aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

19/07/22
Centrale du Larivot : «nouvelle victoire pour l’environnement»

Le 18 juillet 2022, après avoir annulé l’autorisation environnementale de la centrale du Larivot, le Tribunal Administratif de Cayenne a également annulé son permis de construire dans le cadre du recours porté par les associations Guyane Nature Environnement (GNE) et France Nature Environnement (FNE). Les juges ont estimé que le permis de construire de la centrale thermique était illégal car il a été délivré dans un espace naturel remarquable du littoral guyanais. Cette décision doit inviter plus que jamais à considérer les alternatives durables pour la transition énergétique de la Guyane.

L’illégalité du projet confirmée une fois de plus
Après avoir suspendu le chantier de la centrale en raison d’un doute sur la compatibilité de la localisation du projet avec la loi Littoral en juillet 2021, annulé l’autorisation environnementale de la centrale en avril 2022 à cause de la recherche insuffisante d’alternatives par rapport au terrain du Larivot, le Tribunal Administratif de la Guyane a une nouvelle fois retenu l’illégalité du projet de centrale thermique en annulant son permis de construire.

Premièrement, le juge considère au regard de plusieurs indices et contrairement aux dernières décisions de la préfecture, que la commune de Matoury est une commune soumise à la loi Littoral de 1986, une loi qui protège les espaces  caractéristiques du littoral et préserve ses équilibres écologiques. Deuxièmement, notant la biodiversité exceptionnelle présente sur le site du Larivot et sa localisation dans le prolongement d’autres zones naturelles remarquables, le juge retient que le terrain choisi pour construire la centrale est en fait un Espace Naturel Remarquable du Littoral, une catégorie d’espaces naturels que la loi Littoral rend inconstructible. Cette décision a pour effet d’arrêter le chantier une nouvelle fois, l’autorisation de reprendre ayant été délivrée le 21 juin par la Cour administrative d’appel de Bordeaux dans le cadre d’un sursis demandé par EDF-PEI. Le juge ne retient pas l’illégalité des arrêtés sur l’oléoduc (son autorisation et sa déclaration d’utilité publique) contestés par les associations, ce qui dans les faits a peu d’incidence car la construction de l’oléoduc dépend de celle de la centrale.

Pour les associations requérantes, c’est la confirmation de leurs doutes sur l’illégalité de ce projet, notamment sur l’inconstructibilité du terrain du Larivot. “Une nouvelle fois, la justice reconnaît la valeur écologique du site du Larivot: il est temps de mettre en place de réelles alternatives pour les guyanais, l’autonomie énergétique de la Guyane et le respect de l’environnement.” résume Matthieu BARTHAS, président de GNE.

Une décision qui invite plus que jamais à repenser la transition énergétique
Cette décision montre l’impasse du projet de centrale thermique au Larivot, ce qui doit inciter plus que jamais à considérer les alternatives durables existantes pour réussir la transition énergétique de la Guyane. En effet, la réglementation environnementale et l’urgence climatique imposent la mise en place d’un mix énergétique diversifié et résilient, pour atteindre l’autonomie énergétique de la Guyane prévue pour 2030, en privilégiant des surfaces déjà dégradées et artificialisées.

Guyane Nature Environnement continue son plaidoyer auprès des pouvoirs publics pour réorienter la planification énergétique du territoire et construire ensemble une transition énergétique durable pour les guyanais et l’environnement.

Plus d’informations :
La décision du tribunal administratif de Cayenne et leur communiqué de presse
L’annulation de l’autorisation environnementale de la centrale du Larivot


On July 18, 2022, after having canceled the environmental authorization of the Larivot power plant, the Administrative Court of Cayenne also canceled its building permit within the framework of the appeal brought by the associations Guyane Nature Environnement (GNE) and France Nature Environnement ( FNE). The judges found that the building permit for the thermal power plant was illegal because it was issued in a remarkable natural area on the Guyanese coast. This decision must invite more than ever to consider sustainable alternatives for the energy transition of French Guiana.

The illegality of the project confirmed once again
After suspending the construction of the power plant due to a doubt about the compatibility of the location of the project with the Coastal Law in July 2021, canceled the environmental authorization of the power plant in April 2022 due to the insufficient search for alternatives in relation to the Larivot land, the Administrative Court of French Guiana once again upheld the illegality of the thermal power plant project by canceling its building permit.

Firstly, the judge considers with regard to several indices and contrary to the last decisions of the prefecture, that the commune of Matoury is a commune subject to the Littoral law of 1986, a law which protects the characteristic spaces of the coast and preserves its ecological balances. Secondly, noting the exceptional biodiversity present on the Larivot site and its location in the extension of other remarkable natural areas, the judge held that the land chosen to build the plant is in fact a Remarkable Natural Coastal Area, a category of natural spaces that the Coastline law makes unbuildable. This decision has the effect of stopping the work once again, the authorization to resume having been issued on June 21 by the Administrative Court of Appeal of Bordeaux in the context of a stay requested by EDF-PEI. The judge did not uphold the illegality of the decrees on the pipeline (its authorization and its declaration of public utility) contested by the associations, which in fact has little impact because the construction of the pipeline depends on that of the central.

For the applicant associations, this is the confirmation of their doubts about the illegality of this project, in particular about the inconstructability of the Larivot land. “Once again, justice recognizes the ecological value of the Larivot site: it is time to put in place real alternatives for Guyanese, the energy autonomy of French Guiana and respect for the environment.” summarizes Matthieu BARTHAS, president of GNE.

A decision that calls more than ever to rethink the energy transition
This decision shows the impasse of the thermal power plant project in Larivot, which should encourage more than ever to consider the existing sustainable alternatives for a successful energy transition in French Guiana. Indeed, environmental regulations and the climate emergency require the establishment of a diversified and resilient energy mix, to achieve the energy autonomy of French Guiana planned for 2030, by favoring already degraded and artificialized surfaces.

Guyane Nature Environnement continues its advocacy with the public authorities to reorient the energy planning of the territory and build together a sustainable energy transition for the people of French Guiana and the environment.

More information :
The decision of the Administrative Court of Cayenne and their press release
The cancellation of the environmental authorization for the Larivot power plant
 

 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2022
Lancements 2022
Vol 257 Ariane 5

Annonceurs

Régie publicitaire