aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Infos citoyennes

11/05/09
Communiqué CSG

Les satellites européens d’astronomie Herschel et Planck seront lancés le 14 mai par Ariane 5 depuis Kourou en Guyane, le Port Spatial de l’Europe.

Herschel observera, à travers les grands nuages de poussières et de gaz, la naissance des étoiles et des toutes premières galaxies dans le domaine des longueurs d’onde infrarouge. Il étudiera également la composition des nuages de gaz interstellaires, des atmosphères des comètes et des planètes du système solaire.

Planck portera un regard vers l’origine de l’Univers, qu'il nous montrera tel qu’il était il y a plus de 13 milliards d’années, grâce à l’observation du rayonnement fossile cosmologique émis 380 000 ans après le Big Bang.

La France est un contributeur majeur de ces deux nouvelles missions high tech qui sont développées par l’Agence Spatiale Européenne (ESA) dans le cadre de son programme scientifique obligatoire. Fédérateur de la recherche spatiale en France, le CNES, avec ses partenaires du CNRS-INSU, du CNRS-IN2P3, du CEA et des Universités, a participé activement au développement des charges utiles embarquées sur les deux satellites. Ce développement a largement bénéficié des travaux réalisés en amont dans un cadre de Recherche et Développement. Le CNES soutient également l’exploitation scientifique de ces deux missions et les opérations de certains des instruments.

Le CNES a contribué financièrement et techniquement aux 3 instruments HIFI, PACS et SPIRE du satellite Herschel. Ces trois instruments sont à la pointe de la technologie ; la caméra de bolomètres de l’instrument PACS, la plus grande jamais envoyée dans l’espace, a été en grande partie développée par le CEA. Du côté de Planck, le CNES est maître d’ouvrage de l’instrument principal, HFI, et l’Institut d’Astrophysique Spatiale à Orsay (CNRS et Université Paris Sud) en est le maître d’œuvre. Plusieurs dizaines d’entreprises françaises ont été impliquées dans la réalisation de ces instruments.

Le concept de HFI découle de l’émergence de techniques instrumentales nouvelles. Elles sont rassemblées dans une architecture totalement novatrice, cryogénie, optique et détection des signaux très faibles. Cette architecture est le fruit de quinze années de travail et d’expérience, ainsi que de réflexions sur la transposition des concepts pour l’espace.

Cet instrument sera capable de détecter des variations de l’ordre du millionième du rayonnement fossile, grâce à des capteurs refroidis à un dixième de degré au-dessus du zéro absolu. Cette technologie de pointe dans le domaine de l’hyper froid a été réalisée sous brevet CNES en France. Une fois en orbite, les détecteurs de l’instrument HFI seront alors le point le plus froid connu de l’Univers, hors laboratoires terrestres. De ces données d’une extrême précision seront déduites des informations fondamentales sur la naissance et l’évolution de l’Univers, en particulier sur la période d’inflation qui a suivi le Big Bang, pendant laquelle toutes les distances dans l’Univers ont été multipliées par un facteur… astronomique. Planck devrait aussi nous apprendre comment de minuscules grumeaux de matière ont pu donner naissance aux galaxies et amas de galaxies sous l’effet de la force de gravité.

Avec le concours de la Direction des Lanceurs du CNES, le lanceur Ariane 5 a été adapté spécifiquement à ces missions. Elles vont bénéficier d’une technologie nouvelle au niveau de la coiffe avec le système d’ouverture SS3 pour amortir le choc au moment de l’ouverture et d’une nouvelle structure de lancement double et de l’adaptateur de charge utile. Les équipes techniques ont également étudié la trajectoire afin d’obtenir une orbite très elliptique (périgée 270 km apogée 1,2 millions de Km) pour qu’ils puissent atteindre le deuxième point de Lagrange, situé à 1,5 millions de km de la Terre et à l’opposé du soleil.

La retransmission du lancement en direct est prévue dans les établissements de l’ESA à Paris. Les représentants des médias souhaitant participer à cet événement en direct depuis Toulouse peuvent suivre le lancement depuis la Cité de l’Espace à Toulouse, partenaire du CNES et des organismes scientifiques, de l’événement en Midi-Pyrénées.

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 255 Ariane 5

Annonceurs

Régie publicitaire