aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

23/04/21
Georges Patient réagit suite à l'annonce des nouvelles mesures de lutte contre la covid-19

Dans un courrier adressé ce jour à Monsieur Jean Castex, Premier ministre, Monsieur Georges Patient alerte du mécontentement de la population guyanaise suite mesures de lutte contre l'épidémie de covid19 en Guyane, notamment aux mesures imposées aux passagers provenant de la Guyane vers la métropole.

« Monsieur le Premier ministre

Il est de mon devoir de vous alerter sur le niveau élevé et croissant d’exaspération de la population guyanaise en raison des mesures de lutte contre la propagation du virus de la Covid-19.

Le durcissement des restrictions de déplacement instauré par l’arrêté du 16 avril 2021 pris par le préfet de région de Guyane avec un élargissement du couvre-feu en raison de la reprise soudaine de l’épidémie en est une des causes. Mais plus certainement, l’annonce de la présence majoritaire sur le territoire guyanais du variant brésilien et l’instauration des mesures de restriction de déplacement entre la Guyane et l’hexagone en sont les principales raisons.

En effet, le variant brésilien représente environ de 80% des nouvelles contaminations survenues en Guyane et touche tout le territoire selon les dernières données communiquées par l’ARS. Cela oblige malheureusement à porter un sévère constat d’échec sur la politique de contrôle des frontières de la Guyane et du contrôle des déplacements internes aux points de contrôle de Régina et d’Iracoubo.

Monsieur le Premier ministre, ce constat, nous sommes nombreux à l’avoir fait et depuis de nombreuses années. Jusqu’à présent les répercussions n’étaient visibles essentiellement que dans les domaines de l’orpaillage illégal, du trafic de stupéfiant et de la criminalité qui leur est liée. Aujourd’hui, avec l’épidémie de Covid-19, cette question devient également un problème de santé publique.

Cette situation appelle plusieurs remarques de ma part. En premier lieu, la nécessité d’une évolution des conditions d’entrée sur le territoire pour les frontaliers que nous devons distinguer des autres étrangers, avec comme objectif de mieux connaitre les flux, mieux les contrôler et mieux sanctionner si besoin avec des sanctions plus dissuasives. Cette question dépasse largement la seule problématique de l’épidémie mais celle-ci a servi de révélateur. Je me tiens à votre disposition pour en discuter plus en avant. J’espère par ailleurs que la commission d’enquête sur l’orpaillage illégale de l’Assemblée nationale aura des propositions à faire sur le sujet.

La question de l’adéquation des moyens doit inévitablement se poser compte tenu de l’étendue du territoire à surveiller, mais plus encore c’est l’utilité des points de contrôle de Régina et Iracoubo en matière de lutte contre l’épidémie qui doit être questionnée dans la mesure où des nouveaux cas apparaissent dans toutes les régions du territoire guyanais. Ces points de contrôle ont été inefficaces pour empêcher la diffusion de la maladie, ils constituent une entrave à la liberté de circuler et sont devenus de véritables frontières intérieures. Ils cristallisent les ressentiments et sont vécus par beaucoup comme un abus de pouvoir. Il serait bon de revenir au minimum à la situation anté-épidémie.

Concernant les conditions de vol vers Paris, il est compréhensible de vouloir limiter les déplacements au strict nécessaire et surtout en s’assurant qu’aucun passager malade n’embarque afin de bloquer au maximum la propagation du variant brésilien vers l’hexagone. Mais là encore ce qui est mis en place semble excessif et surtout tardif. En effet, le variant circule déjà dans l’hexagone puisqu’à ce jour il est à l’origine de 6% des nouvelles contaminations.

Mais le plus choquant, c’est le traitement réservé aux passagers des vols Cayenne – Paris qui, rappelons-le, voyagent pour un motif impérieux. A partir du samedi 24 avril, ils devront présenter un test PCR de moins de 36h puis faire un autotest à l’aéroport de Cayenne avant de monter dans l’avion. Enfin à la descente de l’avion les voyageurs seront conduits par bus dans une zone dédiée de l’aéroport d’Orly pour y subir un nouveau test, antigénique celui-là.

Quel que soit le résultat de ces trois tests, ils devront respecter une quarantaine de dix jours, soumise à contrôle policier. On peut alors légitimement se poser la question de leur utilité d’autant plus que la fiabilité des autotests est sujette à débat. Enfin, à l’issue de la période d’isolement un nouveau test PCR sera pratiqué dont le résultat devra être négatif pour pouvoir quitter la quarantaine.

Il y a clairement une rupture d’égalité de traitement entre les citoyens. Les voyageurs arrivant de Guyane ne sont pas cas contact. Ils ont signé une attestation sur l’honneur en ce sens pour pouvoir prendre l’avion. Ils ne sont pas non plus positifs à la Covid-19 puisque testés deux fois avant de monter dans l’avion. Pourtant ils seront soumis à des mesures plus sévères que les malades du Covid-19 présents sur le territoire hexagonal ou même que les ca contacts hexagonaux.

Je peux comprendre la nécessité de contrôler le respect de la quarantaine mais il me semble que ce contrôle est certainement tout aussi important voire plus important à mettre en place pour les personnes positives à la Covid-19 ou pour les cas contacts avérés. Si cela avait été mis en place, peut-être ne connaitrions-nous pas cette troisième vague. Il y a là un « deux poids deux mesures » et une disproportion que le seul variant brésilien ne peut justifier.

Enfin, il me semble important de mettre en avant les bénéfices de la vaccination. La vaccination est un acte médical dont le bénéfice est d’abord personnel en immunisant contre la maladie ou en réduisant le risque de développer une forme grave de la maladie. Mais c’est également un acte collectif qui vise à briser la chaine de contamination et donc à protéger son entourage et la société dans son ensemble. Je ne vois rien d’outrageant à ce que les personnes vaccinées puissent alors en tirer un bénéfice supplémentaire sous la forme d’un allégement des restrictions. Cela ferait un argument supplémentaire en faveur de la vaccination et c’est l’activité du pays qui pourrait également en profiter. Pour cela, il nous faut établir au plus vite la réalité de la contagiosité ou non des personnes vaccinées après un contact avec le virus.

Nous devons tout faire pour inciter nos concitoyens à se faire vacciner et nous devons assumer cette position. C’est la seule qui permettra de sortir de la crise actuelle. Mais sous le prétexte de ne pas discriminer entre vaccinés et non vaccinés, on pénalise tout le monde et, dans le cas des voyageurs arrivant de Guyane, en imposant une discrimination qui elle ne repose sur rien.

Monsieur le Premier ministre, sur tous ces points, je souhaite être entendu et pouvoir en discuter de manière plus  approfondie. Il est primordial d’envoyer un message de responsabilité mais également d’apaisement à nos concitoyens
guyanais. Sachant pouvoir compter sur votre écoute et votre bienveillance envers la Guyane et les Outre-mer, je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, à l’assurance de ma haute considération. »


In a letter addressed today to Mr. Jean Castex, Prime Minister, Mr. Georges Patient warns of the dissatisfaction of the Guianese population following measures to fight against the epidemic of covid19 in French Guiana, in particular the measures imposed on passengers coming from French Guyana to The city.

"Mr. Prime Minister

It is my duty to alert you to the high and growing level of exasperation of the Guyanese population due to measures to combat the spread of the Covid-19 virus.

The tightening of travel restrictions introduced by the order of April 16, 2021 issued by the regional prefect of French Guiana with an extension of the curfew due to the sudden resumption of the epidemic is one of the causes. But more certainly, the announcement of the majority presence on Guianese territory of the Brazilian variant and the establishment of travel restriction measures between French Guiana and France are the main reasons.

In fact, the Brazilian variant accounts for around 80% of the new contaminations that have occurred in French Guiana and affects the entire territory according to the latest data communicated by the ARS. Unfortunately, this means that the policy of controlling the borders of French Guiana and controlling internal movements at the Regina and Iracoubo checkpoints has been severely assessed.

Mr. Prime Minister, many of us have made this observation, and for many years. Until now the repercussions have been visible mainly in the areas of illegal gold mining, drug trafficking and related crime. Today, with the Covid-19 epidemic, this issue is also becoming a public health issue.

This situation calls for several remarks on my part. First of all, the need for changes in entry conditions to the territory for cross-border workers whom we must distinguish from other foreigners, with the aim of better understanding the flows, better controlling them and better sanctioning if necessary with more sanctions. dissuasive. This question goes well beyond the sole issue of the epidemic, but it has served as revealing. I am at your disposal to discuss this further. I also hope that the National Assembly's commission investigating illegal gold mining will have proposals to make on the subject.

The question of the adequacy of the means must inevitably arise given the extent of the territory to be monitored, but even more it is the usefulness of the checkpoints of Regina and Iracoubo in terms of the fight against the epidemic that must be questioned insofar as new cases appear in all regions of Guyanese territory. These checkpoints have been ineffective in preventing the spread of the disease, they constitute an obstacle to freedom of movement and have become real internal borders. They crystallize resentments and are experienced by many as an abuse of power. It would be good to come back to the pre-epidemic situation as a minimum.

Regarding flight conditions to Paris, it is understandable to want to limit travel to what is strictly necessary and above all by making sure that no sick passengers are on board in order to block the spread of the Brazilian variant to France as much as possible. But here again what has been put in place seems excessive and above all late. Indeed, the variant is already circulating in France since to date it is the source of 6% of new contaminations.

Most shocking, however, is the treatment of passengers on Cayenne - Paris flights who, let us remember, are traveling for a compelling reason. From Saturday April 24, they will have to take a PCR test of less than 36 hours and then do a self-test at Cayenne airport before getting on the plane. Finally, upon getting off the plane, travelers will be taken by bus to a dedicated area of ​​Orly airport to undergo a new, antigenic test.

Whatever the result of these three tests, they will have to respect a ten-day quarantine, subject to police control. One can therefore legitimately ask the question of their usefulness, especially since the reliability of self-tests is subject to debate. Finally, at the end of the isolation period a new PCR test will be performed, the result of which must be negative in order to be able to leave the quarantine.

There is clearly a breach of equal treatment between citizens. Travelers arriving from French Guiana are not in contact. They signed a certificate of honor to be able to take the plane. They are also not positive for Covid-19 since they were tested twice before boarding the plane. However, they will be subjected to more severe measures than the patients of Covid-19 present in the hexagonal territory or even than the hexagonal contacts.

I can understand the need to control compliance with quarantine, but it seems to me that this control is certainly just as important or even more important to put in place for people positive for Covid-19 or for proven contact cases. If that had been in place, maybe we wouldn't know this third wave. There is a “double standard” and a disproportion that the Brazilian variant alone cannot justify.

Finally, it seems important to me to highlight the benefits of vaccination. Vaccination is a medical act whose first benefit is personal by immunizing against the disease or reducing the risk of developing a severe form of the disease. But it is also a collective act that aims to break the chain of contamination and therefore to protect those around them and society as a whole. I do not see anything offensive that those who are vaccinated can then derive additional benefit in the form of reduced restrictions. This would make an additional argument in favor of vaccination and it is the country's activity that could also benefit. For this, we need to establish as quickly as possible the reality of the contagiousness or not of people vaccinated after contact with the virus.

We must do everything to encourage our fellow citizens to be vaccinated and we must assume this position. It is the only one that will get out of the current crisis. But under the pretext of not discriminating between vaccinated and unvaccinated, everyone is penalized and, in the case of travelers arriving from French Guiana, by imposing a discrimination that is based on nothing.

Prime Minister, on all these points, I would like to be heard and to be able to discuss them in more depth. It is essential to send a message of responsibility but also of appeasement to our fellow Guyanese. Knowing that I can count on your listening and your kindness towards French Guiana and the Overseas Territories, I ask you to believe, Mr. Prime Minister, in the assurance of my highest consideration. "

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 18 Véga

Annonceurs

Régie publicitaire