aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Photothèque
Avant Blada-3 (autres rubriques)
Randonnees (autres sous-rubriques)

 
Réserve Naturelle d’Amana

<strong>Réserve Naturelle d’Amana</strong><br />La Guyane est le premier site mondial de ponte des tortues Luth, soit plus de 40% des nids certaines années ! La responsabilité de la France, 5ème puissance mondiale, est donc engagée dans la protection de cette espèce en voie d’extinction. Pourtant, les quelques kilomètres de plages de  l’île de Cayenne, qui devraient être rigoureusement règlementés, ne serait ce que quatre mois par an, sont chaque année la proie de multiples agressions (braconnage des oeufs, pose de filets en bordure de plage, nombres de chiens errants, éclairage des plages par des projecteurs privés ou publics…). (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Réserve Naturelle d’Amana

<strong>Réserve Naturelle d’Amana</strong><br />D'avril à juillet, les plages d'Awala Yalimapo sont, dès la tombée du jour, le théâtre d'un spectacle fabuleux, aux multiples représentations. C'est la saison de ponte des tortues ! La plage des Hattes a une réputation internationale. Elle s’étend sur 5 km entre les deux villages amérindiens Kaliña d’Awala et de Yalimapo. 
Ici, tortue luth, au petit matin, sur la plage de Bourda à Cayenne. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Réserve Naturelle d’Amana

<strong>Réserve Naturelle d’Amana</strong><br />Pour peu que vous soyez en visite aux heures d’ouverture de la Maison de la Réserve, ne manquez pas le Musée des tortues marines.
Cliquez sur l'image
Réserve Naturelle d’Amana

<strong>Réserve Naturelle d’Amana</strong><br />Autour de la Maison de la Réserve un petit sentier pédestre mériterait un brin d’aménagements pédagogiques ! (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Réserve Naturelle d’Amana

<strong>Réserve Naturelle d’Amana</strong><br />Pas de problème d’hébergement. Outre l’auberge de Jeunesse, certains habitants de ce village sur sable blanc vous proposent des logements labellisés « Gites de France ». (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
26. Réserve Naturelle d’Amana

<strong>26. Réserve Naturelle d’Amana</strong><br />Awala-Yalimapo est situé au nord-ouest de la Guyane, à l’embouchure du Maroni. On y aperçoit les côtes du Suriname ainsi que la Pointe Isère, formée par un cordon sableux à l’embouchure de la Mana. On remarquera que l’érosion a ouvert une brèche, faisant de la Pointe Isère, depuis quelques années, une île. (photo Alexandre Renaudier)
Cliquez sur l'image
Les chutes Voltaire

<strong>Les chutes Voltaire</strong><br />Faites attention dans les cascades : la roche mouillée est terriblement glissante. Sachez que dans le meilleur des cas, les Chutes sont à 5 heures d’un centre de secours ! (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les chutes Voltaire

<strong>Les chutes Voltaire</strong><br />Le site des chutes se présente sous la forme de plusieurs cascades d’un dénivelé de 35 m réparties sur 200 m de long. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les chutes Voltaire

<strong>Les chutes Voltaire</strong><br />La piste de 73 km qui mène au sentier des chutes Voltaire est généralement impraticable aux véhicules de tourisme. Cela dit, la situation varie d’un mois sur l’autre. Aussi, avant tout départ, se renseigner auprès de l’Office de tourisme ou de l’Office National des Forêts. Ici, le pont de la crique Portal. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
25. Les chutes Voltaire

<strong>25. Les chutes Voltaire</strong><br />Sur la route des Chutes, un joli site de pique-nique a été aménagé par l’ONF au pied de la crique Tatou. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Baignade à Chilibombo

<strong>Baignade à Chilibombo</strong><br />Malheureusement, pour certains propriétaires des parcelles adjacentes, la notion d’éco-tourisme est encore loin d’être comprise ! (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Baignade à Chilibombo

<strong>Baignade à Chilibombo</strong><br />Avant d’envisager une visite, réservation nécessaire auprès du sympathique Rémy Maïpio, le gestionnaire du site. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Baignade à Chilibombo

<strong>Baignade à Chilibombo</strong><br />Tout près, la crique Margot, aux eaux limpides et légèrement ambrées, saura vous procurer fraîcheur et détente. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
24. Baignade à Chilibombo

<strong>24. Baignade à Chilibombo</strong><br />Chilibombo est un site de baignade au bout d’un layon forestier. Ouvert à tous, pour un faible prix d’entrée. Vous pourrez aussi passer la nuit dans l’un des carbets traditionnels kali'na. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Le sentier de St-Elie

<strong> Le sentier de St-Elie</strong><br />Vaste et confortable, ce carbet communal, a déjà accueilli des milliers de familles et de nombreux touristes qui ont apprécié, en toute sérénité et autonomie, un coin de forêt tropicale humide. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
21. Le sentier de St-Elie

<strong>21. Le sentier de St-Elie</strong><br />Le sentier dit «d'interprétation», retrace par le biais de 9 stations d'informations, les résultats de quinze années d'études effectuées par les chercheurs forestiers. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les marais de Yiyi

<strong>Les marais de Yiyi</strong><br />Ce site se repère de la RN1 par sa remarquable tour d’observation en bois. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les marais de Yiyi

<strong>Les marais de Yiyi</strong><br />Il est possible de louer un canoë pour explorer les méandres de ce marais côtier. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les marais de Yiyi

<strong>Les marais de Yiyi</strong><br />Les animateurs de ce site vous proposent de découvrir la faune et la flore à l’occasion de sorties en canoës, guidées ou non, ou en suivant le sentier pédestre ponctué de panneaux pédagogiques. Les amateurs reconnaîtront le coup de crayon du dessinateur Alexis Nouailhat. (Photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
20. Les marais de Yiyi

<strong>20. Les marais de Yiyi</strong><br />Un peu à l’écart de la commune, la Mai son de la Nature des marais Yiyi mérite particulièrement le détour. Ici, le Conservatoire du Littoral, établissement public, protège et gère près de 10 000 hectares de marais côtiers et de mangroves. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Sinnamary et environs

<strong>Sinnamary et environs</strong><br />Une autre aire de baignade bien agréable non loin de la piste de Saint-Elie. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Sinnamary et environs

<strong>Sinnamary et environs</strong><br />« Ne prenez que des photos. Ne laissez que les empreintes de vos pas. Ne tuez que le temps ! »
Comme pour tous les sentiers de randonnées, cette maxime est de rigueur ! (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Sinnamary et environs

<strong>Sinnamary et environs</strong><br />Le site de la crique Canceler est éloigné de la RN1. C'est un lieu de repos agréable et calme après une journée de forêt. Il dépend du Conservatoire du Littoral et son aménagement est financé par ce dernier. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Sinnamary et environs

<strong>Sinnamary et environs</strong><br />Les taxes professionnelles du barrage EDF, les investissements du Centre Spatial et les fonds européens ont permis à Sinnamary de s’équiper d’infrastructures remarquables. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Sinnamary et environs

<strong>Sinnamary et environs</strong><br />Pour des raisons liées à la position géographique de la Guyane, proche de l’équateur, les responsables du mythique lanceur russe Soyouz, ont investi les savanes de la Malmanoury, à 18 km de Sinnamary. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Sinnamary et environs

<strong>Sinnamary et environs</strong><br />Il semble que l’étymologie du nom de cette commune provienne de la devise des premiers paroissiens, à savoir Nihil Sine Maria, Rien sans Marie. Sinnamary est donc devenu non seulement le nom de cette bourgade mais aussi celui du fleuve qui la traverse. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Le sentier du Golf

<strong>Le sentier du Golf</strong><br />A l’approche d’un tir, le sentier du Golf est interdit, tout comme les îles du Salut. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
18. Le sentier du Golf

<strong>18. Le sentier du Golf</strong><br />Ce sentier, tout comme l’immense territoire du CSG, est rigoureusement contrôlé et donc interdit à la pratique de la chasse. Aussi, il n’est pas rare d’apercevoir, tôt le matin ou en fin de soirée, des mammifères peu farouches. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
La montagne des Singes

<strong>La montagne des Singes</strong><br />On recense jusqu’à 250 espèces d’arbres par hectare de forêt guyanaise, contre 10 à 15 en moyenne, en France métropolitaine. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
17. La montagne des Singes

<strong>17. La montagne des Singes</strong><br />La Montagne des singes culmine à 161 mètres. Une clairière à son sommet offre un point de vue exceptionnel. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Saut Maripa à St-Georges

<strong>Saut Maripa à St-Georges</strong><br />Sur le sentier botanique d’une longueur de 2,4 km, se greffent deux layons de promenade. Ils vous permettent d’atteindre la rive du fleuve. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Saut Maripa à St-Georges

<strong>Saut Maripa à St-Georges</strong><br />Une voie de chemin de fer contournant le saut a été construite pour permettre aux piroguiers de transporter confortablement le fret sur des wagonnets jusqu’au haut du saut. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Saut Maripa à St-Georges

<strong>Saut Maripa à St-Georges</strong><br />Sur la place de St Georges, demandez à l’un des nombreux piroguiers qu’il vous dépose à Pied Saut, c’est à dire au bas du saut. De là, il vous faudra encore marcher 2 km pour atteindre Saut Maripa. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
15. Saut Maripa à St-Georges

<strong>15. Saut Maripa à St-Georges</strong><br />La portion de route Régina-St-Georges a nécessité d’importants travaux de stabilisation afin de modérer les effets d’érosion des eaux pluviales. Inédit en Guyane, et à généraliser sur les futures pénétrantes, une dizaine de couloirs écologiques aménagés ! Sur ces sections de route, d’environ 400m, le déboisement a été limité à la largeur de la chaussée afin de conserver le flux de la biodiversité (mammifères, insectes, pollinisation...). (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Sentier Favard /Marais Kaw

<strong>Sentier Favard /Marais Kaw</strong><br />A ce jour, le plus grand nichoir connu au monde de ce rare Héron Agami était localisé au Costa Rica et se composait de 12 couples seulement. Celui de Kaw atteint 2000 couples ! (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Sentier Favard /Marais Kaw

<strong>Sentier Favard /Marais Kaw</strong><br />Jeune jacana semblant marcher sur l’eau, d’où son appellation anglo-saxone de “Jesus bird”. (photo MLC/PB)
Cliquez sur l'image
Sentier Favard /Marais Kaw

<strong>Sentier Favard /Marais Kaw</strong><br />L’hoazin (Opisthocomus hoatzin) affectionne seulement certains cours d’eau ou marais du département. En bandes de 10 ou 20 individus, il se nourrit de jeunes feuilles tendres de moucou-moucou. (photo MLC/PB)
Cliquez sur l'image
Sentier Favard /Marais Kaw

<strong>Sentier Favard /Marais Kaw</strong><br />Avant de vous rendre au village de Kaw, téléphonez aux opérateurs touristiques locaux afin qu’ils viennent vous chercher au débarcadère. Le village de Kaw a élu domicile au milieu du Marais. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Sentier Favard /Marais Kaw

<strong>Sentier Favard /Marais Kaw</strong><br />Maison de la Réserve : Lieu agréable du fait de son architecture pertinente vis-à-vis de son environnement. Elle porte le nom d’un habitant du village, G.Firmano, qui a oeuvré pour la protection de ces marais. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
13. Sentier Favard /Marais Kaw

<strong>13. Sentier Favard /Marais Kaw</strong><br />La montagne Favard est à l’extrémité de la montagne de Kaw : c’est une colline de 200 m d’altitude, dominant le marais de Kaw qui demeure l’une des deux plus grande Réserve naturelle de France soit 94 700 ha. L’intérêt de ce sentier réside dans le fait qu’il aboutit sur une roche couverte de pétroglyphes (roche gravée). (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Sentier de montagne Trésor

<strong> Sentier de montagne Trésor</strong><br />La Réserve de Trésor est désormais un site protégé grâce à l'opiniâtreté d'un botaniste, Joep Moonen, spécialiste des aracées. A sa demande, cette parcelle de près de 2500 ha a été acquise en 1995 par l'Université d'Utrecht en Hollande. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
12. Sentier de montagne Trésor

<strong>12. Sentier de montagne Trésor</strong><br />L'origine du nom Roura est une déformation du mot Aroua qui fait référence à une ethnie amérindienne locale. Le territoire fut occupé, dès 1675, par les Jésuites. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les chutes de Fourgassier

<strong>Les chutes de Fourgassier</strong><br />Le village Favard-Wayam, tout près de là, est un hameau où vivent des amérindiens Pahikwaneh (Palikur), originaires de la région de Ouanary. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
11. Les chutes de Fourgassier

<strong>11. Les chutes de Fourgassier</strong><br />Le site des cascades et le restaurant attiraient beaucoup de monde du temps où ils n’étaient accessibles que par la rivière Orapu. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
La crique Gabriel

<strong>La crique Gabriel</strong><br />Ce poisson à la forme spectaculaire est aussi appelé « Poisson hachette » de par la forme de son corps ou « Poisson volant » en raison de sa faculté à surgir hors de l’eau. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
La crique Gabriel

<strong>La crique Gabriel</strong><br />Enfin, le calme revient, le courant s’estompe et le paysage s’ouvre sur un marais et des savanes inondées. Au loin, des forêts de palmiers bâche ferment l'horizon. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
10. La crique Gabriel

<strong>10. La crique Gabriel</strong><br />Vers 1700, Gabriel, le chef d’une bande d’esclaves évadés, avait établi ses retranchements au pied de la montagne située au fond de la savane inondée que vous allez découvrir. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les sentiers de Saül

<strong>Les sentiers de Saül</strong><br />Le sentier des « Gros arbres » parcourt 5 km de forêt et comme son nom l’indique, vous fera découvrir des arbres remarquables. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les sentiers de Saül

<strong>Les sentiers de Saül</strong><br />Le Mont Galbao, qui culmine à 750m reste l’une des plus belle balade à envisager avec un guide professionnel. Un séjour à Saül vous assure une remise en forme totale du corps et de l’esprit.
Cliquez sur l'image
Les sentiers de Saül

<strong>Les sentiers de Saül</strong><br />La flore des environs de Saül a été largement étudiée et présente une incroyable biodiversité. Les travaux du New York Botanical Garden ont fait l'objet d'une publication complète, décrivant toutes les plantes inventoriées autour de Saül, en deux volumes. Mais au regard de l’orpaillage légal et illégal qui sévit sans être inquiété, autour de la commune, ces ouvrages sont peut être déjà obsolètes. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les sentiers de Saül

<strong>Les sentiers de Saül</strong><br />Psychotria peoppigiana, une rubiaciée à fleur rouge, très appréciée des colibris. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les sentiers de Saül

<strong>Les sentiers de Saül</strong><br />La roche Bateau : Vous accédez à la crique Nouvelle France. Ici, un immense bloc de roche, étrangement poli, surplombe le cours d’eau. Vous avez alors effectué la moitié du circuit en 3h environ. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les sentiers de Saül

<strong>Les sentiers de Saül</strong><br />Le dernier né des circuits se réalise par exemple le jour de votre arrivée ou de votre départ. En moins de 30 minutes vous observez d’un côté le village et de l’autre Ara et même la Harpie si la saison et la chance vous sont favorables ? (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les sentiers de Saül

<strong>Les sentiers de Saül</strong><br />Achevée en 1962 : chaque villageois apporta une aide financière à sa construction. Unique en son genre par ses deux clochers. C’est le seul édifice français classé Monument historique (1992) du vivant de son architecte, M. Martin Claude. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les sentiers de Saül

<strong>Les sentiers de Saül</strong><br />La Poste : les collectionneurs de tampon (marcophiles) auront soin de poster une carte postale de cette poste un peu particulière car située au coeur de la forêt tropicale. D’ailleurs, des cartes postales du village inédites sont en vente uniquement dans la commune. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
9. Les sentiers de Saül

<strong>9. Les sentiers de Saül</strong><br />Saül est une commune située au coeur de la forêt guyanaise, à 170 km de Cayenne. Une liaison aérienne quotidienne vous y amène en 45 minutes. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les Salines de Montjoly

<strong>Les Salines de Montjoly</strong><br />Dans les zones humides, les trois aigrettes : bleue, neigeuses et tricolores, le héron vert et le héron strié, le bihoreau gris. L’ibis rouge autrefois présent ne fréquente qu’accidentellement ce site. Trois espèces de martin-pêcheur : (vert, nain et bicolore), le râle gris, l'ani des palétuviers, le conirostre bicolore, le cacique cul-jaune, et régulièrement une belle colonie de jacana noir, la moucherolle pie... (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Les Salines de Montjoly

<strong>Les Salines de Montjoly</strong><br />Le carbet d’observation pénètre dans la lagune. Aux premieres heures du jour, on peut y observer une avifaune très diversifiée. Un site qui a heureusement échappé à la spéculation foncière. Très apprécié par les familles qui peuvent laisser leurs enfants courir et par les Anciens qui viennent y récolter quelques plantes médicinales. Plus loin, une autre passerelle de 200 m. traverse une vieille mangrove aux racines aériennes gigantesques. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
4. Les Salines de Montjoly

<strong>4. Les Salines de Montjoly</strong><br />Les Salines de Montjoly forment une lagune de 1,9 km de long, pour une largeur allant jusqu’à 450 mètres. Ce complexe lagunaire est en retrait de la plage de Montjoly. La superficie totale du site naturel est estimée à 50 hectares dont la moitié couverte d’eau. Malheureusement, l’exutoire vidant le surplus des eaux vers la mer est ouvert au bulldozer d’une manière anarchique. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Balade à Cayenne

<strong>Balade à Cayenne</strong><br />Le Jardin botanique. Nombre d’espèces d’arbres qui nous semblent originaires de Guyane ont été, en réalité, acclimatées en Guyane. Il en fut ainsi, entre autres, pour le litchi, le sagoutier, la pomme-rosa, le bambou et le manguier. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Balade à Cayenne

<strong>Balade à Cayenne</strong><br />Le soir, à l’heure où le soleil s’éteint sur la jetée du vieux port, les flâneurs apprécient la présence des « ligneurs vénézuéliens ». Ces navires, spécialisés dans la capture du vivaneau, ont fière allure et les marins sont ravis de voir la jetée s’animer. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Balade à Cayenne

<strong>Balade à Cayenne</strong><br />En 1764, Louis XV supprime la compagnie de Jésus. L’année suivante, le gouvernement s’installe dans ce «Palais des Jésuites». Actuellement, il héberge la préfecture de Région. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Balade à Cayenne

<strong>Balade à Cayenne</strong><br />L’ancienne poudrière, d’inspiration Vauban, est le bâtiment le plus ancien de la Guyane (1865). L’arbre fromager, au premier plan, fut planté symboliquement en 2003 par des écologistes qui regrettaient que la Mairie n’ait planté aucun arbre à Cayenne depuis des lustres ! (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Balade à Cayenne

<strong>Balade à Cayenne</strong><br />Un commerce d’artisanat et de vêtements rue Lalouette. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Balade à Cayenne

<strong>Balade à Cayenne</strong><br />A l’angle Catayé et Lieutenant Becker, le spécialiste des accras s’est embellit ! (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Balade à Cayenne

<strong>Balade à Cayenne</strong><br />Maison à l’angle de la rue Catayé et Lieutenant Goinet. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Balade à Cayenne

<strong>Balade à Cayenne</strong><br />Le Musée des cultures Guyanaises, domicilié au 74 rue Madame Payé, a acquis cette demeure au N°54 de la même rue pour y faire son annexe. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Balade à Cayenne

<strong>Balade à Cayenne</strong><br />Un groupe de maisons rénovées rue Madame Payé. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
3. Balade à Cayenne

<strong>3. Balade à Cayenne</strong><br />Un programme de rénovation des maisons créoles de la ville de Cayenne a permis à certains propriétaires de bénéficier d’importants financements pour redonner des couleurs à leur logis ! (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Le sentier du Mont Bourda

<strong>Le sentier du Mont Bourda</strong><br />Cet ilôt forestier qu’est le Mont Bourda héberge et préserve une grande biodiversité en terme d’insectes. Ici, une mante religieuse ! (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Le sentier du Mont Bourda

<strong>Le sentier du Mont Bourda</strong><br />Vue du « belvédère du Calvaire ». Une fois que vous aurez fait abstraction des immondices laissés par les pélerins autour de la croix, prenez le temps de distinguer le Montravel(au fond), la plage de Montjoly et le site des Salines. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
2. Le sentier du Mont Bourda

<strong>2. Le sentier du Mont Bourda</strong><br />Si notre voisin, Paramaribo, capitale du Suriname, n’a pas conservé une seule parcelle de forêt primaire à moins de 2 heures de route, il n'en est pas de même de Cayenne, qui a su pour l’instant préserver de véritables poumons verts dans sa ville. Le mont Bourda, propriété du Conservatoire du Littoral, en est un bel exemple. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Le sentier de Montabo

<strong>Le sentier de Montabo</strong><br />Non loin du tracé du sentier de Montabo, l’un des trois réservoirs d’eau potable de l’île de Cayenne, édifié en 1893 et toujours en service. Les autres réservoirs de ce type sont ceux de Cépérou et du Rorota. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Le sentier de Montabo

<strong>Le sentier de Montabo</strong><br />Un peu avant la fin du parcours, le point de vue de la roche anglaise vous offre un panorama superbe et vous permet de découvrir la flore xérophile (qui pousse sur la roche), tels l’agave et le philodendron. En fin d’année, les amaryllis orangées sortent du moindre interstice rocheux. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
Le sentier de Montabo

<strong>Le sentier de Montabo</strong><br />Le sentier est ponctué de passerelles en ébène verte. Depuis peu, la mangrove a élu domicile sur les bancs de vase apportés par le fleuve Amazone. Ce parcours est très fréquenté par les Guyanais, pour le footing en fin de journée. (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image
1. Le sentier de Montabo

<strong>1. Le sentier de Montabo</strong><br />Le dernier né des sentiers pédestres à l’initiative du Conservatoire du Littoral.
Son tracé suit, côté mer, la colline de Montabo. Ce mont bien protégé héberge l’IRD, l’Office National des Forêts et à son sommet, l’ICF… l’une des plus belle vue de Cayenne ! (photo Philippe Boré)
Cliquez sur l'image

Raccourcis  



passer une annonce


passer une annonce d’emploi










La Guyane c’est ici 

Photothèque

Lancements 2017
Lancements 2017
Vol 238 Ariane 5

Annonceurs

Tarifs de publicité