aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

22/12/20
Le travail de SPG au grand jour

Pendant les premiers mois de l’épidémie, le grossiste-répartiteur a assuré le stockage et la livraison des masques, EPI, tests… de Santé publique France. Les 38 salariés ont dû se réorganiser pour répondre aux besoins des professionnels de santé tout en continuant à livrer les médicaments indispensables à la santé des Guyanais. Une mission réalisée en toute discrétion, en raison des précautions à prendre quand on doit gérer 4,6 millions de masques chirurgicaux, à une période où il était difficile de s’en procurer.

Pendant de longs mois, Sylvain Grassin n’a pas voulu que le nom de son entreprise apparaisse publiquement. Actrice majeure de la lutte contre l’épidémie de Covid-19 en Guyane, elle était simplement présentée comme « le grossiste-répartiteur » dans la Lettre Pro de l’Agence régionale de santé. Quand on stocke, transporte et livre des millions de masques du stock d’Etat pour le compte de Santé publique France (SpF), alors que le produit a longtemps été difficile à se procurer, on s’assure de sa sécurité et de celle de ses salariés.

Aujourd’hui, la tension est retombée autour de la Société pharmaceutique guyanaise (SPG), l’un des deux grossistes-répartiteurs du territoire avec Ubipharm. Et Sylvain Grassin, son directeur général délégué, est avide de parler de la mobilisation de ses 38 collaborateurs pendant la crise. « Ils ont tous répondu présent. Personne ne nous connaît. Personne ne connaît notre métier. Alors cette mission, c’était valorisant, tout en continuant à assurer notre métier de grossiste-répartiteur en fournissant les médicaments indispensables aux patients via les pharmacies. »

SPG est le dépositaire de Santé publique France en Guyane. Avec l’épidémie, SpF a besoin de faire stocker et livrer les masques chirurgicaux et FFP2 du stock d’Etat destinés aux professionnels de santé des établissements de santé, des établissements et services médico-sociaux, aux libéraux, aux écoles qui accueillent les enfants des professionnels de santé ainsi qu’aux personnes atteintes de Covid-19, à leurs cas contacts et aux personnes à très haut risque de développer une forme grave de la maladie. La mission sera assurée par SPG jusqu’au 5 octobre, date à laquelle se termine les distributions du le stock national pour des voies d’approvisionnement plus traditionnelles.

« Nous souhaitons être un acteur-clef de la santé en Guyane, pas seulement un grossiste-répartiteur qui livre des boîtes », explique Sylvain Grassin. Avec l’épidémie, le quotidien de l’entreprise est bouleversé. « Notre métier, c’est de livrer de petits colis partout en Guyane. » La SPG livre deux fois par jour la plupart des 49 pharmacies de Guyane, en fonction de la demande. Désormais, ce sont des milliers de masques qu’il faut distribuer chaque jour, pas seulement aux pharmacies. De 19 palettes en début d’épidémie, le stock de SpF dans les entrepôts de SPG dépasse la centaine aujourd’hui. Les cartons s’empilent le long des murs, devant les rayonnages… « On a parfois reçu des demandes de l’ARS le samedi à 10 heures pour livrer un centre hospitalier à 11h30. Lorsque les premiers tests antigéniques sont arrivés, nous avons été prévenus un samedi à 10 heures qu’il fallait qu’ils soient préparés à 13 heures avec les EPI, les blouses… », se souvient Sylvain Grassin.

En vingt semaines de collaboration avec SpF et l’ARS, SPG aura livré 5,5 millions de pièces, dont 4,6 millions de masques chirurgicaux. D’où les précautions de sécurité. Pendant plusieurs semaines, les véhicules sont défloqués. Sylvain Grassin demande à ses collaborateurs de ne pas porter les t-shirt aux couleurs de l’entreprise et d’éviter l’utilisation du logo. Quand les moyens de SPG ne suffisent pas, les collaborations les plus inattendues sont organisées par l’ARS. Avec le Centre national d’études spatiales (Cnes), qui a les outils logistiques pour livrer 40 000 masques par semaine aux trois hôpitaux publics et qui a toujours été au côté des autorités de santé depuis le début de cette crise. Avec les Forces armées en Guyane pour approvisionner la pharmacie de Maripasoula.

« Les équipes ont réalisé un travail formidable, conclut le patron de SPG. Certains salariés préparaient les masques par conviction, pour aider la Guyane. Pour les autres, cela faisait plus de travail, puisqu’il fallait faire le travail habituel de ceux qui étaient sur les masques. Quand la seconde vague arrivera, nous répondrons présent. »


During the first months of the epidemic, the wholesaler-distributor ensured the storage and delivery of masks, PPE, tests, etc from Public Health France. The 38 employees had to reorganize themselves to meet the needs of health professionals while continuing to deliver the drugs essential to the health of Guianese people. A mission carried out in complete discretion, because of the precautions to be taken when managing 4.6 million surgical masks, at a time when it was difficult to obtain them.

For many months, Sylvain Grassin did not want the name of his company to appear publicly. A major player in the fight against the Covid-19 epidemic in French Guiana, she was simply presented as "the wholesaler-distributor" in the Letter Pro of the Regional Health Agency. When we store, transport and deliver millions of masks from the State stock on behalf of Public Health France (SpF), when the product has long been difficult to obtain, we ensure its safety and that of its employees.

Today, tension has eased around the Guyanese Pharmaceutical Company (SPG), one of the two wholesale distributors in the territory with Ubipharm. And Sylvain Grassin, its deputy managing director, is eager to talk about the mobilization of its 38 employees during the crisis. “They all responded present. No one knows us. Nobody knows our job. So this mission was rewarding, while continuing to ensure our business as a wholesaler-distributor by providing essential drugs to patients via pharmacies. "

SPG is the custodian of Public Health France in Guyana. With the epidemic, SpF needs to store and deliver the surgical masks and FFP2 from the state stock intended for health professionals in health establishments, medico-social establishments and services, liberal staff, schools that welcome children. health professionals as well as people with Covid-19, their contact cases and people at very high risk of developing a severe form of the disease. The mission will be carried out by SPG until October 5, when the distribution of the national stock for more traditional supply routes ends.

We want to be a key player in healthcare in French Guiana, not just a wholesaler-distributor who delivers boxes,” explains Sylvain Grassin. With the epidemic, the daily life of the company is turned upside down. "Our job is to deliver small packages all over French Guyana." SPG delivers to most of French Guiana's 49 pharmacies twice a day, depending on demand. Now, thousands of masks have to be distributed every day, not just at pharmacies. From 19 pallets at the start of the epidemic, the stock of SpF in SPG's warehouses exceeds 100 today. The boxes are piling up along the walls, in front of the shelves ... "We sometimes received requests from the ARS on Saturdays at 10 am to deliver a hospital center at 11:30 am. When the first antigenic tests arrived, we were warned on a Saturday at 10 am that they had to be prepared at 1 pm with PPE, gowns… ", recalls Sylvain Grassin.

In twenty weeks of collaboration with SpF and ARS, SPG will have delivered 5.5 million parts, including 4.6 million surgical masks. Hence the safety precautions. For several weeks, the vehicles are deflated. Sylvain Grassin asks his employees not to wear t-shirts in the company colors and to avoid the use of the logo. When the resources of SPG are not sufficient, the most unexpected collaborations are organized by the ARS. With the National Center for Space Studies (Cnes), which has the logistical tools to deliver 40,000 masks per week to the three public hospitals and which has always been at the side of the health authorities since the start of this crisis. With the Armed Forces in French Guiana to supply the pharmacy in Maripasoula.

The teams have done a wonderful job, concludes the boss of SPG. Some employees prepared the masks out of conviction, to help French Guiana. For others, it was more work, since you had to do the usual work of those on the masks. When the second wave arrives, we will respond. "
 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2020
Lancements 2020
Vol Soyuz 25

Annonceurs

Régie publicitaire