aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Conflit à RFO : 
Radio UTG « oublie » la dénonciation de la censure !

par Frédéric Farine

Depuis 2 semaines, notre confrère Laurent Marot, journaliste à Radio Guyane, dénonce publiquement, lors des meetings des grévistes de RFO, la censure pratiquée sur le média public. Il raconte, par des exemples concrets, dont il a été le témoin, comment son Rédacteur en chef, voire la Directrice Régionale, ont obtempéré à plusieurs reprises à des injonctions du Conseil Général, de la Préfecture, voire de la Direction du Centre Spatial, au détriment de l’information. Parfois, a expliqué le journaliste de Radio Guyane, des « sujets forts » diffusés le matin sont retirés de l’antenne à 13 h après quelque coup de fil d’un notable mécontent, parfois des sujets sont purement et simplement interdits de diffusion par la hiérarchie de RFO car « ils pourraient déranger » certains pouvoirs. Parfois encore, poursuit-il, l’ex-directeur de cabinet du préfet fait son casting auprès du rédacteur en chef de Radio Guyane pour l’émission de débat en direct : « Parol Kontré ». M. Marot illustre aussi ses propos en évoquant mes propres mésaventures. « Frédéric Farine », explique-t-il, « est écarté de l’antenne depuis septembre 2004 suite à des reportages jamais pris en défaut sur le contenu mais jugés déplaisants par la Préfecture, la Direction du Centre Spatial, voire certains inconditionnels de l’orpaillage illégal ».


La révolution tralalère… 

Ces propos d’importance, « révolutionnaires » même, à l’échelle de la liberté de la presse en Guyane, sont purement et simplement passés à la trappe sur Radio UTG (Union des Travailleurs Guyanais), radio libre qui diffuse pourtant, en boucle, les meetings des grévistes depuis 2 semaines. L’intervention de M. Marot est court-circuitée à l’antenne, sans explication, alors que tous les autres intervenants de RFO y font entendre leur voix. Dimanche dernier, une auditrice guyanaise a téléphoné à Radio UTG et laissé sur le répondeur de la station, un message en créole indiquant qu’elle aimerait bien entendre l’intervention de Marot et donc l’ensemble du meeting. Dans un grand élan démocratique, Radio UTG passe, depuis, cette requête de l’auditrice… sans pour autant diffuser l’intervention contre la censure de M. Marot ! Des techniciens de RFO ont pourtant confié à Radio UTG, un mini-disque couvrant la totalité du meeting de samedi dernier, M. Marot intervenant au beau milieu. Cerise sur le gâteau : le meeting du samedi 21 mai se termine par l’intervention (non censurée) d’Albert Darnal (1) secrétaire général de l’UTG se félicitant que des journalistes « yo-mèm » de RFO dénonçaient désormais la censure de l’information au sein du média public.

Voici venues la révolution puis la démocratie ? « Tralalère » chantait en son temps Léo Ferré. Le marchand de sable, lui, est passé. 

Frédéric Farine, le 26 mai 2005


(1) Dans un souci de connaître le fond de l’histoire, j’ai joint Albert Darnal, secrétaire général de l’UTG, lequel, au sujet de la non diffusion de l’intervention publique de Laurent Marot, m’a confié : « J’ai ma petite idée sur la question (…) pour ma part, j’ai apprécié l’intervention de M. Marot (…) Concernant la diffusion ou la rediffusion d’émissions sur Radio UTG, ce sont les prérogatives de l’animateur de la station ».

NB : A tout seigneur, tout honneur, dans les dépêches AFP émises depuis Cayenne, il n’a pas encore été fait mention de l’indépendance de l’information revendiquée par les grévistes. Les témoignages de journalistes faisant état, lors de meetings, de censure de l’information au sein de RFO Guyane n’y ont pas davantage trouvé d’écho.


Autres chroniques de l'année 2005

Raccourcis  



passer une annonce


passer une annonce d’emploi










La Guyane c’est ici 

Photothèque

Lancements 2017
Lancements 2017
Vol Vega 10

Annonceurs

Tarifs de publicité