aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

16/04/21
COVID-19 : Renforcement des mesures de protection de la Guyane.

Depuis quatre semaines, les indicateurs épidémiologiques de la Covid-19 confirment une dégradation rapide de la situation en Guyane : la 3ème vague a commencé.

La circulation du virus s’est intensifiée, avec un taux d’incidence régionale de 173 pour 100 000 habitants pour la semaine comprise entre le 6 et le 12 avril (contre 83 la semaine précédente), dépassant ainsi largement le seuil d’alerte fixé à 50. Le temps de doublement des cas est passé à 10 jours et les hôpitaux du territoire se préparent à l’arrivée d’un afflux de patients à prendre en charge.

Sept nouveaux clusters ont été déclarés. Les contaminations sont d’autant plus importantes au sein des entreprises (non respect des mesures barrières lors des réunions, repas entre collègues, pauses...) ainsi que lors de rassemblements privés.

L’Île de Cayenne a franchi le taux d’incidence de 298 pour 100 000 habitants au cours de cette semaine, amorçant un nouveau palier inquiétant de l’épidémie sur le Littoral. La ville de Kourou est concernée par la même dynamique de progression épidémique rapide.

Le variant P1 dit brésilien représente aujourd’hui plus de 84 % des prélèvements positifs en Guyane. Selon les données actuellement disponibles dans la littérature scientifique, le variant brésilien serait plus contagieux d’environ 40 % par rapport à la souche historique, et pourrait être d’une virulence supérieure (touchant davantage les patients plus jeunes, et générant davantage de besoins de soins de réanimation).

Il n’est pas possible de connaître à l’avance l’ampleur de la vague. En effet la survenue du nouveau variant P1 est susceptible d’accélérer la hausse épidémique observée lors des 2 premières vagues (vitesse d’augmentation des cas, taux d’hospitalisations, taux de décès, âge moyen des cas admis en réanimation). Le scénario redouté serait celui d’un échappement immunitaire, c’est-à-dire la situation au cours de laquelle le variant dit brésilien serait moins sensible aux anticorps acquis par les populations touchées, lesquelles pourraient donc être malades une deuxième fois.

Le Préfet et la directrice générale de l’ARS Guyane rappellent que la vaccination, en addition aux geste barrières, est notre meilleure arme pour lutter contre le virus. Elle permet efficacement d’éviter les formes graves, mais également de limiter la transmission.

À ce jour la couverture vaccinale de 5,32 % en Guyane reste trop limitée pour protéger le territoire. Ainsi, en parallèle de l’élargissement de la cible vaccinale aux personnes de plus de 30 ans, des mesures de freinage fortes et immédiates sont aujourd’hui nécessaires pour limiter les contaminations et réduire le nombre attendu de cas graves dans les jours à venir.

Voir les mesures de protection ici.


For four weeks, the epidemiological indicators of Covid-19 have confirmed a rapid deterioration of the situation in French Guiana: the 3rd wave has started.

The circulation of the virus intensified, with a regional incidence rate of 173 per 100,000 inhabitants for the week between April 6 and 12 (compared to 83 the previous week), thus greatly exceeding the alert threshold set to 50. The doubling time for cases has been reduced to 10 days and the hospitals in the territory are preparing for the arrival of an influx of patients to be taken care of.

Seven new clusters have been declared. Contamination is all the more important within companies (non-compliance with barrier measures during meetings, meals with colleagues, breaks, etc.) as well as during private gatherings.

Cayenne Island crossed the incidence rate of 298 per 100,000 inhabitants during this week, starting a worrying new level of the epidemic on the Littoral. The city of Kourou is affected by the same dynamic of rapid epidemic progression.

The so-called Brazilian P1 variant now represents more than 84% of positive samples in French Guiana. According to the data currently available in the scientific literature, the Brazilian variant is approximately 40% more contagious compared to the historical strain, and could be of greater virulence (affecting more young patients, and generating more need for intensive care).

It is not possible to know in advance the magnitude of the wave. Indeed, the appearance of the new P1 variant is likely to accelerate the epidemic increase observed during the first 2 waves (rate of increase in cases, rate of hospitalizations, rate of death, average age of cases admitted to intensive care). The feared scenario would be that of an immune escape, that is to say the situation in which the so-called Brazilian variant would be less sensitive to the antibodies acquired by the affected populations, which could therefore be sick a second time.

The Prefect and the Director General of ARS French Guyana recalled that vaccination, in addition to barrier gestures, is our best weapon in the fight against the virus. It effectively prevents severe forms, but also limits transmission.

To date, vaccination coverage of 5.32% in French Guiana remains too limited to protect the territory. Thus, in parallel with the expansion of the vaccine target to people over 30 years of age, strong and immediate braking measures are now necessary to limit contamination and reduce the expected number of serious cases in the days to come.

See protective measures here.
 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 18 Véga

Annonceurs

Régie publicitaire