aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Courrier des lecteurs

Nouveau courrier   
16/01/17
Bonpom  (Remire)      Du bon usage du courrier des lecteurs

En réponse au message de Jcb du 16/01/17

Vous me faites penser aux vœux que je viens de recevoir d'un ami, et que je reproduis ici avec l'autorisation explicite de l'auteur, donc sans risque d'un dépôt de plainte :

Avertissement préliminaire :

Le principe de précaution est maintenant inscrit dans la Constitution, tandis que des lois pénales sévères prohibent toute discrimination et toute analyse hérétique de l'histoire contemporaine, sous peine de prison. Enfin, le fait de parler d'étrangers ou de certaines communautés pour autre chose que pour en dire du bien est sanctionné des mêmes peines. Par prudence, je vous adresse donc pour 2016 des vœux que j'espère "politiquement corrects" et, surtout, en conformité avec la législation en vigueur dans notre libre démocratie. En conséquence, j’ai le regret de vous demander de bien vouloir ne pas tenir compte de la formulation sous laquelle je vous aurais éventuellement fait parvenir mes vœux dernièrement. Celles-ci étant nulles et non avenues, vous voudrez bien trouver ci-dessous, sous la forme légale fournie par mon avocat, une ...

Nouvelle formulation :
Je vous prie d'accepter, sans aucune obligation implicite ou explicite de votre part, mes vœux à l'occasion du solstice d'hiver et du premier de l'an, en adéquation avec la tradition, la religion ou les valeurs existentielles de votre choix, dans le respect de la tradition, de la religion ou des valeurs existentielles des autres, ou dans le respect de leur refus, en la circonstance, de traditions, religions ou valeurs existentielles, ou de leur droit de manifester leur indifférence aux fêtes populaires programmées.

Ces vœux concernent plus particulièrement :
- la santé, ceci ne supposant de ma part aucune connaissance particulière de votre dossier médical, ni d'une quelconque volonté de m'immiscer dans le dialogue confidentiel établi avec votre médecin traitant ou votre assureur avec lequel vous auriez passé une convention obsèques;

- la prospérité, étant entendu que j’ignore tout de la somme figurant sur votre déclaration de revenus, de votre taux d'imposition et du montant des taxes et cotisations auxquelles vous êtes assujetti;

- le bonheur, sachant que l'appréciation de cette valeur est laissée à votre libre arbitre et qu'il n'est pas dans mon intention de vous recommander tel ou tel type de bonheur.

Nota Bene :
Le concept d'année nouvelle est ici basé, pour des raisons de commodité, sur le calendrier grégorien, qui est celui le plus couramment utilisé dans la vie quotidienne de la région à partir de laquelle ces vœux vous sont adressés. Son emploi n'implique aucun désir de prosélytisme. La légitimité des autres chronologies utilisées par d'autres cultures n'est absolument pas mise en cause.

Notamment :
- le fait de ne pas dater ces vœux al-jum`a: 20. Rabi al-Awwal de l'an 1437 de l'Hégire (fuite du Prophète à Médine) ne constitue ni une manifestation d'islamophobie, ni une prise de position dans le conflit israélo-palestinien ;
- le fait de ne pas dater ces vœux du 20 Teveth 5776, ne constitue ni un refus du droit d'Israël à vivre dans des frontières sûres et reconnues, ni le délit de contestation de crime contre l'humanité ;
- le fait de ne pas dater ces vœux du 11ème jour du 11ème mois de l'année du Cheval de Bois, 78ème cycle, n'implique aucune prise de position dans l'affaire dite "des frégates de Taïwan" ;
- le fait de ne pas dater ces vœux du Quintidi de la 3ème décade de Frimaire de l'an 225 de la République Française, une et indivisible, ne saurait être assimilé à une contestation de la forme républicaine des institutions.
Enfin, l'emploi de la langue française ne sous-entend aucun jugement de valeur. Son choix tient au fait qu'elle est la seule couramment pratiquée par l'expéditeur. Tout autre idiome a droit au respect tout comme ses locuteurs.

Clause de non responsabilité légale :

En acceptant ces vœux, vous renoncez à toute contestation postérieure. Ces vœux ne sont pas susceptibles de rectification ou de retrait. Ils sont librement transférables à quiconque, sans indemnités ni royalties. Leur reproduction est autorisée. Ils n'ont fait l'objet d'aucun dépôt légal. Ils sont valables pour une durée d'une année, à la condition d'être employés selon les règles habituelles et à l'usage personnel du destinataire. A l'issue de cette période, leur renouvellement n'a aucun caractère obligatoire et reste soumis à la libre décision de l’expéditeur. Ils sont adressés sans limitation préalable liée aux notions d'âge, de genre, d'aptitude physique ou mentale, de race, d'ethnie, d'origine, de communauté revendiquée, de pratiques sexuelles, de régime alimentaire, de convictions politiques, religieuses ou philosophiques, d'appartenance syndicale, susceptibles de caractériser les destinataires.
Leurs résultats ne sont, en aucun cas, garantis et l'absence, totale comme partielle, de réalisation n'ouvre pas droit à compensation. En cas de difficultés liées à l'interprétation des présentes, la juridiction compétente est le Tribunal habituel du domicile de l'expéditeur.

Qu’il me soit permis, dans ces conditions, de vous souhaiter une année conforme aux dispositions légales et réglementaires en vigueur et, si possible, à vos attentes !

"Vous me faites penser aux vœux que je viens de recevoir d'un ami, et que je reproduis ici avec l'autorisation explicite de l'auteur, donc sans risque d'un dépôt de plainte"
Je suppose que votre ami s'appelle Elie Arié et travaillait pour le blog de Marianne en 2013 ! ... sinon il s'est contenté de copier-coller un texte sans dire qu'il n'est pas l'auteur, et vous de le diffuser en insistant sur ce même mensonge. Ici, cela n'a bien sur pas grande

Lire la suite

16/01/17
Jcb  (Cayenne)      Du bon usage du courrier des lecteurs

En réponse au message de Lebobi du 15/01/17

Vous me faites penser aux vœux que je viens de recevoir d'un ami, et que je reproduis ici avec l'autorisation explicite de l'auteur, donc sans risque d'un dépôt de plainte :
Avertissement préliminaire :
Le principe de précaution est maintenant inscrit dans la Constitution, tandis que des lois

Lire la suite

15/01/17
Cire El Trev  (Kourou)      Du bon usage du courrier des lecteurs

En réponse au message de Lebobi du 15/01/17

Oui, vous avez raison. Dans mon cas, l'article de Médiapart est bien stipulé libre d'accès. Point final. Ce qui m'intéresse c'est le fond du post, que vous n'avez pas relevé, la forme je ...... n'en dirai rien.

Répondre

15/01/17
Lebobi  (Noula)      Du bon usage du courrier des lecteurs

En réponse au message de Cire El Trev du 15/01/17

Vous devenez un peu lourd, cher ami. Je vous ai donné le lien, qui ne vas pas vous tomber tout cuit dans le bec ! Allez sur " Médiapart" , vœux Ariane Mouchkine 2014.

15/01/17
Cire El Trev  (Kourou)      Du bon usage du courrier des lecteurs

En réponse au message de Bonpom du 15/01/17

Quand on modifie une citation, il est d'usage d' [encadrer] cette modification.
Joindre le lien permet de situer l'auteur et l'émetteur de l'info (et de constater par exemple, que la citation n'est pas modifiée ou tronquée malhonnêtement, le "sérieux" du média, la date de diffusion, etc.) ; ces infos éclairent autant la citation que son texte lui-même.
Quand la citation ne se limite pas à un extrait, on peut aussi se demander si cet emprunt gratuit à l'auteur est un copier-coller nécessaire.
Ces remarques s’adressent plus généralement aux "conditions d'utilisation" d'un courrier des lecteurs permettant un échange argumenté qu'à votre post précédent.

Je suis d'accord. En fait, je suis tombé sur ce post un peu par hasard, et j'ai eu l'envie de le partager immédiatement (en vérifiant les sources mais sans les nommer, mea culpa). Pour moi, in fine, peu importe la forme. Le fond reste splendide.

Répondre

15/01/17
Cire El Trev  (Kourou)

En réponse au message de Lebobi du 15/01/17

Oui mais... vous l'avez bien copié quelque part ce texte, non ? Alors vous devez donc donner la source. C'est simplement la loi, quand les auteurs ne sont pas tombés dans le domaine public.

Vous devenez un peu lourd, cher ami. Je vous ai donné le lien, qui ne vas pas vous tomber tout cuit dans le bec ! Allez sur " Médiapart" , vœux Ariane Mouchkine 2014.

Répondre

15/01/17
Bonpom  (Remire)      Du bon usage du courrier des lecteurs

En réponse au message de Cire El Trev du 15/01/17

Tout à fait ; J'ai volontairement changé la première date en début de post, et laissé la date originelle de 2014 en fin de post avec le copyright "Ariane MNOUCHKINE" . Cela pour montrer que ce post était intemporel et que , finalement, depuis 2014 rien n'a vraiment changé .... ou si peu ...

Quand on modifie une citation, il est d'usage d' [encadrer] cette modification.
Joindre le lien permet de situer l'auteur et l'émetteur de l'info (et de constater par exemple, que la citation n'est pas modifiée ou tronquée malhonnêtement, le "sérieux" du média, la date de diffusion, etc.) ; ces infos éclairent autant la citation que son texte lui-même. Quand la citation

Lire la suite

15/01/17
Lebobi  (Noula)

En réponse au message de Cire El Trev du 15/01/17

Tout à fait ; J'ai volontairement changé la première date en début de post, et laissé la date originelle de 2014 en fin de post avec le copyright "Ariane MNOUCHKINE" . Cela pour montrer que ce post était intemporel et que , finalement, depuis 2014 rien n'a vraiment changé .... ou si peu ...

Oui mais... vous l'avez bien copié quelque part ce texte, non ? Alors vous devez donc donner la source. C'est simplement la loi, quand les auteurs ne sont pas tombés dans le domaine public.

Répondre

15/01/17
Cire El Trev  (Kourou)

En réponse au message de Bonpom du 14/01/17

à part l'année modifiée au début "À l’aube de cette année 2017", c'est la citation des "vœux de l’an 2014 d'Ariane Mnouchkine" (comme les guillemets le laissaient à penser).
https://www.mediapart.fr/journal/france/311213/les-voeux-d-epopee-d-ariane-mnouchkine?onglet=full

Tout à fait ; J'ai volontairement changé la première date en début de post, et laissé la date originelle de 2014 en fin de post avec le copyright "Ariane MNOUCHKINE" . Cela pour montrer que ce post était intemporel et que , finalement, depuis 2014 rien n'a vraiment changé .... ou si peu ...

Répondre

15/01/17
Cire El Trev  (Kourou)

En réponse au message de Lebobi du 14/01/17

Bonjour Eric le vert
Vous pourriez baliser vos citations et donner vos sources ? Merci.

Bonjour, une recherche à ce sujet sur le net est assez simple ; Il s'agissait des vœux d'Ariane MNOUCHKINE (comme spécifié à la fin de mon post), pour l'année 2014. Cela a été publié sur Médiapart et lu par Edwy Plenel. J'ai trouvé pour ma part intéressant de remettre au goût du jour ce post magnifique, où l'on peut constater que , depuis 2014, rien n'a changé.

Répondre

15/01/17
Jcb  (Cayenne)

En réponse au message de Bonpom du 14/01/17

à part l'année modifiée au début "À l’aube de cette année 2017", c'est la citation des "vœux de l’an 2014 d'Ariane Mnouchkine" (comme les guillemets le laissaient à penser).
https://www.mediapart.fr/journal/france/311213/les-voeux-d-epopee-d-ariane-mnouchkine?onglet=full

Ça parait en effet plus que jamais d'actualité
Profitons des nouvelles technologies, des réseaux sociaux, d'internet, de blada... pour faire avancer la démocratie
N'hésitons pas à bousculer tous ces politiciens professionnels qui ne souhaitent que maintenir le statu quo et leurs privilèges.

Répondre

15/01/17
Boiskaka  (Kourou )      Gestion municipale - Kourou

Mr le maire de kourou, est ce normal que nous n'ayons vu qu'une seule fois la baygonneuse quartier de L'IUT de Kourou et bois chaudat ? ????
Encore un couac dans vos services????
Le canal leroy n'est toujours pas curé malgré les immondices qui s'y trouve et qui se déverse dans le lac BOIS CHAUDAT ! !!!Tout ceci est propice à la prolifération de moustiques et c'est un problème de santé publique que vous devriez gérer en priorité ! !!

Répondre

15/01/17
Koro  (Koromombo)

En réponse au message de Koro du 14/01/17

Que se passe-t-il donc sur Blada ? Nouvelle année ! Meilleurs vœux ! Nouvelle équipe ! Premiers boycott de post ! Un post tous les deux jours ! Où sont dons nos chers camarades ?

Blada : Tout va bien, Koro, c'était juste un problème de coordination. Toutes nos excuses pour les messages validés tardivement.

Merci et bon courage !

Répondre

14/01/17
Bonpom  (Remire)

En réponse au message de Lebobi du 14/01/17

Bonjour Eric le vert
Vous pourriez baliser vos citations et donner vos sources ? Merci.

à part l'année modifiée au début "À l’aube de cette année 2017", c'est la citation des "vœux de l’an 2014 d'Ariane Mnouchkine" (comme les guillemets le laissaient à penser).
https://www.mediapart.fr/journal/france/311213/les-voeux-d-epopee-d-ariane-mnouchkine?onglet=full

Répondre

14/01/17
Lebobi  (Noula)

En réponse au message de Cire El Trev du 05/01/17

« Mes chères concitoyennes, mes chers concitoyens,

À l’aube de cette année 2017, je vous souhaite beaucoup de bonheur.


Une fois dit ça… qu’ai-je dit? Que souhaitais-je vraiment ?

Je m’explique :

Je nous souhaite d’abord une fuite périlleuse et ensuite un immense chantier.

D’abord fuir la peste de cette tristesse gluante, que par tombereaux entiers, tous les jours, on déverse sur nous, cette vase venimeuse, faite de haine de soi, de haine de l’autre, de méfiance de tout le monde, de ressentiments passifs et contagieux, d’amertumes stériles, de hargnes persécutoires.

Fuir l’incrédulité ricanante, enflée de sa propre importance, fuir les triomphants prophètes de l’échec inévitable, fuir les pleureurs et vestales d’un passé avorté à jamais et barrant tout futur.

Une fois réussie cette difficile évasion, je nous souhaite un chantier, un chantier colossal, pharaonique, himalayesque, inouï, surhumain parce que justement totalement humain. Le chantier des chantiers.

Ce chantier sur la palissade duquel, dès les élections passées, nos élus s’empressent d’apposer l’écriteau : “Chantier Interdit Au Public“

Je crois que j’ose parler de la démocratie.

Être consultés de temps à autre ne suffit plus. Plus du tout. Déclarons-nous, tous, responsables de tout.

Entrons sur ce chantier. Pas besoin de violence. De cris, de rage. Pas besoin d’hostilité. Juste besoin de confiance. De regards. D’écoute. De constance.

L’état, en l’occurrence, c’est nous.

Ouvrons des laboratoires, ou rejoignons ceux, innombrables déjà, où, à tant de questions et de problèmes, des femmes et des hommes trouvent des réponses, imaginent et proposent des solutions qui ne demandent qu’à être expérimentées et mises en pratique, avec audace et prudence, avec confiance et exigence.

Ajoutons partout, à celles qui existent déjà, des petites zones libres.

Oui, de ces petits exemples courageux qui incitent au courage créatif.

Expérimentons, nous-mêmes, expérimentons, humblement, joyeusement et sans arrogance. Que l’échec soit notre professeur, pas notre censeur. Cent fois sur le métier remettons notre ouvrage. Scrutons nos éprouvettes minuscules ou nos alambics énormes afin de progresser concrètement dans notre recherche d’une meilleure société humaine. Car c’est du minuscule au cosmique que ce travail nous entrainera et entraine déjà ceux qui s’y confrontent. Comme les poètes qui savent qu’il faut, tantôt écrire une ode à la tomate ou à la soupe de congre, tantôt écrire Les Châtiments. Sauver une herbe médicinale en Amazonie, garantir aux femmes la liberté, l’égalité, la vie souvent.

Et surtout, surtout, disons à nos enfants qu’ils arrivent sur terre quasiment au début d’une histoire et non pas à sa fin désenchantée. Ils en sont encore aux tout premiers chapitres d’une longue et fabuleuse épopée dont ils seront, non pas les rouages muets, mais au contraire, les inévitables auteurs.

Il faut qu’ils sachent que, ô merveille, ils ont une œuvre, faite de mille œuvres, à accomplir, ensemble, avec leurs enfants et les enfants de leurs enfants.

Disons-le, haut et fort, car, beaucoup d’entre eux ont entendu le contraire, et je crois, moi, que cela les désespère.

Quel plus riche héritage pouvons-nous léguer à nos enfants que la joie de savoir que la genèse n’est pas encore terminée et qu’elle leur appartient.

Qu’attendons-nous ? L’année 2014 ? La voici.

PS : Les deux poètes cités sont évidemment Pablo Neruda et Victor Hugo »

Ariane Mnouchkine

Bonjour Eric le vert
Vous pourriez baliser vos citations et donner vos sources ? Merci.

Répondre

14/01/17
Koro  (Koromombo)

Que se passe-t-il donc sur Blada ? Nouvelle année ! Meilleurs vœux ! Nouvelle équipe ! Premiers boycott de post ! Un post tous les deux jours ! Où sont dons nos chers camarades ?

Blada : Tout va bien, Koro, c'était juste un problème de coordination. Toutes nos excuses pour les messages validés tardivement.

Répondre

13/01/17
Azerty  (Kourou)      Condoléances

En réponse au message de Cire El Trev du 11/01/17

Pas un mot non plus sur la mort ce matin du jeune BAPPA , atteint d'une décharge de plomb en pleine tête ..... Une victime de l'insécurité de plus, dans l'indifférence générale , à part ses amis et sa famille .....

D'un autre côté, on s'en fout! Il y a des dizaines de morts chaque année par balle (il faut mettre un "s" vu le nombre de balles tirées?).
Et puis les faux hommages des nullissimes officiels aux illustres inconnus guyanais, on s'en balance.
Franchement, arrêtons l'hypocrisie. Quand il sera fait vraiment quelque chose pour la Guyane, nous serons au courant...

Répondre

11/01/17
Cire El Trev  (Kourou)      Condoléances

En réponse au message de Lebobi du 09/01/17

Pas un seul communiqué des institutionnels. Alors qu'ils sont tous prompts à envoyer leurs condoléances à n'importe quel obscur petit personnage qu'ils sont seuls à connaître.

Pas un mot non plus sur la mort ce matin du jeune BAPPA , atteint d'une décharge de plomb en pleine tête ..... Une victime de l'insécurité de plus, dans l'indifférence générale , à part ses amis et sa famille .....

Répondre

11/01/17
Phiphi  (Matoury)

Heureusement que notre magnifique Alicia Aylies ne s'est pas appelée Alicia Rochambeau, il aurais fallut lui changer son nom pour ne pas prêter confusion.

Répondre

10/01/17
Koro  (Koromombo)      Condoléances

En réponse au message de Marcovalou du 10/01/17

Une chose est sûr c'est que ce grand monsieur nous laisse des livres passionnants. Mais sans doute était-il trop humble et secret pour intéresser nos notables.

Il est vrai qu'il vivait discrètement. Mais, surtout, il était tout simplement "Métropolitain", insuffisant pour intéresser les "notables" ! Je n'ai toujours pas connaissance d'une veillée à Saint-Antoine ou ailleurs.

Répondre

10/01/17
Marcovalou  (Montsinéry-tonnégrande)      Condoléances

En réponse au message de Lebobi du 09/01/17

Pas un seul communiqué des institutionnels. Alors qu'ils sont tous prompts à envoyer leurs condoléances à n'importe quel obscur petit personnage qu'ils sont seuls à connaître.

Une chose est sûr c'est que ce grand monsieur nous laisse des livres passionnants. Mais sans doute était-il trop humble et secret pour intéresser nos notables.

Répondre

09/01/17
Lebobi  (Noula)      Condoléances

En réponse au message de La Girafe du 08/01/17

Toutes mes condoléances à la famille de Bernard Montabo qui a contribué à la mémoire collective guyanaise avec talent. Accessoirement, est il exact que son chien se trouve à la fourrière actuellement ?

Pas un seul communiqué des institutionnels. Alors qu'ils sont tous prompts à envoyer leurs condoléances à n'importe quel obscur petit personnage qu'ils sont seuls à connaître.

Répondre

08/01/17
La Girafe  (Remire montjoly)      Condoléances

En réponse au message de Lebobi du 07/01/17

Le décès de ce grand amoureux de la Guyane, Bernard Montabo, a été annoncé ce matin. Selon France-Guyane, il aurait été retrouvé hier soir au pied d'une échelle, vraisemblablement tombé de son toit entre le 3 et le 5 janvier.
Rappellons que Bernard Montabo a écrit des quantités de livres sur la Guyane et son histoire, toujours accessibles au grand public. Nos pensées l'accompagnent.

Toutes mes condoléances à la famille de Bernard Montabo qui a contribué à la mémoire collective guyanaise avec talent. Accessoirement, est il exact que son chien se trouve à la fourrière actuellement ?

Répondre

07/01/17
Koro  (Koromombo)      Condoléances

En réponse au message de Lebobi du 07/01/17

Le décès de ce grand amoureux de la Guyane, Bernard Montabo, a été annoncé ce matin. Selon France-Guyane, il aurait été retrouvé hier soir au pied d'une échelle, vraisemblablement tombé de son toit entre le 3 et le 5 janvier.
Rappellons que Bernard Montabo a écrit des quantités de livres sur la Guyane et son histoire, toujours accessibles au grand public. Nos pensées l'accompagnent.

Merci pour ce post que nous partageons tous. Merci de nous prévenir s'il y a une veillée.
Salut Bernard.

Répondre

07/01/17
Lebobi  (Noula)      Condoléances

Le décès de ce grand amoureux de la Guyane, Bernard Montabo, a été annoncé ce matin. Selon France-Guyane, il aurait été retrouvé hier soir au pied d'une échelle, vraisemblablement tombé de son toit entre le 3 et le 5 janvier.
Rappellons que Bernard Montabo a écrit des quantités de livres sur la Guyane et son histoire, toujours accessibles au grand public. Nos pensées l'accompagnent.

Répondre

05/01/17
Gyz  (Kourou)      Peuples autochtones de Guyane

En réponse au message de Gery Yves du 21/12/16

Suicides, empoisonnement au mercure : le coup de colère des Amérindiens de Guyane française, « Abandonnés de la République »

par Yves Géry
Journaliste, co-auteur du livre "Les Abandonnés de la République",
éditions Albin Michel

Un taux de suicide 5 à 10 fois plus élevé qu'en métropole, des adolescents de 12 ans qui mettent fin à leurs jours, une contamination au mercure parmi les plus élevées au monde, des conditions de vie indignes avec, à titre d'exemple, des consultations gynécologiques qui se communautaire, simplement cachées des regards par un drap. Les Amérindiens en colère exigent dignité et conditions de vie décentes.

Les Amérindiens de Guyane française s’estiment toujours « Abandonnés par la République », comme ils l’ont martelé le 30 novembre 2016 lors du colloque organisé à Paris par la sénatrice Aline Archimbaud. En septembre 2014, nous avions publié l’ouvrage intitulé « Les Abandonnés de la République » (1). Nous y dressions le constat que les Amérindiens, en particulier ceux vivant à l’intérieur de la Guyane en forêt amazonienne le long des grands fleuves Maroni et Oyapock, vivaient dans des conditions déplorables, pas d’eau potable ni d’électricité, pas de services publics dans les villages, pas d’emplois, pas de perspectives.
Deux facteurs sont particulièrement inquiétants pour leur santé et leur avenir : 1) Un taux de suicide 5 à 10 fois plus élevé qu’en métropole, avec pour particularité des Amérindiens très jeunes – 12 à 15 ans pour certains d’entre eux – qui se suicident. 2) Ils sont l’un des peuples au monde les plus contaminés par le mercure utilisé par les orpailleurs clandestins via la chaîne alimentaire, car les Amérindiens se nourrissent largement des poissons des fleuves qui sont contaminés.
Face à ces deux périls, constat était dressé d’une action insuffisante – voire d’une inaction dans certains cas – de l’Etat français dont ils sont des citoyens à part entière.

"Le père cherche quatre planches...qu'il ne trouvera pas"
Las ! Deux ans plus tard, le colloque au sénat a confirmé que l’abandon de ces populations par la République est toujours une réalité. Face aux discours rassurants sur les prétendus progrès effectués, les Amérindiens ont opposé une réalité constatée sur le terrain. Tout d’abord un sentiment de non-reconnaissance formulé par l’anthropologue qui pilote la cellule régionale pour le mieux-être des populations de l’intérieur (CeRMEPI). Sans l’en informer, la préfecture a présenté le travail de cette cellule comme étant celui de la préfecture, a-t-elle expliqué en substance. Une anthropologue « payée au salaire d’une conseillère principale d’éducation, CPE » ce qu’elle était auparavant, et ne disposant pour l’épauler au sein de cette cellule que d’un volontaire de service civil. Elle a confié le dénuement des familles face aux suicides de leurs enfants, ces familles qui veillent le corps du mort « pendant que le père cherche quatre planches qu’ils ne trouvera pas ».

Dès 10 ans, séparés de leurs familles
Aikumale Alemin était à ce colloque le seul Amérindien présent vivant en permanence sur le Haut Maroni, dans un village qu’il a lui-même fondé et qui compte désormais plusieurs familles. Nous lui avions rendu visite lors de notre enquête et il nous avait fait part de sa colère et de sa détermination à « agir pour son peuple ». Cet agent de santé amérindien wayana, l’un des seuls autochtones à occuper ce type de poste, rare dans les villages, se bat depuis des années pour faire entendre la voix des Amérindiens. Aiku, l’un des seuls Amérindiens élus au niveau local, a notamment lancé courant 2016 une pétition auprès du président de la République française afin qu’un collège soit ouvert au cœur du Haut Maroni, dans le village de Taluen/Twenke et ainsi « d’éviter que nos enfants partent, se coupant de leur famille, culture et racines, parce que dans notre culture nos petits se nourrissent de l’histoire de leur peuple pour grandir ; on ne confie pas ses enfants à l’extérieur dans la culture amérindienne, comme cela se fait chez vous dans la culture occidentale». Ces jeunes quittent le cocon familial pour le collège et « se retrouvent en internat à Maripasoula, à plusieurs heures de pirogue de leur village », isolés et sans surveillance le week-end, ajoute-t-il. Un collège en pays amérindien réclamé depuis des années par ce peuple.

« Nous considère-t-on encore comme des sous-hommes ?
Même déracinement pour aller ensuite au lycée, comme l’a souligné Alain Mindjouk, un autre Amérindien kalina teleweyu : « Placés en famille d’accueil quand ils arrivent sur le littoral, certains enfants fugent, d’autres retournent au village ». Dans tous les cas, du fait de cette séparation, « Ils n’apprennent plus les savoirs ancestraux ». Alain Mindjouk a créé une association d’accueil des jeunes Amérindiens sur le littoral afin qu’ils ne soient pas en danger et livrés à eux-mêmes comme c’est très souvent le cas. Il a rappelé qu’en 2003 déjà, il faisait partie du groupe de Brigitte Wyngaarde, première amérindienne à alerter les pouvoirs publics sur l’épidémie de suicide qui sévissait déjà en pays amérindien à l’intérieur de la Guyane. Il a déploré que «l’Etat ait pris 12 ans, jusqu’en 2015, pour comprendre ce phénomène ». Pour lui, ces populations sont plus que jamais abandonnées : « Trop de constats, trop de chiffres, trop de rapports », mais pendant ce temps-là sur le terrain, « rien n’a changé ». L’internat présenté comme exemplaire qui accueille les enfants amérindiens à Maripasoula là où se trouve le collège ? « Les lits sont pourris, on attend toujours les travaux promis. Je me pose la question de savoir si nous sommes encore, nous autres Amérindiens, considérés comme des sous-hommes », lâche-t-il devant l’assistance. Les Amérindiens demandent que cet internat soit ouvert le week-end afin que les ados ne soient pas «lâchés dans la nature et pour éviter tout comportement à risque ».

"L'école fait que l'on perd son identité amérindienne"
Et l’école primaire française dans les villages amérindiens ? L’école est en langue française, déplore l'amérindienne teko Tiwan Couchili, qui dénonce le dispositif insuffisant d’intervenants en langue maternelle (ILM) amérindienne et craint que ce dispositif ne soit encore réduit. « L’école n’est pas du tout adaptée à notre façon de vivre, elle fait en sorte que l’on y perd son identité amérindienne », ajoute-t-elle. « Nous demandons une école bilingue français/amérindien ainsi que cela se fait dans d’autres pays proches d’Amérique latine comme au Brésil ou en Colombie, lesquels ont des professeurs indigènes. Comment se fait-il qu’en Guyane française, nous n’en sommes pas encore là ?". Après le collège et le lycée, les jeunes amérindiens « reviennent au village, mais ils sont agressifs car ils ne savent pas comment se positionner dans la communauté ». Souvent sans diplôme, et très souvent sans perspective d’emploi.

« Un furoncle sur le nez de la France »
L’orpaillage clandestin continue de faire des ravages et d’empoisonner au mercure les cours d’eau et poissons qui sont la première alimentation des Amérindiens de l’intérieur. « J’étais sur le Haut-Maroni le 29 novembre 2016 », témoigne la députée guyanaise Chantal Berthelot, « nous avons sur le fleuve 12 barges, à l’intérieur de la Guyane, en train de pratiquer de l’orpaillage illégal ! » s’émeut-elle. Sur la rivière Waki-Tampoc, « c’est visible, c’est un furoncle sur le nez de la France », dénonce la députée. Ces barges clandestines en bois sont assemblées sur place, elles siphonnent le lit de la rivière à la recherche d’or. Il y a six mois, deux étaient apparues, elles ont été détruites par les forces de l’ordre, les douze existantes ont été implantées récemment, explique le Parc amazonien de Guyane qui effectue une surveillance aérienne régulière des fleuves de l’intérieur. « Ma grand-mère a reçu une balle perdue » suite à un affrontement dû à la présence d’orpailleurs clandestins en pays wayana, rappelle Tiwan Couchili, qui s’interroge sur le suivi et les moyens mis en œuvre pour éradiquer l’orpaillage illégal.

Empoisonnés par le mercure
Alexandre Sommer, secrétaire général de l’Organisation des nations autochtones de Guyane (ONAG), précise que le recours de plein contentieux devant le tribunal administratif de Cayenne, déposé par l’ONAG et l’association Solidarité Guyane a été « débouté par la justice en première instance et fait l’objet d’un appel devant la cour de Bordeaux ». Ce recours porte sur la contamination par le mercure des Amérindiens. «C’est une honte que de laisser cette population empoisonnée par le mercure ! », s’insurge-t-il. Les deux associations avaient déposé ce recours en estimant qu’il y a carence des autorités à prendre des mesures propres à faire cesser les incidences sur la santé des populations, attribuables à l’orpaillage illégal sur le territoire de la Guyane. Le 19 novembre 2015 le tribunal administratif de Cayenne a rejeté ce recours, au motif notamment que les associations requérantes n’auraient pas démontré « l’existence du caractère direct et certain de ce préjudice résultant pour elles de la faute commise par l’Etat ». Les Amérindiens du Haut-Maroni, contaminés à des niveaux de mercure supérieurs au plafond de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), c’est-à-dire la majorité des habitants dans tous les villages, apprécieront. Les associations ont fait appel de cette décision devant la cour administrative de Bordeaux.

"L'Etat incapable de faire régner l'autorité"
Plus généralement, Jean-Philippe Chambrier, président de la Fédération des organisations autochtones de Guyane (FOAG), dénonce le peu de cas qui est fait de toutes ces questions : « Cela fait plus de 25 ans que nous interpellons l’Etat français, force est de constater qu’il n’y a pas grand-chose qui bouge ». Sur l’orpaillage clandestin, « l’Etat est incapable de faire régner l’autorité, quand la nuit arrive, les barges flottantes d’orpaillage illégal traversent la rivière pour s’installer côté français du fleuve », déplore-t-il.
Autre infrastructure réclamée à cors et à cris par Alain Mindjouk et l’ensemble des Amérindiens depuis des années : la construction d’une maison d’accueil des jeunes amérindiens sur le littoral : « Nous avons envoyé le dossier de demande il y a plusieurs mois, nous attendons toujours la réponse », explique Jean-Philippe Chambrier. « C’est un gros souci, les jeunes étudiants amérindiens arrivent sur le littoral et certains d’entre eux se retrouvent dans la rue », il est donc urgent de créer cette infrastructure, ajoute-t-il.

Un Conseil consultatif privé de moyens
L’une des mesures les plus fortes du rapport Archimbaud-Chapdelaine était de fournir des moyens au Conseil consultatif des populations amérindiennes et bushinengues (CCPAB). Jocelyn Thérèse, président de ce conseil, en dresse le bilan : « Le conseil a été créé en 2007. Nous nous sommes rendu compte que nous ne disposions pas des moyens nécessaires pour fonctionner correctement. Depuis, nous avons formulé des propositions, lesquelles, en grande majorité, n’ont pas été prises en compte ». Récemment, explique-t-il, la préfecture a refusé de prendre en charge les frais de fonctionnement et déplacement des membres du conseil pour une réunion importante à Camopi, finalement « c’est la commune qui a payé ». Officiellement, ce conseil va enfin être doté des moyens nécessaires, après des années de diète, une enveloppe de 50 000 euros est évoquée. C’est crucial pour Jocelyn Thérèse, parce que « l’on ne peut pas être soumis au chantage » concernant le financement du conseil, « il nous faut donc impérativement une autonomie financière ».

100 euros pour une artiste amérindienne locale, une misère
Jocelyn Thérèse s’interroge également à voix haute sur le manque de reconnaissance de la culture amérindienne, symbolisé par la somme plus que modique allouée à l’artiste amérindienne Tiwan Couchili, plasticienne, entre autres spécialiste des ciels de case qui font partie du patrimoine amérindien, Tiwan a en effet perçu… « 100 euros pour réaliser une œuvre d’art » qui trône devant un lycée de Guyane.
En 2015 Aline Archimbaud et Marie-Anne Chapdelaine s’étaient vues confier par le Premier ministre une mission pour prévenir les suicides chez les Amérindiens (2). Elles avaient préconisé 37 mesures. Un an après la publication de leur rapport, Aline Archimbaud observe que le compte n’y est pas. Exemple : « Je note que la question de l’internat de Maripasoula n’est pas réglée, c’était pourtant l’une de nos mesures-phare. Je sors de cette conférence en étant consciente de tout ce qui bloque », regrette-t-elle.

Consultations gynécologiques...derrière un drap sur la place du village
Le chantier reste immense pour que ces propositions ne restent pas lettre morte. Il faudra commencer par restaurer la dignité des Amérindiens. Ainsi par exemple dans les villages d’Elahé et de Kayodé sur le Haut-Maroni, les consultations gynécologiques des femmes amérindiennes se déroulent…derrière un drap sous le carbet communal ouvert à tous les regards. Il aura fallu attendre fin 2016 pour que les pouvoirs public s’engagent solennellement – cela a été fait lors de ce colloque – à construire un local fermé pour recevoir les femmes en consultation. Mais pourquoi donc aura-t-il fallu attendre jusqu’à fin 2016 ?

Yves Géry
Journaliste, co-auteur du livre "Les Abandonnés de la République", éditions Albin Michel



(1) « Les Abandonnés de la République, vie et mort des Amérindiens de Guyane française », Yves Géry, Alexandra Mathieu, Christophe Gruner, septembre 2014, Albin Michel.

(2) Rapport « Suicides des jeunes Amérindiens en Guyane française : 37 propositions pour enrayer ces drames et créer les conditions d’un mieux-être », issu de la mission parlementaire confiée en mai dernier à Aline Archimbaud, sénatrice de Seine-Saint-Denis, et Marie-Anne Chapdelaine, députée d’Ille-et-Villaine, par le Premier ministre, relatif à la situation des populations amérindiennes de Guyane, remis aux autorités le 15 décembre 2015.


 

Vidéo de septembre 2014 sur Youtube :
Les Amérindiens de Guyane sont à Paris pour porter plainte contre la France alors que
leur communauté est menacée de destruction comme ils en témoignent dans un livre :
orpaillage clandestin, pollution, épidémie de suicides..
.

Vous constatez la passion soulevée.. Il faut comprendre tout de même que le traitement est en fonction de l'importance sociale et économique. Ou de la capacité de nuisance, si vous voulez. Qu'est-ce qu'ils en ont ? La charité seule donne la réalité de la fraternité sans Père.
Et puis la cohérence ne fait pas de mal.

Répondre

05/01/17
Boiskaka  (Kourou )      Gestion municipale - Kourou

La baygonneuse passe quand sur kourou la bois chaudat et IUT ? ???à la piscine on se fait dévorer ! !!!!la mairie va t'ellr faire quelques choses car je paye encore plus d'impôts et rien n'est fait côté environnement et espaces vert!!!!!!

Répondre

05/01/17
Bernard973  (Matoury)      Carnaval

Bonjour, Savez-vous à quelle date commencent les défilés de rue du carnaval 2017 ???
Par avance merci !

Répondre

05/01/17
Gyz  (Kourou)      Agriculture guyanaise

En réponse au message de Kuntadiblo du 29/12/16

Bonjour Gyz, je souhaiterais rentrer en contact avec vous en messagerie privée, afin de discuter d'un groupe de reflexion dont je mettrai en place. CDT

Bonjour. Faites-moi parvenir votre e-mail d'inscription via Blada. cdt.

Répondre

05/01/17
Cire El Trev  (Kourou)

« Mes chères concitoyennes, mes chers concitoyens,
À l’aube de cette année 2017, je vous souhaite beaucoup de bonheur.

Une fois dit ça… qu’ai-je dit? Que souhaitais-je vraiment ?
Je m’explique :
Je nous souhaite d’abord une fuite périlleuse et ensuite un immense chantier.
D’abord fuir la peste de cette tristesse gluante, que par tombereaux entiers, tous les jours,

Lire la suite

05/01/17
La Girafe  (Remire montjoly)      Soutien à Thomas Gallay

AUDIENCE DE THOMAS GALLAY DU 4 JANVIER 2017
L’audience du 4 janvier a commencé à 15h40 au lieu de 12h30 comme prévu.
Elle devait comporter le réquisitoire du Procureur et le début des plaidoiries d'avocats d’autres co-accusés mais la séance ayant été levée une heure plus tard elle s’est donc limitée au réquisitoire du Procureur.
On ne compte plus les retards qui s'accumulent dans ce procès….
Le Procureur a requis contre Thomas la confirmation de 6 ans d’emprisonnement.

Lire la suite

03/01/17
Weenana  (Radeau de la méduse)      Du bon usage du courrier des lecteurs

Pendant longtemps, les femmes et les hommes communiquaient sur des tablettes de pierre s’épuisant avec burin et marteau pour y inscrire des symboles imagés que leurs descendants identifieront comme le langage original.
Ce qui était chiant dans l’histoire c’était surtout le poids du support.
Femme, il te fallait quelques fois, monnayer ton corps afin qu’un homme portât le message à son destinataire. L’évolution soulagea l’Humanité et surtout sa partie féminine de cet

Lire la suite

02/01/17
La Girafe  (Remire montjoly)      Soutien à Thomas Gallay

Bonsoir à tous,
La pétition pour soutenir Thomas a réuni à ce jour 1996 signatures sur change.org. et 160 sur papier.
Pour continuer à l’aider merci de poursuivre la diffusion de cette pétition le plus largement possible autour de vous. Il a plus que jamais besoin de nous tous : prochaines audiences d’appel le 04/01 et le 18/01. Son Comité de soutien se rendra à la Préfecture d’Auch le lundi 09/01 à 10 heures pour demander à être reçu par le Préfet et le Défenseur des droits.

Lire la suite

01/01/17
Koro  (Koromombo)      Gestion municipale - Kourou

En réponse au message de Jcb du 01/01/17

Je souhaite une excellente année à tous les bladanautes.
J'espère qu'en cette année électorale capitale pour l'avenir de la France nous aurons entre nous des sujets de discussions plus passionnants que les trous de Kourou !

Je l'espère aussi, mais nombre de Kourouciens sont plus obsédés par leurs trous que par les problèmes de la vraie vie !

Répondre

01/01/17
Jcb  (Cayenne)

Je souhaite une excellente année à tous les bladanautes.
J'espère qu'en cette année électorale capitale pour l'avenir de la France nous aurons entre nous des sujets de discussions plus passionnants que les trous de Kourou !

Répondre

01/01/17
Cire El Trev  (Kourou)

Selon la tradition, bonne et heureuse année à tous les bladanautes ! Une pensée particulière pour Odile qui nous quitte pour une retraite bien méritée , et bienvenue à la nouvelle équipe !

Répondre

31/12/16
Boiskaka  (Kourou )      Education

Voilà des idées au niveau de l'éducation nationale à faire au plus tôt ! !!! Allez sur demain le film.com et enfin nous aurons compris pour faire un monde meilleur et plus égal en eduquant nos enfants de cette meilleur. ..

Répondre

31/12/16
Lebobi  (Noula)      Gestion municipale - Kourou

En réponse au message de Cire El Trev du 31/12/16

Bonjour, ainsi que pour le post de Boiskaka , je ne vous rejoint que sur un seul point : Oui, la ville est dégueulasse. Mais , en incomber la seule faute à la Mairie est une erreur. Celle-ci a en effet son rôle à jouer , pour nettoyer les espaces verts, nettoyer les canaux , etc ... Certes. Mais il nous appartient aussi à nous, citoyens, de ne pas nous comme des porcs.
Avez vous vu l'état des criques, de la plage autour des carbets de la Cocoteraie ? Tous ces braves con-citoyens qui savent porter leur pique-nique mais qui laissent ensuite tous les déchets et canettes par terre (c'est pourtant moins lourd de ramener chez soi pour les mettre à la poubelle des contenants vides que des contenants pleins :). J'ai vu, ne serais-ce que dans ma rue, le non respect du ramassage des déchets , verts et encombrants. Beaucoup n'ont pas encore compris le calendrier , quand ils ne mélangent pas les deux .... J'ai vu, dans ma rue , le camion des encombrants passer et tout nettoyer. Le lendemain, d'autres déchets encombraient la rue .... Parce qu'il est trop difficile de tout sortir en même temps sans doute .... Bref, la liste serait trop longue. J'ai vu aussi des résidents d'immeubles jeter leurs sacs poubelles du balcon, parce qu'il fait trop chaud pour descendre les mettre dans le container. Pour tout cela, il faut un minimum de neurones et d'éducation. Mais je crains qu'à l'heure de la distribution beaucoup étaient absents ..... !

Il y en a aussi beaucoup qui oublient qu'à l'ère antoinette, c'est tout juste si on pouvait encore rouler tant il y avait de trous sur les routes.

Répondre

31/12/16
Koro  (Koromombo)      Gestion municipale - Kourou

En réponse au message de Cire El Trev du 31/12/16

Bonjour, ainsi que pour le post de Boiskaka , je ne vous rejoint que sur un seul point : Oui, la ville est dégueulasse. Mais , en incomber la seule faute à la Mairie est une erreur. Celle-ci a en effet son rôle à jouer , pour nettoyer les espaces verts, nettoyer les canaux , etc ... Certes. Mais il nous appartient aussi à nous, citoyens, de ne pas nous comme des porcs.
Avez vous vu l'état des criques, de la plage autour des carbets de la Cocoteraie ? Tous ces braves con-citoyens qui savent porter leur pique-nique mais qui laissent ensuite tous les déchets et canettes par terre (c'est pourtant moins lourd de ramener chez soi pour les mettre à la poubelle des contenants vides que des contenants pleins :). J'ai vu, ne serais-ce que dans ma rue, le non respect du ramassage des déchets , verts et encombrants. Beaucoup n'ont pas encore compris le calendrier , quand ils ne mélangent pas les deux .... J'ai vu, dans ma rue , le camion des encombrants passer et tout nettoyer. Le lendemain, d'autres déchets encombraient la rue .... Parce qu'il est trop difficile de tout sortir en même temps sans doute .... Bref, la liste serait trop longue. J'ai vu aussi des résidents d'immeubles jeter leurs sacs poubelles du balcon, parce qu'il fait trop chaud pour descendre les mettre dans le container. Pour tout cela, il faut un minimum de neurones et d'éducation. Mais je crains qu'à l'heure de la distribution beaucoup étaient absents ..... !

Oui, vous avez raison ! Il est trop facile d'accuser la ou les villes qui ne font pas toujours le nécessaire, et si les employés municipaux augmentent, les taxes aussi, que tout le monde critique, et le résultat est le même ! Allez donc voir la crique patate, où les gens s'entassent, les ronds points, et le bord des route après une course cycliste, pour ne citer qu'eux !

Répondre

31/12/16
Cire El Trev  (Kourou)      Gestion municipale - Kourou

En réponse au message de Azerty du 31/12/16

Je confirme. Cette ville est dégueulasse! Non seulement il faudrait nettoyer les lacs et canaux pour éviter la prolifération des moustiques, mais il est aussi nécessaire de ramasser les détritus dans les rues, tailler les arbres, couper les herbes... Cette mairie est en-dessous de tout!

Bonjour, ainsi que pour le post de Boiskaka , je ne vous rejoint que sur un seul point : Oui, la ville est dégueulasse. Mais , en incomber la seule faute à la Mairie est une erreur. Celle-ci a en effet son rôle à jouer , pour nettoyer les espaces verts, nettoyer les canaux , etc ... Certes. Mais il nous appartient aussi à nous, citoyens, de ne pas nous comporter

Lire la suite

31/12/16
Azerty  (Kourou)      Gestion municipale - Kourou

En réponse au message de Boiskaka du 30/12/16

Monsieur le maire de kourou qu'attendez vous pour nettoyer le canal leroy et le lac bois chaudat ? ???actuellement il y a une prolifération de moustiques ! !!! Et évidemment vous ne passez pas la baigonneuse ! !!! Ville spatiale ???? ville dégueulasse, remplis de déchet ! !!!
J'en est honte......

Je confirme. Cette ville est dégueulasse! Non seulement il faudrait nettoyer les lacs et canaux pour éviter la prolifération des moustiques, mais il est aussi nécessaire de ramasser les détritus dans les rues, tailler les arbres, couper les herbes... Cette mairie est en-dessous de tout!

Répondre

30/12/16
Boiskaka  (Kourou )      Gestion municipale - Kourou

Monsieur le maire de kourou qu'attendez vous pour nettoyer le canal leroy et le lac bois chaudat ? ???actuellement il y a une prolifération de moustiques ! !!! Et évidemment vous ne passez pas la baigonneuse ! !!! Ville spatiale ???? ville dégueulasse, remplis de déchet ! !!!
J'en est honte......

Répondre

29/12/16
La Girafe  (Remire montjoly)      Le 973 des consommateurs

En réponse au message de Kuntadiblo du 29/12/16

Bonjour à toute la communauté BLADA,
Je me suis retrouvé inscrit malgré moi,sur un groupe Facebook appelé BLADABIZNESS fonctionnant sur le même principe que le bon coin. Je vous en parle car je trouve alarmant qu'il y ait autant de bijoux et matériels multimédias proposés à la vente sans facture ou preuve d'achat
saint-Elie, on pouvait acheté des pépites dans les rues de Sinnamary, mais les produits finis restaient l'apanage des bijoutiers qui fleurissaient la cité.
PECHEURS KA VENDE POSSON, AGRIKILTER KA VENDE LEGUME, A BIJOUTIER KI POU VENDE BIJOUX..........

ce site est connu des autorités et reste une mine d'or de traçabilité, c'est à se demander s'il n'a pas été créé pour ça.

Répondre

29/12/16
Kuntadiblo  (Sinnamary)      Le 973 des consommateurs

En réponse au message de Lebobi du 29/12/16

C'est quand même faire un peu injure au Bon coin que de dire qu'une page facebook fonctionne comme lui ;-) Quand à la page facebook dont vous parlez, il est pour tout le monde évident (enfin j'espère !) que cette page n'a strictement aucun rapport avec le site de Blada, ni dans son fonctionnement, ni dans son contenu, et heureusement !

Il est clair que le site BLADA.COM n'a aucun lien avec ce que j'ai mentionné.
Je voulais juste fqu'on prenne conscience d'un fait reccurent, mais il est cair qu'au vu de votre reponse les voleurs ont de beaux jours devant eux

Répondre

29/12/16
Lebobi  (Noula)      Le 973 des consommateurs

En réponse au message de Kuntadiblo du 29/12/16

Bonjour à toute la communauté BLADA,
Je me suis retrouvé inscrit malgré moi,sur un groupe Facebook appelé BLADABIZNESS fonctionnant sur le même principe que le bon coin. Je vous en parle car je trouve alarmant qu'il y ait autant de bijoux et matériels multimédias proposés à la vente sans facture ou preuve d'achat
saint-Elie, on pouvait acheté des pépites dans les rues de Sinnamary, mais les produits finis restaient l'apanage des bijoutiers qui fleurissaient la cité.
PECHEURS KA VENDE POSSON, AGRIKILTER KA VENDE LEGUME, A BIJOUTIER KI POU VENDE BIJOUX..........

C'est quand même faire un peu injure au Bon coin que de dire qu'une page facebook fonctionne comme lui ;-) Quand à la page facebook dont vous parlez, il est pour tout le monde évident (enfin j'espère !) que cette page n'a strictement aucun rapport avec le site de Blada, ni dans son fonctionnement, ni dans son contenu, et heureusement !

Répondre

29/12/16
Kuntadiblo  (Sinnamary)      Agriculture guyanaise

En réponse au message de Gyz du 02/12/15

Ca, c'est un roman. Son introduction pourrait être l'incroyable intervention de Christian Epailly ce soir à la télé, lui, candidat à la nouvelle Collectivité, réclamant la fin des magouilles, du copinage, du népotisme... J'ai eu une crise de hoquet.

Bonjour Gyz, je souhaiterais rentrer en contact avec vous en messagerie privée, afin de discuter d'un groupe de reflexion dont je mettrai en place. CDT

Répondre

29/12/16
Kuntadiblo  (Sinnamary)      Le 973 des consommateurs

Bonjour à toute la communauté BLADA,
Je me suis retrouvé inscrit malgré moi,sur un groupe Facebook appelé BLADABIZNESS fonctionnant sur le même principe que le bon coin. Je vous en parle car je trouve alarmant qu'il y ait autant de bijoux et matériels multimédias proposés à la vente sans facture ou preuve d'achat ; je ne fustigerais pas pour autant l'ensemble des vendeurs ; mais ne nous plaignons surtout pas des vols répétés si derrière nous entretenons cela en achetant. Au tant de la gloire de

Lire la suite

27/12/16
Pomme  (Cayenne)      Les bons coins

bonjour,
je cherche un endroit pour passer le réveillon avec mes enfants,
avec une ambiance chaleureuse, conviviale, simple, cosmopolite, et avec une sono aux décibels modérés.si quelqu'un pouvait m'aider, ce serait gentil.

Répondre

26/12/16
Liliane  (Matoury)

En réponse au message de Ella du 24/12/16

Tu ne lui as rien dit ?

Je n'ai rien dit de special, je vis calmement ma retraite si vous voulez plus de détail : je voulais une paire de 38, elle me serrait mais apparemment rien d'étonnant car "nous les blacks on a tendance à avoir des gros pieds mais à vouloir une taille en dessous".

Répondre

24/12/16
La Girafe  (Remire montjoly)      Soutien à Thomas Gallay

Une pensée émue pour Thomas Gallay qui passe cette nuit de noel seul entre 4 murs d'une prison du Maroc, loin des siens et de la fête. Thomas, ne lâche rien, tu leur donnerais raison.

Répondre

Les boîtes aux lettres

Petites annonces
(réservées aux particuliers)



Offres d’emplois
et de formations



Infos citoyennes

Courrier des lecteurs

Viré Gadé



 


Offres et demandes de covoiturage

Photothèque

Lancements 2016
Lancements 2016
Vol Ariane 5 234

Annonceurs

Tarifs de publicité