aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

22/11/22
Conférence: Jean Moomou, Discordance de la mémoire coloniale dans l'espace public

Dans le cadre des jeudis-conférences, Jean Moomou, Professeur des universités en Histoire moderne et contemporaine, donnera une conférence intitulée « Discordance de la mémoire coloniale dans l’espace public : les limites de la pensée décoloniale ».

Organisée par la Commission Culture de l’Université de Guyane et le laboratoire MINEA, celle-ci se déroulera le jeudi 24 novembre 2022 à 18h à l’Amphithéâtre A.

A travers l’observation de l’inscription de la mémoire coloniale dans l’espace public des villes antillaises et guyanaises (1998-2020) montre la difficulté à construire une mémoire collective acceptée de tous. Comment traiter par exemple Napoléon Ier qui est considéré comme un grand homme politique en France continentale, alors qu’il est celui, à la suite d’une première abolition (1794), qui a restauré l’esclavage en 1802 en Guadeloupe et en Guyane ?

Toutefois, cette appropriation ou réappropriation de la mémoire par les Afro-descendants, en tant qu’éléments de construction identitaire, a des limites. Ce dont il s’agit de démontrer à travers cette proposition de communication.

Plus d’infos ici.


As part of the Thursday lectures, Jean Moomou, University Professor of Modern and Contemporary History, will give a lecture entitled "Discordance of colonial memory in the public space: the limits of decolonial thought".

Organized by the University of Guyana's Culture Commission and the MINEA laboratory, the lecture will take place on Thursday, November 24, 2022 at 6:00 p.m. in Amphitheater A.

Through the observation of the inscription of the colonial memory in the public space of the West Indian and Guyanese cities (1998-2020) shows the difficulty to build a collective memory accepted by all. For example, how can we deal with Napoleon I, who is considered a great politician in continental France, when he was the one who restored slavery in Guadeloupe and French Guiana in 1802, following the first abolition (1794)?

However, this appropriation or reappropriation of memory by Afro-descendants, as an element of identity construction, has its limits. This is what we want to demonstrate through this communication proposal.

More info here.

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2022
Lancements 2022
Vol 258 Ariane 5

Annonceurs

Régie publicitaire