aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

La transition énergétique

233 messages - Inverser l'ordre

Nouveau courrier   
27/04/13
Jebouffedoncjevis  (Kourou)

Nous sommes plus de 7 000 000 000 d’humains sur la planète terre. Et la Fédération Guyane Nature Environnement prétend « Il ne faut pas avoir peur de la croissance démographique. Les économies d’énergies et le développement récent des énergies renouvelables en Guyane permettent déjà de prendre en charge cette augmentation de la population. » (http://www.blada.com/transition_energetique_en_Guyane_les_vrais_enjeux.

Lire la suite

28/04/13
Didou973  (Saint sylvain)

En réponse au message de Jebouffedoncjevis du 27/04/13

Nous sommes plus de 7 000 000 000 d’humains sur la planète terre. Et la Fédération Guyane Nature Environnement prétend « Il ne faut pas avoir peur de la croissance démographique. Les économies d’énergies et le développement récent des énergies renouvelables en Guyane permettent déjà de prendre en charge cette augmentation de la population. » (http://www.blada.com/rransition_energetique_en_Guyane_les_vrais_enjeux.htm)
Les économies d’énergie sont nécessaires, mais certainement pas suffisantes. Demain matin, nous devrons tous agir avec une conscience écologique.
Le niveau de la mer monte. Le golf stream est perturbé. Les glaces des pôles fondent. Les forêts, les savanes, les espaces non économiques sont remplacés par des palmiers à huile, du soja, des aéroports et des champs de panneaux solaires. La biodiversité diminue, même en Guyane. Les réserves halieutiques s’épuisent… et la délinquance augmente.
La cause de tous ces maux est la surpopulation. Vivre c’est polluer. Quand une famille partage les fruits d’un manguier, tout le monde se régale. Imaginer sept familles qui se servent : les premiers mangent des fruits verts et les derniers…
L’écologie a de nombreuses facettes et n’importe qui peut être écolo. Écolo-nataliste, pour moi, la pilule ne passe pas bien ! La conscience collective n’accepte pas, aujourd’hui, mon point de vue ; marketing is the king.

Oui c'est sur que c'est abbérant à mon sens de dire qu'il ne faut pas avoir peur de la croissance démographique que ce soit en Guyane ou autre d'ailleurs, on est largement assez sur terre et lorsque l'on voit les inégalités cela ne sert à rien d'augmenter le nombre de pauvres...

Répondre

28/04/13
Francis  (Kourou)

En réponse au message de Jebouffedoncjevis du 27/04/13

Nous sommes plus de 7 000 000 000 d’humains sur la planète terre. Et la Fédération Guyane Nature Environnement prétend « Il ne faut pas avoir peur de la croissance démographique. Les économies d’énergies et le développement récent des énergies renouvelables en Guyane permettent déjà de prendre en charge cette augmentation de la population. » (http://www.blada.com/rransition_energetique_en_Guyane_les_vrais_enjeux.htm)
Les économies d’énergie sont nécessaires, mais certainement pas suffisantes. Demain matin, nous devrons tous agir avec une conscience écologique.
Le niveau de la mer monte. Le golf stream est perturbé. Les glaces des pôles fondent. Les forêts, les savanes, les espaces non économiques sont remplacés par des palmiers à huile, du soja, des aéroports et des champs de panneaux solaires. La biodiversité diminue, même en Guyane. Les réserves halieutiques s’épuisent… et la délinquance augmente.
La cause de tous ces maux est la surpopulation. Vivre c’est polluer. Quand une famille partage les fruits d’un manguier, tout le monde se régale. Imaginer sept familles qui se servent : les premiers mangent des fruits verts et les derniers…
L’écologie a de nombreuses facettes et n’importe qui peut être écolo. Écolo-nataliste, pour moi, la pilule ne passe pas bien ! La conscience collective n’accepte pas, aujourd’hui, mon point de vue ; marketing is the king.

Je suis d'accord avec toi. Nous ne pouvons pas continuer ainsi, à nous multiplier....nous sommes sur une planète "finie", c'est à dire "limitée et non infinie" ; il faudrait militer pour le mouvement de la décroissante. voir http://www.partipourladecroissance.net/ dont le slogan est "une croissance

Lire la suite

29/04/13
Jcb  (Cayenne)

En réponse au message de Francis du 28/04/13

Je suis d'accord avec toi. Nous ne pouvons pas continuer ainsi, à nous multiplier....nous sommes sur une planète "finie", c'est à dire "limitée et non infinie" ; il faudrait militer pour le mouvement de la décroissante. voir http://www.partipourladecroissance.net/ dont le slogan est "une croissance illimitée dans un monde limité, est une absurdité". Hé oui, ça fait désordre et c'est pas politiquement correct de parler de décroissance. Pourtant nous le savons que si tous les habitants de cette planète avaient le niveau de vie d'un citoyen américain ou européen, il faudrait 4 ou 5 planètes. Et que les écolos n'aient pas encore compris ça, c'est inquiétant. Une suggestion que je vous livre mais qui probablement va faire hurler beaucoup de personnes : pour limiter les naissances (y compris en Guyane), versons 100 (d'alloc) pour le 1° enfant, 75 pour le second, 50 pour le 3° et partir du quatrième, quasiment 0. Car, c'est bien beau d'avoir 4,3 % de taux de fécondité dans notre pays et de dire "l'avenir de la Guyane, c'est sa jeunesse !", si toutes ces hordes de gamins que l'ont croise à la sortie des collèges et des lycées, n'auront pas de taf, que va t il se passer ?

Pire que ça: au lieu d'inciter les pauvres à avoir des enfants qu'ils auront du mal à élever même avec les allocs, il vaudrait mieux inciter les riches à en avoir ! Ce qui ne veut pas dire qu'il faut leur verser des allocs pour cela, mais peut -être créer des crêches, des garderies ou autres facilités pour permettre aux femmes aisées de faire quand même des enfants Ma théorie vous choque ?

Répondre

29/04/13
Jebouffedoncjevis  (Kourou)

En réponse au message de Jcb du 29/04/13

Pire que ça: au lieu d'inciter les pauvres à avoir des enfants qu'ils auront du mal à élever même avec les allocs, il vaudrait mieux inciter les riches à en avoir ! Ce qui ne veut pas dire qu'il faut leur verser des allocs pour cela, mais peut -être créer des crêches, des garderies ou autres facilités pour permettre aux femmes aisées de faire quand même des enfants Ma théorie vous choque ?

"... il vaudrait mieux inciter les riches à en [des enfants] avoir !" Oui, votre théorie me choque. Nous sommes déjà tellement nombreux sur terre que "inciter" me gène. Quand on reste dans des limites raisonnables (une femme avec 2 voire 3 enfants - mais les sociétés favorisent les familles nombreuses) les enfants de riches ne sont pas mieux

Lire la suite

29/04/13
Flo De Kaw  (Andanbwa)

En réponse au message de Jcb du 29/04/13

Pire que ça: au lieu d'inciter les pauvres à avoir des enfants qu'ils auront du mal à élever même avec les allocs, il vaudrait mieux inciter les riches à en avoir ! Ce qui ne veut pas dire qu'il faut leur verser des allocs pour cela, mais peut -être créer des crêches, des garderies ou autres facilités pour permettre aux femmes aisées de faire quand même des enfants Ma théorie vous choque ?

Perso si, je suis choquée.
Ça suffit de t,en prendre au femmes, pauvres de surcroît.

Elles font ce qu'elles peuvent, et elles, au moins essaient.
Si tu veux baisser la natalité dans le monde je te rappelle qu'il n'y a qu'un et un

Lire la suite

29/04/13
Jcb  (Cayenne)

En réponse au message de Jebouffedoncjevis du 29/04/13

"... il vaudrait mieux inciter les riches à en [des enfants] avoir !" Oui, votre théorie me choque. Nous sommes déjà tellement nombreux sur terre que "inciter" me gène. Quand on reste dans des limites raisonnables (une femme avec 2 voire 3 enfants - mais les sociétés favorisent les familles nombreuses) les enfants de riches ne sont pas mieux élevés que les enfants de pauvres. Les enfants de riches réussissent mieux que les enfants de pauvres; c'est une question de moyens généralement financiers.
La question n'est pas qui fait des enfants mais combien d'enfants. L'objectif étant de diminuer la stress démographique pour la terre.

Si le terme inciter vous choque, je vous rappelle que moins de 2 enfants par couple ne permet pas la reproduction de l'espèce. Si ces entre 2 et 3 enfants par couple naissent dans des familles aisées, on assure non seulement la survie mais aussi la répartition des richesses. Si on laisse sans régulation des naissances des familles pauvres

Lire la suite

29/04/13
Jcb  (Cayenne)

En réponse au message de Flo De Kaw du 29/04/13

Perso si, je suis choquée.
Ça suffit de t,en prendre au femmes, pauvres de surcroît.

Elles font ce qu'elles peuvent, et elles, au moins essaient.

Si tu veux baisser la natalité dans le monde je te rappelle qu'il n'y a qu'un et un seul moyen qui marche : l'EDUCATION.

C'est mathématique : le nombre d'enfants par femme est inversement proportionnel a son nombre d'années d'études.

"Elles font ce qu'elles peuvent, et elles, au moins essaient."
Elles essaient quoi ? De survivre grâce aux Allocs ?
Je préfèrerais qu'elles survivent avec cet argent, mais sans les enfants !

Répondre

02/05/13
Chokapix  (Sin city)

En réponse au message de 3wap du 02/05/13

Évidement, si il s'agit de considérer que la critique de l'austérité équivaut à un plébiscite de la sur-croissance économique avec en perspective une course tête baissée vers la limite écologique... Alors là oui, la messe serait dite, mais il faudrait alors ratisser large pour dénoncer les coupables. Et il faudrait notamment expliquer en quoi le modèle de l'orthodoxie budgétaire ne tend pas justement lui aussi à entretenir la viabilité d'une machinerie capitaliste si peu soucieuse d'écologie... Rappelons au passage que la libéralisation et la mondialisation des échanges marchands n'a pour le coup rien de très rationnel sur le plan de l'écologie.

Il me semble donc que l'on peut aussi considérer que la problèmatique écologique est transversale à toute considération sur les modèles économiques. Et l'on peut donc parfaitement envisager des politiques de relances en cohérence avec la préoccupation écologique. La critique de l'austérité est donc surtout politique. Et avant tout, elle soulève surtout en creux la problématique de la répartition de l'effort d'austérité. Et en l'occurrence, parmi ceux qui dénoncent actuellement l'austérité, beaucoup ne verraient sans doute aucun inconvénient à ce qu'il soit décrété une austérité des plus sévères sur les marges bénéficiaires de certains secteurs de l'économie, en particulier financière. Et donc, la question c'est: pourquoi privilégier l'austérité qui se traduit en chômage, plutôt que celle qui se traduirait en réduction des inégalités?

Car tout de même, sauf à y voir dans l'absolu une quelconque vertu en tant que choc traumatique censé ramener l'occident à de meilleures dispositions écologiques. Et la je suis dubitatif... On a un peu de mal à percevoir d'emblée en quoi un chômage à 27% en Espagne ou en Grèce serait écologiquement de si bon augure. La paupérisation de masse est-elle si écologique que cela? Dans un sens oui, mais je crains que les principaux concernés ne soient pas disposès à se sacrifier, seuls... Ces sots risquent de mettre le feu à toute la baraque bien avant! Au fond on en revient à une considération simplement politique. Comment convaincre les plus défavorisés de plus en plus nombreux, que leur sacrifice soit in fine le seul moyen écologique qui vaille, lorsque qu'on leur donne parallèlement le sentiment qu'il y a une telle injustice sociale?

Sinon, qu'elle se traduise en welfare ou workfare, encore une fois je défends surtout le principe d'une solidarité élargie...

Je n'ai pas l'impression que tu m'aies bien lu - et encore moins les malicieux graphiques de l'article d'Oil Man...
Les croissances européennes se font à crédit, crédit largement surdéterminé par le cours de l'or noir, lui-même déterminant dans le cours des denrées agricoles...

Lire la suite

03/05/13
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Chokapix du 02/05/13

Je n'ai pas l'impression que tu m'aies bien lu - et encore moins les malicieux graphiques de l'article d'Oil Man...

Les croissances européennes se font à crédit, crédit largement surdéterminé par le cours de l'or noir, lui-même déterminant dans le cours des denrées agricoles...

Encore une fois, tu noteras que les pays nordiques remportent globalement la palme en matière d'énergies renouvelables...
http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3718_energies_renouvelables_Europe.php
http://www.enerzine.com/-la-part-des-energies-renouvelables-en-hausse-

Alors ici, je peux jouer l'andouille de service :

Vaut-il mieux une relance par l'offre (investir dans les énergies renouvelables, la R&D, les secteurs à haute valeur ajoutée ...), tous domaines dont on se doute qu'il n'auront pas un effet immédiat (belle litote) sur l'emploi des moins qualifiés, ou une relance par la demande (notamment en augmentant tous les minimas sociaux) ?

Peut-on demander à l'Europe de financer à tout va une relance par les grands chantiers sans mettre en œuvre une politique de rationalité budgétaire ?

PS : Question subsidiaires pour toi : que penses-tu des récentes conclusions des derniers rapports de la Cour des Comptes ? Pas assez politiques peut-être ?

Encore une fois, les considérations sur la croissance ne disent pas forcément comment il conviendrait de trouver équitablement l'équilibre budgétaire. Autrement dit, on peut parfaitement concevoir une orthodoxie bugétaire qui ne modifie en rien notre sur-consommation de pétrole.Car dans l'asolu, on peut parfaitement imaginer une situation de réduction

Lire la suite

04/05/13
Chokapix  (Sin city)

En réponse au message de 3wap du 03/05/13

Encore une fois, les considérations sur la croissance ne disent pas forcément comment il conviendrait de trouver équitablement l'équilibre budgétaire. Autrement dit, on peut parfaitement concevoir une orthodoxie bugétaire qui ne modifie en rien notre sur-consommation de pétrole.Car dans l'asolu, on peut parfaitement imaginer une situation de réduction drastique des dépenses publiques, en ratiboisant effectivement les aides sociales par exemple...And so? On aboutirait à un accroissement des inégalités, la tanche la plus pauvre de la population le serait d'autant plus, mais ceci ne garantit pas pour autant que le reste de la population change son comportement et sa sur-consommation.

Je trouve donc étrange le cheminement qui consiste à dire, puisque nous consommons trop de dette pour la coroissance et que la facture énergétique pèse très largement sur cet endettement, alors retrouvons l'orthodoxie budgétaire en rognant sur les dépenses sociales pour promouvoir le développement écologique. Pourquoi à partir d'un problème de comportement qui concerne l'ensemble de la population, prendre ainsi le parti de réduire les prestations sociales qui soutiennent en principe une consomation vitale (alimentation, logement, éducation, santé) au sein des populations les plus défavorisés? Il faudrait donc se mettre d'accord sur le rôle des minima sociaux. Constituent-ils une forme de privilèges surfaits qui alimente une dérive consumériste? Où sont-il plutôt un facteur de stabilité sociale et de redistribution de la richesse?

Et donc ma propre question d'andouille, pourquoi ne pas financer plutôt le virage écologique en augmentant par exemple de 30% l'imposition sur les dividendes financières et les revenus du patrimoine? Tant qu'ils ne sont pas consommés par l'impôts, ces revenus ne sont-ils pas eux-aussi réorientés vers l'hyperconsommation et l'acroissement de la facture énergétique qu'elle engendre?

Pour ma part, il me semble donc qu'à niveau égal de réduction de consommation de pétrole et de réorientation de l'investissement ou de l'incitation vers le développement écologique, il vaudrait bien mieux "paupériser" un peu ceux qui ont les moyens d'investir (et de défiscaliser) dans l'immobilier où les produits financiers, plutôt que de paupériser un peu plus ceux qui sont à la limite du décrochage social.

Tu es devenu tellement habile dans l'art de ne pas répondre aux questions et à faire dire à ton interlocuteur ce qu'il n'a pas dit que je crois que tu es mûr pour rentrer dans l'arène politique.

Répondre

04/05/13
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Chokapix du 04/05/13

Tu es devenu tellement habile dans l'art de ne pas répondre aux questions et à faire dire à ton interlocuteur ce qu'il n'a pas dit que je crois que tu es mûr pour rentrer dans l'arène politique.

Dis-moi au moins si la rigueur budgétaire peut s'envisager autrement qu'en touchant au minima sociaux, que l'on progresse pas à pas...

Répondre

05/05/13
Chokapix  (Sin city)

En réponse au message de 3wap du 04/05/13

Dis-moi au moins si la rigueur budgétaire peut s'envisager autrement qu'en touchant au minima sociaux, que l'on progresse pas à pas...

Bien sûr, mais quoiqu'il arrive, il va bien falloir réformer un bon nombre de politiques sociales bien plus avant que ne l'a fait notre "bonapartiste" Sarkozy... (Édifiant de voir ses fans se retrouver autour de ce type de symbole au 1er mai...)
Enfin bref, je ne suis pas sûr que mes camarades socialistes français aillent au

Lire la suite

05/05/13
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Chokapix du 05/05/13

Bien sûr, mais quoiqu'il arrive, il va bien falloir réformer un bon nombre de politiques sociales bien plus avant que ne l'a fait notre "bonapartiste" Sarkozy... (Édifiant de voir ses fans se retrouver autour de ce type de symbole au 1er mai...)
Enfin bref, je ne suis pas sûr que mes camarades socialistes français aillent au bout de la fameuse "révolution fiscale"... qui aurait peu-être permis de revenir sur la question des retraites sans avoir à... "rougir"...
http://www.lemonde.fr//pierre-moscovici-en-europe-l-austerite-c-est-fini

Réformer en réfléchissant sur les conditions de ressources (accès, contrôle), probablement... Cela va d'ailleurs dans le sens d'une meilleure redistribution. Ceci-dit, est-ce que l'on fait bien le constat d'une paupérisation en Europe? Il semble que oui, et il semble aussi que la question de la prise en charge sociale soit des plus actuelles...Et pas forcément

Lire la suite

25/04/14
Patrice C  (Belle terre - tonnegrande)

Bonsoir,
aujourd'hui est passé dans le FG un appel d'offre pour la réalisation d'une étude de faisabilité concernant la construction d'un second barrage hydraulique en Guyane.

si je me rappelle bien, cette proposition de la Région de construire un second barrage date d'il y a à peine un mois ? ils sont allés bien vite en besogne, nos élus, pour lancer le

Lire la suite

27/04/14
Francois97351

En réponse au message de Patrice C du 25/04/14

Bonsoir,

aujourd'hui est passé dans le FG un appel d'offre pour la réalisation d'une étude de faisabilité concernant la construction d'un second barrage hydraulique en Guyane.


si je me rappelle bien, cette proposition de la Région de construire un second barrage date d'il y a à peine un mois ? ils sont allés bien vite en besogne, nos élus, pour lancer le prochain super-projet d'EDF.
on va encore fonctionner avec DDC pendant qques années, mais c'est sûr, notre barrage, on l'aura.
je m'en désole un peu.
et vous ?

Désolé avec vous... Tout cela pour alimenter climatisations, téléphones portables et éclairages inutiles en pleine nuit sur certaines routes...

Répondre

02/05/14
Perso973  (Cayenne)

En réponse au message de Patrice C du 25/04/14

Bonsoir,

aujourd'hui est passé dans le FG un appel d'offre pour la réalisation d'une étude de faisabilité concernant la construction d'un second barrage hydraulique en Guyane.


si je me rappelle bien, cette proposition de la Région de construire un second barrage date d'il y a à peine un mois ? ils sont allés bien vite en besogne, nos élus, pour lancer le prochain super-projet d'EDF.
on va encore fonctionner avec DDC pendant qques années, mais c'est sûr, notre barrage, on l'aura.
je m'en désole un peu.
et vous ?

effectivement, ça ne fait broncher personne, étonnant....
On peut même entendre des arguments assez grotesques et mensonger venant d'EDF
(le commercial dans l'affaire) ou de la Région (le pigeon), et ce, sans réaction....
C'est contraire aux Schémas directeurs signés en 2012 par le Préfet et la Région,
www.cr-guyane.fr/ressources/File/rp/2013/avril-mai-juin/SRCAE.pdf‎ et accessoirement,

Lire la suite

02/05/14
Cush  (Cay)

En réponse au message de Perso973 du 02/05/14

effectivement, ça ne fait broncher personne, étonnant....

On peut même entendre des arguments assez grotesques et mensonger venant d'EDF
(le commercial dans l'affaire) ou de la Région (le pigeon), et ce, sans réaction....

C'est contraire aux Schémas directeurs signés en 2012 par le Préfet et la Région,
www.cr-guyane.fr/ressources/File/rp/2013/avril-mai-juin/SRCAE.pdf‎

et accessoirement, contraire à la volonté des Guyanais (Conclusions de l’enquête qui avait été réalisée par la Région, lors du Débat (sic) National sur le Transition Énergétique en 2013)

Il est a rappeler que Petit Saut est 100 fois moins puissant que Belo Monte au Brésil, pour quasiment la même surface de forêt primaire engloutie.

Au vue du bordel qu'ils ont foutu au Brésil et dans le monde pour tenter de faire reculer le projet, en toute logique, ont devrait pouvoir créer une grosse mobilisation mondiale pour notre Barrage Guyanais V2.

Mais bon, les lobbies du béton et de l'énergie, auront notre peau (et notre foret...).

Nous étions déjà identifiés au niveau mondial pour avoir réaliser la plus polluante infrastructure énergétique, nous sommes en passe de devenir leader.

http://www.lemonde.fr//en-guyane-le-barrage-de-petit-saut-agit-comme-un-reacteur-chimique

Et tu proposes quoi à la place ? le retour à la bougie et au moteur à crottin ?

Répondre

03/05/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Perso973 du 02/05/14

effectivement, ça ne fait broncher personne, étonnant....

On peut même entendre des arguments assez grotesques et mensonger venant d'EDF
(le commercial dans l'affaire) ou de la Région (le pigeon), et ce, sans réaction....

C'est contraire aux Schémas directeurs signés en 2012 par le Préfet et la Région,
www.cr-guyane.fr/ressources/File/rp/2013/avril-mai-juin/SRCAE.pdf‎

et accessoirement, contraire à la volonté des Guyanais (Conclusions de l’enquête qui avait été réalisée par la Région, lors du Débat (sic) National sur le Transition Énergétique en 2013)

Il est a rappeler que Petit Saut est 100 fois moins puissant que Belo Monte au Brésil, pour quasiment la même surface de forêt primaire engloutie.

Au vue du bordel qu'ils ont foutu au Brésil et dans le monde pour tenter de faire reculer le projet, en toute logique, ont devrait pouvoir créer une grosse mobilisation mondiale pour notre Barrage Guyanais V2.

Mais bon, les lobbies du béton et de l'énergie, auront notre peau (et notre foret...).

Nous étions déjà identifiés au niveau mondial pour avoir réaliser la plus polluante infrastructure énergétique, nous sommes en passe de devenir leader.

http://www.lemonde.fr//en-guyane-le-barrage-de-petit-saut-agit-comme-un-reacteur-chimique

Ce projet de second barrage s'inscrirait apparemment dans un accord de "partenariat" entre grosses multinationales, dont l'une est brésilienne. Et en l'occurence au Brésil, la presse nationale rend parfaitement compte de l'embrouille:
http://multinationales.org/Bresil-Guyane-EDF-se-lance-dans

Lire la suite

04/05/14
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de 3wap du 03/05/14

Ce projet de second barrage s'inscrirait apparemment dans un accord de "partenariat" entre grosses multinationales, dont l'une est brésilienne. Et en l'occurence au Brésil, la presse nationale rend parfaitement compte de l'embrouille:

http://multinationales.org/Bresil-Guyane-EDF-se-lance-dans

"Selon la presse brésilienne, la véritable motivation des Brésiliens est qu’Arco Norte leur permettrait de faire réaliser hors de leurs frontières des barrages dotés de réservoirs importants, ce qui n’est plus considéré comme politiquement acceptable au Brésil."

Mais bon, les lobbies du béton jouent parfaitement leur partition...Reste à savoir en revance si l'actionnaire majoritaire d'EDF, saura tenir compte de l'intérêt et de l'avis de ses citoyens amazoniens.

bonjour,
entre la volonté d'EDF de faire partie des fournisseurs d'énergie mondiaux, et les discussions au niveau européen
sur le tribunal arbitral commercial, il n'y aura bientôt plus de place pour le citoyen...la multinationale qui le désirera fera ce qu'elle veut en Guyane, surtout si les population autochtones n'ont aucun droit particulier (droit à la terre, par ex.) ; en gros,

Lire la suite

05/05/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Patrice C du 04/05/14

bonjour,

entre la volonté d'EDF de faire partie des fournisseurs d'énergie mondiaux, et les discussions au niveau européen
sur le tribunal arbitral commercial, il n'y aura bientôt plus de place pour le citoyen...la multinationale qui le désirera fera ce qu'elle veut en Guyane, surtout si les population autochtones n'ont aucun droit particulier (droit à la terre, par ex.) ; en gros, il ne manque plus que les plans du barrage....

moralité :
investissez dans le BTP, c'est un métier d'avenir !

Bonjour,
Il est vrai qu'en parlant du PDG d'EDF, Delphine Batho le désignait comme le "ministre fantôme" de l'énergie.
.. Mais allons, allons! Ne soyons pas si pessimistes! Si besoin, Ségolène, notre toute fraîche ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie...saura bien arbitrer le moment venu, entre l'intérêt citoyen et celui des multinationales.

Répondre

05/05/14
Tagada  (Paris)

En réponse au message de 3wap du 05/05/14

Bonjour,
Il est vrai qu'en parlant du PDG d'EDF, Delphine Batho le désignait comme le "ministre fantôme" de l'énergie.
.. Mais allons, allons! Ne soyons pas si pessimistes! Si besoin, Ségolène, notre toute fraîche ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie...saura bien arbitrer le moment venu, entre l'intérêt citoyen et celui des multinationales.

"Si besoin, Ségolène, notre toute fraîche ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie...saura bien arbitrer le moment venu, entre l'intérêt citoyen et celui des multinationales."
Seriez vous donc crédule à ce point, ou est-ce de l'humour ???

Répondre

05/05/14
3wap  (Montjo)

En réponse au message de Tagada du 05/05/14

"Si besoin, Ségolène, notre toute fraîche ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie...saura bien arbitrer le moment venu, entre l'intérêt citoyen et celui des multinationales."
Seriez vous donc crédule à ce point, ou est-ce de l'humour ???

Oui, aussi crédule que n'importe quel citoyen qui met son bulletin dans les urnes. Ce qui n'empêche pas d'ironiser... Ceci-dit, jusqu'à présent sur l'épineux dossier du gaz de schiste, Ségolène tient plutôt bon face aux lobbies de l'énergie. Plutôt de bon augure, non?

Répondre

05/05/14
Carbet  (Kourou)

En réponse au message de Perso973 du 02/05/14

effectivement, ça ne fait broncher personne, étonnant....

On peut même entendre des arguments assez grotesques et mensonger venant d'EDF
(le commercial dans l'affaire) ou de la Région (le pigeon), et ce, sans réaction....

C'est contraire aux Schémas directeurs signés en 2012 par le Préfet et la Région,
www.cr-guyane.fr/ressources/File/rp/2013/avril-mai-juin/SRCAE.pdf‎

et accessoirement, contraire à la volonté des Guyanais (Conclusions de l’enquête qui avait été réalisée par la Région, lors du Débat (sic) National sur le Transition Énergétique en 2013)

Il est a rappeler que Petit Saut est 100 fois moins puissant que Belo Monte au Brésil, pour quasiment la même surface de forêt primaire engloutie.

Au vue du bordel qu'ils ont foutu au Brésil et dans le monde pour tenter de faire reculer le projet, en toute logique, ont devrait pouvoir créer une grosse mobilisation mondiale pour notre Barrage Guyanais V2.

Mais bon, les lobbies du béton et de l'énergie, auront notre peau (et notre foret...).

Nous étions déjà identifiés au niveau mondial pour avoir réaliser la plus polluante infrastructure énergétique, nous sommes en passe de devenir leader.

http://www.lemonde.fr//en-guyane-le-barrage-de-petit-saut-agit-comme-un-reacteur-chimique

Bonjour
Vous avez parfaitement raison , mais comme vous a répondu Cush vous remplacez par quoi ?
Tout ce qui est proposé en remplacement des énergies fossiles , à part l'hydraulique , ne tient pas la route et n'a de durable que le nom car toutes ces " énergies nouvelles " ont en commun une production limitée et aléatoire et que le stockage n'est pas possible ou pour

Lire la suite

18/06/14
Patrice C  (Tonnegrande)

bonsoir,
cette semaine j'ai voulu acheter une voiture électrique.

il y en a, 100% électrique, leur nom est Zoé.
je suis donc allé voir une Zoé....
samedi après-midi, c'est fermé. pas de chance. je reviendrais. je suis revenu.
il y a deux Zoé sur le parking, immatriculées dans le 92. en région parisienne, donc.

Lire la suite

19/06/14
Gilles  (Cayenne)

En réponse au message de Patrice C du 18/06/14

bonsoir,

cette semaine j'ai voulu acheter une voiture électrique.

il y en a, 100% électrique, leur nom est Zoé.
je suis donc allé voir une Zoé....

samedi après-midi, c'est fermé. pas de chance.
je reviendrais. je suis revenu.
il y a deux Zoé sur le parking, immatriculées dans le 92. en région parisienne, donc.

j'entre, et consulte un vendeur, lui explique mon envie, et lui tends mon chèque, en gros.

la réponse :
- ces deux véhicules présents en Guyane ne sont pas à vendre
- il n'y aura pas d'importation de véhicules électriques de cette marque tant que la Région Guyane n'aura pas signé de décret permettant l'importation de ces véhicules sans paiement de l'octroi de mer
- on ne connaît pas le prix des véhicules, quelle que soit l'hypothèse...

de retour au travail, le lendemain, j'en parle. mon collègue ingénieur me dit qu'il existe un rapport de l'Ademe disant que ces véhicules ne sont pas adaptés à notre pays, car en vertu du jeu de chaises musicales de la production de CO², on arrive à une production de 266g de CO² au Km pour une voiture 100% électrique rechargée sur le réseau électrique guyanais...

en gros, le même taux de pollution que la pire voiture à moteur à combustion, soit catégorie G (7ème position, dur à avaler quant on sait que plus loin dans l'article, l'Ademe explique qu'il vaut mieux avoir des voitures à essence de catégorie A ou B ici...)

ici la page à consulter :
http://www.ademe-guyane.fr/index.php?action=325

c'est fou !
qu'en pensez vous ?

Bonjour
Et pourtant elles roulent puisque j'en ai vu une de garé devant un LS route de Montabo.
Cdlt

Répondre

19/06/14
Ricky  (Macouria)

En réponse au message de Patrice C du 18/06/14

bonsoir,

cette semaine j'ai voulu acheter une voiture électrique.

il y en a, 100% électrique, leur nom est Zoé.
je suis donc allé voir une Zoé....

samedi après-midi, c'est fermé. pas de chance.
je reviendrais. je suis revenu.
il y a deux Zoé sur le parking, immatriculées dans le 92. en région parisienne, donc.

j'entre, et consulte un vendeur, lui explique mon envie, et lui tends mon chèque, en gros.

la réponse :
- ces deux véhicules présents en Guyane ne sont pas à vendre
- il n'y aura pas d'importation de véhicules électriques de cette marque tant que la Région Guyane n'aura pas signé de décret permettant l'importation de ces véhicules sans paiement de l'octroi de mer
- on ne connaît pas le prix des véhicules, quelle que soit l'hypothèse...

de retour au travail, le lendemain, j'en parle. mon collègue ingénieur me dit qu'il existe un rapport de l'Ademe disant que ces véhicules ne sont pas adaptés à notre pays, car en vertu du jeu de chaises musicales de la production de CO², on arrive à une production de 266g de CO² au Km pour une voiture 100% électrique rechargée sur le réseau électrique guyanais...

en gros, le même taux de pollution que la pire voiture à moteur à combustion, soit catégorie G (7ème position, dur à avaler quant on sait que plus loin dans l'article, l'Ademe explique qu'il vaut mieux avoir des voitures à essence de catégorie A ou B ici...)

ici la page à consulter :
http://www.ademe-guyane.fr/index.php?action=325

c'est fou !
qu'en pensez vous ?

Et il ne vous est pas venu à l'esprit que le "lobby" pétrolier y serait aussi pour quelque chose ?

Répondre

19/06/14
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de Gilles du 19/06/14

Bonjour
Et pourtant elles roulent puisque j'en ai vu une de garé devant un LS route de Montabo.
Cdlt

bonsoir,
effectivement, des voitures Zoé roulent en Guyane.
les deux dont je parle sont immatriculées dans le 92, et sont ici pôur être présentées aux clients, en attendant d'être vendues. il faut comprendre dans mon message que je fais un constat, celui de cette apparente incohérence entre la volonté d'aller vers plus de durabilité, et l'impossibilité d'entamer

Lire la suite

20/06/14
Al973  (Kourou)

En réponse au message de Patrice C du 18/06/14

bonsoir,

cette semaine j'ai voulu acheter une voiture électrique.

il y en a, 100% électrique, leur nom est Zoé.
je suis donc allé voir une Zoé....

samedi après-midi, c'est fermé. pas de chance.
je reviendrais. je suis revenu.
il y a deux Zoé sur le parking, immatriculées dans le 92. en région parisienne, donc.

j'entre, et consulte un vendeur, lui explique mon envie, et lui tends mon chèque, en gros.

la réponse :
- ces deux véhicules présents en Guyane ne sont pas à vendre
- il n'y aura pas d'importation de véhicules électriques de cette marque tant que la Région Guyane n'aura pas signé de décret permettant l'importation de ces véhicules sans paiement de l'octroi de mer
- on ne connaît pas le prix des véhicules, quelle que soit l'hypothèse...

de retour au travail, le lendemain, j'en parle. mon collègue ingénieur me dit qu'il existe un rapport de l'Ademe disant que ces véhicules ne sont pas adaptés à notre pays, car en vertu du jeu de chaises musicales de la production de CO², on arrive à une production de 266g de CO² au Km pour une voiture 100% électrique rechargée sur le réseau électrique guyanais...

en gros, le même taux de pollution que la pire voiture à moteur à combustion, soit catégorie G (7ème position, dur à avaler quant on sait que plus loin dans l'article, l'Ademe explique qu'il vaut mieux avoir des voitures à essence de catégorie A ou B ici...)

ici la page à consulter :
http://www.ademe-guyane.fr/index.php?action=325

c'est fou !
qu'en pensez vous ?

C'est l'incohérence de la chose, en effet, les 50 % de l'énergie en Guyane sont faites par des centrales à base de matériaux fossiles (groupe électrogène, turbine au fuel), ainsi consommer de l'électricité revient à polluer, d'où le calcul de l'ADEME.
Il nous faudrait un second barrage et des énergies non fossiles (ou une centrale nucléaire , je plaisante)
Voila l'explication, roulez en l'électrique en Guyane pollue plus que rouler a l'essence, c'est fou.

Répondre

21/06/14
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de Patrice C du 19/06/14

bonsoir,

effectivement, des voitures Zoé roulent en Guyane.
les deux dont je parle sont immatriculées dans le 92, et sont ici pôur être présentées aux clients, en attendant d'être vendues.

il faut comprendre dans mon message que je fais un constat, celui de cette apparente incohérence entre la volonté d'aller vers plus de durabilité, et l'impossibilité d'entamer le chemin vers cette voie pour des départements comme les nôtres.
sacré dichotomie !

je ne suis pas dans la critique constante, et apprécie le point de vue des gens lorsqu'ils me répondent, càd entament une discussion.

avez vous pu relever les immatriculations, éventuellement ? peut-être que ce sont des véhicules que des personnes nouvellement nommées en Guyane ont pu amener...nous ne parlons évidement pas ici de ce type de véhicule.

reste que la question étonnante de ce frein mis au développement écologistique de notre département "vert", "poumon de la planète" est un peu inquiétant.
qu'en pensez vous ?

bonsoir,
j'ai pu essayer l'un de ces deux véhicules Zoe aujourd'hui.

ça roule très très bien, je suis vraiment emballé. j'avais essayé des véhicules électriques en 1986 à Versailles, ça fonctionait bien, mais là il y a un réel progrès en terme d'ergonomie.
à l'époque, on pouvait "caler" les moteurs assynchrones, aujourd'hui le problème est résolu par une boite automatique très douce, très légère : on se place en marche avant ou en marche

Lire la suite

21/06/14
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de Al973 du 20/06/14

C'est l'incohérence de la chose, en effet, les 50 % de l'énergie en Guyane sont faites par des centrales à base de matériaux fossiles (groupe électrogène, turbine au fuel), ainsi consommer de l'électricité revient à polluer, d'où le calcul de l'ADEME.
Il nous faudrait un second barrage et des énergies non fossiles (ou une centrale nucléaire , je plaisante)
Voila l'explication, roulez en l'électrique en Guyane pollue plus que rouler a l'essence, c'est fou.

bonjour,
merci pour cette explication dont personne n'avait besoin
: les données que vous semblez révéler sont connues, et sont le socle de la discussion.
ce qui m'intéresse, c'est votre avis.
concernant le nuclaire, c'est une solution d'avenir.

Répondre

21/06/14
Gilles Slm  (St laurent)

En réponse au message de Patrice C du 21/06/14

bonjour,
merci pour cette explication dont personne n'avait besoin
: les données que vous semblez révéler sont connues, et sont le socle de la discussion.
ce qui m'intéresse, c'est votre avis.
concernant le nuclaire, c'est une solution d'avenir.

Oui, on nous aurait mis une centrale nucléaire il y a 30 ou 40 ans, avant Petit Saut, on aurait pas les problèmes qu'on a maintenant, et on pourrait revendre de l'électricité au Suriname et au Brésil. Mais bon, on vit au jour le jour, ou au mieux on se projette à 3 ans, dans les grandes occasions.

Répondre

22/06/14
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de Gilles Slm du 21/06/14

Oui, on nous aurait mis une centrale nucléaire il y a 30 ou 40 ans, avant Petit Saut, on aurait pas les problèmes qu'on a maintenant, et on pourrait revendre de l'électricité au Suriname et au Brésil. Mais bon, on vit au jour le jour, ou au mieux on se projette à 3 ans, dans les grandes occasions.

bonjour,
il y a 30 ans on était 40 000, seulement....la centrale qu'on aurait eue ne suffirait plus aujourd'hui
: ces parfaits stratèges n'ont pas (su) anticiper le besoin en infrastructures actuelles, comment auraient-ils pu anticiper les besoins énergétiques ?
certes, si une situation ACTUELLE est défaillante cela peut revenir a dire que cela provient

Lire la suite

23/06/14
Francois97351  (Matoury)

En réponse au message de Gilles Slm du 21/06/14

Oui, on nous aurait mis une centrale nucléaire il y a 30 ou 40 ans, avant Petit Saut, on aurait pas les problèmes qu'on a maintenant, et on pourrait revendre de l'électricité au Suriname et au Brésil. Mais bon, on vit au jour le jour, ou au mieux on se projette à 3 ans, dans les grandes occasions.

Pourquoi "on pourrait revendre de l'électricité au Suriname" ? Vous êtes actionnaire principal à EDF pour en engranger les bénéfices ?

Répondre

23/06/14
Gilles Slm  (St laurent)

En réponse au message de Francois97351 du 23/06/14

Pourquoi "on pourrait revendre de l'électricité au Suriname" ? Vous êtes actionnaire principal à EDF pour en engranger les bénéfices ?

Le "on" est généraliste. Côté Suriname, "on" en est à chercher l'emplacement d'un barrage sur le haut Maroni, et dans le Para, Brésil, "on" envisage aussi un nouveau barrage hydro-électrique. Alors, une centrale nucléaire en Guyane aurait permis de résoudre en grande part cette demande. Mais "on" a jamais envisagé le développement de la Guyane, donc

Lire la suite

23/06/14
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de Francois97351 du 23/06/14

Pourquoi "on pourrait revendre de l'électricité au Suriname" ? Vous êtes actionnaire principal à EDF pour en engranger les bénéfices ?

bonsoir,
je suppose, sans vouloir me substituer à Laurent Slm, que ce monsieur a très bien compris
qu'une installation de production d'énergie fonctionne selon un régime de production plus ou moins "fixe", que l'on peut ajuster grossièrement seulement....en effet, toute énergie produite non-consommée est perdue : autant la revendre...c'est pour cela que les réseaux

Lire la suite

24/06/14
Francois97351  (Matoury)

En réponse au message de Patrice C du 23/06/14

bonsoir,

je suppose, sans vouloir me substituer à Laurent Slm, que ce monsieur a très bien compris
qu'une installation de production d'énergie fonctionne selon un régime de production plus ou moins "fixe", que l'on peut ajuster grossièrement seulement....en effet, toute énergie produite non-consommée est perdue : autant la revendre...c'est pour cela que les réseaux sont interconnectés, de façon à optimiser la production, et lisser la production d'un pays à l'autre.

tiens, voici une petite anecdote, afin que tout le monde comprenne ce que c'est que de démarrer une usine, et que produire de l'électricité ce n'est pas "faire ce que l'on veut" : je connais une installation en site isolé qui produit du courant électrique par la technique de la conduite forcée : un réservoir est construit à flanc d'un inselberg, de l'eau s'y assemble. cette eau est envoyée dans un tuyau, qui court le long de l'inselberg.
puis, cette eau, qui a chuté de très haut, est injectée sous pression (de chute) dans une turbine hydraulique, qui entraine une génératrice.

j'ai dépanné cette génératrice, un jour, après une panne....en effet, la génératrice fonctionne toute la journée, et toute la journée elle produit environ 10 Kw/h, parfois pour rien, car seul le réfrigérateur fonctionne....10 000 watt produits pour faire fonctionner un frigo, ok, mais qu'est-ce qu'on fait avec le reste de l'énergie ?

tiens, vous savez quoi ? plutôt que de finir mon anecdote, je propose que les bladanautes ingénieurs, spécialistes de la production d'énergie, nous expliquent ce qu'on peut faire dans le cas qui nous concerne ? et qu'est-ce qui a pu motiver qu'on m'envoit moi, avec un hélico, pour dépanner cette installation, et pourquoi on a pu financer un dialogue par téléphone satellite avec le constructeur européen, et pourquoi il a fallu remplacer la machine....

je paye un floup à l'ingénieur en question, même deux....

C'est vrai, la revente (logique) de l'énergie produite par une centrale ne sert pas à faire baisser le coût de cette énergie (toujours plus chère) mais à accumuler des bénéfices toujours plus colossaux. Ces centrales sont construites à l'aide de fonds publics afin d'alimenter la poche des actionnaires... Elles le sont donc avec nos sous...

Répondre

24/06/14
Francois97351  (Matoury)

En réponse au message de Gilles Slm du 23/06/14

Le "on" est généraliste. Côté Suriname, "on" en est à chercher l'emplacement d'un barrage sur le haut Maroni, et dans le Para, Brésil, "on" envisage aussi un nouveau barrage hydro-électrique. Alors, une centrale nucléaire en Guyane aurait permis de résoudre en grande part cette demande. Mais "on" a jamais envisagé le développement de la Guyane, donc "on" passe son temps à faire du rafistolage. La meilleure idée qu'à en ce moment EDF pour limiter la consommation électrique : mettre plus d'un an pour faire un devis de raccordement au réseau !

Et si "on" apprenait aux usagers à faire des économies justement... A éteindre les appareils en veille, les lumières non utilisées, certains éclairages publics à certaines heures, etc... J'ai vécu 23 ans près de Flamanville et tout n'est pas si rose que cela. N'oublions pas non plus qu'une grande partie de cette énergie est destinée (en Guyane tout au moins) à alimenter des branchements plus ou moins légaux, ceux ci ne payant absolument rien à la communauté !

Répondre

24/06/14
Francois97351  (Matoury)

En réponse au message de Gilles Slm du 21/06/14

Oui, on nous aurait mis une centrale nucléaire il y a 30 ou 40 ans, avant Petit Saut, on aurait pas les problèmes qu'on a maintenant, et on pourrait revendre de l'électricité au Suriname et au Brésil. Mais bon, on vit au jour le jour, ou au mieux on se projette à 3 ans, dans les grandes occasions.

C'est vrai, et notre centrale nucléaire serait maintenant presque en fin de vie... Quand on voit les problèmes que cela pose pour le démantellement...

Répondre

24/06/14
Francois97351  (Matoury)

En réponse au message de Gilles Slm du 23/06/14

Le "on" est généraliste. Côté Suriname, "on" en est à chercher l'emplacement d'un barrage sur le haut Maroni, et dans le Para, Brésil, "on" envisage aussi un nouveau barrage hydro-électrique. Alors, une centrale nucléaire en Guyane aurait permis de résoudre en grande part cette demande. Mais "on" a jamais envisagé le développement de la Guyane, donc "on" passe son temps à faire du rafistolage. La meilleure idée qu'à en ce moment EDF pour limiter la consommation électrique : mettre plus d'un an pour faire un devis de raccordement au réseau !

EDF a trouvé la solution : investir dans des barrages au Brésil !!!
http://multinationales.org/Bresil-Guyane-EDF-se-lance-dans

Répondre

24/06/14
Jl97310  (Kourou)

En réponse au message de Francois97351 du 24/06/14

C'est vrai, la revente (logique) de l'énergie produite par une centrale ne sert pas à faire baisser le coût de cette énergie (toujours plus chère) mais à accumuler des bénéfices toujours plus colossaux. Ces centrales sont construites à l'aide de fonds publics afin d'alimenter la poche des actionnaires... Elles le sont donc avec nos sous...

Qui construit les centrales nucléaires en France, Areva, dont 86,52 du capital est détenu par l'état français ! Qui gère ces centrales une fois construite, EDF dont l'état français contrôle 84,49% du capital ! Donc même si ces centrales sont construites avec des fonds publiques, et donc nos sous, l'essentiel des bénéfices redistribués sont récupérés par l'état, et alimentent les poches du budget de l'état qui en est de très loin le principal actionnaire.

Répondre

24/06/14
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de Francois97351 du 24/06/14

EDF a trouvé la solution : investir dans des barrages au Brésil !!!
http://multinationales.org/Bresil-Guyane-EDF-se-lance-dans

bonsoir,
Une entreprise basée en Guyane Française construit des barrages au Brésil, il s'agit de la société Voltalia ; http://www.voltalia.com/fr/

Répondre

24/06/14
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de Francois97351 du 24/06/14

C'est vrai, et notre centrale nucléaire serait maintenant presque en fin de vie... Quand on voit les problèmes que cela pose pour le démantellement...

bonsoir,
je me suis toujours demandé à quoi sert le démantellement....il faut ré-utiliser les produits de fission. diverses voies y parviennent.

Répondre

24/06/14
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de Francois97351 du 24/06/14

C'est vrai, la revente (logique) de l'énergie produite par une centrale ne sert pas à faire baisser le coût de cette énergie (toujours plus chère) mais à accumuler des bénéfices toujours plus colossaux. Ces centrales sont construites à l'aide de fonds publics afin d'alimenter la poche des actionnaires... Elles le sont donc avec nos sous...

bonsoir,
vous avez écrit :
<< la revente (logique) de l'énergie produite par une centrale ne sert pas à faire baisser le coût de cette énergie (toujours plus chère) mais à accumuler des bénéfices toujours plus colossaux. >> hum....vous avez raison, et tort à la fois.
remarquons de suite que votre explication ne fonctionne que si l'on a affaire à un réseau

Lire la suite

25/06/14
Francois97351

En réponse au message de Jl97310 du 24/06/14

Qui construit les centrales nucléaires en France, Areva, dont 86,52 du capital est détenu par l'état français ! Qui gère ces centrales une fois construite, EDF dont l'état français contrôle 84,49% du capital ! Donc même si ces centrales sont construites avec des fonds publiques, et donc nos sous, l'essentiel des bénéfices redistribués sont récupérés par l'état, et alimentent les poches du budget de l'état qui en est de très loin le principal actionnaire.

25/06/14
Francois97351  (Matoury)

En réponse au message de Patrice C du 24/06/14

bonsoir,
je me suis toujours demandé à quoi sert le démantellement....il faut ré-utiliser les produits de fission. diverses voies y parviennent.

Le démantellement ne concerne pas que les produits de fission,, cela concerne aussi tous ce qui gravite autour et qui a été en contact avec la radioactivité, y compris la structure en béton, les ferrailles etc... La seule solution, les enterrer (pour certaines matières, les recycler)... Cela pose des problèmes énormes et beaucoup de temps et d'argent : non

Lire la suite

25/06/14
Francois97351  (Matoury)

En réponse au message de Patrice C du 24/06/14

bonsoir,
Une entreprise basée en Guyane Française construit des barrages au Brésil, il s'agit de la société Voltalia ; http://www.voltalia.com/fr/

C'est vrai et l'on en parle pas assez.

Répondre

25/06/14
Philippe2  (Matoury)

En réponse au message de Patrice C du 24/06/14

bonsoir,
Une entreprise basée en Guyane Française construit des barrages au Brésil, il s'agit de la société Voltalia ; http://www.voltalia.com/fr/

bravo voltalia!

Répondre

25/06/14
Jl97310  (Kourou)

En réponse au message de Francois97351 du 25/06/14

Merci de mettre en ligne le lien du site dont je me suis servi et qui confirme donc que l'état français contrôle bien 87% d'Areva au travers de divers participations !

Blada : le mieux, c'est de nous le donner ce lien...

Répondre

25/06/14
Patrice C  (Tonnegrande)

En réponse au message de Francois97351 du 25/06/14

C'est vrai et l'on en parle pas assez.

bonsoir,
à chaque fois que l'on parle d'énergie douce, les gens n'en veulent que si ce "machin" ne les dérange pas
(ils ont le bien nommé syndrome du NIMBY - Not In My Back-Yard / pas dans mon jardin) on veut mettre des éoliennes, mais il ne faut surtout pas les voir.
on veut faire un barrage, mais faut sauver les poissons. on veut poser des panneax

Lire la suite

Raccourcis  




passer une petite annonce



passer une annonce de covoiturage





passer une annonce d’emploi












associations, postez vos actualités


participez au courrier des lecteurs

La Guyane c’est ici 

La qualité de l’Air avec
ATMO


 

Photothèque

Lancements 2020
Lancements 2020
Vol Soyuz 25

Annonceurs

Régie publicitaire