Guyane qui vous propose toujours actuellement le programme du Carnaval... 2013 ! Au fait, ce ne sont pas quelques 105 millions d'euro qui viennent d'être alloués au développement du tourisme en Guyane? Je ne sais pas quelle somme va aller au Comité de Tourisme mais ce sera toujours ça de trop, vu le travail fourni pour ne serait-ce que mettre son site à jour !!!

Pas seulement le site du tourisme, beaucoup de site de l'administration en Guyane, ne sont pas à jour, regarder la 3CL.

Répondre

05/03/14
Cush  (Cay)

En réponse au message de Cyril2013 du 04/03/14

Voilà, c'est fini: le Carnaval 2014 est terminé!.. Si vous êtes nostalgiques des carnavals passés, je vous conseille vivement le site du Comité de Tourisme de la Guyane qui vous propose toujours actuellement le programme du Carnaval... 2013 ! Au fait, ce ne sont pas quelques 105 millions d'euro qui viennent d'être alloués au développement du tourisme en Guyane? Je ne sais pas quelle somme va aller au Comité de Tourisme mais ce sera toujours ça de trop, vu le travail fourni pour ne serait-ce que mettre son site à jour !!!

Au Comité du Tourisme de Guyane, les employés aussi font du tourisme. Il faut leur expliquer que c'est réservé aux touristes ;-)))

Répondre

07/03/14
Yvor De Walapulu  (Présipauté cacaoyère walapulu)

Bonjour,
Dimanche 16 mars 2014, à 08 H 30
Pemière visite du domaine Pascaud "Félix Potin", circuit de trois kilomètres
partant de la dernière ferme de cacao de Guyane, découverte de sites d'anciennes habitations, de roches gravées, du dévelopement de l'agriculture (Cacaoyère, plantes aromatiques...)
Plus de renseignements sur http://yvordewalapulu./une-nouvelle-activite-agrotouristique

Lire la suite

25/03/14
Yvor De Walapulu  (Présipauté cacaoyère walapulu)

Bonjour,
Dimanche 30 mars avant d'aller voter, venez faire la deuxième visite du site du domaine Pascaud Félix Potin
Circuit commentée d'environ trois kilomètres
Détails : http://yvordewalapulu.wordpress.com/
tarif : 7 € comprenant circuit commentée et une tablette de chocolat Walapulu
à bientôt

Répondre

30/03/14
Voltaire  (Saint laurent du maroni)

Avis de l'auberge des Chutes Voltaire
l'adresse mail de l'auberge des chutes Voltaire aubergevoltaire @hotmail.com n'est plus utilisable suite à une utilisation frauduleuse! la nouvelle adresse est reservation.aubergevoltaire@gmail.com merci!

Répondre

04/04/14
Yvor De Walapulu  (Présipauté cacaoyère walapulu)

Bonsoir,
mise à jour des dates de visites commentées Domaine Pascaud Félis Potin les 13 et 27 avril
à 8 H 30 et de l'habitation Artur Reprise le 19 avril à 16 H 00
plus de renseignemants sur : http://yvordewalapulu.wordpress.com/
adessias galinettes

Répondre

13/04/14
Laurent  (Kourou)

Si j'ai bien noté les horaires d'ouverture au public du nouveau centre Kalapa, pour visiter le site des gravures amérindiennes de la Carapa à Kourou, ce serait donc 8H à 17H en semaine, et fermé le week-end... Gageons que les personnes chargées d'animer cet endroit vont pouvoir se la couler douce et faire concurrence à celles qui "travaillent" à l'office de tourisme... Pour les touristes locaux ou non, circulez, y a rien à voir le week-end! J'espère que quelqu'un à la nouvelle gouvernance de la ville va réfléchir un peu à tout ça. Surtout qu'en semaine, même les scolaires ne pourront visiter le lieux puisqu'ils n'ont pas accès aux bus...

Répondre

13/04/14
Cire El Trev  (Kourou)

En réponse au message de Laurent du 13/04/14

Si j'ai bien noté les horaires d'ouverture au public du nouveau centre Kalapa, pour visiter le site des gravures amérindiennes de la Carapa à Kourou, ce serait donc 8H à 17H en semaine, et fermé le week-end... Gageons que les personnes chargées d'animer cet endroit vont pouvoir se la couler douce et faire concurrence à celles qui "travaillent" à l'office de tourisme... Pour les touristes locaux ou non, circulez, y a rien à voir le week-end! J'espère que quelqu'un à la nouvelle gouvernance de la ville va réfléchir un peu à tout ça. Surtout qu'en semaine, même les scolaires ne pourront visiter le lieux puisqu'ils n'ont pas accès aux bus...

Comment ça ? Il n'y a pas de bus à Kourou ? Et tous ceux qui circulent à vide alors ?? Laurent, tu déconnes !! Lol :)

Répondre

13/04/14
Laurent  (Kourou)

En réponse au message de Cire El Trev du 13/04/14

Comment ça ? Il n'y a pas de bus à Kourou ? Et tous ceux qui circulent à vide alors ?? Laurent, tu déconnes !! Lol :)

Non, je ne déconne pas! Les scolaires, dans le cadre d'une sortie scolaire, n'ont pas le droit d'emprunter les bus municipaux. Je ne déconne pas! Les enfants peuvent les emprunter à titre personnel pour se rendre à l'école, mais les écoles n'ont plus aucun bus pour circuler avec leurs élèves.

Répondre

13/04/14
Laurent  (Kourou)

En réponse au message de Cire El Trev du 13/04/14

Comment ça ? Il n'y a pas de bus à Kourou ? Et tous ceux qui circulent à vide alors ?? Laurent, tu déconnes !! Lol :)

Finalement, ce que tu aurais pu me dire, c'est: Mais où comptes-tu emmener tes élèves? A la piscine? Elle est fermée depuis deux ans. A la médiathèque? Il n'y a rien dedans. Au stade? Il est en travaux... Reste donc le centre Kalapa...

Répondre

Raccourcis  




passer une petite annonce




passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités

La Guyane c’est ici 

Photothèque

Lancements 2017
Lancements 2017
Vol Vega 11

Annonceurs

Tarifs de publicité