aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

18/12/20
Conclusions des investigations autour de la mission Véga 17 (VV17)

Le mardi 17 novembre, Arianespace a annoncé l’échec de la mission Vega VV17 qui transportait deux charges utiles, le satellite d’observation de la Terre SEOSAT-Ingenio pour l’ESA au nom du Centre espagnol pour le développement des technologies industrielles (CDTI), et TARANIS pour le Centre National d’Études Spatiales (CNES) français. Les trois premiers étages ont fonctionné de façon nominale jusqu’à l’allumage de l’étage supérieur AVUM, huit minutes après le décollage. Une dégradation de la trajectoire a alors été détectée, générant une perte de contrôle du lanceur puis la perte de la mission.

Les premières investigations, menées juste après le lancement avec les données disponibles, ont identifié un problème lié à l’intégration du système de contrôle de vecteur de poussée (TVC) du quatrième étage AVUM comme étant la cause la plus probable à l’origine de la perte de contrôle du lanceur.

Arianespace (l’opérateur de services de lancement) et l’Agence spatiale européenne (l’autorité de développement du système de lancement Vega) ont immédiatement mis en place une Commission d’enquête indépendante (IEC). La Commission a fourni un rapport détaillé et des conclusions qui confirment les raisons principales de l’échec et expliquent en détail les défauts identifiés dans le processus d’intégration et les raisons pour lesquelles l’erreur n’a pas été détectée avant le vol. Suite à ses observations, la Commission a formulé ses recommandations pour accroitre la robustesse de Vega
en vue de son retour en vol.

Plus précisément, la Commission conclut que la cause de l’échec de VV17 écarte tout défaut de qualification au niveau de la conception du lanceur. L’échec est dû à un câblage et à une connexion incorrects des actionneurs électromécaniques du système de contrôle de vecteur de poussée de l’étage supérieur AVUM, entrainant une inversion des commandes de direction qui a conduit à la dégradation de la trajectoire et la perte du véhicule. La série détaillée de causes est décrite comme étant (i) une procédure d’intégration imprécise qui a causé (ii) une inversion de connexions électriques, non détectée lors (iii) des différentes étapes de contrôle et de test effectuées entre l’intégration de l’étage supérieur AVUM et l’acceptation finale du lanceur, et ce à cause d’incohérences entre les exigences spécifiques et les contrôles recommandés.

Un ensemble complet de recommandations à la fois immédiates et permanentes a été présenté par la Commission pour garantir un rapide retour en vol de Vega dans les conditions de sécurité requises, ainsi que la fiabilité de ce lanceur à long terme. Les premières actions recommandées comprennent des inspections et des tests supplémentaires sur les composants matériels des deux prochains lanceurs Vega, déjà entièrement ou partiellement produits, ainsi que lors des étapes de fabrication. Des recommandations permanentes — tant du côté de la fabrication, de l’intégration et du processus d’acceptation sur les lignes d’assemblage du lanceur en Italie que lors de son acceptation finale en Guyane — ont été proposées pour contribuer à prévenir ce qui a été identifié comme étant la cause principale.

Dès cette semaine, un groupe de travail dirigé par l’ESA et par Arianespace a commencé à mettre en oeuvre la feuille de route proposée par la Commission ; ce groupe suivra minutieusement son exécution. Un ensemble d’actions sera réalisé par le maître d’œuvre de Vega, Avio, sous la supervision d’Arianespace en tant que fournisseur de services de lancement, et de l’ESA en tant qu’autorité de développement du système de lancement, afin de permettre le prochain lancement de Vega, VV18, toujours prévu pour le premier trimestre 2021 depuis la Guyane, ainsi que les suivants.

« Grâce au travail acharné effectué en moins d’un mois, les membres de la Commission ont confirmé la cause de la perte de contrôle de la mission VV17 qui avait été initialement identifiée, » déclare Stéphane Israël, Président Exécutif d’Arianespace. « La clarté des conclusions présentées par la Commission indépendante donne la possibilité à Avio, le maître d’œuvre de Vega, de prendre en compte immédiatement ces recommandations sur ses lignes d’intégration, avec le soutien d’Arianespace et de l’ESA. Cela pourrait permettre un retour en vol de Vega avant la fin du premier trimestre 2021, en ayant toute confiance dans la qualité et la compétitivité de ce lanceur sur le marché. »

Daniel Neuenschwander, Directeur du transport spatial à l’ESA, déclare : « Les membres de la Commission d’enquête indépendante ont effectué ces dernières semaines un travail exceptionnel avec le soutien d’Avio, le maître d’œuvre. La commission a rédigé un ensemble de recommandations qui, une fois implémentées, devraient assurer un retour en vol robuste, fiable et même rapide de Vega, contribuant à sécuriser l’autonomie d’accès à l’espace de l’Europe. »


On Tuesday November 17, Arianespace announced the failure of the Vega VV17 mission which carried two payloads, the Earth observation satellite SEOSAT-Ingenio for ESA on behalf of the Spanish Center for the Development of Industrial Technologies (CDTI ), and TARANIS for the French National Center for Space Studies (CNES). The first three stages operated nominally until the AVUM upper stage was ignited, eight minutes after takeoff. A degradation of the trajectory was then detected, generating a loss of control of the launcher then the loss of mission.

The first investigations, carried out just after the launch with the available data, identified a problem with the integration of the AVUM fourth stage thrust vector control (TVC) system as the most likely cause of the problem of the loss of control of the launcher.

Arianespace (the launch services operator) and the European Space Agency (the Vega launch system development authority) immediately set up an Independent Commission of Inquiry (IEC). The Commission provided a detailed report and conclusions which confirm the main reasons for the failure and explain in detail the flaws identified in the onboarding process and the reasons why the error was not detected before the flight. Following its observations, the Commission formulated its recommendations to increase the robustness of Vega in preparation for its return in flight.

More specifically, the Commission concludes that the cause of the failure of VV17 rules out any lack of qualification in the design of the launcher. The failure was due to incorrect wiring and connection of the electromechanical actuators of the AVUM upper stage thrust vector control system, resulting in a reversal of the steering controls which led to path degradation and loss of the vehicle. The detailed series of causes is described as being (i) an imprecise integration procedure which caused (ii) a reversal of electrical connections, not detected during (iii) the various control and test steps carried out between the integration of the upper AVUM stage and the final acceptance of the launcher, due to inconsistencies between the specific requirements and the recommended controls.

A comprehensive set of recommendations, both immediate and permanent, have been presented by the Commission to ensure that Vega returns to flight quickly and safely, as well as the reliability of this launcher in the long term. The first recommended actions include additional inspections and tests on the hardware components of the next two Vega launchers, already fully or partially produced, as well as during the manufacturing stages. Ongoing recommendations - both on the manufacturing, integration and process side acceptance on the launcher's assembly lines in Italy than on its final acceptance in French Guiana - have been proposed to help prevent what has been identified as the root cause.

As of this week, a working group led by ESA and Arianespace has started to implement the roadmap proposed by the Commission; this group will closely monitor its execution. A set of actions will be carried out by Vega's prime contractor, Avio, under the supervision of Arianespace as the launch service provider, and ESA as the launch system development authority, in order to allow the next launch of Vega, VV18, still scheduled for the first quarter of 2021 from French Guiana, as well as the following ones.

"Thanks to the hard work carried out in less than a month, the members of the Commission confirmed the cause of the loss of control of the mission VV17 which had been initially identified," said Stéphane Israël, Executive Chairman of Arianespace. "The clarity of the conclusions presented by the Independent Commission gives the possibility to Avio, the prime contractor of Vega, to immediately take into account these recommendations on its lines of integration, with the support of Arianespace and ESA. This could allow Vega to return to the air before the end of the first quarter of 2021, with full confidence in the quality and competitiveness of this launcher in the market. "

Daniel Neuenschwander, Director of Space Transportation at ESA, said: The members of the Independent Commission of Inquiry have done an outstanding job in recent weeks with the support of Avio, the prime contractor. The committee drafted a set of recommendations which, when implemented, should ensure a robust, reliable and even rapid return to flight for Vega, helping to secure the autonomy of access to European space. "
 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2020
Lancements 2020
Vol Soyuz 25

Annonceurs

Régie publicitaire