aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

20/09/21
« Le CHRU, le GHT et le réseau ville-hôpital doivent devenir des réflexes »

La première Journée guyanaise de cardiologie et de diabétologie s’est tenue samedi, à Kourou. Outre améliorer les connaissances des praticiens, ces manifestations visent à mieux se connaître entre spécialistes et non-spécialistes, hospitaliers et libéraux, renforcer la dynamique de territoire et avancer sur le projet de centre hospitalier régional universitaire de Guyane.

« Même s’il y a le Covid, les pathologies cardiaques et le diabète continuent à être présentes en Guyane. » C’est la raison pour laquelle a été organisée, samedi à Kourou, la première Journée guyanaise de cardiologie et de diabétologie. « Pour cette première journée, nous avons ciblé les pathologies coronariennes et l’insuffisance cardiaque car ce sont des fléaux en Guyane », explique le Dr Mosa Tsafehy, directeur médical de crise du Centre Hospitalier de Cayenne.

Samedi, dans une des salles de l’hôtel des Roches, les Dr Kitenge (CHK), Mireille-Solange Malefou-Bolongo (Chog) et Nadia Sabbah (CHC) se sont succédé au micro, tandis que le Pr Jocelyn Inamo (CHU de Martinique) modérait les débats. « Nous avons voulu nous placer à l’échelle du GHT (Groupement hospitalier de territoire) en faisant intervenir des praticiens des trois centres hospitaliers, et en réunissant des cardiologues, des non-cardiologues, des hospitaliers et des médecins de ville, car il faut améliorer le réseau ville-hôpital, poursuit le Dr Tsaféhy. Il faut vraiment que le CHRU, le GHT et le réseau ville-hôpital devienne des réflexes. On le voit avec le diabète : sans réseau ville-hôpital, il n’y a pas de suivi possible des patients. »

Outre parfaire ses connaissances sur les sujets abordés, cette journée avait pour but de « se connaître, améliorer le parcours de soins des patients de diabétologie et de cardiologie, et lancer cette filière cardiologique universitaire, détaille le Dr Tsaféhy. La Martinique est un partenaire essentiel. Aujourd’hui, elle est débordée par ses propres patients. Il faut que l’on puisse faire les choses par nous-mêmes. L’objectif est de pouvoir faire de la cardiologie interventionnelle en Guyane, H24, 7/7, de pouvoir faire de la rythmologie et le contrôle des pacemakers sans avoir recours aux évacuations sanitaires. S’agissant du diabète, qui est un facteur aggravant, il faut que l’on puisse traiter davantage en amont pour éviter des complications cardiaques chez ces patients. »

Les discussions se sont donc étendues bien au-delà des sujets traités par les spécialistes : les capacités de réaliser des coronarographies en Guyane, le besoin des smuristes de connaître la cartographie du plateau technique disponible en Guyane, les difficultés de transport des patients entre Saint-Laurent du Maroni et Cayenne.

Clara de Bort, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé (ARS), a profité de cette manifestation pour informer les participants qu’une réunion sur le sujet du transport inter-établissement Samu se tiendra début octobre. Il s’agira autant d’analyser des difficultés qui ont pu être rencontrées récemment que de travailler sur la disponibilité des vecteurs. Le sujet de l’offre de soins disponible, en Guyane et pourquoi pas au Suriname, fait partie des projets en matière de e-santé. Autant de dossiers qui permettront à la Guyane d’avancer sur le projet de CHRU.

Cet article est issu de la Lettre pro de l’Agence régionale de santé. Vous pouvez vous y abonner en remplissant le formulaire suivant : https://forms.sbc28.com/5a8bed50b85b5350ef1cd117/t13M7zUZQi2XMq5E3DdnhQ/0WQoeDwjRXqJblCpKbLDzA/form.html


The first Guyanese Day of Cardiology and Diabetology was held on Saturday, in Kourou. In addition to improving the knowledge of practitioners, these events aim to get to know each other better between specialists and non-specialists, hospital and liberal, strengthen the dynamics of the territory and advance on the project of regional university hospital in French Guiana.

Even though there is the Covid, heart disease and diabetes continue to be present in French Guiana." This is the reason why the first Guianese Day of Cardiology and Diabetology was organized on Saturday in Kourou. "For this first day, we targeted coronary pathologies and heart failure because they are plagues in French Guiana", explains Dr Mosa Tsafehy, medical director of crisis at the Cayenne Hospital Center.

On Saturday, in one of the rooms of the Hôtel des Roches, Dr Kitenge (CHK), Mireille-Solange Malefou-Bolongo (Chog) and Nadia Sabbah (CHC) took over at the microphone, while Professor Jocelyn Inamo (CHU de Martinique) moderated the debates. "We wanted to place ourselves on the scale of the GHT (regional hospital group) by involving practitioners from the three hospitals, and by bringing together cardiologists, non-cardiologists, hospitals and town doctors, because we need to improve the city-hospital network, continues Dr Tsaféhy. The CHRU, the GHT and the city-hospital network really need to become reflexes. We see it with diabetes: without a city-hospital network, there is no possible follow-up of patients. "

In addition to perfecting his knowledge on the subjects covered, the purpose of this day was to “get to know each other, improve the care pathway for diabetology and cardiology patients, and launch this university cardiology sector,” explains Dr Tsaféhy. Martinique is an essential partner. Today, she is overwhelmed by her own patients. We need to be able to do things on our own. The goal is to be able to do interventional cardiology in French Guiana, 24/7, to be able to do rhythmology and pacemaker control without resorting to medical evacuations. Regarding diabetes, which is an aggravating factor, we must be able to treat more upstream to avoid cardiac complications in these patients. "

The discussions therefore extended well beyond the subjects treated by the specialists: the ability to perform coronary angiography in French Guiana, the need for smurists to know the mapping of the technical platform available in French Guiana, the difficulties of transporting patients between Saint-Laurent du Maroni and Cayenne.

Clara de Bort, Director General of the Regional Health Agency (ARS), took advantage of this event to inform participants that a meeting on the subject of Samu inter-facility transport will be held in early October. It will be as much about analyzing difficulties that may have been encountered recently as it is about working on the availability of vectors. The subject of the healthcare offer available, in French Guiana and why not in Suriname, is part of the e-health projects. So many files that will allow French Guiana to move forward on the CHRU project.

This article is from the Professional Letter of the Regional Health Agency. You can subscribe to it by filling out the following form: https://forms.sbc28.com/5a8bed50b85b5350ef1cd117/t13M7zUZQi2XMq5E3DdnhQ/0WQoeDwjRXqJblCpKbLDzA/form.html
 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 19 Véga

Annonceurs

Régie publicitaire