aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

19/08/22
Villages du Haut-Maroni : les inondations ont ravagé les récoltes

Trois mois après que le Lawa a inondé les villages et que les récoltes ont été ravagées, la situation est encore très difficile, pour les habitants du Haut-Maroni. « C’est terrible pour tout le monde. Certains n’ont plus rien ou n’auront bientôt plus rien », témoigne Melekeu Sankana, médiatrice au centre délocalisé de prévention et de soins (CDPS) d’Antecume Pata.

Clara de Bort, directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS), et Steven Kuzan, responsable du programme Bien-être des populations de l’intérieur (Bepi), ont pu le constater en s’arrêtant dans chaque village, d’Elahé à Antecume Pata, de mercredi à dimanche derniers. « Nous nous sommes rendus dans les abattis. Les habitants tenaient à nous montrer les dégâts provoqués par la dernière saison des pluies, relate Steven Kuzan. Le manioc, les dachines, les bananes, tout a pourri. A Cayodé, 100 % de la récolte a été perdue et ils n’ont rien pour replanter. »

Un travail avec les services de l’État en Guyane est en cours pour trouver des solutions permettant aux populations touchées de retrouver leur autonomie alimentaire.

Bepi a été créé notamment à la suite du rapport parlementaire sur les suicides des jeunes Amérindiens. Ce programme de santé communautaire a pour mission d’aider les populations (Haut Maroni et Moyen-Haut Oyapock) à trouver les moyens d’améliorer leur bien-être, leur vie collective, les liens entre les générations. Il s’agit de renforcer les facteurs protecteurs du suicide.  Les fonds alloués au programme Bepi sont de 500 000 euros par an repartis en deux enveloppes : 150 000 euros dédiés à la coordination du programme et 350 000 euros dédiés au financement des projets.

Outre les dégâts sur leurs récoltes, les habitants ont exprimé leur souhait d’obtenir plus rapidement les résultats des analyses de qualité de l’eau, que surveille l’ARS. L’instabilité des réseaux numériques rend difficile leur consultation sur internet. Ils ont également évoqué les besoins de rénovation des tukusipan, de rénover l’ancienne infirmerie d’Elahé ou d’installer des toilettes et douche au CDPS d’Antecume Pata, pour les patients qui y sont hébergés en observation.


Three months after the Lawa flooded the villages and the crops were ravaged, the situation is still very difficult for the inhabitants of Haut-Maroni. "It is terrible for everyone. Some people have nothing left or will soon have nothing left," says Melekeu Sankana, a mediator at the local prevention and care center (CDPS) in Antecume Pata.

Clara de Bort, director general of the Regional Health Agency (ARS), and Steven Kuzan, head of the Well-Being of the Interior Population (Bepi) program, were able to see this for themselves when they stopped in each village, from Elahé to Antecume Pata, from last Wednesday to Sunday. "We went to the slaughterhouses. The inhabitants wanted to show us the damage caused by the last rainy season," said Steven Kuzan. Cassava, dachines, bananas, everything has rotted. In Cayodé, 100% of the crop was lost and they have nothing to replant."

Work is underway with government services in French Guiana to find solutions that will enable the affected populations to regain their food autonomy.

Bepi was created following a parliamentary report on suicides among young Amerindians. The mission of this community health program is to help the populations (Haut Maroni and Moyen-Haut Oyapock) find ways to improve their well-being, their collective life, and the links between generations. The goal is to strengthen the protective factors against suicide.  The funds allocated to the Bepi program are 500,000 euros per year divided into two envelopes: 150,000 euros dedicated to the coordination of the program and 350,000 euros dedicated to the financing of projects.

In addition to the damage to their crops, residents have expressed their desire to obtain the results of water quality analyses more quickly, which are monitored by the ARS. The instability of the digital networks makes it difficult to consult them on the internet. They also mentioned the need to renovate the tukusipan, to renovate the old infirmary of Elahé or to install toilets and shower at the CDPS of Antecume Pata, for the patients who are lodged there for observation.

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2022
Lancements 2022
Vol 258 Ariane 5

Annonceurs

Régie publicitaire