aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

29/07/20
Une mission confiée aux inspections générales, IGAS-IGESR-IGA

Paris, le 29 juillet 2020 - Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, et la ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal ont remis au président de la Collectivité territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre, aux parlementaires du territoire et au président de l’Assemblée des Maires de Guyane, un courrier pour répondre à la “motion de revendications pour une meilleure prise en considération de la lutte contre la COVID-19”. Cette motion avait été remise officiellement au Premier ministre lors de sa visite officielle le 12 juillet dernier.

Ce courrier vient compléter les premières réponses apportées par le préfet de Guyane sur les équipements et protocoles sanitaires, les renforts de personnels soignants, l’accompagnement socio-économique et le renforcement des structures de santé le 21 juillet dernier :

1. Les renforts capacitaires en matériel, consommables et soignants déjà mobilisés ou planifiés pour soutenir la gestion de crise sanitaire en Guyane, y compris des ressources rares comme l’ESCRIM ou l’A400M, sont des preuves, par les actes, de la solidarité nationale vis-à-vis de la population guyanaise.

2. La Guyane dispose à ce jour de 41 lits de réanimation COVID + actifs, dont 13 ne sont pas occupés. Les capacités sanitaires locales ne sont pas saturées et la progression de l’épidémie semble avoir atteint son plateau depuis plusieurs jours.

3. Par ailleurs, les équipements sont présents pour monter jusqu’à 79 lits et les renforts de personnels sont et seront planifiés pour les armer si nécessaire.

Ce courrier vient surtout apporter des précisions quant aux moyens pour améliorer de manière structurelle l’offre de soins en Guyane. L’enjeu principal est de pouvoir améliorer l’attractivité du territoire pour les soignants et les y fidéliser. C’est un prérequis à la création d’un CHU en Guyane, dont le principe avait été acté par l’Etat en avril 2017, et qui doit constituer l’aboutissement d’une démarche de renforcement des équipes d’universitaires praticiens hospitaliers et de l’activité de recherche du centre hospitalier.

Ainsi, pour avancer de manière opérationnelle pour aboutir à un projet viable et apportant un réel bénéfice à la population guyanaise, une mission sera confiée aux inspections générales, IGAS-IGESR-IGA, permettant de faire des préconisations stratégiques à même de répondre aux attentes des élus guyanais. La mission, dont les travaux débuteront début septembre, auditionnera l’ensemble des parties prenantes et remettra son rapport d’ici fin 2020.

Cette mission travaillera sur trois axes de développement :
1. Le premier est de prévoir une déclinaison territoriale des Accords du Ségur de la santé.
En effet, les conclusions du Ségur présentées le 21 juillet dernier comportent de nombreuses mesures pouvant répondre aux particularités et aux difficultés du territoire guyanais. La question du renforcement des structures de santé de Saint-Georges-de-l’Oyapock et de Maripasoula, ainsi que des mesures transversales pour favoriser l’attractivité des hôpitaux guyanais, réduire les sous-effectifs et renforcer l’investissement seront instruites dans ce cadre.

2. Le deuxième axe vise à poursuivre et intensifier la « structuration universitaire par l’intérieur du centre hospitalier de Cayenne » annoncée en 2017. Pour mémoire, à cette époque, seuls 4 professeurs d’université – praticiens hospitaliers (PUPH) étaient présents au CH de Cayenne. Nous sommes actuellement à 9 PUPH présents et nous atteindrons 11 PUPH en 2021. La dynamique se poursuit donc. La création d’un centre de recherche et la possible mise en place d’un centre d’essais cliniques doit aujourd’hui être envisagée. La construction d’un bâtiment d’enseignement et de recherche et d’un Centre d'Investigation clinique (CIC), chère à la communauté médicale, fait par ailleurs partie intégrante du projet de modernisation du CH de Cayenne. Ce projet, validé en juin 2018, est financé au niveau national à hauteur de 40 millions d’euros conformément au protocole d’accord signé 21 avril 2017.

3. Enfin, un troisième axe devra permettre la valorisation et l’accompagnement de la recherche guyanaise. L’objectif sera d’accompagner les acteurs d’excellence et d’encourager les synergies entre les différentes structures de recherche portant la recherche les territoires, notamment sur les maladies émergentes et ré-émergentes, en lien avec les structures de santé du bassin caribéen et sud-américain.

L’objectif commun que nous souhaitons poursuivre avec les élus guyanais, c’est bien le renforcement de l’offre de soins apportée localement à la population guyanaise. Mais il faut travailler de manière méthodique sur ce sujet, afin que la réponse apportée soit pérenne et partagée avec l’ensemble des acteurs.” explique Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer.


Paris, July 29, 2020 - The Minister of Overseas Territories, Sébastien Lecornu, the Minister of Solidarity and Health, Olivier Véran, and the Minister of Higher Education, Research and Innovation, Frédérique Vidal have given to the president of the Territorial Collectivity of French Guiana, Rodolphe Alexandre, to the parliamentarians of the territory and to the president of the Assembly of Mayors of French Guiana, a letter to respond to the “motion of demands for a better consideration of the fight against COVID-19 ”. This motion was officially delivered to the Prime Minister during his official visit on July 12.

This letter complements the first responses provided by the Prefect of French Guiana on health equipment and protocols, reinforcement of nursing staff, socio-economic support and strengthening of health structures on July 21:

1. The capacity reinforcements in equipment, consumables and caregivers already mobilized or planned to support the management of the health crisis in French Guiana, including scarce resources such as the ESCRIM or the A400M, are proof, through actions, of the national solidarity vis-à-vis the Guyanese population.

2. French Guiana currently has 41 active COVID + resuscitation beds, 13 of which are not occupied. Local health capacities are not saturated and the progression of the epidemic seems to have reached its plateau for several days.

3. Furthermore, the equipment is present to raise up to 79 beds and the reinforcements of personnel are and will be planned to arm them if necessary.

This letter above all comes to provide details on the means to structurally improve the supply of care in French Guiana. The main challenge is to be able to improve the attractiveness of the territory for caregivers and to retain them. This is a prerequisite for the creation of a CHU in French Guiana, the principle of which was officially approved by the State in April 2017, and which should constitute the culmination of an approach to strengthen teams of university hospital practitioners. and the research activity of the hospital center.

Thus, to make operational progress to achieve a viable project bringing real benefit to the Guyanese population, a mission will be entrusted to the general inspectorates, IGAS-IGESR-IGA, making it possible to make strategic recommendations capable of meeting the expectations of Guyanese elected officials. The mission, whose work will begin in early September, will hear all stakeholders and submit its report by the end of 2020.

This mission will work on three areas of development:
1. The first is to provide for a territorial variation of the Health Segur Agreements.
Indeed, the conclusions of Ségur presented on July 21 include many measures that can respond to the particularities and difficulties of Guyanese territory. The question of strengthening the health structures of Saint-Georges-de-l'Oyapock and Maripasoula, as well as cross-cutting measures to promote the attractiveness of Guianese hospitals, reduce understaffing and increase investment will be examined in this regard. frame.

2. The second axis aims to continue and intensify the “university structuring from within the Cayenne hospital center” announced in 2017. As a reminder, at that time, only 4 university professors - hospital practitioners (PUPH) were present at the hospital. Cayenne CH. We are currently at 9 PUPH present and we will reach 11 PUPH in 2021. The dynamic therefore continues. The creation of a research center and the possible establishment of a clinical trials center should now be considered. The construction of a teaching and research building and of a Clinical Investigation Center (CIC), dear to the medical community, is also an integral part of the Cayenne hospital modernization project. This project, validated in June 2018, is funded nationally to the tune of 40 million euros in accordance with the memorandum of understanding signed on April 21, 2017.

3. Finally, a third axis should allow the promotion and support of Guianese research. The objective will be to support actors of excellence and encourage synergies between the different research structures carrying research on the territories, in particular on emerging and re-emerging diseases, in connection with the health structures of the Caribbean basin. and South American.

"The common objective that we wish to pursue with the elected representatives of French Guiana is to strengthen the provision of care provided locally to the population of Guyana. But we have to work methodically on this subject, so that the response is sustainable and shared with all stakeholders. " explains Sébastien Lecornu, Minister of Overseas France.
 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2020
Lancements 2020
vol 252 Ariane 5

Annonceurs

Tarifs de publicité