aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Jusqu'au samedi 19/11/16 - Guyane
Saison littéraire Promolivres

La Saison littéraire
du Plateau des Guyanes
« L’infinie tristesse
du migrant »

Dans le cadre de son 20è anniversaire, l’association Promolivres propose « La saison littéraire du Plateau des Guyanes » qui réunira des écrivains Santiago Gamboa de la Colombie, Subraj Singh du Guyana, du Surinam et Iraida van Dijk de Guyane.

Cette opération s’articule autour d’une caravane qui se rendra à Cayenne, Kourou, Saint Laurent du Maroni et Rémire-Montjoly du 16 au 19 novembre 2016.

Promolivres a l’ambition de faire dialoguer les cultures à travers la voix des écrivains de l’Amazonie lors de tables rondes qui illustreront la littérature de nos régions. Le thème retenu pour ces rencontres est « L’infinie tristesse du migrant ». L’immigration, l’exil sont des sujets récurrents qui inondent les textes des auteurs.

Aussi, nous avons choisi d’aborder ces questions concernant les pays du Plateau des Guyanes, afin de savoir comment la littérature, miroir de la société, appréhende et nous renvoie ce sujet.

Parmi les objectifs poursuivis figurent la traduction des écrivains guyanais en portugais, en anglais, en espagnol … Egalement une perspective de traduction d’œuvres régionales à diffuser en Guyane.

PROGRAMME
(Des modifications peuvent intervenir )

Mercredi 16 novembre : Cayenne à l'ENCRE

  • 10h-19h00 : dédicaces sur les stands des libraires, éditeurs, associations - hall de l’Encre
     
  • 9h-11h : Rencontre des écrivains avec 160 élèves de Cayenne, Kourou à l’ENCRE, thème « Les migrants » avec Santiago Gamboa (Colombie), Marie-George Thébia (Guyane), Subraj Sing (Guyana), Iraida van Dijk (Surinam)
     
  • 16h00-17h00 : table ronde « L'infinie tristesse du migrant » avec Santiago Gamboa, Françoise James Ousénie Loe-Mie et Marie-George Thébia
     
  • 17h00-18h00 : Rencontre avec Subraj Singh (Guyana) et Iraida van Dijk (Surinam)
     
  • 18h00-19h00 : l'actualité littéraire guyanaise. Présentation des ouvrages parus en 2016

Jeudi 17 novembre : médiathèque de Kourou

  • 18 h- 20h00 : présentation des œuvres de Santiago Gamboa, Emeline Octavie, Subraj Sing (Guyana), Iraida van Dijk (Surinam) animée par Thierry Atticot

Vendredi 18 novembre : Saint Laurent du Maroni

  • 13h30-15h30 : Rencontre avec les élèves du lycée Bertène Juminer et de Mana, thème l’exil
     
  • 18h00 – 19h30 Table ronde au CIAP , présentation des œuvres des auteurs , table ronde « Les migrants » avec Santiago Gamboa (Colombie), Marie-George Thébia (Guyane), Subraj Sing (Guyana), Iraida van Dijk (Surinam)

Samedi 19 novembre : Mosaik plage

  • 10h-19h : rencontre champêtre autour du livre (restauration sur place, jeux pour les enfants)
  • Séance de dédicaces sur les stands des libraires, éditeurs, associations

Contact : 0694 150 503 /0694 09 22 05


Santiago Gamboa

Né en Colombie en 1965, Santiago Gamboa a étudié la littérature à l’université de Bogotá jusqu’en 1985, puis la philologie hispanique à Madrid. Il est l’auteur d’une thèse de doctorat à la Sorbonne sur la littérature cubaine. Journaliste au service de langue espagnole de RFI, correspondant du quotidien El Tiempo de Bogotá à Paris puis diplomate au sein de la délégation colombienne auprès de l’UNESCO, à Paris, et conseiller culturel de l’ambassade de Colombie en Inde. Ses livres sont traduits dans 17 langues. Ecrivain, chercheur , diplomate , chroniqueur ,correspondant et journaliste colombien.

Son premier roman, Pages en arrière , a été publié en 1995 et les critiques ont considéré qu’il brisait «tous les chemins parcourus par la littérature colombienne la plus récente." Deux ans plus tard, il paraît son deuxième roman, The Art of méthode, Perdre  est une question de méthode, qui a reçu d' excellentes critiques en Espagne et en Amérique latine. Ce travail a été repris dans un film de par Sergio Cabrera en 2005.

Tragédie de l'homme qu'elle aimait dans les aéroports , une histoire courte, a été inclus dans l'anthologie Tales apatrides (1999). L'année suivante , il a quitté la vie heureuse d'un jeune homme nommé Stephen .

En 2005 , il a publié son roman Le syndrome d' Ulysse , des histoires d'immigrants dans le Paris des années 80, il obtient un bon succès auprès des lecteurs et des critiques en Amérique latine et en Europe. Il est finaliste de plusieurs prix internationaux.

En 2009 , il a remporté le prix "The Other Shore" avec son roman Necropolis , sorte de contemporain "Decameron" avec des histoires dans différentes parties du monde et centré sur la ville de Jérusalem. En 2011, paraissent ses Nouvelles prières du soir, situés à Bogota, Bangkok et New Delhi. En 2013, il publie le sable Océans , voyage narratif au Moyen - Orient (Syrie, Israël, Palestine et Jordanie). En 2014 , il publie la guerre et la paix , un essai qui tente d' analyser le sens de ces deux mots, "guerre" et "paix" à travers l' histoire, la littérature et la philosophie, adressée à la réflexion sur le processus de paix en Colombie à La Havane. Aussi en 2014 , il a publié son roman Une maison à Bogota , l' histoire centrée sur une vie de Voyage.

Sur son écriture Gamboa "dit le maître Fernando Botero n'a jamais donné un coup de pinceau qui ne soit pas autorisés par l'histoire de l' art et ce qu'il dit se référant à la peinture, je tente de l’appliquer à mes romans.

«Je ne veux pas que quiconque  lise un de mes livres comme l' Amérique latine, mais parce qu'il aime ce que j'écris. Je ne lis pas Malraux pour être français ou Tabucchi pour être italien, mais parce que j’aime ce qu'ils écrivent.

Ses œuvres ont été traduites en 17 langues . Il a été diplomate à la délégation de la Colombie auprès de l' UNESCO et de l'ambassade de l' Inde . 

Prix littéraires
Finaliste pour le Prix Romulo Gallegos en 2007 avec syndrome d' Ulysse .
Finaliste du Prix Médicis (France) pour le meilleur roman étranger avec la version française de ce roman .
Prix Finaliste Casino Povoa (Portugal) avec la traduction portugaise du même travail.
La Otra Orilla Award en 2009 par Nécropole
Prix littéraire des Caraïbes 2013 Mention honorable à Necropolis 1209 (Ed. Métailié).
Coup de Coeur prix transfuge Revue 2014 (Paris) à Prieres nocturnes (Ed. Métailié).



Subraj Singh

Subraj Singh est né le 25 mai 1992. Il a fréquenté le Queen's College de 2004 à 2009. En 2015, il a complété son baccalauréat en littérature anglaise à l'Université du Guyana, et reçu plusieurs prix académiques.

En 2014, Subraj a remporté le prix Walter Rodney pour l'écriture créative (court métrage) pour sa pièce, «Rebelle». Au cours de l'été de cette même année, il s'est porté volontaire avec Ruel Johnson «Janus Cultural Policy Initiative» qui a travaillé sur l'établissement d'une politique culturelle nationale pour le Guyana.

En 2015, Subraj a également terminé des études à l'École nationale de théâtre Arts et Drama - diplômé comme Valedictorian et aussi gagner plusieurs autres récompenses.

En plus d'un écrivain de fiction, il est également dramaturge et metteur en scène, avec sa première pièce de théâtre, Rire de la Reine de Marbre, récemment mise en scène au Festival National du Drame 2015, où il a continué à être nominé pour 15 prix, gagnant 7 d’entre eux : Meilleure Production, Meilleur Nouveau Guyanais Play, Meilleur Réalisateur, Meilleur Performing Cast, et 3 plus de récompenses dans les catégories d'action. Sa prochaine création «Masque» se prépare également pour la production au Festival national de théâtre 2016. Plus tôt cette année, il co-dirigé Ti Jean et ses frères, écrit par le prix Nobel, Derek Walcott.

En novembre de 2015, Subraj a été présélectionnée pour le Prix Guyana de Littérature - Meilleur Premier Livre de Fiction - pour son manuscrit inédit: Rebelle and Other Stories, qui se compose de neuf nouvelles qui traitent de divers thèmes sociaux, politiques et culturels Plutôt non conventionnel Subraj a remporté le prix (l'un des plus importants prix littéraires du pays), devenant ainsi la deuxième personne la plus jeune à remporter un Prix du Guyana pour la littérature.

En décembre 2015, il a participé au premier événement de TEDx du Guyana, sous le thème de «Courageous Conversations». Le discours de Subraj était intitulé «Literature décolonisante».

En 2015, Subraj a joué un rôle de premier plan lors de la quatrième saison de Merundoi - l'une des pièces de radio les plus populaires de Guyana. Il est également membre de la Compagnie nationale de théâtre de Guyane et il écrit une chronique de littérature hebdomadaire pour la Chronique du Guyana, il enseigne la littérature anglaise à l'École nationale de théâtre et de théâtre et enseigne également à l'Université du Guyana. Certaines de ses œuvres de fiction seront publiées par The Walter Rodney Foundation et dans The Arts Journal. Plus récemment, il a également été le seul écrivain à remporter deux prix lors des compétitions d'écriture du Jubilé d'or du Guyana (dans les catégories Courte histoire et Action).

Subraj croit fermement en la puissance des arts et envisage de travailler dans le secteur artistique guyanien, en veillant à promouvoir les arts et la culture guyaniens et à aider les artistes locaux à atteindre leur plein potentiel. Il vit sur la côte ouest de Demerara au Guyana.


Iraida van Dijk-Ooft - Surinam 
Pas de retour en arrière. roman

Exactement 50 ans après que le barrage Afobaka ait été fermé et le réservoir Brokopondo commence à se remplir d'eau, Alex cherche l'or à l'endroit où sa mère Bé est née. Où était l'ancien kankantri. Depuis qu'il a perdu tous ses parents Mma fu doti a exigé un remboursement? Tout a commencé à la veille de la mort de sa mère Beate. "Alex, allez. Allez regarder. Savoir d'où nous venons ".

Il faut dix-neuf ans avant qu'il donne effet à ses paroles. Il apprend à connaître son passé et celui de beaucoup d'autres dans son environnement. Dembeston, d'abord un mot, un lieu oublié plus tard, il semble que le mot-clé vient à lui par un rêve. Cohabitation avec sa mère ? son grand-père et sa grand-mère John Susie, tout est basé sur des mensonges et de dissimulation.

Pas de retour en arrière traces de la période de 1962 à 2014, une période importante pour le Suriname, en particulier pour tous les habitants de la région qui devint plus tard un réservoir. Jamais leur vie est devenue plus normale. Surtout depuis qu'ils ont perdu non seulement leur maison mais aussi leur passé et qu’ils ont quitté leur bien-aimée morte dans les cimetières. En effet, tout est tombé en proie à l'eau. Pas de retour en arrière décrit le silence des générations et les grandes conséquences.

Iraida Martha van Dijk-Ooft (1974) vit et travaille à Paramaribo. Elle est diplômée en 2014 au large de la Schrijversvakschool à Paramaribo. Avec son premier roman Aucune façon dont elle veut montrer le respect qu'ils ont pour la vie telle qu'elle est ... et comme il peut être parfois.

 


 


 


 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 19 Véga

Annonceurs

Régie publicitaire