aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Jodla 16/05/10
Les histoires de FF
Le feuilleton « Saint-Elie » : épisode 2

Un présumé « transporteur » déclare avoir été « 18 fois » expulsé !
L’affaire dite des « commerçants de Saint-Elie » où 21 personnes doivent comparaître en correctionnelle à partir de lundi, pour au moins deux jours de procès1, fourmille d’anecdotes peu banales et de témoignages en tout genre. Cette fois, l’histoire d’un transporteur présumé, de carburant et de clandestins, qui a déclaré avoir été expulsé à 18 reprises (!).

Dans l’après-midi du 20 mai 2008, Hilton Luis Mendes Vieira alias « Pato Roco », ressortissant brésilien âgé de 36 ans à l’époque, et habitant le village de PK6 (à la sortie de Kourou) comparaît, pour la première fois, devant le juge d’instruction en charge de l’affaire dite « des commerçants de Saint-Elie ». L’intéressé qui sort d’un peu plus de 24 h de garde à vue, reconnaît alors devant le juge ce qu’il a reconnu devant les gendarmes : il a fait du transport de carburant comme de clandestins. Tout en précisant au magistrat instructeur avoir une autre activité professionnelle : « J’étais maçon ». Selon ce qu’il a déclaré aux gendarmes au cours de sa garde à vue, ses activités de transporteur consistaient en des aller-retour entre le village PK6 et Petit Saut, notamment afin d’acheminer vers PK6 des garimpeiros revenant, avec leur or, des sites clandestins de Saint-Elie. Sur le trajet, « des sonnettes », selon lui, sont là pour signaler la présence ou non de patrouilles de gendarmerie.

Au cours de sa première journée de garde à vue, le 19 mai 2008, il avait affirmé aux gendarmes ce fait d’armes peu banal s’il est avéré : « En Guyane, j’ai fait l’objet de 18 expulsions vers mon pays. Sur mes 18 expulsions, je n’ai pas toujours donné mon nom. Il m’est arrivé de donner le nom de cousins, d’amis et de mon frère (…) ». Au matin du 20 mai, il précise aux gendarmes sur le même sujet : « Une fois je n’ai pas été expulsé par la gendarmerie de Sinnamary parce que j’ai donné une fausse identité. J’avais été contrôlé dans le véhicule de N. Pour me sortir de cette affaire, j’avais donné l’identité d’un ami (…). Cette fois-là, je n’ai pas été expulsé, je ne sais pas pourquoi. »

Selon l’ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel, l’intéressé, réentendu par le juge, affirmera travailler, en fait, pour un couple de PK6. Il a raconté son itinéraire personnel aux gendarmes : « Je suis arrivé en Guyane en 1990, directement à Kourou. Je suis arrivé par la mer en pirogue. J’ai travaillé environ 4 ans dans le bâtiment pour plusieurs patrons, sans être déclaré. Je suis parti ensuite pour Manaus et sa région pendant un peu plus d’un an. En 1999, je suis parti au Surinam, j’ai fait le garimpeiro pendant environ trois ans. Ensuite je suis venu à Saut-Sabbat (sur la RN1 en direction de Saint-Laurent) j’y suis resté trois ou quatre mois, puis je suis venu à Kourou au PK6. J’ai été incarcéré un an à la prison de Montjoly pour un vol de véhicule. » Hilton Luis Mendes Vieira fait partie des 21 personnes renvoyées en correctionnelle à partir de lundi. Présumé innocent, il est poursuivi pour « séjour irrégulier, aide au séjour, complicité d’exploitation illicite de site aurifère par fourniture de moyen, recel d’or natif provenant d’exploitations illicites, remis par les garimpeiros en paiement de transports ».

FF

1. Le procès est prévu lundi 17 et mardi 18. « Si nécessaire, le procès se prolongera mercredi 19 » m’a confié un magistrat du siège.


Voir aussi :
15/05/10 : Le feuilleton Saint-Elie, épisode 1

19/12/09 : Palu, pas pris !
14/12/09 : Les avocats bloquent le procès de l'or clandestin de Saint-Elie.

 

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2021
Lancements 2021
Vol 26 Soyuz ST-B

Annonceurs

Régie publicitaire