aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

19/03/21
Vaccination : des risques pour les femmes enceintes ?

Actuellement en Guyane, la vaccination est ouverte aux plus de 50 ans, mais aussi aux personnes exerçant dans le secteur de la santé ou ayant certaines comorbidités. Parmi ces dernières se trouvent parfois des femmes enceintes ou allaitantes. Celles-ci peuvent-elles être vaccinées ? La Haute Autorité de santé vient de rappeler que la vaccination n’est pas contre-indiquée pour les femmes enceintes. La décision de vacciner doit être prise au cas par cas, en fonction des bénéfices pour la maman et le bébé à naître. 

Faut-il orienter les femmes enceintes vers la vaccination contre le Covid-19 ? Cette question, vous êtes nombreux, professionnels de santé, à vous la poser. La Haute Autorité de santé (HAS) vient d’actualiser son avis sur le sujet : « Pour les femmes enceintes, la HAS rappelle que l’administration des vaccins contre la Covid-19 chez la femme enceinte n’est pas contre-indiquée ; elle doit être envisagée si les bénéfices potentiels l’emportent sur les risques pour la mère et le fœtus. En particulier, les femmes enceintes de plus de 35 ans ou celles présentant d’autres comorbidités comme l’obésité, le diabète ou les maladies cardiovasculaires, ou les femmes enceintes susceptibles d’être en contact avec des personnes infectées du fait de leur activité professionnelle pourraient se voir proposer la vaccination. »

Pour le Dr Sophie Biacabe, médecin de santé publique à l’ARS Guyane, il s’agit bien de « faire du cas par cas. Si on estime qu’une infection au COVID ferait courir des risques élevés à la femme ou à son bébé, compte-tenu des comorbidités de celle-ci, on peut orienter vers le vaccin. Si on estime qu’il y a un danger vital pour elle ou pour l’enfant à naître, il faut impérativement orienter vers la vaccination. »

A ce stade, et comme pour la plupart des nouveaux médicaments, les femmes enceintes n’ont pas été incluses dans les essais sur les vaccins. Nous ne disposons pas encore d’étude de cohorte sur le sujet et, naturellement, peu d’enfants sont nés après la vaccination de leur mère. « Il ne s’agit donc pas, pour le moment, d’organiser de grandes campagnes de vaccination des femmes enceintes, poursuit le Dr Biacabe et une femme enceinte avec un diabète équilibré ne présente pas une urgence particulière à être vaccinée.  Mais pour celles qui ont un risque sérieux de forme grave il ne faut pas négliger le bénéfice de la vaccination.»

La vaccination sans risque pour la femme allaitante

Là non plus, on ne dispose pas de données concernant la vaccination contre la Covid 19 chez des femmes allaitantes.

Le centre de référence des agents tératogènes (CRAT) s’est néanmoins penché sur la question, en particulier sur les vaccins à ARN messager comme le vaccin Pfizer/BioNtech disponible en Guyane. Le CRAT indique : « le passage systémique de l’ARNm et du vecteur viral après la vaccination n’étant pas attendu, leur présence dans le lait ne l’est pas non plus. De plus, les vaccins à ARNm et à vecteur viral contre la Covid 19 sont dépourvus de pouvoir infectant. L’enfant allaité ne risque donc pas d’être infecté par le vaccin effectué à sa mère. Au vu de ces éléments, une vaccination par vaccin à ARNm ou à vecteur viral contre la Covid 19 est envisageable chez une femme qui allaite. »

Le risque de transmission du Covid pendant l’allaitement serait très faible, selon une étude du centre hospitalier de Cayenne

Quid du risque de transmission du COVID par le lait maternel ?

Des chercheurs du centre hospitalier de Cayenne (CHC) ont publié une étude sur le risque de transmission du Sars-CoV-2 dans le cadre de l’allaitement. Ils concluent à un risque très faible. Leurs résultats sont publiés dans BMC Pediatrics.

Narcisse Elanga, Marie-Joséphine Wandji, Julie Siban, Mathieu Nacher et Magalie Demar se sont penchés sur le berceau des 974 enfants nés à l’hôpital de Cayenne entre le 14 mai et le 31 août 2020. 133 mères ont été testées positives au Covid-19, dont 35 symptomatiques. Chacune d’entre elles a été associée à 4 mamans négatives d’âge identique pour réaliser les comparaisons.

Les auteurs rappellent que le contact peau à peau et l’allaitement ont été maintenus à la maternité depuis le début de l’épidémie de Covid-19, associés à des mesures d’hygiène strictes. Durant cette période, trois nourrissons ont été testés positifs au Covid-19. Ils ne notent aucune différence significative dans les données cliniques des mamans, ni dans les résultats obstétricaux, qu’elles soient infectées ou non. En revanche, la proportion de prématurité, de mort fœtale in utero et d’admission en réanimation néonatale est significativement plus élevée dans les quatre cas où la maman a été admise en réanimation. Les auteurs pointent toutefois la faiblesse de l’échantillon en question.


Currently in French Guiana, vaccination is open to people over 50, but also to people working in the health sector or having certain comorbidities. Among the latter are sometimes pregnant or breastfeeding women. Can these be vaccinated? The High Authority for Health has just recalled that vaccination is not contraindicated for pregnant women. The decision to vaccinate should be made on a case-by-case basis, depending on the benefits for the mother and the unborn baby.

Should pregnant women be directed towards vaccination against Covid-19? This question, many of you, healthcare professionals, are asking yourself. The High Authority for Health (HAS) has just updated its opinion on the subject: "For pregnant women, the HAS recalls that the administration of vaccines against Covid-19 in pregnant women is not contraindicated; it should be considered if the potential benefits outweigh the risks to the mother and fetus. In particular, pregnant women over 35 or those with other comorbidities such as obesity, diabetes or cardiovascular diseases, or pregnant women likely to be in contact with infected people due to their professional activity may be offered vaccination. "

For Dr Sophie Biacabe, public health doctor at ARS French Guyana, it is "to do it on a case-by-case basis. If it is estimated that a COVID infection would put the woman or her baby at high risk, given the comorbidities of the latter, a referral for the vaccine can be made. If it is considered that there is a danger to her life or to the unborn child, it is imperative to refer for vaccination. "

At this point, and like most new drugs, pregnant women have not been included in vaccine trials. We do not yet have a cohort study on the subject, and naturally few children are born after their mothers have been vaccinated. "It is therefore not a question, for the moment, of organizing major vaccination campaigns for pregnant women," continues Dr Biacabe, and a pregnant woman with balanced diabetes does not have a particular urgency to be vaccinated. But for those who have a serious risk of severe form, the benefit of vaccination should not be overlooked. "

Safe vaccination for breastfeeding women

There too, we do not have data on vaccination against Covid 19 in breastfeeding women.

The reference center for teratogenic agents (CRAT) has nevertheless looked into the question, in particular on messenger RNA vaccines such as the Pfizer / BioNtech vaccine available in French Guiana. CRAT states:As the systemic passage of mRNA and viral vector after vaccination is not expected, neither is their presence in milk. In addition, mRNA and viral vector vaccines against Covid 19 are devoid of infectious power. The breastfed child is therefore not at risk of being infected by the vaccine given to its mother. In view of these elements, vaccination with an mRNA or viral vector vaccine against Covid 19 is possible in a breastfeeding woman. "

The risk of transmission of Covid during breastfeeding is very low, according to a study from the Cayenne hospital center

What about the risk of transmission of COVID through breast milk?

Researchers at the Cayenne Hospital Center (CHC) have published a study on the risk of transmission of Sars-CoV-2 through breastfeeding. They conclude at a very low risk. Their results are published in BMC Pediatrics.

Narcisse Elanga, Marie-Joséphine Wandji, Julie Siban, Mathieu Nacher and Magalie Demar looked at the cradle of the 974 children born at Cayenne hospital between May 14 and August 31, 2020. 133 mothers tested positive for Covid -19, including 35 symptomatic. Each of them was matched with 4 negative mothers of the same age to make comparisons.

The authors recall that skin-to-skin contact and breastfeeding have been maintained in the maternity ward since the start of the Covid-19 epidemic, associated with strict hygiene measures. During this period, three infants tested positive for Covid-19. They found no significant difference in the clinical data of mothers, or in obstetric outcomes, whether they were infected or not. In contrast, the proportion of prematurity, in utero fetal death and neonatal intensive care admission was significantly higher in the four cases where the mother was admitted to intensive care. However, the authors point to the weakness of the sample in question.
 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2020
Lancements 2020
Vol Soyuz 25

Annonceurs

Régie publicitaire