aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Inspirés des pétroglyphes de Guyane, et réalisés à partir mortier sablé (sable blanc d'Organabo) et d'inclusions de pigments, les tableaux de Didier Béreau revisitent un patrimoine exceptionnel de la Guyane.
Est présenté ici un choix d'oeuvres déjà exposées : "Stigmates de l'oubli", "Guyane : Entre Ciel et Terre" et "Un tel héritage précolombien".

Oeuvre artistique à part entière, les tableaux de Didier Béreau sont aussi un hommage à un patrimoine qui reste à valoriser.


Didier Béreau nous présente son travail :

« On peut, sans conteste, considérer les pétroglyphes comme étant les témoignages les plus reculés des civilisations amérindiennes résidant sur le Plateau des Guyanes ; un patrimoine hors d’âge (âgé de plus de 500 ans même s’il est difficile à l’heure actuelle de dater ces œuvres et que chacun s’accorde à dire qu’elles sont au moins précolombiennes) qu’il convient de protéger à tout prix !

Parmi les nombreux sites à pétroglyphes, quelques uns m'ont particulièrement inspiré... Il ne s’agissait pas seulement, de retranscrire à l’identique les motifs des roches mais d’y associer aussi la magie des couleurs. Que notre non-conformité aux originaux soit excusée…

En plus de ses aspects historique et plastique, cette exposition se caractérise par sa signification sociale… Des volontés fortes m'ont profondément animé : celle de positionner la Communauté amérindienne comme acteur incontournable de l’Histoire de notre région et celle de la remercier de son apport au patrimoine guyanais…

Enfin, au niveau pédagogique, il m'est apparu que mises à part certaines roches, l’histoire et la localisation de beaucoup de pétroglyphes restaient méconnues du grand public. D’où l’intérêt d’une telle exposition qui effleure le sujet. Il vous est toujours possible d’approfondir le sujet en compulsant l’ouvrage de « L’archéologie en Guyane » édité par la DRAC.

Voici en « quelques » lignes pourquoi l’objet d’une telle exposition qui pourrait se résumer en ces quelques termes :
  • Sensibiliser un public qui en majorité sous-estime la valeur de son patrimoine
  • Valoriser ce patrimoine en le déclinant sous une autre forme de représentation
  • Préserver un héritage vieux de plus de 500 ans de l’oubli, du mépris et de toutes formes de détériorations anthropiques en attendant une réelle mise en valeur de ces sites…»
Visite de l'expo de Didier Béreau en ligne

Pour information, quelques photos des roches gravées de la Carapa, à Kourou

Autres chroniques de l'année 2006/photos