aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

10/09/21
Le comité de pilotage du CHRU entre dans le vif du sujet

Les 21 membres permanents et les 60 membres consultatifs du Copil « CHRU de Guyane – Santé 2025 » se sont réunis hier pour la première fois, sur le campus universitaire de Troubiran, à Cayenne. Ils se reverront tous les mois, dans un premier temps, avant d’espacer leurs réunions jusqu’en 2025. La révision du projet régional de santé, le renforcement de l’offre de soins dans les communes de l’intérieur, la création des filières de formation font partie des premiers chantiers à suivre.

Ils ont trois principales missions : suivre le chantier de création du centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Guyane jusqu’en 2025, trancher les points bloquants et alerter sur les questions qui ne seraient pas traitées. Les 21 membres permanents et les 60 membres consultatifs du comité de pilotage « CHRU de Guyane – Santé 2025 » se sont réunis pour la première fois, hier à Cayenne. Ils ont fait le point sur plusieurs chantiers ayant d’ores et déjà démarré.

Un vaste projet, qui passe d’abord par un renforcement de l’offre de soin. Il s’agit que les hôpitaux de Guyane proposent une offre de soin suffisamment complète pour être reconnus « Centre hospitalier régional », selon la définition du Code de la santé publique : des soins de proximité mais aussi des soins de « haute spécialisation » très variées.

« Le CHRU de Guyane, ce sont vraiment les hôpitaux de Guyane et pas le CHRU de Cayenne », précise Clara de BORT. Certaines activités de soin de haute spécialisation seront situées à Cayenne, d’autres à Kourou et d’autres à Saint-Laurent. C’est le réseau de ces trois hôpitaux qui fera notre CHR, et les patients, comme les médecins, les étudiants ou les enseignants, devront pouvoir circuler facilement d’un établissement à l’autre selon leurs besoins « De même que les Cayennais vont à Kourou pour l’urologie, il faut qu’on ait une cartographique qui ne réserve pas les soins à Cayenne. Il faut donc qu’on désenclave Saint-Laurent du Maroni. Ce projet, c’est aussi rééquilibrer l’offre de soins. ».

La formation sera un autre chantier majeur. « On veut plus de soins mais aussi plus d’enseignement et plus de recherche en santé. » Un premier cycle d’études médicales doit être proposé en Guyane d’ici à la rentrée 2023. L’objectif est d’accueillir une quarantaine d’étudiants en deuxième année de médecine cette année-là. L’étude de faisabilité a été réalisée et le pôle santé de l’université est en construction. La Collectivité territoriale (CTG) et le rectorat ont décroché, pour leur part, le label « campus des métiers de la santé et du social », pour le lycée Bertène-Juminer, à Saint-Laurent du Maroni. Cela doit permettre d’orienter plus facilement des élèves vers les formations sanitaires et médico-sociales comme l’Institut régional de développement du travail social (IRDTS). Le Dr Max Gérard, qui représentait l’Union régionale des professions de santé (URPS) médecins, hier, a annoncé qu’un travail avait démarré pour que les spécialistes libéraux accueillent des stages d’internes, à l’instar de leurs homologues généralistes. « Le CHRU va nous aider dans cet objectif. L’URPS mettra toute l’énergie nécessaire. »

En parallèle de la formation, le renforcement de la recherche a débuté. La création d’une direction de la recherche clinique et de l’innovation (DRCI) y contribue, comme l’a détaillé le Pr Mathieu Nacher. « En Guyane, nous sommes très forts pour réaliser des études observationnelles, pour décrire et comprendre des cas. Mais nous ne menions que peu d’études internationales, qui participent à l’amélioration des soins. Nous n’avions pas la structure ni la culture pour répondre à de nombreux appels à projet. Pour le faire, il nous fallait cette DRCI. Cela aidera ceux qui ont des projets de recherche à les rédiger et à chercher des financements. Pour nous, c’est un saut quantique ».

Quatrième chantier détaillé hier : la création du quatrième pilier du CHRU, aux côtés des trois centres hospitaliers. Il sera constitué des centres délocalisés de prévention et de soins (CDPS) et des futurs hôpitaux de proximité de Saint-Georges, Maripasoula et Grand-Santi. Amandine Papin, directrice générale adjointe de l’hôpital de Cayenne, a expliqué que « le volet opérationnel a d’ores et déjà débuté. Le but est de développer l’offre de soins en communes, d’élargir les missions comme par exemple aller davantage vers les populations. » Cela implique de la radiologie, de la biologie, des lits d’obstétrique en particulier.

Dès le mois prochain, les membres du comité de pilotage vont passer aux travaux pratiques. « On a beaucoup de projets à travers ce CHRU de Guyane », a prévenu Clara de Bort. De nombreux acteurs viendront leur présenter en détails l’avancement des différents dossiers et leurs besoins. Le projet régional de santé en cours de réactualisation en constituera le plat de résistance.

Cet article est issu de la Lettre pro de l’Agence régionale de santé. Vous pouvez vous y abonner en remplissant le formulaire suivant : https://forms.sbc28.com/5a8bed50b85b5350ef1cd117/t13M7zUZQi2XMq5E3DdnhQ/0WQoeDwjRXqJblCpKbLDzA/form.html


The 21 permanent members and the 60 advisory members of the “CHRU de Guyane - Santé 2025” Copil met yesterday for the first time on the Troubiran university campus in Cayenne. They will meet again every month, initially, before spacing out their meetings until 2025. The revision of the regional health project, the strengthening of the healthcare offer in the municipalities of the interior, the creation of training courses are among the first projects to follow.

They have three main missions: to monitor the construction site of the regional university hospital (CHRU) of French Guiana until 2025, to resolve blocking points and to alert on issues that will not be addressed. The 21 permanent members and the 60 advisory members of the “CHRU de Guyane - Santé 2025” steering committee met for the first time, yesterday in Cayenne. They took stock of several projects that have already started.

A vast project, which begins with strengthening the healthcare offer. It is a matter of hospitals in French Guiana offering a sufficiently comprehensive range of care to be recognized as a “regional hospital center”, according to the definition of the Public Health Code: proximity care but also very “highly specialized” care. varied.

"The CHRU in French Guiana is really the hospitals in French Guiana and not the CHRU in Cayenne," says Clara de BORT. Some highly specialized care activities will be located in Cayenne, others in Kourou and others in Saint-Laurent. It is the network of these three hospitals that will make our CHR, and patients, such as doctors, students or teachers, should be able to move easily from one establishment to another according to their needs. in Kourou for urology, we must have a map that does not reserve care in Cayenne. We must therefore open up Saint-Laurent du Maroni. This project is also to rebalance the supply of care. ".

Training will be another major project. “We want more care but also more teaching and more research in health. "A first cycle of medical studies should be offered in French Guiana by the start of the 2023 school year. The goal is to welcome around 40 second-year medical students that year. The feasibility study has been completed and the university's health center is under construction. The Territorial Collectivity (CTG) and the rectorate, for their part, won the “campus of health and social professions” label for the Bertène-Juminer high school in Saint-Laurent du Maroni. This should make it easier to direct students to health and medico-social facilities such as the Regional Institute for the Development of Social Work (IRDTS). Dr Max Gérard, who represented the Regional Union of Health Professions (URPS) doctors, yesterday announced that work had started for liberal specialists to host internships, like their generalist counterparts . “The CHRU will help us with this objective. The URPS will put in all the necessary energy. "

In parallel with the training, the strengthening of research has started. The creation of a clinical research and innovation department (DRCI) contributes to this, as detailed by Professor Mathieu Nacher. “In French Guiana, we are very good at carrying out observational studies, at describing and understanding cases. But we were only carrying out a few international studies that helped improve care. We did not have the structure or the culture to respond to many calls for projects. To do this, we needed this DRCI. This will help those with research projects to write them up and seek funding. For us, it's a quantum leap. "

Fourth detailed project yesterday: the creation of the fourth pillar of the CHRU, alongside the three hospitals. It will be made up of decentralized prevention and care centers (CDPS) and the future local hospitals of Saint-Georges, Maripasoula and Grand-Santi. Amandine Papin, Deputy Director General of Cayenne Hospital, explained that “the operational component has already started. The goal is to develop the offer of care in municipalities, to expand the missions such as going more towards the populations." It involves radiology, biology, obstetrics beds in particular.

From next month, the members of the steering committee will move on to practical work. “We have a lot of projects through this CHRU in French Guiana,warned Clara de Bort. Many actors will come and present them in detail the progress of the various files and their needs. The regional health project being updated will be the main course.

This article is from the Professional Letter of the Regional Health Agency. You can subscribe to it by filling out the following form: https://forms.sbc28.com/5a8bed50b85b5350ef1cd117/t13M7zUZQi2XMq5E3DdnhQ/0WQoeDwjRXqJblCpKbLDzA/form.html
 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 19 Véga

Annonceurs

Régie publicitaire