aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

06/04/19
Algues sargasses, phénomène d'échouage en Guyane

La Guyane est actuellement touchée par l’arrivée d’algues brunes, dites « Sargasses» depuis mi-février.
Ces radeaux d’algues proviennent d’une zone située au large du Brésil, poussés par les courants maritimes dominants vers les côtes du nord-est de l’Amérique du Sud, puis vers l’arc caribéen.

Que sont les sargasses ?

Celles qui nous concernent sur le littoral et l’Arc Antillais, sont des algues brunes, dites holopélagiques : elles se développent à la surface de l'eau et l'intégralité de leur cycle de vie se fait en pleine mer. Elles s’agglomèrent en de vastes radeaux pouvant atteindre plus de 1000 m2 et plusieurs mètres d’épaisseur.

De quoi se nourrissent-elles ?

Ces algues sont photosynthétiques, elles associent le prélèvement de nutriments dissous dans l’eau de mer et la photosynthèse pour assimiler le carbone atmosphérique.

D’où viennent-elles ?

Des travaux de télédétection ont suggéré en 2011 qu’elles provenaient de l’Atlantique au large de l’embouchure de l’Amazone. Mais la question n’est pas tranchée, tant il faut confirmer leur développement et leur diffusion. Les hypothèses sont diverses, et doivent être explorées. Ainsi sont évoqués les apports du fleuve Amazone, la dissémination par les navires, les changements de température de l’eau de surface de l’océan (changement climatique)…

Les échouages ?

Depuis 2011, l’Arc Antillais est concerné par des échouages massifs, et dans une bien moindre mesure les côtes du Plateau des Guyanes ; les côtes du Golfe du Mexique, Texas et Mexique, sont également concernées. En Afrique les échouages existent sur les côtes du Golfe de Guinée.

Sont-elles dangereuses ?

Tout cela est une question de quantités qui échouent à la côte. Alors qu’elles sont encore humides, les mécanismes de décomposition se mettent en place et produisent de l’ammoniac (NH3) et du sulfure d’hydrogène (H2S). Les volumes de ces gaz vont dépendre de l’humidité et des volumes d’algues qui se décomposent, on parle de décomposition bactérienne de la matière organique. Cette décomposition est stoppée si les algues sont sèches. Ces deux gaz ont alerté aux Antilles, tant leurs volumes dispersés à partir des échouages étaient importants.

Cette année en Guyane  les échouages sont plus importants depuis le week end du 16-17 mars sur les plages de Cayenne et Remire Montjoly. Toutefois au18 mars 2019 il n’a pas été relevé de présence H2S ni NH3.

En savoir plus.

 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2019
Lancements 2019
Vol Soyuz VS22

Annonceurs

Tarifs de publicité