aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Jodla 15/11/14
Première lettre de François Ringuet aux Kourouciens

Le clientélisme institutionnalisé, la médiocrité et l'incompétence nécessaires au bon fonctionnement du principe de Peter, le suivisme des électeurs... et la lâcheté des services de l'Etat ont fait des ravages dans la ville spatiale.
A l'heure des bilans, nul ne prononcera le nom de celui qui a, enfin, perdu tous ses mandats. Mais l'addition est lourde : « Je veux me tourner vers l’avenir même s’il semble peu réjouissant » écrit François Ringuet qui annonce « une crise budgétaire grave », ajoutant même : « La municipalité répond aujourd’hui à tous les critères qui permettent à l’Etat une mise sous tutelle de la collectivité.» Le syndrome est connu depuis bien longtemps : « Le personnel municipal est composé de plus de 800 agents d’où une masse salariale très importante par rapport à la taille et la démographie de notre commune. En moyenne une ville de 30 000 habitants nécessite des services comportant au total 150 à 200 personnes en fonction de l’étendue des missions de services publics rendus à la population. Cela représente aussi un besoin en équipement et en matériel tout aussi important. Auquel, il faut rajouter un montant en prestation externalisée faisant appel à des entreprises
A lire : La lettre du Maire de Kourou, n° 1 : Le défi du changement (pdf)

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 20 Véga

Annonceurs

Régie publicitaire