aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

16/09/20
Lutte contre la pêche illégale : opérations musclées au large de la Guyane

Une opération de police des pêches renforcée a eu lieu au large de la Guyane, dans les eaux sous souveraineté française, du 7 au 13 septembre 2020.

Baptisée MOKARRAN 2020, cette opération d’envergure a mobilisé les moyens maritimes et aériens des Forces Armées en Guyane (FAG), mais également les services de l’État dont le concours est indispensable pour assurer un véritable continuum mer-terre.

Conduite à l’est, cette opération ciblait principalement les tapouilles « mères » brésiliennes en activité de pêche INN (illégale, non déclarée, non réglementée) dans les eaux de la Guyane.

Dès le mardi 08 septembre, le «COMTE MURILO», une tapouille «mère» de 14,60 mètres qui pêchait illégalement dans les eaux territoriales guyanaises a été déroutée au port du Larivot sur une décision de la Direction de la mer, des fleuves et du littoral de Guyane par le Patrouilleur Antilles-Guyane - PAG «La Confiance» et la Vedette Côtière de Surveillance Maritime - VCSM «Organabo», appuyés par un hélicoptère Fennec de l’ET 68.

À son bord ont été appréhendés 3 000 kg de poissons (vivaneau, machoiran, palica, croupia notamment), 4 kg de vessies natatoires fraîches et 30 kg de vessies natatoires séchées.

Parmi les huit pêcheurs brésiliens qui composaient l’équipage du « COMTE MURILO », cinq se sont montrés particulièrement violents lors du contrôle du navire (tirs d’artifices, jets de pierres et de couteaux) justifiant une action de vive force à la conclusion de laquelle les INN violents ont été maîtrisés et appréhendés en vue d’une remise à l’autorité judiciaire à Cayenne.

Le propriétaire du navire, le capitaine ainsi que trois matelots ont été condamnés, à l'audience de comparution immédiate du 11 septembre 2020, à des peines allant jusqu’à 18 mois d'emprisonnement ferme. Un marin mineur a été remis à l’aide sociale à l’enfance et un marin non violent à la police aux frontières. La destruction de la tapouille a été ordonnée par le juge des libertés et de la détention (JLD). Le produit de la pêche illicite, les matériels de pêche (filets) ont été confisqués par le tribunal.

Dans la nuit du samedi 12 septembre, le « COMTE BRUNO », une tapouille « fille » a été surpris en action de pêche illégale dans les eaux territoriales guyanaises. Il a fait l’objet d’un contrôle des pêches qui s’est traduit par l’appréhension de 8 kg de poissons et 1 kg de vessie natatoire. Un marin qui s’est violemment opposé à la montée à bord de l’équipe de contrôle a été condamné à 3 mois d'emprisonnement ferme.

Cette opération de lutte contre la pêche illégale, sous la responsabilité et la coordination du Préfet de la région Guyane, Marc DEL GRANDE délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer - AEM, a été une nouvelle fois l’occasion d’éprouver la capacité des différents services de l’État (Forces Armées en Guyane, Gendarmerie maritime, Police aux Frontières, Direction Générale des Territoires et de la Mer...) à œuvrer en étroite collaboration pour en garantir le succès.

Le parquet du Procureur de la République a également été associé au plutôt dans la préparation de cette opération. Son action a été déterminante pour assurer une suite pénale appropriée.

L’opération MOKKARRAN témoigne de la volonté de la France de faire respecter ses droits souverains dans ses eaux, mais également de préserver la ressource halieutique guyanaise.


A reinforced fishing police operation took place off French Guiana, in waters under French sovereignty, from September 7 to 13, 2020.

Called MOKARRAN 2020, this large-scale operation mobilized the maritime and air resources of the Armed Forces in French Guiana (FAG), but also the State services whose assistance is essential to ensure a true sea-land continuum.

Conducted in the east, this operation mainly targeted Brazilian “mother” tapouilles engaged in IUU fishing (illegal, unreported, unregulated) in the waters of French Guiana.

As of Tuesday, September 08, the “COMTE MURILO”, a 14.60 meter “mother” tapouille which was illegally fishing in Guianese territorial waters was diverted to the port of Larivot on a decision of the Directorate of the Sea, Rivers and of the coast of Frenhc Guiana by the Antilles-French Guyana Patroller - PAG "La Confiance" and the Vedette Côtière de Surveillance Maritime - VCSM "Organabo", supported by a Fennec helicopter from ET 68.

On board, 3,000 kg of fish were apprehended (snapper, machoiran, palica, croupia in particular), 4 kg of fresh swim bladders and 30 kg of dried swim bladders.

Among the eight Brazilian fishermen who made up the crew of the "COMTE MURILO", five were particularly violent during the control of the vessel (fireworks, throwing stones and knives) justifying a strong action at the conclusion of which the violent IUUs were controlled and apprehended with a view to handing them over to the judicial authority in Cayenne.

The shipowner, the captain and three sailors were sentenced at the immediate appearance hearing on September 11, 2020, to terms of up to 18 months' imprisonment. A minor sailor was handed over to child welfare and a non-violent sailor to border police. The destruction of the tapouille was ordered by the judge of freedoms and detention (JLD). The proceeds of illegal fishing, fishing equipment (nets) were confiscated by the court.

On the night of Saturday, September 12, the “COUNT BRUNO”, a “girl” tapouille was caught in illegal fishing in Guianese territorial waters. It was subject to a fishery check which resulted in the apprehension of 8 kg of fish and 1 kg of swim bladder. A sailor who vehemently opposed the boarding of the monitoring team was sentenced to 3 months' imprisonment.

This operation to fight against illegal fishing, under the responsibility and coordination of the Prefect of the French Guiana region, Marc DEL GRANDE, government delegate for State action at sea - AEM, was once again the occasion to test the capacity of the various State services (Armed Forces in French Guiana, Maritime Gendarmerie, Border Police, Directorate General of Territories and the Sea, etc.) to work in close collaboration to guarantee its success.

The public prosecutor's office was also involved in the preparation of this operation. His action was decisive in ensuring an appropriate criminal prosecution.

Operation MOKKARRAN testifies to France's desire to ensure respect for its sovereign rights in its waters, but also to preserve Guyanese fishery resources.
 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2020
Lancements 2020
Vol 16 Vega

Annonceurs

Régie publicitaire