aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

29/10/22
Les feux au vert pour les hôpitaux de proximité

La commission spécialisée de l’offre de soins, organe consultatif réunissant les acteurs de la santé, a examiné dans le détail le projet de création d’une activité de médecine H24 dans les trois CDPS de Maripasoula, Grand-Santi et Saint-Georges, mardi. Au vu des garanties apportées par le CH de Cayenne, et de l’avis technique favorable de l’ARS, la commission a approuvé à l’unanimité ce projet. Ces CDPS vont donc pouvoir bientôt fonctionner comme de vrais (petits) hôpitaux, avec le personnel et le plateau technique nécessaires. Le CH de Cayenne se donne huit mois pour les ouvrir. Les hôpitaux de proximité et les CDPS s’affirmeront dès lors encore plus comme le « quatrième pilier » du futur CHRU de Guyane.

Le projet de CHRU de Guyane se concrétise un peu plus. Mardi, les membres de la commission spécialisée de l’offre de soins (Csos), instance réglementaire réunissant les acteurs de la santé, a approuvé à l’unanimité la demande d’autorisation de médecine formulée pour les trois centres délocalisés de prévention et de soins (CDPS) de Maripasoula, Grand-Santi et Saint-Georges. La directrice générale de l’ARS va donc pouvoir officiellement autoriser ces trois nouvelles implantations d’activité de médecine hospitalière, puis leur accorder le label « hôpital de proximité ». Il s’agit d’un projet majeur pour l’offre de soins en Guyane et une des premières concrétisations du projet de CHU de Guyane.

Mardi puis mercredi devant les membres du comité de pilotage du CHRU, Amandine Papin, directrice générale adjointe du centre hospitalier de Cayenne et directrice déléguée aux CDPS, a expliqué le projet en détail et indiqué que le CHC se donne dès lors huit mois pour réaliser cette transformation. L’objectif est de « les ouvrir mi-2023 et, en tout cas, courant 2023 ». « On ne peut que se réjouir de voir que ça a très bien avancé, a souligné Gabriel Serville, le président de la Collectivité territoriale (CTG) mercredi lors de la réunion du comité de pilotage du CHU. J’espère que tout cela va continuer sur cette belle voie. »

 

Ces hôpitaux de proximité bénéficieront d’un accueil patient rénové et mis aux normes hospitalières, d’un plateau médico-technique (imagerie, biologie, antenne de pharmacie à usage intérieur), d’un accueil des urgences adultes, enfants et gynécologiques 24/24, d’une unité d’hospitalisation de médecine de 8 lits à Maripasoula, et 6 à Grand-Santi et Saint-Georges, de consultations spécialisées sur place et en télémédecine, et d’un doublement des moyens de prévention et d’aller-vers (lire la Lettre pro du 26 juillet).

Pour y parvenir, les chantiers sont multiples. Au début du mois, la troisième réunion du comité technique des hôpitaux de proximité a permis de parler des équipements avec Georges Elfort et Félix Dada, maires de Saint-Georges et Grand-Santi, ainsi que Bruno Apouyou, président du Grand Conseil coutumier : infrastructures numériques nécessaires à l’installation des professionnels et au développement de la télémédecine dans les trois communes, besoins de logements et de transport. A chaque fois, ce sont une trentaine de professionnels supplémentaires – soit un doublement des effectifs – qui y travailleront. « Nous réalisons un recensement des besoins de logements, ainsi qu’une étude pour déterminer quelle est la meilleure politique immobilière : continuer de louer ou acheter ? », a indiqué Amandine Papin aux élus. Si Maripasoula semble en mesure de les accueillir, la situation est plus tendue à Grand-Santi et à Saint-Georges.

Les membres du comité technique des hôpitaux de proximité et du comité de pilotage du CHU ont posé de nombreuses questions sur les bâtiments. Dans une première phase, les activités aiguës seront localisées dans les bâtiments existants, « avec un environnement technique, médical, soignant et hôtelier upgradé aux normes hospitalières ». Les activités périphériques (bureaux, support et imagerie) seront installées dans des extensions modulaires. A ceux qui souhaitent que les hôpitaux de proximité se traduisent en nouveaux bâtiments ou à ceux qui craignent que les locaux actuels ne deviennent obsolètes à court terme, Amandine Papin a assuré que le CHC « planche d’ores et déjà sur la reconstruction ou l’extension des hôpitaux de proximité et sur une augmentation du capacitaire » pour 2026. A Saint-Georges, par exemple, un terrain sera prochainement à l'étude pour une reconstruction.

En décembre, les membres du comité techniques des hôpitaux de proximité se réuniront à nouveau. Cette fois-ci, il sera question de la manière de fluidifier les parcours patients. Cela passe par un renforcement de l’accueil dans ces futurs établissements ainsi qu’un travail sur l’ouverture des droits sociaux des patients. Lors de ce même comité technique, il sera question de la création de centres périnataux de proximité. Un projet commun est en cours d’élaboration avec les centre de la Protection maternelle et infantile (PMI), puis avec le réseau Périnat, le secteur associatif et la médecine scolaire. « J’espère qu’on va réussir à tenir les délais, concluait Georges Elfort, en début de mois. Si tout le monde s’y met, on réussira à sortir quelque chose de très bon. D’abord des soins à mettre en place, puis des infrastructures pour les quinze à vingt prochaines années. »


The specialized commission for healthcare provision, an advisory body bringing together healthcare players, examined in detail the project to create a round-the-clock medical activity in the three CDPSs from Maripasoula, Grand-Santi and Saint-Georges, on Tuesday. In view of the guarantees provided by the CH of Cayenne, and the favorable technical opinion of the ARS, the commission approved this project unanimously. These CDPS will therefore soon be able to operate like real (small) hospitals, with the necessary staff and technical platform. The Cayenne CH gives itself eight months to open them. Local hospitals and CDPS will therefore assert themselves even more as the “fourth pillar” of the future CHRU of French Guiana.

The Guyana CHRU project is taking shape a little more. On Tuesday, the members of the specialized commission for the supply of care (Csos), a regulatory body bringing together health players, unanimously approved the application for medical authorization formulated for the three delocalized centers for prevention and (CDPS) of Maripasoula, Grand-Santi and Saint-Georges. The Director General of the ARS will therefore be able to officially authorize these three new establishments of hospital medicine activity, then grant them the "local hospital" label. This is a major project for healthcare provision in French Guiana and one of the first realizations of the CHU project in French Guiana.

Tuesday then Wednesday before the members of the CHRU steering committee, Amandine Papin, deputy director general of the Cayenne hospital center and deputy director of the CDPS, explained the project in detail and indicated that the CHC therefore gives itself eight months to carry out this transformation. The objective is to “open them in mid-2023 and, in any case, during 2023”. “We can only be delighted to see that things have progressed very well, underlined Gabriel Serville, the president of the Territorial Collectivity (CTG) on Wednesday during the meeting of the steering committee of the CHU. I hope that all this will continue on this beautiful path. 

These local hospitals will benefit from a renovated patient reception and brought up to hospital standards, a medico-technical platform (imaging, biology, pharmacy antenna for indoor use), a 24/7 reception of adult, child and gynecological emergencies, an 8-bed medical hospitalization unit in Maripasoula, and 6 in Grand-Santi and Saint-Georges, specialized consultations on site and in telemedicine, and d'un doublement des moyens de prévention et d'aller-vers (lire la Lettre pro du 26 juillet).

To achieve this, there are many projects. At the beginning of the month, the third meeting of the local hospitals technical committee allowed us to discuss equipment with Georges Elfort and Félix Dada, mayors of Saint-Georges and Grand-Santi, as well as Bruno Apouyou, president of the Grand Conseil coutumier: digital infrastructures necessary for the installation of professionals and the development of telemedicine in the three municipalities, housing and transport needs. Each time, around thirty additional professionals – i.e. a doubling of the workforce – will work there. " We are carrying out a survey of housing needs, as well as a study to determine what is the best real estate policy: continue to rent or buy ? ", Amandine Papin told elected officials. If Maripasoula seems able to welcome them, the situation is more tense in Grand-Santi and Saint-Georges.

The members of the local hospital technical committee and the CHU steering committee asked many questions about the buildings. In a first phase, acute activities will be located in existing buildings, "with a technical, medical, nursing and hotel environment upgraded to hospital standards". Peripheral activities (offices, support and imaging) will be installed in modular extensions. To those who want local hospitals to become new buildings or to those who fear that the current premises will become obsolete in the short term, Amandine Papin assured that the CHC "is already working on the reconstruction or the extension of local hospitals and an increase in capacity » for 2026. In Saint-Georges, for example, land will soon be studied for reconstruction.

In December, the members of the local hospital technical committee will meet again. This time, it will be about how to streamline patient journeys. This requires a strengthening of reception in these future establishments as well as work on the opening of social rights for patients. During this same technical committee, the creation of local perinatal centers will be discussed. A joint project is being developed with the Maternal and Child Protection Centers (PMI), then with the Périnat network, the voluntary sector and school medicine. “I hope that we will succeed in meeting the deadlines, concluded Georges Elfort, at the beginning of the month. If everyone gets involved, we will be able to come up with something very good. First care to put in place, then infrastructure for the next fifteen to twenty years. 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2022
Lancements 2022
Vol 258 Ariane 5

Annonceurs

Régie publicitaire