aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Le spatial en question

122 messages - Inverser l'ordre

Nouveau courrier   
01/11/19
Gyz  (Kourou)

En réponse au message de Carbet du 01/11/19

Bonjour Gyz --- Et bien justement ! : "La pointe étant ce qui est en phase recherche ou en usage encore restreint" ....... Ce qui est le cas des "gros" moteurs cryotechniques .

Les marges de fonctionnement sont très resserrées , un beau numéro d'équilibrisme technique !

Pour ce qui est des moteurs fusée nucléaires thermiques que le Diable ou les Dieux de toutes obédiences nous préserve de cette catastrophe en puissance ......
Il est vrai que les réacteurs ne sont dangereux au lancement que par l'uranium contenu , n'ayant pas encore divergé .....
Pas top !
Par contre après avoir fonctionné dans l'espace ils sont "bourrés" en plus de produits de fission....
Aïe !

Les USA ont fait le programme de moteurs Nerva qui ont bien fonctionné et ..... mis à la casse .
Ouf !
Les russes viennent semble t-il de se faire péter à la gueule un prototype de missile hypersonique à propulsion nucléaire ...... Les radiations sont restées chez eux . Re Ouf !

Salutations

Pas pour pub nucléaire , juste pour dire que la Saturne date de 1960, quand même... nonobstant le respect devant la perfection technique.
La propulsion nucléaire est déjà là, pour les missiles dont le risque d'accident ne compte pas...

Répondre

01/11/19
Carbet  (Forêt )

En réponse au message de Gyz du 31/10/19

Comparaison aux mêmes critères comprenant bien sûr l'élimination de tout ce qui est autour, comme frais d'approche... Mais le secret se comprend.
Etrange que le méthane soit si délaissé au profit du H/O, alors qu'il présente des avantages multiples face à une impulsion pas si inférieure que ça.
Les ergols classiques sont déjà classiques et tout ce qui se pratique depuis un certain temps n'a plus rien d'une pointe...dirait-on. La pointe étant ce qui est en phase recherche ou en usage encore restreint, comme la nucléaire-thermique.

Bonjour Gyz --- Et bien justement ! : "La pointe étant ce qui est en phase recherche ou en usage encore restreint" ....... Ce qui est le cas des "gros" moteurs cryotechniques .

Lire la suite

31/10/19
Gyz  (Kourou)

En réponse au message de Carbet du 31/10/19

Bonjour Gyz --- La rocketterie ( ;-)) ) classique H - O est toujours à la pointe de la technologie de ce domaine par contre il n'est pas certain du tout que cette technologie soit bien adaptée au décollage d'un engin......
Le méthane semble être en course pour le futur .
Historiquement à une époque où l'allumage d'un étage cryotechnique était difficile il nous a été dit qu'en l'allumant au sol on se garantissait contre un raté d'allumage en vol .
Le lancement n'étant fait que si il y avait allumage .

Les techniques ont progressé et cette configuration a été conservée sur Ariane VI par habitude ?
Ou pour pouvoir "refourguer" un gros moteur cryotechnique très cher ? Là est la question !
Alors que les autres lanceurs utilisent des ergols conventionnels pour le premier étage et sont moins chers ......

Le prix du kg en orbite est un secret industriel qui peut être supputé mais difficile à connaitre précisément , dépendant en premier du prix du lancement mais aussi de tout ce qu'il a autour : Frais d'approche , cout de mise à disposition de salles techniques d'intégration et de remplissage des réservoirs du satellite en ergols ......... Avec d'éventuelles remises .

Ce qui se voit en pratique c'est que le cout des lancements de la concurrence est moins élevé........
Et que Arianespace perd beaucoup de parts du marché et est en grave déficit !

Salutations

Comparaison aux mêmes critères comprenant bien sûr l'élimination de tout ce qui est autour, comme frais d'approche... Mais le secret se comprend.

Lire la suite

31/10/19
Carbet  (Forêt )

En réponse au message de Gyz du 30/10/19

C'est-à-dire mauvais rapport coût/performance, c'est ça ? Je ne pensais pas que la rocketterie classique H - O soit encore une pointe de la technologie.
Merci en tout cas. Serait intéressant à connaître le coût réel du kg lancé par différents engins, avec comparaisons sur les mêmes critères...

Bonjour Gyz --- La rocketterie ( ;-)) ) classique H - O est toujours à la pointe de la technologie de ce domaine par contre il n'est pas certain du tout que cette technologie soit bien adaptée au décollage d'un engin......

Lire la suite

30/10/19
Gyz  (Kourou)

En réponse au message de Carbet du 30/10/19

Bonjour Gyz --- Une fusée est déjà à la base "un véhicule" de course car les impératifs de poids et de puissance sont fondamentaux pour arriver à lancer une charge utile "convenable" en poids .

Là dessus on peut recourir à des métaux spéciaux plus performants et des matériaux composites pour alléger l'engin ..... mais plus cher ! ( Une caisse de Maserati ) et gagner en charge utile . Mais à quel prix ?

On peut recourir à un couple carburant/comburant (ergols) plus énergétique que les classiques kérosène /oxygène liquide ,
L'hydrogène / oxygène liquide par exemple ....... Ce qui donne un moteur plus performant et très cher à produire et à mettre en œuvre , l'équivalent d'un moteur double arbre à came en tête , turbo compressé et plein de techniques pointues ...... d'une Maserati .

Une fusée est à la pointe de toutes les technologies et Ariane V et sa sœur Ariane VI sont à la pointe de la pointe des technologies du moment ....... et trop chères .

Toujours se rappeler de ne pas tomber dans le raisonnement shadok : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué
Ce qui est une base des bureaux d'études pour pouvoir vendre des trucs très chers alors que l'on pourrait se contenter de moins performant pour faire le même boulot à moins cher .

Manque de bol pour Ariane groupe , Space X l'a fait et ça marche !

Salutations

C'est-à-dire mauvais rapport coût/performance, c'est ça ? Je ne pensais pas que la rocketterie classique H - O soit encore une pointe de la technologie.
Merci en tout cas. Serait intéressant à connaître le coût réel du kg lancé par différents engins, avec comparaisons sur les mêmes critères...

Répondre

30/10/19
Carbet  (Forêt )

En réponse au message de Gyz du 29/10/19

La caisse d'un tel engin étant plutôt simple, en quoi c'est une mécanique de luxe ? Je demande sans m'y connaître de près.

Bonjour Gyz --- Une fusée est déjà à la base "un véhicule" de course car les impératifs de poids et de puissance sont fondamentaux pour arriver à lancer une charge utile "convenable" en poids .

Lire la suite

29/10/19
Gyz  (Kourou)

En réponse au message de Carbet du 29/10/19

Bonjour Gyz --- En effet on ne peut " monter dedans " il ne reste que la caisse et la mécanique de luxe de la Maserati , l'habitacle Hermes n'ayant pas été construit faute de sous ....... ;-)) Amicales salutations

La caisse d'un tel engin étant plutôt simple, en quoi c'est une mécanique de luxe ? Je demande sans m'y connaître de près.

Répondre

29/10/19
Carbet  (Forêt )

En réponse au message de Gyz du 28/10/19

Merci pour votre réponse, Carbet. La seule limitation des coûts semble juste.. ceci dit, en quoi Ariane serait une Maserati de sa branche ? On ne peut même pas monter dedans...

Quant aux éoliennes, j'imagine bien la pagaille suscitée par une telle marée de subventions et d'éléments de langage politiques. Je m'épargne de sa lecture...
La corruption municipale est le niveau stagiaire débutant, hein :-)

Bonjour Gyz --- En effet on ne peut " monter dedans " il ne reste que la caisse et la mécanique de luxe de la Maserati , l'habitacle Hermes n'ayant pas été construit faute de sous ....... ;-)) Amicales salutations

Répondre

28/10/19
Gyz  (Kourou)

En réponse au message de Carbet du 27/10/19

Bonjour Gyz --- Même avec peu de fusées , le trafic demeurera en effet plus ou moins le même......
Une coopération "spatiale" transfrontalière avec le Suriname serait bienvenue .......

Pour ce qui est des "voiles cheminées" dénommées "Turbo voiles" dans la version de ce regretté
J. Y. Cousteau , c'est encore une des "grandes idées" tombées dans les poubelles de l'histoire des techniques pour cause de rendement faible ne contrecarrant pas les inconvénients : principalement une prise au vent forte , comme si un bateau à voiles "standard" ne pouvait pas ferler ses voiles pour remonter face au vent au moteur ou prendre la cape .

Pour ce qui est d'un programme spatial rentable : La réponse semble être non en Europe ou ailleurs !
C'est à rapprocher de la création des lignes de chemin de fer à une autre époque .
Tout au plus Soyuz qui bénéficie d'un effet d'échelle et un bon amortissement des études et outils , vu le nombre lancé !
Par contre réduire les couts d'études et de fabrication , ça c'est possible .
Space X en a fait la preuve en utilisant des carburants classiques et des technologies optimisés .
Ne cherchant pas à faire "une Maserati" de l'espace vendue à "pas de prix" mais un "camion" optimisé pour son travail .

Pour l'industrie aérospatiale européenne largement subventionnée il est bien plus intéressant financièrement de vendre une Maserati ....... La rentabilité de l'engin n'est pas leur problème .
Salutations

Merci pour votre réponse, Carbet. La seule limitation des coûts semble juste.. ceci dit, en quoi Ariane serait une Maserati de sa branche ?

Lire la suite

27/10/19
Carbet  (Forêt )

En réponse au message de Gyz du 18/10/19

Alors la cadence du trafic demeurera la même ...:-)
Je me souviens du test très prometteur des navires propulsés par des "cheminées à voile"
ou qqchose comme ça, Publicité par JCousteau, à son époque.
Mais existe-t-il un programme spatial rentable ?
Bonne soirée à Vous.

Bonjour Gyz --- Même avec peu de fusées , le trafic demeurera en effet plus ou moins le même...... Une coopération "spatiale" transfrontalière avec le Suriname serait bienvenue .......

Lire la suite

25/10/19
Carbet  (Forêt )

Bonjour à tous --- Les choses ne sont pas au beau fixe pour Ariane VI et consœurs , il est possible qu'une peau de banane vienne d'être jetée sur leurs chemins .
Les brésiliens ayant mis à disposition des USA leur base d'Alcantara .

Lire la suite

18/10/19
Gyz  (Kourou)

En réponse au message de Carbet du 18/10/19

Bonjour Gyz --- Pas de risque de retard dans les livraisons quelques qu'elles soit ......
La motorisation devra permettre d'obtenir la vitesse contractuelle avec ou sans vent .


Du virtuel et de la com ayant pour but de distraire l'opinion publique !
Pendant ce temps là on ne parle pas du "loupé" Ariane VI ......
Vous avez vu beaucoup d'analyses de ce fiasco européen en devenir ??
Un silence assourdissant !

Ariane V n'est pas rentable , vu ses pertes sur chaque lancement , ce qui ne va peu s'améliorer avec Ariane VI , donc se payer deux bateaux neufs ne doit pas être d'actualité alors qu'il faut étudier et construire une nouvelle fusée rentable face à la concurrence et que l'on en est à rogner sur les frais de fonctionnement du CSG .

Salutations

PS: Il y a des dizaines d"années que des "études" promettent des cargos à voiles rentables , elles pourront déboucher dans 20 à 30 ans quand le monde sera en train de sucer les dernières goutes de pétrole ........
Et encore ! Il restera les cargos fonctionnant au gaz liquide , les paquebots s'y mettent déjà .

Alors la cadence du trafic demeurera la même ...:-)
Je me souviens du test très prometteur des navires propulsés par des "cheminées à voile"
ou qqchose comme ça, Publicité par JCousteau, à son époque.
Mais existe-t-il un programme spatial rentable ?
Bonne soirée à Vous.

Répondre

18/10/19
Carbet  (Forêt )

En réponse au message de Gyz du 17/10/19

L'annonce coïncide bien avec la chute de cocaïne depuis le bateau de la fusée. On dirait une réponse.
Si jamais sa vitesse s'avère inférieure à celle des navires actuels on pourra dire que le trafic de drogue a subi un coup...

Bonjour Gyz --- Pas de risque de retard dans les livraisons quelques qu'elles soit ......
La motorisation devra permettre d'obtenir la vitesse contractuelle avec ou sans vent .

 

Lire la suite

17/10/19
Gyz  (Kourou)

En réponse au message de Carbet du 17/10/19

Bonjour à tous --- Je vous parlai le 19/9/19 des "loupés" de nos grands dirigeants de l'aérospatiale , j'avais oublié la "disparition" de l'Airbus A340 --- modèle enterré en catimini pour cause d'inadaptation au marché , tout comme le A380 plus "voyant".

Il semblerai que ces "grands pontes" veuillent redorer leur blason écorné et éviter de nouveaux loupés .

Lu sur la chaine TV du CSG :

Début 2019 , le CNES et ArianespaceGroupe ont lancé ArianeWorks , une plateforme d'innovation destinée à accélérer la préparation des futures générations de lanceurs européens .
Elle est constituée d'une équipe d'une quinzaine de passionnés jouissant d'une grande liberté , tout en en bénéficiant du support des bureaux d'étude Ariane les plus expérimentés .....

Rien de nouveau , c'est repris sur les Skunk Works de Lockeed Martin et les Phantom Works de Boeing qui ont permis de belles avancées ....... En utilisant les compétences d'ingénieurs à la pointe de la technique .

Je me demande si les "passionnés" annoncés ne sont pas des copains d'école atteints par le troisième age et recyclés......
Une liste nominative de ces "pointures" avec leurs faits d'armes serait la bienvenue pour lever les doutes !

Et bien , il semblerait que nos grands cerveaux aérospatiaux "passionnés"se sont mis aux bateaux à voiles en attendant d'adapter des voiles sur les fusées ...... Rire
https://www.capital.fr/entreprises-marches/un-enorme-navire-a-voile-transportera-la-fusee-ariane-6-1352713

C'est intéressant pour tester la validité du concept mais je ne suis pas certain que économiquement , mettre deux navires de transport de fusées récents et opérationnels au rebut , ce soit une bonne méthode économique .......

Les couts financier et écologique , avec l'énergie grise mise dans de nouveaux navires , me semblent disproportionnés !

Surtout que le nombre de fusées à transporter ne va pas être grand si Ariane 6 est comme prévu un fiasco commercial......?

Par contre utiliser comme démonstrateurs les deux anciens navires en les transformant au gaz liquéfié si cela est possible , pourquoi pas !
Cela donnerait à bon compte une touche d'écologie à Arianespace qui est classé comme un gros pollueur!!

Le secteur maritime est responsable de 3% des émissions mondiales de gaz carbonique........
Et bien plus de la pollution mondiale du fait du fioul lourd hyper polluant utilisé car il est composé de déchets de raffinage.
Avec deux navires "à voiles" mis en service face à des dizaines de milliers de navires au fioul lourd très polluant qui naviguent dans le monde , c'est du Green Washing , pas plus !

Surtout que les émissions de gaz carbonique de ces navires à voiles soit disant "verts" seront seulement de 30% moins polluants en CO2 , une bonne part du voyage Europe Guyane étant faite au moteur !!!!!

On appel cela un coup d'épée dans l'eau !
Très cher le coup d'épée , payé par les contribuables , comme dab .
J'attends avec impatience les autres "grandes idées" .
Salutations

L'annonce coïncide bien avec la chute de cocaïne depuis le bateau de la fusée. On dirait une réponse.

Lire la suite

17/10/19
Carbet  (Forêt )

Bonjour à tous --- Je vous parlai le 19/9/19 des "loupés" de nos grands dirigeants de l'aérospatiale , j'avais oublié la "disparition" de l'Airbus A340 --- modèle enterré en catimini pour cause d'inadaptation au marché , tout comme le A380 plus "voyant".

Lire la suite

19/09/19
Carbet  (Forêt )

Bonjour à tous --- Lu sur le web : La France fait voler un drone capable de larguer une fusée et ses satellites...... ! Le titre est accrocheur mais on est encore très loin d'un système de lancement opérationnel , tout au plus cela fonctionne avec une maquette .......

Lire la suite

18/09/19
Carbet  (Forêt )

En réponse au message de Jcb du 18/09/19

Oui, Carbet, et ce qu'ils n'ont pas compris c'est que les pilotes d'avion et d'ULM, gens responsables, sont les meilleurs auxiliaires de la sécurité du CSG...

Bonjour Jcb --- Merci pour votre remarque judicieuse , en effet des pilotes habitués à survoler la zone étaient plus aptes à remarquer des mouvements anormaux sur le CSG que quelques patrouilles faites lors des lancements , ne parlons pas des patrouilles en chenillettes que l'on entend à plusieurs centaines de mètres .

Lire la suite

18/09/19
Jcb  (Cayenne)

En réponse au message de Carbet du 16/09/19

Bonjour Jcb --- Vu l'actualité votre remarque sur les drones tombe juste à point ...... Ou mal selon le point de vue !

Nos experts "à haut niveau" ont toujours une ligne Maginot de retard , plusieurs lignes dans ce cas.
Quand je pense que ces ...... (choisir un mot péjoratif) nous ont fait démonter les hélices des machines stationnées sur l'aérodrome de Kourou , puis plus " manœuvrable " et plus facile pour nous , fait poser un anti vol genre moto . Avant de nous chasser de l'aérodrome .

Ces grands cerveaux handicapés par deux mains gauches n'ont jamais pensé que cela pouvait être contourné par le premier bricoleur venu , eux n'ayant jamais rien fait de leurs dix doigts !!!

Surtout aucuns de ces pointures n'avait pensé qu'un ULM pouvait décoller de presque partout autour du CSG et était pratiquement indétectable par leur radar , à moins de passer dessus ......

Cela c'est du passé , maintenant les technologies des drones sont disponibles sur étagère et sur internet ......... Et bien moins détectables qu'un ULM . Gros rire

Je doit préciser que "drone" pour moi dans ce cas n'est pas un bidule volant pour gamin attardé , mais un petit avion , genre grosse maquette , ayant un moteur thermique le propulsant à 200 km/h ou plus.

Ils se sont couvert de ridicule et si il n'y a pas eut d'attaque de la base de Kourou ce n'est pas grâce à leurs gesticulations d'opérette , mais grâce à l'isolement relatif de la Guyane et au manque de volonté d'attaque des nos adversaires !!!

Salutations

Oui, Carbet, et ce qu'ils n'ont pas compris c'est que les pilotes d'avion et d'ULM, gens responsables, sont les meilleurs auxiliaires de la sécurité du CSG...

Répondre

16/09/19
Carbet  (Forêt )

En réponse au message de Jcb du 10/09/19

Bien d'accord avec vous, Carbet, sur ce sujet qui me tient particulièrement à cœur...
Les drones seraient moins dangereux pour les installations sensibles du CSG que les avions légers de l'Aéro-Club ?

Bonjour Jcb --- Vu l'actualité votre remarque sur les drones tombe juste à point ...... Ou mal selon le point de vue ! Nos experts "à haut niveau" ont toujours une ligne Maginot de retard , plusieurs lignes dans ce cas.

Lire la suite

10/09/19
Jcb  (Cayenne)

En réponse au message de Carbet du 10/09/19

Bonjour à tous --- Samedi dernier il a été fait sur l'aérodrome de Kourou un essai du démonstrateur d'un système de lancement spatiale utilisant un avion porteur dans le cadre du programme ALTAIR de l'ESA avec la participation du CNES , de l'ONERA et de la DGA ( Direction Générale de l'Armement ) .
C'est certainement ce dernier acteur , inconditionnel du secret , qui a motivé en grande partie et a "aidé" le CSG à l'expulsion des deux clubs d'aviation basés sur l'aérodrome depuis 50 ans . Le motif invoqué : "pour des raisons de sécurité " .

Pendant les 50 ans de présence des clubs ils n'ont fait aucune atteinte à la sécurité du CSG , mais il est bien connu que quand on veut se débarrasser de son chien on l'accuse d'avoir la rage .......
Il est "soigneusement" oublié les services rendus à l'occasion par les clubs a la demande du CSG !

https://www.atlantico.fr/pepite/3578718/l-esa-teste-une-fusee-aeroportee-a-kourou
http://www.horizon2020.gouv.fr/cid128327/la-commission-europeenne-soutient-le-projet-de-microlanceur-altair.html

Victimes collatérales de ses essais "secrets" , les nombreuses personnes venaient faire du footing et/ou promener leurs chiens , la route de l'aérodrome étant interdite par la mise en place d'une barrière avec la mention : Passage interdit aux personnes non autorisées .........
Le Peuple n'a aucune considération à attendre des institutions qu'il finance par ses impôts .
Salutations

Bien d'accord avec vous, Carbet, sur ce sujet qui me tient particulièrement à cœur...
Les drones seraient moins dangereux pour les installations sensibles du CSG que les avions légers de l'Aéro-Club ?

Répondre

10/09/19
Carbet  (Forêt )

Bonjour à tous --- Samedi dernier il a été fait sur l'aérodrome de Kourou un essai du démonstrateur d'un système de lancement spatiale utilisant un avion porteur dans le cadre du programme ALTAIR de l'ESA avec la participation du CNES , de l'ONERA et de la DGA ( Direction Générale de l'Armement ) .

Lire la suite

11/07/19
Carbet  (Forêt )

Bonjour à tous --- Mauvais moment hier soir avec la perte de VEGA VV15 . Ce n'était pas le moment en ces temps d'incertitude sur la charge de travail future du CSG .

Lire la suite

25/08/18
Guinser  (Ponteilla)

En réponse au message de Carbet du 15/11/15

Bonjour Jcb

Un grand homme Daniel Seguin qui en déplacement à Kourou m'a fait une dernière visite
à mon domicile quelque mois avant sa fin .....
Je n'ai toujours pas d'intérêts particulier pour la bande P ...... Rire
Mais la station Diane ne travaillait que dans cette bande et plus tard il y a été installé un ranging en bande S ( LBT) qui était automatique , on ne faisait que d'en assurer la maintenance .
Le suivi Doppler de la balise donnait un avis immédiat sur l'accélération pendant la montée et si la vitesse de satellisation était en bonne voie pour être atteinte à la perte de liaison par la station .
La deuxième vie de la balise était la trajectographie de l'orbite atteinte via l'interféromètre Diane de Kourou et de Pretoria , Ougadougou faisant un Doppler en visibilité après le lancement il me semble ......
On venait en complément des autres moyens du CSG .

La mesure de la rotation avec les CAG ..... Toute une autre époque !!
Sur la fin de vie de Symphonie on a utilisé les CAG en confirmations de la décommutation de la télémesure quand on le mettait en spin pour le stabiliser lors des éclipses d’équinoxe , les batteries de bord étant " fatiguées " .
Par perte de la stabilisation 3 axes il risquait de partir dans une orientation inconnue difficile à récupérer et consommatrice d'ergols alors que la mise en spin et la sortie se faisait par action sur une roue à inertie électrique .

Amicales salutations

Bonjour il semblerai que vous ayez côtoyer Mr SEGUIn durant son affectation j aimerai prendre contact avec vous je suis son neveu.
Cordialement
N. Seguin

Répondre

10/12/15
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de Sista du 10/12/15

Il n'est pas interdit de s'en amuser :
La Croix : Espace: le Parlement valide un accord sur Kourou... avec 7 ans de retard
« Aucun orateur n'a expliqué dans l'hémicycle les causes de ces délais inhabituels »
http://www.la-croix.com/Espace-le-Parlement-valide-un-accord-sur-Kourou-avec-7-ans-de-retard
Commentaires de Gabriel Serville (intervention à l'Assemblée nationale)

bonsoir,
il est intéressant de noter que dans cet accord, qui lie des nations entières, des continents, il soit prévu les premières prémisses à la privatisation de l'espace,
ou plutôt, que soient prévus les prémisses de la mise en place des hégémonies spatiales....
je vois ça ici : << Enfin, "il pérennise les compétences du gouvernement français en matière

Lire la suite

10/12/15
Sista  (Kourou)

Il n'est pas interdit de s'en amuser :
La Croix : Espace: le Parlement valide un accord sur Kourou... avec 7 ans de retard
« Aucun orateur n'a expliqué dans l'hémicycle les causes de ces délais inhabituels »
http://www.la-croix.com/Espace-le-Parlement-valide-un-accord-sur-Kourou-avec-7-ans-de-retard
Commentaires de Gabriel Serville (intervention à l'Assemblée nationale)

Répondre

20/11/15
Lairdun  (Remire)

En réponse au message de Carbet du 16/11/15

Bonjour Lairdun
Hé oui ! Pour Morino on est resté en contact longtemps , le lien n'a été rompu qu'après son deuxième séjour quand il a déménagé de sa résidence " du Sud " .
Salutations

Bonsoir,
Je viens d'apprendre que Dominique serait en Guyane actuellement.

Répondre

16/11/15
Jcb  ( cayenne)

En réponse au message de Patrice C du 15/11/15

bonsoir,

ma demande de précision n'appelait pas une aussi "complète" réponse..
..j'imagine bien qu'on ne puisse viser la lune en tir direct, surtout si celle-ci passe plusieurs fois devant la fenêtre durant le voyage....la notion de corrections de trajectoire ne m'est pas inconnue, non-plus, je dois avouer : je la pratique tous les jours en conduisant.

mon interrogation allait plutôt dans le sens suivant, à savoir que la correction semblait être gérée par l'engin lui-même à une certaine époque, éventuellement dynamiquement, tandis qu'aujourd'hui, les corrections peuvent être ordonnées depuis le sol ; merci d'avoir confirmé ce que je pensais ;-)

et sinon, effectivement, c'est bien grâce à Leny qu'ils ont pu mettre au point le gyroscope mécanique, qui deviendra plus-tard la centrale inertielle, puis la machin électronique etc etc etc
Gyroscope de V1, dédié à l'inclinaison :
http://www.zenza.se/vw/gh%20bilder/gh209a_b.jpg
son petit frère, dédié à l'altitude et suivi de trajectoire :
http://www.zenza.se/vw/vw%20bilder/vw0243_b.jpg

tiens, si on pouvait en ressortir quelques-uns de ces engins, j'en connais certains sur qui on pourrait les balancer, avec une charge nucléaire tactique en finition, histoire que la vitrification soit complète.

Concernant l'utilisation du GPS, je peux vous dire qu'on ne l'utilise pas sur le lanceur Ariane dans sa phase propulsée (il y a des centrales gyrolaser en redondance) mais on l'a utilisé sur certaine charges utiles telles que l'ATV (ravitailleur de la station spatiale internationale ISS) ou encore sur l'ARD et IXV qui sont des véhicules expérimentaux de rentrée atmosphérique

Répondre

16/11/15
Carbet  (Kourou)

En réponse au message de Lairdun du 15/11/15

Bonjour,
Vous avez aussi connu Popiuk et Morino alors !

Bonjour Lairdun
Hé oui ! Pour Morino on est resté en contact longtemps , le lien n'a été rompu qu'après son deuxième séjour quand il a déménagé de sa résidence " du Sud " .
Salutations

Répondre

15/11/15
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de Carbet du 14/11/15

Bonjour Patrice C

La trajectoire d'une fusée est toujours calculée avant le départ
et mise en mémoire dans l'ordinateur de bord situé dans la case à équipements .

Ce qui a changé ce sont les centrales à inertie "état solide" très précises qui ont remplacé les centrale à inertie à gyroscopes " mécaniques" qui corrige la trajectoire par orientation des moteurs fusées pour la faire coïncider avec la trajectoire calculée .
Cela n'empêche pas de petites erreurs à l'injection sur orbite ( ou trajectoire ) qui sont corrigées par les moteurs de l'engin lancé . Ou un ré allumage du dernier étage de la fusée si il est "ré allumable" .

Pour cela on calcul l'orbite à partir des infos d'un système radio ranging ( mesure de distances) et après pour corriger la différence d'orbite , le temps de fonctionnement et l'orientation éventuelle du propulseur sont calculés .
Après , par télécommande , l'orientation de l'engin est faite et l'allumage du moteur commandé pour le temps calculé .
Dans la réalité c'est bien plus long et cela se passe sur des heures et même des journées .

Pour ce qui est de l'utilisation en spatial du GPS je ne suis pas dans le coup .

Pour aller sur la Lune l'orbite de transfer est calculée car il n'est pas question de viser le Lune qui n'est pas là où elle sera au moment de l'arrivée de l'engin quatre jours après ....... C'est la future position de la Lune qui est calculée comme " cible " .
Éventuellement des allumages moteurs seront fait pour corriger la trajectoire .
En gros en simplifiant : Ou on est "trop vite" et on passe loin devant et on se perd dans l'espace ou on est "trop lent" et on embouti la Lune .

Voyez ou revoyez le film Apollo 13 et son retour mouvementé pendant lequel l'équipage en perdition a fait des corrections " à la main " ......
Un des très rares films spatiaux respectant la vérité technique .

Salutations

bonsoir,
ma demande de précision n'appelait pas une aussi "complète" réponse..
..j'imagine bien qu'on ne puisse viser la lune en tir direct, surtout si celle-ci passe plusieurs fois devant la fenêtre durant le voyage....la notion de corrections de trajectoire ne m'est pas inconnue, non-plus, je dois avouer : je la pratique tous les jours en conduisant. mon interrogation allait plutôt 

Lire la suite

15/11/15
Lairdun  (Remire)

En réponse au message de Carbet du 14/11/15

Bonjour Jcb

Pour mon compte je faisais partie depuis 1974 de l'équipe de techniciens de la station de contrôle de satellites Diane
qui a utilisé la balise Doppler que je cite .

J'ai eu l'occasion de voir la case à équipement et la masse de lest en aluminium en cours d'intégration mais je n'ai aucun souvenir de la CAT 01 qui était bien du voyage comme vous le dites ! Un coup d'Alois Al...... ???? Rire

Ayant des relations direct avec du personnel technique du CDL , à la station Diane nous avons bénéficié d'infos de première main .

Quand j'ai écris mon post j'étais remonté contre l'article du Parisien qui raconte le lancement Ariane 1-01 comme le monde des Bisounours où tout fonctionnait à merveille (ou presque) , ce qui est aussi la version "officielle" expurgée que l'on trouve facilement sur internet .

La réalité a été plus hard comme cela se passe pour tous les nouveaux équipements et surtout les grands ensembles techniques .
Le lien ci-dessous vous donne accès à la vérité ( ou à peu près ) sur l’ensemble du programme Ariane avec ces joies et ses difficultés .
La vrai vie quoi , pas une version soft et aseptisée de la com .
Mais tout n'y est pas écrit .....

http://www.capcomespace.net/dossiers/espace_europeen/ariane/

Amicales salutations

Bonjour,
Vous avez aussi connu Popiuk et Morino alors !

Répondre

15/11/15
Carbet  (Kourou)

En réponse au message de Jcb du 15/11/15

Bonjour Carbet
Je me doutais que vous veniez de Diane, chez mon regretté ami Daniel Seguin...
vu votre intérêt pour la bande P et la trajecto Doppler
Mais la TM sur la CAT était en bande S et passait surement par les émetteurs lanceur, reçus à Galliot. Quant à la trajecto du lanceur, elle était faite par les 2 répondeurs radar de la case acquis par les 2 Adour et les 2 Bretagne (un à Grand Leblond, un à Montabo ) et le diagnostic de satellisation était confirmé en temps différé par l'analyse du message digital de la case lanceur reçu par la télémesure (Akakro ou HBK, je ne me souviens plus) et pas par le réseau satellites
On a certainement dû se rencontrer, vu qu'en 79 je m'occupais de la construction des EPCU (Ensemble de Préparation des Charges Utiles) et qu'en 1975 j'ai assisté au lancement de DMBP4-01 depuis le CADIT où j'ai suivi la TM temps réel (en bande P à l'époque)
On se servait des CAG pour mesurer la vitesse de rotation du 3ème étage spinné et du saut doppler pour avoir la vitesse en fin de propulsion... Toute une époque
Amicalement vôtre

Bonjour Jcb
Un grand homme Daniel Seguin qui en déplacement à Kourou m'a fait une dernière visite
à mon domicile quelque mois avant sa fin ..... Je n'ai toujours pas d'intérêts particulier pour la bande P ...... Rire  Mais la station Diane ne travaillait que dans cette bande et plus tard il y a été installé un ranging en bande S ( LBT) qui était automatique , on ne faisait que d'en 

Lire la suite

15/11/15
Jcb  ( cayenne)

En réponse au message de Carbet du 14/11/15

Bonjour Jcb

Pour mon compte je faisais partie depuis 1974 de l'équipe de techniciens de la station de contrôle de satellites Diane
qui a utilisé la balise Doppler que je cite .

J'ai eu l'occasion de voir la case à équipement et la masse de lest en aluminium en cours d'intégration mais je n'ai aucun souvenir de la CAT 01 qui était bien du voyage comme vous le dites ! Un coup d'Alois Al...... ???? Rire

Ayant des relations direct avec du personnel technique du CDL , à la station Diane nous avons bénéficié d'infos de première main .

Quand j'ai écris mon post j'étais remonté contre l'article du Parisien qui raconte le lancement Ariane 1-01 comme le monde des Bisounours où tout fonctionnait à merveille (ou presque) , ce qui est aussi la version "officielle" expurgée que l'on trouve facilement sur internet .

La réalité a été plus hard comme cela se passe pour tous les nouveaux équipements et surtout les grands ensembles techniques .
Le lien ci-dessous vous donne accès à la vérité ( ou à peu près ) sur l’ensemble du programme Ariane avec ces joies et ses difficultés .
La vrai vie quoi , pas une version soft et aseptisée de la com .
Mais tout n'y est pas écrit .....

http://www.capcomespace.net/dossiers/espace_europeen/ariane/

Amicales salutations

Bonjour Carbet
Je me doutais que vous veniez de Diane, chez mon regretté ami Daniel Seguin...
vu votre intérêt pour la bande P et la trajecto Doppler
Mais la TM sur la CAT était en bande S et passait surement par les émetteurs lanceur, reçus à Galliot. Quant à la trajecto du lanceur, elle était faite par les 2 répondeurs radar de la case 

Lire la suite

15/11/15
Jcb  ( cayenne)

En réponse au message de Carbet du 14/11/15

Bonjour Jcb

Pour mon compte je faisais partie depuis 1974 de l'équipe de techniciens de la station de contrôle de satellites Diane
qui a utilisé la balise Doppler que je cite .

J'ai eu l'occasion de voir la case à équipement et la masse de lest en aluminium en cours d'intégration mais je n'ai aucun souvenir de la CAT 01 qui était bien du voyage comme vous le dites ! Un coup d'Alois Al...... ???? Rire

Ayant des relations direct avec du personnel technique du CDL , à la station Diane nous avons bénéficié d'infos de première main .

Quand j'ai écris mon post j'étais remonté contre l'article du Parisien qui raconte le lancement Ariane 1-01 comme le monde des Bisounours où tout fonctionnait à merveille (ou presque) , ce qui est aussi la version "officielle" expurgée que l'on trouve facilement sur internet .

La réalité a été plus hard comme cela se passe pour tous les nouveaux équipements et surtout les grands ensembles techniques .
Le lien ci-dessous vous donne accès à la vérité ( ou à peu près ) sur l’ensemble du programme Ariane avec ces joies et ses difficultés .
La vrai vie quoi , pas une version soft et aseptisée de la com .
Mais tout n'y est pas écrit .....

http://www.capcomespace.net/dossiers/espace_europeen/ariane/

Amicales salutations

C'est drôle, car j'en avais déduit que vous étiez à Diane...
On a certainement dû se rencontrer à l'époque Je n'étais pas encore opérationnel mais je m'occupais de la mise en place des EPCU (Ensemble des Préparation des Charges Utiles)
Et pour en revenir à la CAT, je pense qu'une partie de ses mesures devait passer en bande S par les émetteurs de la case lanceur qui disposat aussi de l

Répondre

14/11/15
Carbet  (Kourou)

En réponse au message de Patrice C du 13/11/15

bonjour,

Carbet, merci pour cette précsion technique.


question : si j'ai bien compris, avant l'avènement de la télémesure par GPS et autres triangulations via satellite/station au sol/émetteur dans la fusée, il n'y avait que "des trajectoires calculées" ?

donc, en gros, ils ont visé la Lune, et ont eu de la chance de s'y poser ?

en effet, la vie de technicien-pionnier d'une technologie est plein de surprises, et de rebondissements....les allemands, qui ne savaient pas contrôler la dérive de leurs V1, mettaient des pilotes dans les premières machines, pour les stabiliser, et ainsi être en mesure de rendre compte, une fois atterri.
une seule pilote a réussi à attérrir, il s'agit de Leny Riffestahl, et grâce à son rapport, les tech. allemands avaient les données nécessaires pour créer des systèmes de stabilisation qui fonctionnent.

avant V01 il y a eu V00, ou je ne sais quel nom a été attribué aux machines...je me rappelle les copains qui ramenaient des "morceaux de la fusée qui a explosé", pris sur la plage de Zéphir, après les premières déconvenues...

Bonjour Patrice C
La trajectoire d'une fusée est toujours calculée avant le départ
et mise en mémoire dans l'ordinateur de bord situé dans la case à équipements .
Ce qui a changé ce sont les centrales à inertie "état solide" très précises qui ont remplacé les centrale à inertie à gyroscopes " mécaniques" qui corrige la trajectoire par orientation des 

Lire la suite

14/11/15
Carbet  (Kourou)

En réponse au message de Jcb du 13/11/15

Je ne vais pas polémiquer avec vous, d'autant plus que j'y étais: j'ai assisté au tir avorté du 14 décembre et bien que n'étant pas dans le CDL j'ai connu en détail le problème de la vidange par les purges du H8
Quant au lancement du 24 décembre, j'étais en mer à bord de la frégate qui a observé la retombée du 1er étage, dont j'ai rapporté des photos
Et je persiste et signe, il y avait peut-être une balise doppler sous la coiffe mais il y avait aussi la CAT-01 complétement instrumentée
Mais il est vrai que la chrono a été mouvementée et qu'à la fin on était en limite de stockage d'Helium et de LH2

Bonjour Jcb
Pour mon compte je faisais partie depuis 1974 de l'équipe de techniciens de la station de contrôle de satellites Diane
qui a utilisé la balise Doppler que je cite .
J'ai eu l'occasion de voir la case à équipement et la masse de lest en aluminium en cours d'intégration mais je n'ai aucun souvenir de la CAT 01 qui était bien du voyage comme vous le

Lire la suite

13/11/15
Jcb  ( cayenne)

En réponse au message de Carbet du 12/11/15

Bonjour Jcb

La CAT n'a été installée que plus tard !

Pour le premier lancement de la filière Ariane , le lancement 001 , a ma connaissance la seule mesure sous coiffe était la mesure de la puissance acoustique qui était transmise avec le même émetteur VHF dans la bande 137 MHz qui servira plus tard à calculer l'orbite par interférométrie .

Cet émetteur n'a transmis en FM les sons sous coiffe que tant qu'il y avait de l'air , le capteur étant isolé de la structure , après c'était le silence d'autant plus qu'il était peu sensible devant supporter une puissance sonore de 140 dB au décollage .
Cela a été un grand moment de radio de suivre l'allumage et les premiers moments du vol " en direct " sur haut parleur dans la salle d'opération tout en vacant au travail opérationnel .

Le doppler de ce même émetteur était suivi pour donner une estimation de l'accélération du lanceur et était comparé à une courbe calculée et tracé préalablement . Ce qui permettait d'avoir une appréciation de la trajectoire et de l'injection sur orbite . Et donnait lieu à rapports à la salle de contrôle .

A cette époque il n'y avait pas tout les moyens informatiques et de télémesures permettant un suivi en temps réel de la trajectoire .

Je répète : Le satellite était figuré par une masse de 1,8 tonne d'aluminium qui est restée attachée à la case à équipement contenant l'émetteur VHF et les batteries .

Vu votre réprobation concernant mon post , vous n'étiez pas en contact direct avec les techniciens " de terrain " ou pas très au courant .

Pour ce qui est de la réalité de ce premier lancement Ariane , ce n'a rien de la version clean et aseptisée qui est relaté pour des raison politique dans cet article , les "huiles" voulant présenter une victoire sans taches , la réalité étant toute autre !

Ce lancement est la victoire de tout un peuple de techniciens tendus vers la réussite de leur mission . Les " huiles" ne faisant presque rien , paradant devant les caméras , comme c'est toujours le cas aujourd'hui .

Plein de choses ont foiré et on est même passé très près de la destruction du lanceur sur la table de lancement , le troisième étage étant en train de bouillir en surpression après l'arrêt inopiné du lancement après H0 ...... Il en est sorti "vivant" grâce à des bidouillages de fortune .
Ce qui n'est pas dit non plus c'est que si le lanceur ne partait pas le 24 décembre il n'y aurait plus assez d'ergols cryotechniques ( pas de production locale ) et qu'il faudrait le renvoyer en Europe pour le réviser .
Pour être sur " que cela parte " il a été joué à quitte ou double en déconnectant matériellement ou par informatique , une bonne partie des mesures du lanceur sur table . Comme cela sur qu'il ne pouvait y avoir de mauvais rapports ...... Rire .

La vraie vérité est souvent très loin de la légende concoctée par la com .

Ce qui n'empêche pas que cela fut une belle réussite de la technique et de la débrouillardise .

Salutations

Je ne vais pas polémiquer avec vous, d'autant plus que j'y étais: j'ai assisté au tir avorté du 14 décembre et bien que n'étant pas dans le CDL j'ai connu en détail le problème de la vidange par les purges du H8. Quant au lancement du 24 décembre, j'étais en mer à bord de la frégate qui a observé la retombée du 1er étage, dont j'ai rapporté des photos. Et je persiste et 

Lire la suite

13/11/15
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de Carbet du 12/11/15

Bonjour Jcb

La CAT n'a été installée que plus tard !

Pour le premier lancement de la filière Ariane , le lancement 001 , a ma connaissance la seule mesure sous coiffe était la mesure de la puissance acoustique qui était transmise avec le même émetteur VHF dans la bande 137 MHz qui servira plus tard à calculer l'orbite par interférométrie .

Cet émetteur n'a transmis en FM les sons sous coiffe que tant qu'il y avait de l'air , le capteur étant isolé de la structure , après c'était le silence d'autant plus qu'il était peu sensible devant supporter une puissance sonore de 140 dB au décollage .
Cela a été un grand moment de radio de suivre l'allumage et les premiers moments du vol " en direct " sur haut parleur dans la salle d'opération tout en vacant au travail opérationnel .

Le doppler de ce même émetteur était suivi pour donner une estimation de l'accélération du lanceur et était comparé à une courbe calculée et tracé préalablement . Ce qui permettait d'avoir une appréciation de la trajectoire et de l'injection sur orbite . Et donnait lieu à rapports à la salle de contrôle .

A cette époque il n'y avait pas tout les moyens informatiques et de télémesures permettant un suivi en temps réel de la trajectoire .

Je répète : Le satellite était figuré par une masse de 1,8 tonne d'aluminium qui est restée attachée à la case à équipement contenant l'émetteur VHF et les batteries .

Vu votre réprobation concernant mon post , vous n'étiez pas en contact direct avec les techniciens " de terrain " ou pas très au courant .

Pour ce qui est de la réalité de ce premier lancement Ariane , ce n'a rien de la version clean et aseptisée qui est relaté pour des raison politique dans cet article , les "huiles" voulant présenter une victoire sans taches , la réalité étant toute autre !

Ce lancement est la victoire de tout un peuple de techniciens tendus vers la réussite de leur mission . Les " huiles" ne faisant presque rien , paradant devant les caméras , comme c'est toujours le cas aujourd'hui .

Plein de choses ont foiré et on est même passé très près de la destruction du lanceur sur la table de lancement , le troisième étage étant en train de bouillir en surpression après l'arrêt inopiné du lancement après H0 ...... Il en est sorti "vivant" grâce à des bidouillages de fortune .
Ce qui n'est pas dit non plus c'est que si le lanceur ne partait pas le 24 décembre il n'y aurait plus assez d'ergols cryotechniques ( pas de production locale ) et qu'il faudrait le renvoyer en Europe pour le réviser .
Pour être sur " que cela parte " il a été joué à quitte ou double en déconnectant matériellement ou par informatique , une bonne partie des mesures du lanceur sur table . Comme cela sur qu'il ne pouvait y avoir de mauvais rapports ...... Rire .

La vraie vérité est souvent très loin de la légende concoctée par la com .

Ce qui n'empêche pas que cela fut une belle réussite de la technique et de la débrouillardise .

Salutations

bonjour,
Carbet, merci pour cette précsion technique.

question : si j'ai bien compris, avant l'avènement de la télémesure par GPS et autres triangulations via satellite/station au sol/émetteur dans la fusée, il n'y avait que "des trajectoires calculées" ? donc, en gros, ils ont visé la Lune, et ont eu de la chance de s'y poser 

Lire la suite

12/11/15
Carbet  (Kourou)

En réponse au message de Jcb du 12/11/15

"La technique et la politique sont deux choses très différentes"
Qu'est-ce que vous entendez par là ?
Quant au satellite de 1800 kg, ce n'était pas qu'une simple masse d'aluminium
comme vous le dites
La CAT (capsule Ariane technologique) était un ensemble d'équipements de télémesures destinés à valider les conditions d'environnement sous coiffe et vérifier qu'elles satisfaisaient les spécifications imposées par les clients
Dès le premier lancement on a pu mesurer la bonne performance et la précision de ce lanceur dans tous les domaines

Bonjour Jcb
La CAT n'a été installée que plus tard !

Pour le premier lancement de la filière Ariane , le lancement 001 , a ma connaissance la seule mesure sous coiffe était la mesure de la puissance acoustique qui était transmise avec le même émetteur VHF dans la bande 137 MHz qui servira plus tard à calculer l'orbite par interférométrie . Cet émetteur n'a transmis en FM les sons sous coiffe que tant qu'il y avait de

Lire la suite

12/11/15
Jcb  ( cayenne)

En réponse au message de Carbet du 12/11/15

Bonjour Sista

Le lancement d'Ariane I - 001 a été bien plus chaotique que ce que raconte l'histoire officielle .
La technique et la politique sont deux choses très différentes .
Petites rectifications à l'article :
Le lancement d'Ariane I - 001 a été fait le 24 décembre et non le 25 décembre 1979 comme écrit .
Le " satellite " n'était qu'une masse d'aluminium de 1,8 tonne et une balise radio de faible puissance alimentée sur batterie pour faire le calcul de l'orbite atteinte par interférométrie .

Salutations

"La technique et la politique sont deux choses très différentes"
Qu'est-ce que vous entendez par là ?
Quant au satellite de 1800 kg, ce n'était pas qu'une simple masse d'aluminium
comme vous le dites. La CAT (capsule Ariane technologique) était un ensemble d'équipements de télémesures destinés à valider les conditions d'environnement sous coiffe et vérifier qu'elles 

Lire la suite

12/11/15
Carbet  (Kourou)

En réponse au message de Sista du 11/11/15

Le Parisien sort ses archives à l'occasion du 83e tir d'Ariane :
"Le premier lancement cahotique d'Ariane : Il y a 36 ans, la toute première version du lanceur européen attendait sur son pas de tir de Kourou pour lancer l’histoire"

Bonjour Sista
Le lancement d'Ariane I - 001 a été bien plus chaotique que ce que raconte l'histoire officielle .
La technique et la politique sont deux choses très différentes .
Petites rectifications à l'article : Le lancement d'Ariane I - 001 a été fait le 24 décembre et non le 25 décembre 1979 comme écrit . Le " satellite " n'était qu'une masse d'aluminium de 1,8 tonne

Lire la suite

11/11/15
Sista  (Kourou)

Le Parisien sort ses archives à l'occasion du 83e tir d'Ariane :
"Le premier lancement cahotique d'Ariane : Il y a 36 ans, la toute première version du lanceur européen attendait sur son pas de tir de Kourou pour lancer l’histoire"

Répondre

14/09/15
Sista  (Kourou)

C'est bien connu, les véritables infos viennent d'ailleurs :
Dans l'Usine Nouvelle, une interview de Stéphane Israël, pdg d'Arianespace :
"Un micro lanceur pour répondre au défi des constellations de satellites" propose Stéphane Israël

Répondre

13/06/15
Boiskaka  (Kourou)

Arianespace: les oubliés de l'espace
http://www.mediapart.fr/article/offert/6b6952757c7fc76a27ede133f0cb6265
ça va bouger dans le paysage spatial.

Répondre

12/06/15
Cush  (Cay)

C'est devenu si banal que personne n'en parle. Bravo à ces 3 cosmonautes !!! Superbes photos. On se demande comment ils tiennent à 3 dans cette capsule ...
http://tempsreel.nouvelobs.com/photos-trois-astronautes-d-iss-sont-rentres-sur-terre.html

Répondre

02/12/14
Sista  (Kourou)

La signature d'un "accord historique des Européens pour la construction d'une fusée Ariane 6" (Le Monde) ne rassure pas les salariés d'Arianespace : première grève en 34 ans à Kourou (Reportage Guyane 1ère)
 

Répondre

03/10/14
La Girafe  (Montjoly)

En réponse au message de Sista du 02/10/14

Notre chère ESA : La Cour des comptes épingle des frais facturés par l'Agence spatiale européenne, sur Boursorama

dommage qu'il n'y ait pas plus de détails sur les intermédiaires qui se sucrent au passage..

Répondre

02/10/14
Sista  (Kourou)

Notre chère ESA : La Cour des comptes épingle des frais facturés par l'Agence spatiale européenne, sur Boursorama

Répondre

02/10/14
Phil De Montjoly  (Montjoly)

En réponse au message de Tagada du 02/10/14

Il reste à savoir si cette société russe indemnisera la perte des deux satellites .

A priori, ils ont réussi à les remonter en utilisant les moteurs internes des 2 satellites. Cela devrait largement amputer leur durée de vie ... Il y a des assureurs qui couvrent ce genre de perte, mais c'est très cher !

Répondre

02/10/14
Tagada  (Paris)

En réponse au message de Sista du 01/10/14

« Le 22 août dernier, une fusée Soyouz partie de Kourou échouait à mettre sur la bonne orbite deux satellites Galileo, du nom du système de navigation européen censé concurrencer le GPS américain. On connait désormais les causes de ce loupé retentissant : une erreur de design industriel, à imputer à une usine russe, a entraîné un gel du carburant du lanceur »... la suite sur Le Parisien

Il reste à savoir si cette société russe indemnisera la perte des deux satellites .

Répondre

01/10/14
Sista  (Kourou)

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2019
Lancements 2019
Vol 250 Ariane 5

Annonceurs

Tarifs de publicité