aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Grand Man Gazon Matodja, 1904-2011

L'année 2011 a vu disparaître au Suriname un grand personnage de la tradition comme il n'y en aura peut-être plus : Le Gran Man des Okanisi, appelé aussi « le Roi des Marrons ».

Gaanman Gazon Matodja, le 23 août 2011
Photo extraite du site Marrons du Suriname

Ce grand Sage, qui a marqué plusieurs générations, a eu à gérer la douloureuse période de la guerre civile au Suriname, avec son lot de réfugiés, accueillis en Guyane française. C'est vers le Suriname que nous nous sommes tournés pour mieux connaître cette personnalité d'exception qu'était le Grand Man Gazon Matodja, auquel l'écrivain Njuka André Pakosi a rendu longuement hommage, notamment à travers un ouvrage : "Gazon Matodja, Chef de tribu au Suriname à la fin d'une époque".
Les textes qui suivent, parus dans la presse surinamaise, sont dus à André Pakosi. Ils ont été traduits du Hollandais :


Jeudi 1 décembre 2011
Le Grand Man des Ndjukas est mort

Grand Man Matodja Gazon, chef suprême des Aucaners*, est mort dans l'après-midi à l'âge de 91 ans. Lundi, il avait été transporté par hélicoptère depuis Drietabbetje, alors qu'il était dans un état grave. Mais la médecine ne pouvait plus rien pour lui. Son corps a été remis à son village, dans l'attente des nombreux rituels propres à l'événement.(De Ware Tijd).

* Les Aucaners sont dénommés Ndjukas en Guyane française.

Vendredi 2 décembre 2011
Consacré comme roi par son peuple

Grand Man Gazon Matodja n'est plus. Jeudi 1er décembre 2011, cette personnalité marquante a entrepris le voyage pour rejoindre ses ancêtres.

Gazaon Matodja est né vers 1904 dans le village paternel Moitaki sur la rivière Tapanahony, dans l'intérieur du pays. Il appartenait à la lignée Baakabee, une branche du lo-Otoo. Sa mère s'appelait ma Asafii (lo-Otto) et son père da Sadepai (lo-Misidyan). Son père lui donna à sa naissance le nom Sokoton et sa mère le nom Gazon.

Le lo-Otoo est le groupe matrilinéaire dont est issu le Grand Man des Okanisi, depuis 1967. En raison de l'ordre structurel matrilinéaire adopté par les communautés marronnes, la descendance d'une personne est reconnue par la lignée maternelle, et la succession s'effectue également selon cette lignée. C'est sur cette base que Gazon Sokoton Matodja a été désigné comme le successeur de son oncle le Grand Man Akontu Velanti, après sa mort en 1964.

En 1966, dans le village Puketi, le Grand Man Gazon Matodja est consacré Grand Man, devenant ainsi le quatorzième Grand Man des Okanisi depuis 1759. A l'époque où il est né, il n'existait pas de formalités d'enregistrement des naissances pour les Marrons. Cela n'est apparu que les années suivantes. Da Gazon ne possède donc pas d'acte de naissance, et il n'est pas possible de connaître l'heure, ni même le jour ou le mois de sa naissance. Dès lors en 1966, pour la reconnaissance de son statut de Grand Man par le gouvernement, il a fallu ajouter une mention au registre des naissances du district Maroni où Da Gazon était né et où il a vécu. Son âge est basé sur une estimation. L'Etat-civil fixa que Gazon Matodja était né dans l'Intérieur le 20 avril 1920. Son âge a ainsi été sous-estimé de seize années. Il avait passé officiellement l'âge de 91 ans, mais en réalité, il nous a quittés à l'âge réel de 107 ans.

Grand Man Gazon Matodja a toujours été réputé pour son sens diplomatique raffiné, sa sagesse, son éloquence, son aspiration à aller de l'avant et la clarté de son esprit. Il était une personnalité influente et restera dans l'histoire comme le Grand Man des Marrons, ayant eu le plus long mandat.

Ses jeunes années

Il a dix ans en 1914. Pour la première fois, Gazon accompagne son père Sadépai à Albina pour effectuer un transport de fret depuis Albina et Saint-Laurent jusque dans l'arrière-pays de la Guyane française. Le 31 juillet 1916, Papa Amakiti, qui venait tout juste d'être désigné Grand Man des Okanisi, se rend avec une grande délégation à Albina, dans l'intention de rejoindre Paramaribo afin d'être officiellement reconnu comme Grand Man par le gouvernement. A l'occasion des divers entretiens que j'ai eus avec le Grand Man Gazon pour l'écriture de mon ouvrage "Gazon Matodja, Chef de tribu au Suriname à la fin d'une époque", celui-ci m'a relaté son plus important souvenir, lorsqu'il était jeune, avec son père à Albina : "J'ai rencontré Da Amakiti pour la première fois alors qu'il s'apprêtait à se rendre pour Paramaribo pour être reconnu par le gouvernement". Cela établit que da Gazon ne peut pas être né en 1920.

Plus tard, alors que Gazon était assez grand pour assurer sa subsistance et que le transport de marchandises n'était plus aussi rémunérateur, il partit travailler comme de nombreux autres Okanisi de l'époque dans l'exploitation forestière ou dans les travaux routiers du gouvernement sur la zone côtière du Suriname. Il a ainsi participé comme ouvrier à la construction de la voie menant d'Albina à Mongoe. En 1936, son oncle Pai Amatodja a été désigné par la communauté Okanisi comme successeur du Grand Man Amakiti. Le Grand Man Amatodja demanda alors à son neveu Gazon de le rejoindre. S'il est vrai que da Gazon n'avait pas la parole dans les réunions publiques, il était cependant écouté par le Grand Man à titre de conseiller. C'est ainsi, dans la discrétion et de manière traditionnelle, que da Gazon s'est préparé à devenir Grand Man des Okanisi, sans toutefois en avoir conscience. Da Gazon a quitté son village natal Moitaki pour s'établir définitivement à Diitabiki, qui est le lieu de résidence des Grands mans des Okanisi. Il a représenté son oncle dans de nombreuses rencontres. Il a notamment participé à la délégation qui a accompagné Pai Amatodja à Paramaribo, pour le faire reconnaître comme Grand Man.

Selon la tradition Okanisi, da Amatodja aurait dû d'abord être initié de manière traditionnelle au village Puketi avant d'être reconnu par le gouverneur de Paramaribo. Mais il en a été autrement, et le fait que Amatodja n'ait régné comme Grand Man que pendant à peine dix ans avant de mourir a été attribué à cette faute. Il lui manquait le soutien des dieux et des ancêtres.

En juin 1947, le Grand Man Amatodja décède à Diitakiki. Il voyait en Gazon son successeur. De son côté, Gazon qui se trouvait trop jeune pour exercer la charge de Grand Man, demande à son oncle Akontu Velanti d'en prendre la responsabilité. Le 15 avril 1950 au village Puketi, Akontu Velanti est installé comme Grand Man des Okanisi. Il y décède le 16 avril 1964.

En août 1965, alors que les Okanisi étaient affairés aux cérémonies du Bookodé (fin officielle de la période de deuil) du Grand Man Velanti, le ministre-président Johan Adolf Pengel, escorté d'une centaine de personnes arrive à Diitabiki. Chacun pensait qu'il était venu assister au Bookodé. Mais il apparait très vite qu'il voulait installer Gazon Matodja comme Grand Man. Gazon refuse, ne voulant pas répéter l'erreur de son oncle Pai Amatodja. Soutenu par la majorité des chefs Ndjukas, il est donc resté fidèle à la tradition. Le ministre-président et sa délégation sont donc rentrés déçus et irrités à Paramaribo. Johan Adolf Pengel l'a pris comme une offense personnelle, et l'incident a conduit à sa mort.

Après que toutes les cérémonies du Bookodé de Akontu Velanti aient été achevées, Gazon Matodja fut officiellement proposé comme Grand Man lors d'une réunion générale en 1965. En 1966, à Puketi, il est intronisé quatorzième Grand Man des Okanisi, depuis la formation de cette communauté à la fin de la seconde moitié du XVIIIème siècle. L'installation d'un Grand Man Okanisi fait l'objet de nombreux rituels et cérémonies à l'occasion desquelles le candidat fait serment pour la vie.

Après son installation à Puketi, le nouveau Grand Man se rend à sa résidence à Diitabiki où ont lieu les rituels d'usage, avant de visiter deux autres lieux sacrés des Okanisi, les villages Gaanboli et Tabiki. Ces formalités accomplies, le Grand Man était prêt à se rendre à Paramaribo pour être reconnu par le gouvernement. Le déplacement en délégation a lieu en juillet 1966.

Le mandat de Grand Man Gazon Matodja

Le mandat de da Gazon fut jalonné d'épreuves, car il lui a fallu constamment choisir entre maintenir les anciennes traditions et composer avec les changements de son époque. Une période difficile pour le Grand Man fut la guerre entre Bouterse et Brunswijk (1986-1992), dont son peuple a été victime. La lutte personnelle entre Ronnie Brunswijk, un Okanisi originaire de la région Cottica, et Desire Delano Bouterse qui commandait l'armée nationale, a conduit à des exactions de l'armée contre les Marrons. Des villageois ont été massacrés (entre autres à Moiwana et Atyoni), leurs maisons incendiées et de nombreux Marrons durent fuir en Guyane française, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis et au Canada. Les Marrons réfugiés dans des camps (qu'il a visités à trois reprises) attendaient de lui qu'il déclare publiquement son soutien à Ronnie Brunswijk. Le régime militaire attendait de lui qu'il interdise à Ronnie Brunswijk l'accès aux régions de l'Intérieur ou qu'il le livre aux autorités. Le Grand Man estimait qu'il devait se situer au-dessus des partis et qu'il ne devait inciter personne à la guerre et à la mort. Il a gardé cette position jusqu'à sa mort.

Durant les années de guerre civile, il s'est rendu plusieurs fois en Guyane française pour rencontrer les autorités locales et le Grand Man des Marrons Aluku de l'époque, Tolinga (de la communauté des Marrons en Guyane française), pour évoquer le cas des réfugiés qui vivaient dans des camps, pour la plupart issus de la région Cottica.

En 1987 et 1992, avec Silvia de Groot et moi-même, le Grand Man Gazon a lancé un appel au monde au sujet de la situation d'urgence qui régnait dans l'Intérieur du pays, depuis et après la guerre. Il lança un appel urgent aux Pays-Bas pour qu'ils maintiennent leur aide humanitaire en faveur de l'Intérieur.

En 1992, sur invitation du Comité de Soutien au Développement de l'Intérieur* qu'il présidait (dont Silvia de Groot était la secrétaire et dont Kensly Vrede et Truus Koningsbloem étaient membres), Gazon conduisit aux Pays-Bas une délégation de quatre Grands Mans de diverses communautés marronnes ainsi qu'un leader des Amérindiens afin de trouver de l'aide pour les régions intérieures du Suriname.

Grand Man Gazon Matodja est le premier Grand Man des Okanisi à avoir fait plusieurs voyages à l'étranger :
1970 Antilles néerlandaises
1970 Pays-Bas
1970 Ghana, Togo, Dahomey et Nigeria
1977 Antilles néerlandaises
1977 Pays-Bas
1977 Nigeria
1982 U.S.A. (invité par le Prof. R.F. Thompson, du collège Timothy Dwight College, Université de Yale)
1992 U.S.A., Washington sur invitation du Smithsonian Institut
1992 Pays-Bas, comme leader de la délégation des chefs Marrons, sur invitation du C.O.O.B. (Comité Ondersteuning Ontwikkeling Binnenland)
1996 Pays-Bas
2000 Pays-Bas

En 1994, pour la première fois de l'histoire des Marrons, Gazon nomme une femme au second rang le plus élevé, celui de capitaine, ce qui jusque là n'était pas possible : tout au plus les femmes pouvaient être désignées comme Basja (assistantes du capitaine). En 2000, lors d'une visite aux Pays-Bas, le Grand Man Gazon nomma un Capitaine et un certain nombre de Basjas au sein de la communauté des Marrons Okanisi des Pays-Bas, ce qui était également une première. Les Capitaines et Basjas se réunissent en Conseil des Capitaines et Basjas des Okanisi des Pays-Bas. Le but de ce conseil est de soutenir les Marrons des Pays-Bas dans toutes sortes de domaines, les organisations « à l'occidentale » étant inadaptées.

Gazon Matodja est le Grand Man le plus décoré de toute l'histoire des Marrons. Il a reçu au fil des ans les distinctions suivantes :

1970 Chevalier de l'Ordre d'Oranje Nassau
1978 Officier de l'ordre d'honneur de la Palme
1982 Chubb Fellowship (il s'agit d'une décoration internationale renommée qui est attribuée seulement aux chefs d'Etat de stature mondiale. Parmi les bénéficiaires figurent l'ex-président Harry Truman, Jimmy Carter et Ronald Reagan, ainsi que l'ancien ministre de la défense d'Israël, Moshe Dayan).
1982 Citoyen d'honneur de la ville de Croton sur Hudson (Etat de New York)
1991 Officier de l'ordre d'honneur de la Croix jaune
2000 Gaanman Gazon Matodja Award
2000 Jagernath Lachmon Award
2000 Grand ruban de l'Ordre d'honneur de la Croix jaune.

En 1996, l'Institution marronne Sabanapeti créait le Gaanman Gazon Matodja Award avec le consentement de l'intéressé. Il s'agit d'une haute distinction marronne décernée aux personnes et institutions dont les mérites ont été reconnus à divers titres dans l'intérêt de la société du Suriname ou des communautés des Marrons. Le Gaanman Gazon Matodja a accordé cette distinction le 24 août dernier à un certain nombre de personnes. La veille, le 23 août, le Grand Man Gazon Matodja avait été consacré par son peuple comme roi, et gratifié d'une couronne d'or et d'un sceptre d'or.

Le Grand Man savait sa fin proche. Régulièrement, chaque jeudi, nous avions ensemble une conversation au téléphone. Il m'avait récemment demandé de ne pas l'appeler seulement toutes les deux semaines, mais plus fréquemment, ce que j'ai fait. Il est parti maintenant. Mais il survivra dans l'esprit de beaucoup. L'histoire nous dira ce que deviendra après lui la fonction de Grand Man.

Mes respects à Grand Man Gazon,

Capitaine André R. M. Pakosie

(Starnieuws)


* Het Comité Ondersteuning Ontwikkeling Binnenland (COOB).


Autres chroniques de l'année 2011