aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Ma première rencontre avec Saut Maripa

Au détour d’un virage, je dérange une biche
Broutant un arbuste sur la piste que j’emprunte.
Elle s’arrête et tourne la tête dans ma direction et me regarde fixement sans bouger
Tandis que j’avance à sa rencontre, elle tourne à nouveau la tête frénétiquement,
Dans un sens puis dans l’autre, comme ne sachant par où fuir, puis détale
Et sa fourrure grise se perd dans les bois.
Le bruit de la tranquillité de la forêt encore toute vierge
M’émeus dans l’âme, me ramène à ma ridicule condition.
Et me rappelle mes besoins les plus vitaux qui dépendent d’elle.
Comme ce lien existentiel pour l’enfant qui l’uni à sa mère.
Je ne puis souiller cette mère nature,
Refuge et garde-manger pour légion !
Ceux qui te méprisent manquent de prudence,
La raison a fui loin d’eux.
Là où ils passent, ils sèment la ruine et la désolation
Te meurtrissant davantage chaque jour.
Ils creusent leur propre tombe,
Même avec un boulet en or massif lié à la cheville par une chaîne incrustée de pierres précieuses,
Ils restent prisonniers de leurs désirs de poursuivre un rêve
Que toute une vie ne suffirait pas à atteindre.
Le déshonneur est sur eux, jusque dans leur foyer !
Lassé par tant de route, je me décide enfin à faire demi-tour quand soudain j’aperçois une étendue d’eaux,
Je suis arrivé à Saut Maripa que j’entends sans voir. Je ne vois qu’une eau tranquille.
Je change alors de poste d’observation
Et ce que je vois est alors plus grandiose !
Je m’avance et secoue de ma main l’eau restée prise dans un creux de la roche
Avant de m’apercevoir qu’il s’agissait en fait d’un polissoir dans lequel apparaissent deux gravures
Laissées par le peuple amérindien qui peuplait la région, les Emerillons.
En repartant je croise un serpent d’un vert émeraude traversant la piste de tout son long.
Peu à peu les habitations apparaissent,
La présence de l’homme se fait plus dense.
Je me demande encore aujourd’hui,
Était-ce réellement un retour à la civilisation,
Ou le réveil d’un rêve qui m’avait leurré ?

Alvyn DANGLADES
 


Autres chroniques de l'année 2020

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 18 Véga

Annonceurs

Régie publicitaire