aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

26/07/22
A quoi ressembleront les futurs hôpitaux de proximité ?

Les CDPS de Maripasoula, Grand-Santi et Saint-Georges seront transformés, dans les prochains mois. Ils compteront six à huit lits d’hospitalisation. Les effectifs seront doublés, avec notamment la présence sur site d’un urgentiste 24/24. De l’imagerie médicale et de la biologie seront possibles sur place. Si les structures modulaires sont privilégiées pour accueillir ces nouvelles activités dans un premier temps, l’hôpital de Cayenne prévoit la reconstruction du centre de Saint-Georges et l’extension de ceux du Maroni.

Des lits d’hospitalisation, de l’imagerie, de la biologie, une antenne de pharmacie hospitalière, un urgentiste présent en permanence sur site… C’est une véritable révolution que vont connaître les trois centres délocalisés de prévention et de soins (CDPS) de Maripasoula, Grand-Santi et Saint-Georges. A eux trois, ils représentent 80 % des 180 000 consultations et des 3 100 « mises en observation » que réalisent les 17 CDPS du territoire chaque année. Dans les prochains mois, ils seront transformés en hôpitaux de proximité.



« C’est une copie ambitieuse mais qui se veut opérationnelle », a vanté Amandine Papin, directrice générale adjointe du centre hospitalier de Cayenne (CHC) et directrice déléguée des CDPS, jeudi lors de la deuxième réunion du comité technique CHU – hôpitaux de proximité. La transformation des trois établissements est imaginée en deux phases : une première « possible en huit mois avec la montée en gamme de l’offre de soins » et une seconde à l’échelle des prochaines années pour augmenter le capacitaire.

Eviter des transferts à Cayenne pour une radio

Pour donner une idée plus claire des futurs hôpitaux de proximité aux membres du comité technique, coprésidé par Georges Elfort, maire de Saint-Georges, Amandine Papin décrit un accueil des urgences renforcé, la présence en permanence d’un urgentiste rattaché aux urgences de Cayenne, des binômes médiateur – infirmier chargés de mener des actions de prévention en santé et de faire le lien avec les hôpitaux, des équipements de diagnostic renforcés, une unité d’hospitalisation de huit (Maripasoula) ou six lits (Grand-Santi et Saint-Georges), de la radiologie conventionnelle. « Ce sont les médecins des CDPS qui réaliseront les travaux d’imagerie. Les images seront transmises au centre hospitalier de Cayenne et un radiologue sera chargé d’interpréter les images en temps réel. Ce qui évitera des transferts vers Cayenne uniquement pour un examen de radiologie. »

Les six à huit lits de ces hôpitaux de proximité devraient permettre de réaliser sur site « 30 % » des hospitalisations qui ont lieu, pour l’instant, sur le littoral. Les patients originaires de Maripasoula en génèrent environ 2 000 par an, ceux de Grand-Santi plus de 1 500, ceux de Saint-Georges environ 1 300. « Bien sûr, ça ne suffira pas à l’avenir, reconnaît la directrice déléguée au CDPS. Ce capacitaire sera augmenté au fil du temps » Une fois ouverts, les Hôpitaux de proximité seront suivis de façon très attentive par l’ARS, pour comprendre comment leur activité hospitalière se comporte, et dans quelle mesure et à quel rythme il faudra les agrandir, selon également les capacités de recrutements des personnels.



Les bébés continueront d’être transférés sur le littoral mais les enfants pourront rester sur place

L’hospitalisation de médecine inclura les enfants. « On fera bien attention à ce que les enfants soient convenablement pris en charge », promet le Dr Cyril Rousseau, chef de pôle des CDPS. « Les bébés partiront toujours à Cayenne et Saint-Laurent du Maroni », précise également Amandine Papin. « On pense plus à des enfants de 5 à 15 ans, à des âges où ils sont moins fragiles. Ce peut être le cas pour une gastro mal tolérée, un problème médical aigu ou un petit traumatisme ne nécessitant pas d’exploration au bloc opératoire. On peut surveiller l’enfant, le garder trois jours ; ça rassure les parents. »

Biologie, blanchisserie, restauration…

La biologie doit être renforcée avec des navettes quotidiennes avec les hôpitaux pour avoir des résultats rapides et de la biologie délocalisée « qui permette d’avoir des indications en urgence ». A partir de 2024, l’hôpital de Cayenne ambitionne de réaliser 80 % des examens biologiques sur place. Des antennes de pharmacie hospitalière doivent voir le jour sur les trois sites. « On va aussi structurer tout ce qui n’existe pas aujourd’hui avec un véritable dispositif d’accueil, d’admission, d’identito-vigilance, d’interprétariat, de médiation, de blanchisserie, de restauration hospitalière et une intégration dans les procédures de qualité hospitalière, insiste Amandine Papin. Il s’agit de passer d’une logique de centre de consultation – dispensaire à une logique d’hôpital de proximité respectant les normes et la qualité hospitalières. »

Développer aussi les transports aériens

La création de ces hôpitaux de proximité nécessitera également une réflexion et des moyens pour « accélérer le transport de fret et de professionnels (…) On aimerait pouvoir envoyer beaucoup plus rapidement des médecins spécialistes sur les sites. Ce sont des ressources rares. Il est important pour nous que si un ophtalmo part à Trois-Sauts, il ne mette pas une semaine pour y aller. » Sur ce plan, l’ARS a lancé la réflexion, avec les acteurs hospitaliers, à la création de moyens aériens dédiés.

« Les habitants vont tester »

L’hôpital de Cayenne anticipe 4 millions d’euros d’investissements entre 2023 et 2025, « avec une partie importante sur les travaux pour mettre les chambres aux standards hospitaliers, agrandir les espaces et créer une zone pédiatrique ».

« Les habitants vont tester les nouveaux services qu’on leur proposera, anticipe le Dr Rousseau. Ils vont venir petit à petit voir s’ils ont envie de se faire hospitaliser dans cette nouvelle structure plutôt que de se rendre à Cayenne. Au début, certaines personnes seront réticentes. D’autres iront en éclaireurs et diront : Ça s’est bien passé, on est bien accueillis, bien soignés. Aujourd’hui, ce qu’on propose avec les lits d’observation est très limité. Il y aura un effet d’attraction et la demande augmentera petit à petit. Il sera alors temps de repousser les murs. »

Cet article est issu de la Lettre pro de l’Agence régionale de santé. Vous pouvez vous y abonner en remplissant le formulaire suivant : https://forms.sbc28.com/5a8bed50b85b5350ef1cd117/t13M7zUZQi2XMq5E3DdnhQ/0WQoeDwjRXqJblCpKbLDzA/form.html  


The Maripasoula, Grand-Santi and Saint-Georges CDPSs will be transformed in the coming months. They will have six to eight hospital beds. The workforce will be doubled, with in particular the presence on site of an emergency doctor 24/24. Medical imaging and biology will be possible on site. While modular structures are favored to initially accommodate these new activities, the Cayenne hospital is planning the reconstruction of the Saint-Georges center and the extension of those in Maroni.

Hospital beds, imaging, biology, a hospital pharmacy branch, an emergency physician permanently present on site... It is a real revolution that the three delocalized prevention and care centers (CDPS) will experience. of Maripasoula, Grand-Santi and Saint-Georges. Between them, they represent 80% of the 180,000 consultations and 3,100 “observations” carried out by the 17 CDPSs in the territory each year. In the coming months, they will be transformed into local hospitals.



“It is an ambitious copy but which wants to be operational”, boasted Amandine Papin, deputy director general of the Cayenne hospital center (CHC) and delegate director of the CDPS, Thursday during the second meeting of the technical committee CHU – local hospitals . The transformation of the three establishments is imagined in two phases: a first “possible in eight months with the upscaling of the care offer” and a second on the scale of the next few years to increase capacity.

Avoid transfers to Cayenne for a radio

To give a clearer idea of ​​future local hospitals to the members of the technical committee, co-chaired by Georges Elfort, mayor of Saint-Georges, Amandine Papin describes a reinforced emergency reception, the permanent presence of an emergency doctor attached to the Cayenne emergency , mediator-nurse pairs responsible for carrying out health prevention actions and liaising with hospitals, reinforced diagnostic equipment, a hospitalization unit with eight (Maripasoula) or six beds (Grand-Santi and Saint- Georges), conventional radiology. “It is the CDPS doctors who will carry out the imaging work. The images will be transmitted to the Cayenne hospital center and a radiologist will be responsible for interpreting the images in real time. This will avoid transfers to Cayenne only for a radiology examination."

The six to eight beds of these local hospitals should make it possible to carry out on site "30%" of the hospitalizations which take place, for the moment, on the coast. Patients from Maripasoula generate about 2,000 a year, those from Grand-Santi more than 1,500, those from Saint-Georges about 1,300. CDPS. This capacity will be increased over time" Once opened, local hospitals will be monitored very carefully by the ARS, to understand how their hospital activity is performing, and to what extent and at what pace they will need to be expanded, also depending on staff recruitment capacities.




Babies will continue to be transferred to the coast but children will be able to stay on site

Medical hospitalization will include children. "We will be very careful that the children are properly taken care of", promises Dr. Cyril Rousseau, head of the CDPS center. "The babies will always go to Cayenne and Saint-Laurent du Maroni", also specifies Amandine Papin. “We think more of children from 5 to 15 years old, at ages when they are less fragile. This may be the case for a poorly tolerated gastrointestinal illness, an acute medical problem or a minor trauma that does not require exploration in the operating room. We can watch the child, keep him for three days; it reassures the parents."

Biology, laundry, catering…

Biology must be reinforced with daily shuttles with hospitals to obtain rapid results and relocated biology "which allows for emergency indications". From 2024, the Cayenne hospital aims to carry out 80% of biological examinations on site. Hospital pharmacy branches should be created on the three sites. "We are also going to structure everything that does not exist today with a real system of reception, admission, identity-vigilance, interpreting, mediation, laundry, hospital catering and integration into hospital quality procedures, insists Amandine Papin. It is a question of moving from a logic of consultation center - dispensary to a logic of local hospital respecting hospital standards and quality."

Also develop air transport

The creation of these local hospitals will also require reflection and the means to “accelerate the transport of freight and professionals (…) We would like to be able to send specialist doctors to the sites much more quickly. These are scarce resources. It is important for us that if an ophthalmologist leaves for Trois-Sauts, it does not take a week to get there. In this regard, the ARS has launched discussions, with hospital players, on the creation of dedicated air resources.

“The inhabitants will test”

The Cayenne hospital anticipates 4 million euros of investment between 2023 and 2025, "with a significant part on the work to bring the rooms up to hospital standards, enlarge the spaces and create a pediatric area".

“The inhabitants will test the new services that will be offered to them, anticipates Dr. Rousseau. They will come little by little to see if they want to be hospitalized in this new structure rather than going to Cayenne. At first, some people will be reluctant. Others will scout and say: It went well, we are well received, well cared for. Today, what is offered with observation beds is very limited. There will be a pull effect and demand will gradually increase. It will then be time to push back the walls. "

This article is from the Regional Health Agency's Newsletter. You can subscribe by filling out the following form: https://forms.sbc28.com/5a8bed50b85b5350ef1cd117/t13M7zUZQi2XMq5E3DdnhQ/0WQoeDwjRXqJblCpKbLDzA/form.html
 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2022
Lancements 2022
Vol 257 Ariane 5

Annonceurs

Régie publicitaire