aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

DITES NON AU MALATHION ! Un collectif citoyen piloté par Noémie lance un appel :
Depuis le 18 Novembre, nous subissons l'épandage du Malathion. Peu de communication, des impacts sur l'environnement non négligeables... Parce que les enfants, les animaux, la flore méritent notre mobilisation, je vous propose d'organiser ensemble une réponse collective (le rassemblement initialement prévu pour le 29 novembre est annulé).
Pour tous renseignements vous pouvez me contacter par mail à l'adresse : nonmalathionguyane@gmail.com. Dites NON AU MALATHION !

A lire sans faute sur Guyaweb un article qui en dit long sur la pseudo transparence claironnée par les autorités : « Malathion : l’ARS interdit aux scientifiques de l’Institut Pasteur de répondre aux questions sur leur étude »

Voir aussi un montage et rappel de l'enquête publiée sur La Levée des voiles


Jodla 21/11/14

       

Jodla 18/11/14
« Malathion en Guyane : précautions et vigilance ! »
par la fédération Guyane Nature Environnement

A l’heure où de nombreuses voix se sont déjà élevées pour contester le bien-fondé de la
pulvérisation d’insecticides dans la lutte contre la prolifération des moustiques
et en ce jour de reprise de la diffusion de malathion, GUYANE NATURE ENVIRONNEMENT souhaite rappeler quelques points essentiels concernant les précautions officielles que doivent prendre les citoyens lors des pulvérisations et la nécessaire vigilance qu’induit l’utilisation de ces substances toxiques.... lire la suite (pdf)


Jodla 17/11/14
Malathion : Allô les « certains », où êtes vous ?

« Malathion : début demain », titre aujourd'hui France-Guyane (page 2 de l'édition papier) comme si c'était une évidence. Un article assorti d'un commentaire qui se veut rassurant : « Critiquée par certains, son utilisation est très encadrée ». Et l'on va même jusqu'à nous assurer que les baygonneuses « resteront au garage les jours de pluie ou de grand vent ».
Adieu abeilles, poissons et autres bestioles aquatiques qui se trouveront à proximité, le public le sait-il ? (Sages)
Et si la baygonneuse chargée de malathion vient à pulvériser son poison à proximité des lacs (pas moins de 3 à Kourou), c'en est fini des grands prédateurs de moustiques que sont les guppies, et des invertébrés aquatiques qui nourissent à leur tour la faune. Sommes-nous à ce point idiots ? Peut-être bien.

Mais voilà un argument - peut-être passé inaperçu - qui devrait en convaincre quelques uns : dans un article du 22 août, Guyaweb notait (Le syndrome du Malathion) : « Le malathion peut endommager de façon irrémédiable les peintures des véhicules. » Bingo !

Les Guyanais seraient-ils à ce point lobotomisés qu'ils vont se laisser gazer sans rien dire ?

Planning des gazages sur le site de la préfecture.

A lire entre autres : (la pétition citoyenne contre le malathion en Guyane a récolté 1570 signatures sur Avaaz)
Guyaweb : Les pulvérisations de malathion "recommencent" mardi en Guyane
Mouvement citoyen contre l'utilisation du malathion en Guyane ;
Guyane écologie contre l'utilisation du malathion
Jodla du 11 septembre : Le gazage de la population, c'est maintenant !

Article sur Vidal.fr : Epidémie de Chikungunya en Guyane


Jodla 15/11/14
Première lettre de François Ringuet aux Kourouciens

Le clientélisme institutionnalisé, la médiocrité et l'incompétence nécessaires au bon fonctionnement du principe de Peter, le suivisme des électeurs... et la lâcheté des services de l'Etat ont fait des ravages dans la ville spatiale.
A l'heure des bilans, nul ne prononcera le nom de celui qui a, enfin, perdu tous ses mandats. Mais l'addition est lourde : « Je veux me tourner vers l’avenir même s’il semble peu réjouissant » écrit François Ringuet qui annonce « une crise budgétaire grave », ajoutant même : « La municipalité répond aujourd’hui à tous les critères qui permettent à l’Etat une mise sous tutelle de la collectivité.» Le syndrome est connu depuis bien longtemps : « Le personnel municipal est composé de plus de 800 agents d’où une masse salariale très importante par rapport à la taille et la démographie de notre commune. En moyenne une ville de 30 000 habitants nécessite des services comportant au total 150 à 200 personnes en fonction de l’étendue des missions de services publics rendus à la population. Cela représente aussi un besoin en équipement et en matériel tout aussi important. Auquel, il faut rajouter un montant en prestation externalisée faisant appel à des entreprises
A lire : La lettre du Maire de Kourou, n° 1 : Le défi du changement (pdf)


Jodla 13/11/14
C'est la rentrée littéraire en Guyane !

Infos citoyennes

Communiqués

Viré Gadé


Offres et demandes covoiturage



Horaires des marées :
Iles Salut / Cayenne / Les Hattes

Photothèque

Lancements 2014
Lancements 2014
Mission accomplie VA220

Annonceurs

Tarifs de publicité