aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

01/10/21
Auplata: le juge ferme l’usine de cyanuration de Dieu-Merci

C’est une excellente nouvelle pour l’environnement et l’exceptionnelle richesse de la biodiversité de la forêt guyanaise. Ce jeudi 30 septembre, le tribunal administratif de Cayenne a rendu sa décision sur l’usine d’extraction d’or par cyanuration d’Auplata à Saint-Élie, dans le cadre du recours porté par les associations Guyane Nature Environnement (GNE) et France Nature Environnement (FNE). Le juge considère que l’autorisation de cette usine est caduque car cette dernière n’a pas été mise en service dans le temps imparti. Ce retard s’explique principalement par des non-conformités des installations, cette société ayant déjà été rappelée à l’ordre par le passé pour des faits similaires.
Cette usine de traitement industriel de l’or au cyanure, une substance hautement toxique, doit donc arrêter son activité.

La légèreté de la société sanctionnée par la justice
La société Auplata a été mise en demeure à plusieurs reprises par les services de l’Etat pour de nombreuses irrégularités sur ses installations d’orpaillage. Malgré la constatation d’une exploitation illégale et de graves non-conformités aux normes environnementales et de sûreté en 2007, la société avait obtenu en 2015 l’autorisation d’exploiter une unité de traitement de l’or par cyanuration, et la régularisation de son installation gravimétrique, qui consiste à séparer les minerais en fonction de leur densité.

Peu avant le début de la phase de test de l’unité de cyanuration en 2018, les services de l’Etat constataient à nouveau des «divergences et incohérences par rapport au dossier de demande d'autorisation d'exploiter », comme le souligne le juge. La mise en service de cette unité était donc reportée, le temps qu’Auplata fournisse aux services de l’Etat les expertises demandées pour régulariser les changements effectués sans autorisation, comme par exemple une augmentation des quantités de cyanure stockées. Le préfet indiquait cependant en juin 2019 à Auplata “qu’il ne pouvait autoriser Auplata à « démarrer les installations, même dans le cadre d’essais à chaud »" à cause des insuffisances du dossier. L’unité de cyanuration n’avait donc pas pu être mise en service avant mars 2020, bien au-delà des trois ans impartis à partir de 2015. Les retards pris par la société à cause de son non-respect de la réglementation ont ainsi été dénoncés par nos associations et sanctionnés par la justice. L’activité de l’industriel doit désormais cesser.

Un signal fort contre la mine industrielle en Guyane
Le traitement par cyanuration, qui permet de produire de l’or à l’échelle industrielle, est un procédé très dangereux pour l’environnement et la vie aux alentours de l’usine en cas d’accident, le cyanure tuant instantanément par asphyxie. L’usine d’Auplata est située au cœur de la forêt, en amont de la Réserve naturelle de la Trinité, un écosystème particulièrement remarquable et sensible en termes de biodiversité. “La gestion peu scrupuleuse du site et son autorisation par les services de l’Etat auraient pu être à l’origine d’une catastrophe industrielle désastreuse, en plus des dommages déjà causés par l’exploitation aurifère qui détruit la forêt et les cours d’eau. On a déjà eu un aperçu de ce type de désastre, avec la trentaine d’accidents aux résidus cyanurés qui ont eu lieu ces 25 dernières années dans le monde, y compris chez notre voisin brésilien.” insiste Rémi Girault, président de Guyane nature environnement.

Pour Arnaud Schwartz, président de France Nature Environnement, «C’est une très bonne décision de justice qui dit clairement stop à une gestion hors des clous de projet dangereux. L'étape suivante, pour la protection de la forêt et de l’environnement en Guyane, c’est la réforme du Code Minier attendue depuis très longtemps, qui doit enfin interdire la cyanuration et les mines industrielles en Guyane». Cette décision forte doit appeler à l’abandon des autres projets nuisibles de mines industrielles comme celui de Montagne d’or, désormais renommé Orea Mining, qui a annoncé son retour en Guyane la veille de l’ouverture du Congrès mondial de la nature le 1er septembre dernier. C’est aussi l’illustration du travail des associations environnementales, qui s’engagent tous les jours pour le respect du droit de l’environnement, pour assurer la protection des milieux naturels, de la santé des populations et un monde vivable pour tous et pour les générations futures.

Plus d’informations :
Or: Action en justice contre l’ouverture de la première usine de cyanuration en Guyane


This is excellent news for the environment and the exceptional richness of the biodiversity of the Guianese forest. This Thursday, September 30, the Cayenne Administrative Court rendered its decision on the Auplata cyanidation gold extraction plant in Saint-Élie, in the context of the appeal brought by the associations Guyane Nature Environnement (GNE) and France Nature Environment (FNE). The judge considers that the authorization for this plant has lapsed because it was not commissioned within the allotted time. This delay is mainly explained by non-conformities of the installations, this company having already been called to order in the past for similar facts.
This industrial processing plant for gold using cyanide, a highly toxic substance, must therefore shut down.

The lightness of society sanctioned by justice
Auplata has been called on several times by the state services for numerous irregularities in its gold mining facilities. Despite the finding of illegal exploitation and serious non-compliance with environmental and safety standards in 2007, the company obtained in 2015 the authorization to operate a gold processing unit by cyanidation, and the regularization of its gravimetric installation, which consists of separating ores according to their density.

Shortly before the start of the test phase of the cyanidation unit in 2018, the State services again noted "discrepancies and inconsistencies in relation to the operating license application file", as pointed out by judge. The commissioning of this unit was therefore postponed, while Auplata provided state services with the expertise required to regularize changes made without authorization, such as, for example, an increase in the quantities of cyanide stored. The prefect, however, told Auplata in June 2019 "that he could not authorize Auplata to" start the installations, even in the context of hot tests" because of the shortcomings of the file. The cyanidation unit could not therefore be put into service before March 2020, well beyond the three years allowed from 2015. The delays incurred by the company due to its non-compliance with the regulations have thus been denounced by our associations and sanctioned by the courts. The industrialist's activity must now cease.

A strong signal against the industrial mine in French Guiana
Cyanide treatment, which produces gold on an industrial scale, is a very dangerous process for the environment and life around the plant in the event of an accident, with cyanide instantly killing people by asphyxiation. The Auplata plant is located in the heart of the forest, upstream of the Trinity Nature Reserve, a particularly remarkable and sensitive ecosystem in terms of biodiversity. “The unscrupulous management of the site and its authorization by the State services could have been at the origin of a disastrous industrial disaster, in addition to the damage already caused by the gold mining which destroys the forest and the yards. 'water. We have already seen a glimpse of this type of disaster, with the thirty cyanide residue accidents that have taken place over the past 25 years around the world, including in our Brazilian neighbor." insists Rémi Girault, president of Guyane nature environnement.

For Arnaud Schwartz, President of France Nature Environnement, "This is a very good court decision which clearly says stop to the unsafe management and dangerous projects. The next step, for the protection of the forest and the environment in French Guiana, is the long-awaited reform of the Mining Code, which must finally ban cyanidation and industrial mines in French Guiana ". This strong decision must call for the abandonment of other harmful industrial mining projects such as the "Montagne d'Or" project, now renamed Orea Mining, which announced its return to French Guiana on the eve of the opening of the World Conservation Congress on September 1st. It is also the illustration of the work of environmental associations, which are committed every day to respect for environmental law, to ensure the protection of natural environments, the health of populations and a liveable world for all and for future generations.

More information :
Gold: Legal action against the opening of the first cyanidation plant in French Guiana
 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 19 Véga

Annonceurs

Régie publicitaire