aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

18/10/22
Immigration : prise en charge des demandeurs d’asile

La mise à l’abri des demandeurs d’asile accueillis en Guyane est une problématique qui est prise en compte au niveau national et fait l'objet depuis deux ans d'une attention toute particulière par le gouvernement. L’État est attentif à ce que l’accueil des demandeurs d’asile sur le territoire français se fasse avec humanité et dans le strict respect de la loi.

Face à l’augmentation du nombre de demandeurs d’asile en Guyane et une situation migratoire mondiale sans cesse évolutive, des efforts continus sont engagés par les services de l’État. Ainsi, la capacité du parc d'hébergement des demandeurs d'asile a été multipliée par trois depuis 2019.

Initialement composé de 250 places, celui-ci a été porté à 450 places en 2021. A ce dispositif structurel s’ajoute des nuitées hôtelières au nombre de 570 places à ce jour. L’ensemble du parc d’hébergement représente un investissement de 7,2 millions d’euros pour l’État au titre du financement des demandeurs d’asile pour l’année 2021, contre 1,8 million d’euros en 2019.

En 2022, le parc se renforce avec l'ouverture progressive de places supplémentaires :

  • Juillet 2022 : ouverture d'un centre temporaire d'accueil de 18 places à Cayenne ;
  • Septembre 2022 : ouverture d'un centre temporaire d'accueil de 160 places à Sinnamary ;
  • En octobre 2022, le parc d’hébergement des demandeurs d’asile représente un total de 1 200 places.
  • Prochainement : ouverture de deux centres d’accueil pérenne de 60 places à Régina et à Sinnamary.
  • L’ouverture d’un troisième centre pérenne d’accueil de 50 places à Cayenne est également programmé, mais en raison d'un avis défavorable émis par la mairie de Cayenne au sujet du permis de construire, la livraison en est retardée.
  • S’agissant de la coopération avec le gouvernement brésilien pour restreindre l'accès au territoire français, il est important de prendre en considération que :
  • Le Brésil est avant tout un État souverain, qui plus est non-membre de l'espace Schengen. De ce fait, le Brésil fixe souverainement sa politique en matière de délivrance de visa et d'entrée sur son territoire.
  • Un retour vers le Brésil constituerait une non-admission et par conséquent est contraire à l’article L741-1 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile.

Toutefois, le gouvernement français, via notre représentation diplomatique à Brasilia, a informé le gouvernement brésilien de cette situation, où le visa accordé par les autorités brésiliennes pour séjourner sur le territoire de ce pays est utilisé par certains ressortissants moyens orientaux pour se rendre en Guyane afin d'y déposer une demande d'asile.
Le préfet de la région Guyane, Thierry QUEFFELEC, réaffirme la pleine mobilisation des services de l’État en Guyane sur les questions migratoires dans le respect des lois et de la réglementation. Pour l’État, l’humanité n’est pas une entreprise surhumaine.


The sheltering of asylum seekers hosted in Guyana is an issue that is taken into account at the national level and has been the subject of particular attention for two years by the government. The State is attentive to ensuring that asylum seekers are received on French territory with humanity and in strict compliance with the law.

Faced with the increase in the number of asylum seekers in Guyana and an ever-changing global migration situation, continuous efforts are being made by the State services. Thus, the capacity of accommodation for asylum seekers has tripled since 2019.

Initially composed of 250 places, it was increased to 450 places in 2021. To this structural system is added hotel nights in the number of 570 places to date. The entire accommodation stock represents an investment of 7.2 million euros for the State in terms of financing asylum seekers for the year 2021, compared to 1.8 million euros in 2019.< /p>

In 2022, the park will be strengthened with the gradual opening of additional places:

  • July 2022: opening of a temporary reception center with 18 places in Cayenne;
  • September 2022: opening of a temporary reception center with 160 places in Sinnamary;
  • In October 2022, the housing stock for asylum seekers represents a total of 1,200 places.
  • Coming soon: opening of two permanent reception centers with 60 places in Regina and Sinnamary.
  • The opening of a third permanent reception center with 50 places in Cayenne is also scheduled, but due to an unfavorable opinion issued by the town hall of Cayenne on the subject of the building permit, the delivery is delayed.
  • Regarding cooperation with the Brazilian government to restrict access to French territory, it is important to take into consideration that:
  • Brazil is above all a sovereign state, which is also not a member of the Schengen area. As a result, Brazil sets its own policy regarding the issuance of visas and entry into its territory.
  • A return to Brazil would constitute non-admission and therefore is contrary to article L741-1 of the code of entry and residence of foreigners and the right to asylum.

However, the French government, through our diplomatic representation in Brasilia, informed the Brazilian government of this situation, where the visa granted by the Brazilian authorities to stay on the territory of this country is used by some Middle Eastern nationals to travel to Guyana to file an asylum application.
The Prefect of the French Guiana region, Thierry QUEFFELEC, reaffirms the full mobilization of State services in French Guiana on migration issues in compliance with laws and regulations. For the state, humanity is not a superhuman enterprise.

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2022
Lancements 2022
Vol 258 Ariane 5

Annonceurs

Régie publicitaire