aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

27/11/20
Les pharmaciens prêts pour les tests antigéniques

Depuis lundi, 67 pharmaciens et préparateurs en pharmacie, représentant 23 officines du territoire, se forment au test antigénique. Ils pourront très rapidement le proposer aux personnes souhaitant se faire dépister contre le Covid-19. Certains sont prêts à démarrer aujourd’hui.

Des tests plus rapides… et bientôt plus près de chez vos patients. Dans les prochains jours, il sera possible, dans sept communes de Guyane, d’effectuer un test antigénique en pharmacie. Depuis lundi, le grossiste-répartiteur SPG, de Matoury, propose une formation aux docteurs en pharmacie et aux préparateurs. Elles se déroulent dans ses locaux, mais également à Kourou et Saint-Laurent du Maroni. D’ici à lundi midi, 67 professionnels auront appris à réaliser un test antigénique. Au moins vingt-quatre pharmacies, sur les quarante-neuf que compte la Guyane, le proposeront, à Cayenne, Matoury, Rémire-Montjoly, Macouria, Kourou, Saint-Laurent du Maroni et Maripasoula. « C’est une compétence de plus que l’on peut avoir. C’est le principal sujet de santé publique du moment. Y participer, ça me paraît important. C’est bien que les pharmaciens puissent apporter leur part », témoigne le Dr Mathieu Lebon, de la pharmacie du Bourg, à Rémire-Montjoly.

Au cours des deux heures de formation de chaque professionnel, apprendre à bien glisser l’écouvillon dans la narine est finalement le plus rapide. Elisabeth Pereira Pais, sage-femme et formatrice sollicité par SPG, insiste davantage sur l’organisation du site de prélèvement et les consignes pour s’habiller de manière à éviter de contaminer qui que ce soit. Les pharmaciens sont encouragés à installer leur site de prélèvement en extérieur ou dans leur sas de livraison. « Il faut s’assurer que le patient potentiellement positif ne croise pas des personnes fragiles. »

« Nous proposerons les tests vraisemblablement sur rendez-vous, à l’extérieur de la pharmacie, explique ainsi le Dr Fabien Sublet. Ce ne sera pas toute la journée, car c’est une organisation assez prenante. » En effet, outre l’habillage, le prélèvement, le rendu de résultat et la désinfection entre chaque personne, les professionnels doivent renseigner SIDEP, l’outil de suivi du dépistage. Cela permet :

Outre les pharmacies, les tests antigéniques sont désormais déployés (ou réservés) dans les centres délocalisés de prévention et de soins (CDPS), dans les trois centres hospitaliers, les établissements médico-sociaux, les associations et l’Éducation nationale. Ils viennent renforcer les capacités de dépistage du territoire.

Le test antigénique en priorité pour les personnes symptomatiques

Le test antigénique est prioritairement réservé aux personnes symptomatiques et doit être utilisé dans un délai inférieur ou égal à quatre jours après l’apparition des symptômes. Dans les autres cas, le test de détection du génome viral par RT-PCR doit être privilégié en première intention. Le respect de cette priorisation est indispensable pour un déploiement réussi.

En cas de résultat positif, aucune confirmation par RT-PCR n’est requise, quel que soit le profil du patient.

En cas de résultat négatif :

  • Pour les personnes symptomatiques âgées de 65 ans ou plus et aux personnes qui présentent au moins un facteur de risque tel que défini par le HCSP, il est recommandé de consulter un médecin et de confirmer le résultat par RT-PCR ;
  • Pour les autres, la confirmation par un test RT-PCR est laissée à l’appréciation du médecin sur le fondement de son évaluation clinique.

Pour les personnes asymptomatiques

S’agissant des personnes contacts ou personnes détectées au sein d’un cluster, le test par RT-PCR doit être privilégié.

Que le résultat du test antigénique soit positif ou négatif, une confirmation RT-PCR n’est pas nécessaire concernant les personnes symptomatiques.

Et enfin, même en cas de test négatif, la personne venue se faire dépister doit rester prudente. Elle peut être porteuse du virus dans des quantités non encore détectables et donc transmettre le virus à d’autres. Dans tous les cas, elle doit continuer à respecter scrupuleusement les gestes et mesures barrières pour ne pas mettre en danger son entourage et notamment les personnes les plus vulnérables.

A Rémire, la pharmacie du Bourg est prête à démarrer aujourd’hui

Hier soir, à la pharmacie du Bourg, à Rémire-Montjoly, le Dr Mathieu Lebon mettait enfin la main sur le document de déclaration de son site de dépistage antigénique du Covid-19. Pour le reste, tout était prêt pour démarrer aujourd’hui : les tests étaient arrivés, les blouses aussi et l’organisation du site – une tente sur le parking de l’officine – était trouvée. « Si en milieu de matinée (aujourd’hui) je peux commencer, je commence. »

Dans sa pharmacie, les patients lui demandent depuis plusieurs jours s’il est possible de réaliser un test antigénique. « A la télé, ils voient qu’en Métropole, c’est déjà possible. » En Guyane, ça le sera très vite. Pour l’heure, la majorité des pharmacies ne rencontrent plus qu’un problème d’approvisionnement en blouses jetables. « C’est ce qui bloque », témoigne le Dr Fabien Sublet, pharmacien à Matoury. Sylvain Grassin, directeur général délégué de SPG, reconnaît la difficulté. « Nous travaillons pour faire venir des blouses dans le courant de la semaine prochaine. »

Mathieu Lebon ne rencontre pas cette difficulté. « On va démarrer tout doucement, pour ne pas se planter, ni se mettre la pression. » Les premiers jours, le test sera proposé sans rendez-vous, a priori le matin, « le temps que les gens sachent que nous le proposons. Je vais me caler sur le modèle des drives des laboratoires. On va monter en puissance. Ensuite, tout dépendra de l’évolution de l’épidémie. S’il y a besoin, nous serons là. »


Since Monday, 67 pharmacists and pharmacy technicians, representing 23 pharmacies in the territory, have been trained in the antigen test. They can very quickly offer it to people wishing to be tested for Covid-19. Some are ready to go today.

Faster tests ... and soon closer to your patients. In the coming days, it will be possible in seven municipalities in French Guiana to perform an antigen test in pharmacies. Since Monday, the wholesaler-distributor SPG, from Matoury, has been offering training to doctors of pharmacy and preparers. They take place in its premises, but also in Kourou and Saint-Laurent du Maroni. By Monday noon, 67 professionals will have learned how to perform an antigen test. At least twenty-four pharmacies, out of the forty-nine in French Guiana, will offer it, in Cayenne, Matoury, Rémire-Montjoly, Macouria, Kourou, Saint-Laurent du Maroni and Maripasoula. "This is one more skill one can have. It is the main public health topic at the moment. Participating in it seems important to me. It's good that pharmacists can contribute, " says Dr Mathieu Lebon, from the city pharmacy in Rémire-Montjoly.

During the two hours of training for each professional, learning how to properly slide the swab into the nostril is ultimately the fastest. Elisabeth Pereira Pais, midwife and trainer approached by SPG, places more emphasis on the organization of the sampling site and the instructions for dressing in such a way as to avoid contaminating anyone. Pharmacists are encouraged to set up their sampling site outside or in their delivery airlock. "You have to make sure that the potentially positive patient does not come across fragile people. "

"We will offer the tests probably by appointment, outside the pharmacy," explains Dr Fabien Sublet. It won't be all day, because it's a pretty involved organization. "In fact, in addition to dressing, sampling, reporting of results and disinfection between each person, professionals must inform SIDEP, the screening monitoring tool. This allows:

  •     for Health Insurance to initiate contact tracing;
  •     the person who tests positive to benefit from medical monitoring and social support;
  •     health professionals to be reimbursed;
  •     epidemiologists to follow developments in French Guiana.

In addition to pharmacies, antigenic tests are now deployed (or reserved) in the relocated prevention and care centers (CDPS), in the three hospitals, medico-social establishments, associations and National Education. They come to strengthen the detection capacities of the territory.

The antigen test in priority for symptomatic people

The antigen test is primarily reserved for symptomatic people and must be used within four days or less after the onset of symptoms. In other cases, the test for the detection of the viral genome by RT-PCR should be preferred as a first-line treatment. Respecting this prioritization is essential for a successful deployment.

In the event of a positive result, no confirmation by RT-PCR is required, regardless of the patient profile.

In the event of a negative result:

    For symptomatic people aged 65 years or older and people who have at least one risk factor as defined by the HCSP, it is recommended to consult a doctor and confirm the result by RT-PCR;
    For others, confirmation by an RT-PCR test is at the discretion of the physician based on his clinical assessment.

For asymptomatic people

Regarding contacts or people detected within a cluster, the RT-PCR test should be preferred.

Whether the antigen test result is positive or negative, RT-PCR confirmation is not necessary for symptomatic individuals.

And finally, even in the event of a negative test, the person coming to be tested must remain cautious. She can carry the virus in undetectable amounts and thus transmit the virus to others. In all cases, she must continue to scrupulously respect the gestures and barrier measures so as not to endanger those around her, and in particular the most vulnerable people.

In Rémire, the Bourg pharmacy is ready to start today

Yesterday evening, at the Bourg pharmacy, in Rémire-Montjoly, Dr Mathieu Lebon finally got his hands on the declaration document from his Covid-19 antigen screening site. For the rest, everything was ready to start today: the tests had arrived, the coats too and the site organization - a tent in the parking lot of the dispensary - was found. “If by mid-morning (today) I can start, I start. "

In his pharmacy, patients have been asking him for several days if it is possible to perform an antigen test. "On TV, they see that in Metropolitan France, this is already possible. “In French Guiana, it will be very quickly. For now, the majority of pharmacies only have a problem with the supply of disposable gowns. "This is what is blocking", testifies Dr Fabien Sublet, pharmacist in Matoury. Sylvain Grassin, Deputy CEO of SPG, recognizes the difficulty. “We are working to bring in some gowns in the course of next week. "

Mathieu Lebon does not encounter this difficulty. “We will start very slowly, so as not to crash or put pressure on ourselves. "The first few days, the test will be offered without an appointment, a priori in the morning," until people know that we are offering it. I will base myself on the model of laboratory drives. We're going to ramp up. Then everything will depend on how the epidemic progresses. If there is a need, we'll be there. "
 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 19 Véga

Annonceurs

Régie publicitaire