aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Jodla 14/10/12
Kourou, génération Antoinette

Bientôt 16 ans que les Kourouciens ont élu à la tête de leur municipalité un jeune chômeur inexpérimenté de 29 ans, qui avait fait ses premiers pas dans la vie professionnelle comme formateur avec son cousin Conrad Desflot. Et depuis 16 ans, régulièrement réélu, Jean-Etienne Antoinette s'applique jour après jour à faire grossir l'habitat de cette drôle de ville qui a à peu près tout connu : l'expédition Choiseul qui a décimé près de 10 000 pigeons venus de toute l'Europe, l'esclavage et le bagne, et enfin le spatial qui a fait littéralement exploser la ville et servi de point d'accroche pour cultiver les rancoeurs. « L'histoire de Kourou est bien longue et commence des milliers d’années avant l’arrivée des Européens », précise Wikipédia. Mais ce passé incroyablement tourmenté et ouvert sur le monde semble être tombé dans un immense trou noir. Pour Antoinette, le vrai "Kouroucien", de souche, le seul qui compte, c'est lui et sa famille élargie, les autres pouvant s'avérer quand même utiles à son ascension sociale.

Obstinément, il répète à l'envi depuis des années : il fait bon vivre dans cette belle ville, même si personne n'est plus dupe depuis longtemps dans cette commune confrontée à l'incivisme chronique, à la violence, à la rapine et à la brutalité gratuite, comme au CMCK où l'on s'en prend même aux soignants des urgences. Et si les pauvres y sont de plus en plus pauvres, les jeunes de plus en plus ignorants et brutaux, si la délinquance est de plus en plus insupportable, c'est parce que l'on veut salir la ville en lui donnant une mauvaise image.

Et puis, brusquement, changement de discours. C'était hier, dans France-Guyane des 13-14 octobre (p.3) et sur Guyaweb, Jean-Etienne Antoinette en appelle aux ministères de la défense et de l'intérieur : « La Guyane et la ville de Kourou ont désormais atteint le seuil de l'intolérable en matière d'insécurité publique.» Le ministère de l'intérieur, passe encore, mais le ministère de la défense ! Veut-il faire venir l'armée comme la sénatrice de Marseille ? Mais que s'est-il donc passé ?  La réponse est simple : Tant que l'on massacre jour après jour des Kourouciens de passage depuis 10, 20 ou même 30 ans, il fait toujours bon vivre à Kourou. Mais lorsqu'on commence à s'en prendre, comme ces derniers jours, au fief communautaire des grandes familles kourouciennes, tels l'agence EDF de Kourou ou le Projet de Rénovation Urbaine, cela devient immédiatement "intolérable".

Il est peut-être encore temps - mais ce n'est pas si sûr - de prendre conscience de l'état des lieux. Cette jeunesse négligée depuis 16 ans, et qui explose maintenant, c'est la génération Antoinette. Celle qu'on a refusé de prendre en charge, malgré la demande pressante des habitants de Kourou qui voyaient arriver la catastrophe. Des jeunes sans repères et souvent sans véritable famille, quasiment livrés à eux-mêmes et assurés de leur impunité, et qui n'ont pour les guider qu'une société de faux-semblants, de discours verbeux et d'inaction. Les mascarades de réunions participatives, les pseudo conseils de prévention de la délinquance derrière lesquels rien ne se passe jamais mais qui font chic à la télévision, l'observatoire de la délinquance qui n'a jamais existé malgré les engagements réitérés publiquement, l'apathie générale et la désorganisation travesties sous les discours, les déclarations d'intention pour faire croire qu'on est de gauche, la langue de bois et les gesticulations sans lendemain ont fini par venir à bout de la vitalité de Kourou. Et toutes les énergies s'épuisent en regardant l'avenir. Qui a encore le courage de dire non ? arrêtez ces mensonges et ces promesses bidon tant de fois entendus. Mais faites !

Il y a de cela plus de 10 ans, lors d'une vaine célébration de conseil de prévention de la délinquance, une femme s'était levée (merci J. !) et avait solennellement déclaré à l'assemblée médusée, devant tous les officiels réunis, de la préfecture à la mairie, en passant par le conseil général et le procureur : Vous savez ce que vous faites avec tous ces jeunes : vous êtes en train d'en faire des valets !

O.F.

 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 19 Véga

Annonceurs

Régie publicitaire