aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

15/05/18
Communiqué des 17 urgentistes démissionnaires

Les urgentistes ont rencontré la direction, vendredi 11 mai 2018, sous la médiation du Conseil de l’Ordre des médecins et des Universitaires.
Lors de cette réunion, la direction a admis qu’il y a 17 médecins démissionnaires dans le service urgences-SAMU. Les deux parties se sont accordées pour valider le nombre de médecins nécessaires pour que le service Urgences-SAMU puisse assumer ses missions.

Il n’y a aujourd’hui que 25 médecins, alors qu’il en faut une quarantaine pour assurer le bon fonctionnemeCont du service. Dans les mois qui viennent, les urgentistes seront encore moins nombreux.

La réunion n’a pas permis d’avancer de solutions concrètes, faisables et immédiates pour recruter rapidement des urgentistes.

La seule solution de la direction est de supprimer provisoirement certains postes. Aujourd'hui, il manquait deux médecins aux Urgences-SAMU de Cayenne.
Les médecins du service Urgences-SAMU sont surmenés et ne peuvent plus continuer à soigner les usagers dans ces conditions. Leur demande principale est de passer rapidement de cet effectif de 25 à l’effectif de 40. Ils veulent travailler dans de bonnes conditions pour faire du bon travail.

Le communiqué de presse de Madame Mazia, présidente du Conseil de Surveillance de l’hôpital, et à ce titre représentante des élus, des associations d’usagers de la santé, propose de faire travailler les urgentistes « sur la base règlementaire des 60 heures semaine glissante » (sic). Les urgentistes considèrent que cette proposition est intolérable et signalent qu’elle est contraire à la réglementation.
C’est purement et simplement un encouragement au départ.

C’est à cause de décisions de ce type que les urgentistes quittent le CHAR. Il est indispensable d’instaurer au CHAR des conditions de travail satisfaisantes, avec une gestion respectueuse et humaine pour attirer de nouveaux médecins et retenir ceux qui envisagent de partir.