aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Jodla 16/07/09
Une histoire abracadabrantesque dans LSG

Même Cyzia Zikë n'aurait pas osé l'inventer. Une fois décortiquée en mille et une invraisemblances, la saga du chéquier volé à Air Liquide spatial Guyane n'en finit pas de surprendre par son amateurisme à tous les étages. Au point que Frédéric Farine - qui a mené récemment l'enquête après avoir découvert cette affaire à l'occasion du jugement programmé ce mois-ci (et reporté) - en arrive à citer Vian (Boris) dans sa conclusion. Une vraie histoire de dingues, où tout le monde semble avoir perdu la raison, où même les banquiers ne vérifient pas les signatures et encaissent sans sourciller un faux chèque de 35 millions d'euros, et où l'entreprise volée (ALSG) découvre le trou en consultant son compte sur internet. Salarié d'ALSG en 2007, David Alexandre aurait aussi émis d'autres faux chèques pour payer « des vêtements, des billets d’avion, des bijoux, un ordinateur »... et une commission à sa compagne, Joëlle Zapparrata, qui n'était autre que la secrétaire-comptable de l'entreprise bénéficiaire des 35 millions d'euros (l'entreprise Ruiz, censée reconstruire l'usine Lox, sans avoir signé de marché). Pendant ce temps, la mère de Joëlle Zapparrata (Maryse Pariente, élue municipale de Kourou à l'époque, actuellement attachée de cabinet de Jean-Etienne Antoinette) préparait le départ de sa fille au Canada avec son nouveau riche compagnon, David Alexandre.
Un prochain procès à suivre, qui devrait valoir une bonne séance de guignols.
La Semaine Guyanaise n°1334 du 18 au 24 juillet 2009.

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 19 Véga

Annonceurs

Régie publicitaire