aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Les causes de la conséquence :
pourquoi Harpie est remise en cage
par Gérard Police*

C’est à Brasília qu’il a été décidé de mettre en sommeil l’opération Harpie. Elle était trop efficace. Plus précisément, les tensions qui ont commencé à s’accumuler dans la région d’Oiapoque avec le succès du dispositif ont fait vibrer les fils ultrasensibles de la toile socioéconomique, géopolitique et diplomatique.

L’économie de la petite ville d’Oiapoque (certains parlent de 90%) repose sur les multiples activités liées à l’orpaillage, c’est-à-dire au pillage de la Guyane, et a sérieusement décliné ces derniers mois. C’est par Macapá que passent les flux commerciaux qui approvisionnent les garimperos clandestins de Guyane. L’économie de l’État d’Amapá, même modestement, est concernée. La nébuleuse interlope qui vit sur l’or clandestin voit ses intérêts menacés. Brasília sent monter la grogne et la pression des élus et responsables de l’Amapá, soucieux d’éviter tout risque de déstabilisation politique d’un État fragile, sous-développé, surtout quand l’un des sénateurs est un allié de poids du gouvernement Lula, José Sarney.

Les plaintes et récriminations contre la répression des forces françaises, contre les mauvais traitements subis par les Brésiliens en Guyane, les vexations et humiliations grandissantes (manipulés par le microcosme politique local et les médias écrits de l’Amapá et du Pará) se sont intensifiées avec les mesures françaises — et européennes — de lutte contre l’immigration clandestine, et l’efficacité du dispositif Harpie, après les résultats significatifs d’Anaconda. 

Les risques d’incidents se sont accrus, avec des militaires français ayant reçu consigne de riposter pourtant avec toute la mesure possible aux provocations, agressions, coups de fusil, passages en force de canots et pirogues. Le mot d’ordre absolu est de ne pas prendre le risque d’une bavure qui serait immédiatement montée en épingle et instrumentalisée dans le jeu politique de l’Amapá et, au-delà, pourrait entacher les relations entre la France et le Brésil (à quelques mois de l’année de la France au Brésil). Il y a eu en avril l’affaire Nerize, cette Brésilienne morte dans la Mana dans des circonstances confuses. La photo du cadavre flottant remorqué par les soldats français a scandalisé le parlement de Brasília. Le seuil de tolérance brésilien a été atteint.

Brasília, dont le comportement frise la paranoïa dès qu’une instance internationale se mêle d’évoquer le destin de l’Amazonie, supporte très mal toute présence étrangère forte près de sa frontière nord et amazonienne. Les promesses de coopération sécuritaire de la période Lula-Sarko sur l’Oyapock en février pèsent peu face à une mouvance nationaliste brésilienne discrète mais hypersensible et très agacée par le « vide amazonien », les « menaces contre la sécurité nationale », « la zone d’influence mili-tarisée euro-américaine » qui s’installe sur son flanc dégarni.

Un tel contexte n’est donc pas favorable à l’intensification des bonnes relations et des projets de coopération entre France et Brésil. Brasília l’a fait savoir ; Paris a fait un geste.

Sacrifiée aux intérêts supérieurs de la Nation et de la politique internationale dans l’ambiance feutrée des cabinets gouvernementaux, la Guyane française va donc devoir à nouveau affronter la recrudescence de la mise à sac de ses ressources.


Gérard Police
gerard.police@blada.com

6 août 2008


 

* Gérard Police
Docteur en études brésiliennes, maître de conférences à l’Université des Antilles et de la Guyane (IES de la Guyane), Gérard Police est Guyanais depuis 1978, arpenteur du Brésil depuis cette date, en avion, en bus, en moto, à pied. Il y a connu les gens de tous les milieux, à l'exception des gangsters et trafiquants de drogue, précise-t-il. En tant que chercheur, il a travaillé en particulier sur la construction de l'identité afro-brésilienne et publié deux livres dans cette problématique : « La fête noire au Brésil - l'Afro-Brésilien et ses doubles », l'Harmattan, 1996, et « Quilombos dos Palmares - lectures sur un marronnage brésilien », Ibis Rouge 2003. Il a également participé à un ouvrage collectif, «
Connaître la Guyane d'aujourd'hui », coordonné par Serge Mam Lam Fouck, avec un article intitulé : « Fantasmes et réalités de l'invasion de la Guyane par le Brésil ».



Du même auteur, sur blada.com :

Janvier 2008 : Anti-discours sur la coopération régionale Brésil-Guyane
Mars 2007 : Boycotter le Brésil ?
Septembre 2007 : Un pont vers l'Enfer ?
Novembre 2007 : Chasse à l'homme.
Janvier 2008 : C'était le Dakar.

 


Autres chroniques de l'année 2008

Les boîtes aux lettres

Petites annonces
(réservées aux particuliers)



Offres d’emplois
et de formations



Infos citoyennes

Courrier des lecteurs

Viré Gadé



Offres et demandes de covoiturage

Photothèque

Lancements 2017
Lancements 2017
Vol Vega 09

Annonceurs

Tarifs de publicité