aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

04/06/21
Les 12-15 ans pourront aussi se faire vacciner

La vaccination sera ouverte aux adolescents, à compter du 15 juin. Celle-ci ne pourra se faire qu’avec vaccin Pfizer/BioNtech, celui utilisé en Guyane, en centre de vaccination et sur présentation d’une autorisation parentale. Si cette tranche d’âge est relativement épargnée par les formes graves de Covid-19, cette vaccination un intérêt collectif en limitant la propagation du virus et en limitant les risques de contamination de leurs proches les plus fragiles. Elle présente aussi  un intérêt individuel pour les jeunes, sur le plan psychologique et social.. 

A compter du 15 juin, les adolescents de 12 à 15 ans – soit environ 20 000 personnes en Guyane – seront éligibles à l’administration du vaccin Comirnaty, celui utilisé en Guyane contre le Covid-19. Celle-ci ne pourra se dérouler que dans les centres de vaccination, sur présentation d’une autorisation parentale. Cet élargissement de la cible vaccinal fait suite à un avis en ce sens de la Haute Autorité de santé.

La HAS s’appuie sur les mêmes études que celles qui ont appuyé l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle de l’Agence européenne du médicament : la réponse immunitaire est jugée « robuste » : une étude publiée dans le New England Journal of Medicine montre, que les 12-15 ans produisent 1,8 fois plus d’anticorps neutralisants que les 16-25 ans, après avoir reçu le vaccin Pfizer/BioNtech. La tolérance au vaccin, étudiée sur 2 260 adolescents pendant deux mois après leurs injections, est « globalement satisfaisante ». Le risque de myocardite est de 0,8 à 2 par million, selon ce qui a été constaté aux Etats-Unis et en Israël.

Les adolescents ont peu de risque de développer une forme grave du Covid-19. En Guyane, parmi les personnes de moins de 20 ans (soit plus du tiers de la population), Santé publique France ne comptabilise

  • Aucun décès ;
  • Quatre patients admis en réanimation (sur 316) ;
  • 312 patients hospitalisés (sur 2 808, soit un peu plus de 10 %). Leur taux d’hospitalisation est au minimum quatre fois inférieur à celui des tranches d’âge supérieur et dix fois inférieur à celui des plus de 70 ans. Pour autant il n’est pas nul.

Au-delà de la protection contre ce risque réel mais rare, la vaccination présente aussi un intérêt individuel « évident (pour les adolescents) sur le plan psychologique et social, en évitant les fermetures de classes et d'établissements, et leurs effets sur la santé mentale et les ruptures d'apprentissage des adolescents », souligne la HAS. Les fermetures d’école ont un impact négatif sur les apprentissages, sur la construction personnelle mais aussi sur l’alimentation des élèves.

La vaccination des adolescents présente aussi deux intérêts collectifs : limiter la circulation du virus et protéger leurs proches les plus fragiles (effet cocooning, qui consiste à protéger les personnes vulnérables non vaccinées en vaccinant leur entourage).

En Guyane, la tranche des 10-19 ans, relativement épargnée par les contaminations jusque-là, a davantage été touchée au cours de cette troisième vague. L’incidence hebdomadaire est montée jusqu’à 359 cas pour 100 000, début mai (graphique ci-dessous). Une opération de dépistage massif, menée au lycée Javouhey (Cayenne) avait par exemple révélé 8 cas de Covid-19 parmi les 368 élèves testés. Cela avait conduit à la fermeture de l’établissement pendant dix jours.


The vaccination will be open to adolescents, starting June 15. This can only be done with the Pfizer / BioNtech vaccine, the one used in French Guiana, in a vaccination center and on presentation of parental authorization. While this age group is relatively spared from severe forms of Covid-19, this vaccination is of collective interest by limiting the spread of the virus and limiting the risk of contamination of their most fragile relatives. It is also of individual interest to young people, psychologically and socially.

As of June 15, adolescents aged 12 to 15 - or around 20,000 people in French Guiana - will be eligible for administration of the Comirnaty vaccine, the one used in French Guiana against Covid-19. This can only take place in vaccination centers, upon presentation of parental authorization. This expansion of the vaccine target follows an opinion to this effect from the High Authority for Health.

The HAS is based on the same studies as those which supported the conditional marketing authorization of the European Medicines Agency: the immune response is considered "robust": a study published in the New England Journal of Medicine shows that 12-15 year olds produce 1.8 times more neutralizing antibodies than 16-25 year olds after receiving the Pfizer / BioNtech vaccine. Tolerance to the vaccine, studied in 2,260 adolescents for two months after their injections, is "generally satisfactory". The risk of myocarditis is 0.8 to 2 per million, according to what has been found in the United States and Israel.

Adolescents are at low risk of developing a severe form of Covid-19. In French Guiana, among people under the age of 20 (i.e. more than a third of the population), Santé publique France does not count

  •     No deaths;
  •     Four patients admitted to intensive care (out of 316);
  •     312 hospitalized patients (out of 2,808, or just over 10%). Their hospitalization rate is at least four times lower than that of older age groups and ten times lower than that of those over 70. However, it is not zero.

Beyond the protection against this real but rare risk, vaccination also presents an individual interest “evident (for the adolescents) on the psychological and social level, by avoiding the closures of classes and establishments, and their effects on the mental health and adolescent learning disruptions ”, underlines the HAS. School closures have a negative impact on learning, on personal construction but also on student nutrition.

Vaccination of adolescents also has two collective interests: limiting the circulation of the virus and protecting their most vulnerable relatives (cocooning effect, which consists of protecting vulnerable unvaccinated people by vaccinating those around them).

In French Guiana, the 10-19 age group, relatively untouched by contamination so far, was more affected during this third wave. The weekly incidence rose to 359 cases per 100,000 by early May (graph below). A massive screening operation, carried out at Javouhey high school (Cayenne), for example revealed 8 cases of Covid-19 among the 368 students tested. This had led to the establishment being closed for ten days.
 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 18 Véga

Annonceurs

Régie publicitaire